Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : L’opposition exhorte Sarkozy à soutenir le processus démocratique

Auteur/Source: · Date: 24 Fév 2010
Catégorie(s): Coopération,Politique

Lors d’un entretien obtenu avec le président français de passage à Libreville ce 24 février, les responsables de huit partis de l’opposition gabonaise ont remis à Nicolas Sarkozy un mémorandum de doléances, que nous publions ci-après dans son intégralité. Revenant sur les irrégularités du scrutin présidentiel du 30 août 2009, les leaders de l’opposition ont exhorté le partenaire français à soutenir «sincèrement» l’émergence d’une démocratie effective au Gabon.
«Du 23 mars au 19 avril 1990, trois mois avant le 16e Sommet Afrique-France de la Baule et après 22 ans d’un régime de parti unique, les Gabonais se sont librement et clairement exprimés dans le cadre des assises de la Conférence nationale et ont adopté sans ambiguïté et sans équivoque le système de la démocratie pluraliste dont les grands principes sont contenus dans la Constitution du 26 mars 1991.

L’instauration d’un régime démocratique effectif est une aspiration profonde des Gabonais à jouir pleinement de tous leurs droits et libertés.

L’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009 aurait dû marquer un tournant décisif de ce processus de démocratisation dans lequel les Gabonais étaient engagés depuis 1990 pour assurer un meilleur développement du pays.

Alors que le peuple Gabonais s’est clairement exprimé pour le changement dans son vote du 30 août 2009, un pouvoir illégitime, bénéficiant d’une forme d’ingérence extérieure, s’est installé au mépris de la réalité des urnes avec la complicité interne des institutions de la République et l’instrumentalisation des forces de défense et de sécurité.

À tort ou à raison, les Gabonais sont convaincus du rôle particulier de la France dans la situation actuelle du Gabon. Cette conviction s’appuie d’abord sur l’attitude surprenante des médias publics français qui, dès le décès du Président Omar Bongo Ondimba, ont annoncé, comme une évidence, sa succession par son fils du fait de sa filiation et du contrôle que ce dernier exerçait sur les forces de défense et de sécurité, tout en reconnaissant curieusement son impopularité. Elle s’appuie ensuite sur les déclarations publiques de personnalités faisant autorité en France et qui ont clairement indiqué que la France avait fait le choix d’Ali Bongo Ondimba pour succéder à son père. Enfin, les félicitations hâtives de la France, avant la fin du contentieux électoral, ont fini de convaincre l’opinion Gabonaise d’un parti pris. Du reste, à ce jour les autorités Américaines quant à elles n’ont toujours pas adressé de félicitation au Président de la République installé au pouvoir au Gabon.

Ainsi, alors que le Gabon disposait d’un cadre constitutionnel et d’institutions permettant de conduire valablement une transition démocratique, les hommes et les femmes qui en avaient la direction, convaincus de la protection dont ils bénéficieraient de la part de certains “Amis du Gabon”, ont créé, par leurs actes, les conditions de faillite de l’État de droit. À cet égard, la Cour Constitutionnelle s’est illustrée, avec un zèle rarement atteint, par des interprétations spécieuses et partisanes du droit en vue de favoriser le contrôle de l’appareil d’État par un “Camp”.

Madame le Président de la République par intérim, convaincue elle aussi de ce que le choix des Gabonais ne serait pas pris en compte, est sortie de la neutralité attendue de sa fonction pour favoriser ostensiblement le candidat du PDG.

Dans le même esprit, une partie des forces de défense, en l’occurrence les parachutistes, a été utilisée pour permettre au Ministre de l’Intérieur, qui cumulait fort opportunément les fonctions de Ministre de la Défense, d’annoncer des résultats contraires à la réalité des urnes.

Les manifestations de Port-Gentil qui ont suivi l’annonce des résultats par le Ministre de l’Intérieur ont été violemment réprimées par les forces de défense et de sécurité, entrainant la mort de plusieurs compatriotes. Quelques heures auparavant, les principaux responsables politiques opposés au passage en force du candidat du PDG ont été malmenés, agressés et blessés dans les mêmes conditions avant l’annonce des résultats alors que plusieurs d’entre eux étaient candidats à cette élection, donc bénéficiaient en droit de la protection de l’État, et d’autres avaient le statut de parlementaire.

