Socialisez

FacebookTwitterRSS

“Je crains que la France considère le Gabon comme une vache à lait”

Auteur/Source: · Date: 24 Fév 2010
Catégorie(s): Coopération,Société

Pour la troisième fois en trois ans, Nicolas Sarkozy était en visite au Gabon, mercredi 24 février. Une visite éclair pendant laquelle le président français a déclaré : “Il n’existe plus de pré carré et je ne le regrette pas. Ce sont des conceptions d’un autre temps.” Une opinion que ne partage pas Bruno Ben Moubamba, vice-président d’Union nationale, l’une des deux principales formations de l’opposition gabonaise. Depuis la France, il estime que le président français “est inscrit dans un processus qui consiste à renvoyer l’ascenseur à ceux qui l’ont soutenu”.
Que pensez-vous du voyage de Nicolas Sarkozy au Gabon ?
Nicolas Sarkozy, c’est l’histoire d’une grande déception. Lorsqu’il était candidat, il avait déclaré au cours d’un de ses meetings, en janvier 2007, qu’il ne serait jamais complice d’une dictature. Il avait critiqué les officines sur fond d’affaire Clearstream. Il promettait la rupture et ringardisait Chirac et sa politique Françafrique.
J’ai 43 ans et je ne pouvais qu’être sensible à ce nouveau discours. Je me battais à l’époque, en tant que membre de la société civile, contre les biens mal acquis et contre Omar Bongo. Or, on se rend compte qu’il se comporte exactement comme Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing.
Qu’est-ce que les trois présidents français ont en commun ?
Il faut se rappeler que Jacques Chirac comme Valéry Giscard d’Estaing chantaient les louanges du maréchal Mobutu [ancien dictateur du Zaïre, devenu République démocratique du Congo]. Ils pratiquaient une forme d’autisme diplomatique tant le maréchal était impopulaire et pillait littéralement le pays. On les voyait à l’époque en VRP de réseaux privés, d’une forme de mafia internationale, en défenseurs d’intérêts privés.
Pourquoi cette attitude ?
Nicolas Sarkozy commence son voyage à Franceville, ça signifie Areva et les irradiés de Mounana [le groupe nucléaire français est accusé par des ONG d’avoir délibérement mis en danger les salariés de cette mine d’uranium]. Il va ensuite rendre visite à Rougier, le principal exploitant de bois des forêts gabonaises, alors même que le chef de l’exécutif, Ali Bongo, avait déclaré qu’il n’y aurait plus d’exportations. Je suis prêt à parier d’ailleurs qu’il reviendra sur sa décision.
A titre personnel, Nicolas Sarkozy est peut-être contre la dictature et pour les droits de l’homme en Afrique, mais il est inscrit dans ce même processus qui consiste à renvoyer l’ascenseur à ceux qui l’ont soutenu. Il est pris dans le syndrome du Fouquet’s. A titre d’exemple, il est bon de rappeler que la fille d’Omar Bongo, Pascaline, est membre du conseil d’administration de Bolloré au Gabon [Gabon Mining Logistics]. La plupart des gens que nous combattons, nous, dans l’opposition, siègent au conseil d’administration des sociétés françaises installées dans le pays. On voit bien que le président français ne vient pas lancer le nouveau cycle de relations que ma génération demande et qui ferait entrer l’Afrique francophone dans le XXIe siècle.
Depuis la France, vous aviez souhaité que l’opposition ne rencontre pas M. Sarkozy ?
Elle a dû le rencontrer cet après-midi. Mais il n’y a dans cette rencontre aucun caractère officiel. Ce n’est pas public, pas publié, pas assumé. A ce titre, c’est une méthode d’un autre âge. Quand le président de la République française rencontre la classe politique américaine, c’est fait formellement, dans un cadre strict.
En novembre 2007, il s’adressait ainsi au Congrès américain, avec standing ovation et caméras de télévision. C’est une manière de montrer une forme de respect pour le pays en question. La moindre des choses aurait été de soigner les formes. Au Gabon, ça ressemble à une convocation soumise à la magnanimité du maître. C’est, à mes yeux, une rencontre humiliante qui légitime l’ingérence.
Y a-t-il des protestations prévues pendant la visite de M. Sarkozy ?
A ma connaissance, non. J’étais à l’origine de la manifestation du 7 août 2009 qui demandait que Bongo quitte le ministère de la défense. Et là, je déplore qu’il n’y ait rien. Or, je pense que le simple fait que le Gabon soit une étape sur la route du Rwanda devrait faire réfléchir l’opposition. Il faut se défendre pour être respecté. Kagamé [le président rwandais] s’est défendu et M. Sarkozy va donc aller à Canossa [s’humilier] en se rendant au Rwanda. Ce voyage au Gabon marque le soutien au régime d’Ali Bongo et je le crains, c’est considérer le Gabon comme une “vache à lait”.