La présence permanente des forces de défense de deuxième catégorie dans la vie quotidienne des Gabonais montre bien que le pouvoir actuel ne repose que sur la force et non sur l’adhésion des populations. Cette situation provoque depuis lors une crise profonde dans le pays. Cette implication des forces de défense et de sécurité fait désormais naitre de sérieuses inquiétudes sur leur rôle dans les processus politiques au Gabon.

Depuis le mois d’octobre 2009, les principales mesures prises perturbent de manière significative l’activité économique et l’équilibre social du pays. Les observateurs de la vie politique, les investisseurs, les chefs d’entreprises, les syndicats et l’ensemble de la population gabonaise s’interrogent avec gravité sur la capacité de ce pouvoir à bien gouverner.

L’arrêt brutal et contraire au code forestier des exportations de bois en grumes a une incidence désastreuse sur la filière et les secteurs connexes, sans oublier la perte des bénéfices qu’en tiraient les populations de nos villages.

La gestion solitaire et dictatoriale s’illustre également dans l’instauration précipitée et sans concertation, ni mesures d’accompagnement de la journée continue de travail dont l’utilité économique et sociale des objectifs n’apparaît aucunement ; elle témoigne au demeurant de l’arrogance et de l’amateurisme d’un exécutif qui s’était préparé à la conquête frauduleuse du pouvoir en laissant visiblement de côté la question de son exercice.

Le comble de cette dérive autoritaire est l’adoption sans amendement parlementaire – fait inédit – du budget de l’État. Tous les partenaires au développement qui accompagnent le Gabon savent combien ce budget, irréaliste et non sincère, ressemble à une très mauvaise farce et nous place au rang des pays peu fiables.

Face à l’inévitable mécontentement social qu’engendre cette gouvernance, l’arrogance face aux chefs d’entreprises, la menace à l’endroit des syndicats et la répression sanglante contre les étudiants sont les seules réponses apportées par le pouvoir.

La crise politique que traverse le Gabon est réelle. Ses dégâts sur l’économie et l’équilibre social du pays sont évidents. Plus que jamais, l’illégitimité du pouvoir politique est telle que la société gabonaise se trouve aujourd’hui dans une situation de paralysie. L’Opposition réaffirme que son combat est républicain et démocratique. Cependant elle ne sera pas toujours en mesure de maitriser la colère légitime d’une grande majorité de citoyens en proie au désespoir.

Dès lors, si rien n’est fait, le pays pourrait exploser à tout moment et s’enfoncer dans une crise aux conséquences incalculables pour les intérêts du Gabon comme pour les intérêts de ses partenaires, au premier rang desquels se trouve la France.

Pour conjurer cette menace, l’opposition Gabonaise qui jusqu’ici s’est employée à contenir la colère de ses compatriotes réaffirme qu’il est urgent d’engager, de manière responsable, des réformes en vue du renforcement de la démocratie et de l’État de droit, gage de stabilité et de paix durable. Ces réformes concernent notamment :

LA TRANSPARENCE ÉLECTORALE

* Le recentrage des compétences de la Cour Constitutionnelle en matière électorale

* Le retour au scrutin à deux tours pour les élections uninominales

* La mise à plat du fichier électoral

* L’introduction de la biométrie dans le fichier électoral

* La réforme de la Commission Électorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP)

LES LIBERTÉS PUBLIQUES

* Le statut des dirigeants des syndicats et des dirigeants des partis politiques

* L’accès égal des partis politiques dans les médias publics

* L’autorisation et l’encadrement des meetings et des marches des partis politiques, des syndicats et des citoyens organisés

* La libre organisation des partis politiques dans le strict respect des dispositions de la loi 24/96 y relative, notamment la légalisation sans délai de l’Union Nationale et la non remise en cause des mandats des élus des partis politiques ayant fusionné

* L’encadrement du contrôle des communications (téléphone, SMS et Internet)

* La libre expression des Médias privés, particulièrement la couverture nationale de TV+ rendue impossible depuis le 03 septembre 2009 par l’occupation militaire des équipements de retransmission de la chaîne

* La protection de la liberté d’opinion des agents publics dans le respect de leurs obligations de réserve dont beaucoup ont fait l’objet d’une véritable chasse aux sorcières au sortir de l’élection présidentielle du 30 août 2009

Sans remettre en cause les liens séculaires qui unissent la France et le Gabon, ainsi que les accords bilatéraux dans tous les domaines, l’Opposition gabonaise est extrêmement préoccupée par la voie choisie par la France après le 08 juin 2009 pour le maintien de ces relations. Elle considère, de ce point de vue, qu’il est important de ne pas privilégier les intérêts apparents du court terme de certains et sacrifier ainsi la profondeur et la durabilité des intérêts réciproques indispensables au rayonnement des deux pays.

Dans la situation actuelle, la visite officielle du Chef de l’État Français au Gabon, qui fait suite à plusieurs rencontres à Paris avec le Président Gabonais au cours des six derniers mois, pourrait uniquement ressembler à un adoubement officiel si elle ne participe pas à la recherche impérieuse d’une sortie de crise.»

Fait à Libreville, le 24 février 2010

Alexandre NDAOT-RILOGHE (PDS) Augustin MOUSSAVOU-KING (PSG)
Louis-Gaston MAYILA (UPNR) Pierre-André KOMBILA-KOUMBA (RNB)
Benoit MOUITY-NZAMBA (PGP) Léon MBOU-YEMBI (FAR)
Jules-Aristide BOURDÈS-OGOULIGUENDÉ (CDJ) Henri SENE-INGUEZA (CDJ)
Pierre Claver Zeng Ébome (UN) André Mba Obame (UN)
Casimir OYE-MBA (UN) Jean ÉYEGHE-NDONG (UN)
Zacharie MYBOTO (UN)


SUR LE MÊME SUJET
Treize ONG et syndicats ont demandé dans une lettre au Premier ministre français François Fillon, en visite samedi et dimanche à Libreville, à la France de ne plus plus soutenir le président Ali Bongo Ondimba dont elle qualifie le régime de dictature ignominieuse. La présidence gabonaise a réagi en rappelant que s'ils peuvent dire cela, c'est justement parce qu'ils ne sont pas dans une dictature. Ils (les signataires) critiquent l'ingérence de la France, ils disent que la France se mêle de nos affaires, et ensuite, ils appellent la France pour qu'elle intervienne. C'est quand même curieux, a ajouté à l'AFP la secrétaire ...
Lire l'article
Mesdames et messieurs, distingués invités, Chers partenaires de la société civile Au cours de la visite officielle que le président de la République gabonaise vient d’effectuer aux Etats-Unis d’Amérique, le Président OBAMA a invité le Gabon à mener des réformes démocratiques et institutionnelles profondes. Dans son discours historique d’ACCRA, destiné à l’Afrique, le Président OBAMA rappelle le lien fondamental entre le progrès et la démocratie ainsi que la nécessité de renforcer les institutions et les normes démocratiques en Afrique. Ce discours vient d’être conforté par l’allocution du Secrétaire d’Etat CLINTON à ADDIS-ABEBA, concernant les alternances démocratiques et la durée au pouvoir de ...
Lire l'article
Il s'est tenu ce mercredi, 29 juin 2011 à l'hôtel LAICO Libreville, une réunion de concertation entre la société civile et les partis politiques en présence des Représentants des Ambassades des Etats Unis, de la France et de l'Union Européenne sur le processus électoral et l'environnement démocratique au Gabon. Au terme de cette concertation, les deux parties se sont accordées de ce qui suit : Réformer fondamentalement la cour constitutionnelle Réviser la loi électorale Réformer le Conseil National de la Communication Réformer la CENAP en intégrant les membres de la société civile Ramener le mandat présidentiel à cinq (5) ans renouvelable une ...
Lire l'article
Le président du Gabon, Ali Bongo, était en visite vendredi à la Maison Blanche, où son homologue américain Barack Obama l’a invité à protéger les droits de l’Homme et à mettre en place des actions contre la corruption dans son pays. Barack Obama qui a reçu jeudi son homologue Ali Bongo à la Maison Blanche a pressé le président Gabonais de "prendre des mesures audacieuses pour éradiquer la corruption" dans son pays et de "réformer le système judiciaire afin d'assurer la protection des droits de l'homme". "Le ...
Lire l'article
En vue d’étudier les possibilités pouvant permettre au Gabon de bénéficier d’un soutien dans le cadre de la réalisation des projets des Mécanismes de développement propre (MDP), le Premier ministre, Paul Biyoghe Mba, a récemment reçu en audience à Libreville le représentant régional du bureau Afrique du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), Mounkaila Goumandakoye. Le Gabon est en quête de soutien pour la matérialisation de ses projets de Mécanismes de développement propre (MDP). C’est dans ce cadre que le représentant régional du bureau Afrique du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), Mounkaila Goumandakoye, vient d’être reçu en ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy est venu mercredi apporter son soutien au "nouveau" Gabon du fils d'Omar Bongo, élu il y a moins de six mois à l'issue d'un scrutin contesté, avec l'ambition d'en faire la vitrine d'un nouveau partenariat entre la France et l'Afrique. Nicolas Sarkozy a d'autre part annoncé qu'il se rendrait dans la soirée à Bamako pour rencontrer l'ex-otage français Pierre Camatte, relâché mardi au Mali par un groupe d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), et remercier le président malien Amadi Toumani Touré. M. Sarkozy se rendra ensuite jeudi à Kigali pour sceller la réconciliation entre la France et le ...
Lire l'article
L'atelier de formation des formateurs en Genre et Droits de l'Homme a été ouvert ce 5 mai à Libreville pour le renforcement des capacités des agents de l'Etat sur les Droits de l'Homme et l'égalité des genres. Initiées par le Centre des Nations Unies pour les Droits de l'Homme en Afrique centrale, ces assises doivent permettre de renforcer le processus démocratique à travers une meilleure représentation de ces notions dans l'élaboration des politiques publiques. Le ministre de la Famille en charge de la Promotion de la Femme, Angélique Ngoma, a ouvert ce 5 mai au Palais Léon Mba les assises ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
La sénatrice démocrate Hillary Clinton va apporter son soutien à Barack Obama en vue de l'élection présidentielle de novembre et appeler à l'unité du Parti démocrate contre le républicain John McCain vendredi 6 juin, a annoncé, mercredi, son équipe de campagne, dans un communiqué. "La sénatrice Clinton organisera vendredi à Washington une réunion au cours de laquelle elle remerciera ses partisans et apportera son soutien au sénateur Barack Obama ainsi qu'à l'unité du parti", indique le texte. Cette déclaration ne précise pas si Mme Clinton mettra formellement un terme à sa campagne ou suspendra seulement ses activités, mais semble confirmer que ...
Lire l'article
Pour lire ce document en version PDF, cliquez ici. Dr. Daniel Mengara Coordonnateur et leader du BDP-Gabon Nouveau C'est à croire que l'opposition gabonaise n'a jamais voulu prendre le pouvoir dans un Gabon où le régime Bongo n'a plus rien à offrir de viable à la nation. L?élection du 27 novembre 2005 était, pour les pacifistes de tous bords, la seule occasion restante de pouvoir encore en finir avec la dictature bongoïste par des moyens révolutionnaires pacifiques, avec un minimum de dégâts mais avec la promesse d'un changement immédiat. Tout ce que cela demandait, c'était une opposition courageuse sachant véritablement ce qu'elle veut. L?opposition ...
Lire l'article
Gabon: la société civile demande à Fillon de ne plus soutenir la dictature
Discours du représentant de l’Ambassade des USA au Laïco Hôtel le 29 juin 2011 lors de la réunion société civile-partis politiques sur le processus électoral
Déclaration commune société civile-partis politiques sur le processus électoral et l’environnement démocratique au Gabon
Barack Obama exhorte Ali Bongo à lutter contre la corruption au Gabon
Gabon : Le PNUE prêt à soutenir Libreville
Sarkozy au Gabon pour soutenir le fils Bongo, détour au Mali pour voir l’ex-otage français
Gabon : Genre et Droits de l’Homme forgent le processus démocratique
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
Hillary Clinton va soutenir Barack Obama
C’est quoi cette opposition ? Le malheur du Gabon, c’est d’avoir eu une opposition inepte

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Fév 2010
Catégorie(s): Coopération,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon : L’opposition exhorte Sarkozy à soutenir le processus démocratique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*