SUR LE MÊME SUJET
Ouattara en France : comme au temps de la Françafrique ?
Cela faisait un petit moment que Nicolas Sarkozy n'avait pas accueilli un chef d'Etat avec un tel faste. De son arrivée à l'aéroport d'Orly mercredi 25 janvier à son diner d'Etat à l'Elysée le lendemain, le parcours du président ivoirien, Alassane Ouattara, lors de ces trois jours de visite, a été jalonné d'intentions toutes particulières. Le journal ivoirien "L'expression" rapporte avec fierté les honneurs rendus à leur président : "Cinq sections de l'armée française ont été mobilisées. Trois de l'armée de l'air, une de la marine nationale et une des forces paramilitaires." A son arrivée à l'aéroport, accueilli par le ministre de ...
Lire l'article
Le candidat investi par la Majorité républicaine pour l’émergence, Paul Mba Abessole, s’est montré plus que persuasif sur le bien-fondé de rassembler les fils et filles du Gabon lors d’un meeting dimanche à Nkembo. Il a estimé que ‘’le multipartisme qui ne cadre pas avec les mœurs gabonaises, a contribué à l’exclu sionisme mettant en péril l’unité nationale’’. Selon le candidat Mba Abessole, ‘’le rassemblement reste une priorité dans une jeune démocratie comme la nôtre, car la pratique du pluralisme politique est, aujourd’hui, mal assimilée par la plupart des gabonais est demeure pour certains, synonyme de tribalisme et surtout d’exclu sionisme’’. ...
Lire l'article
L’Inspecteur provincial de Pêche et de l’Aquaculture dans la province du Moyen-Ogooué (centre du Gabon), Aymard Koumba Mounanga, a déclaré au sujet de l’Hétoritis Niloticus très prisé et connu à Lambaréné sous l’appellation du ‘‘ Sans nom’’, autrefois négligé dans le ‘‘ grand’’ fleuve Ogooué (1200km), que ce poisson serait subitement devenu « le poisson famille ». « On l’appelle ‘‘ sans nom’’ parce qu’il n’a pas de nom. Son nom scientifique est l’Hétoritis Niloticus parce qu’il est difficile à déterminer. C’est un poisson particulier qu’on n’avait pas saisi au départ », a expliqué l’Inspecteur provincial des pêches. Le ...
Lire l'article
Ancien influent directeur de L'Union et de ses Makaya - les billets d'humeur au vitriol du président Omar Bongo -, Germain Ngoyo Moussavou, actuellement président du groupe des sénateurs PDG (Parti démocratique gabonais, au pouvoir par un coup d'Etat électoral), est pressenti comme ambassadeur du Gabon en France pour remplacer Félicité Ongouori Ngoubili. (...) source: LVPDG
Lire l'article
Gabon - Mercredi 24 février, Nicolas Sarkozy s'est rendu au Gabon où il a visité une usine du groupe forestier français Rougier. Pour l'association écologiste Greenpeace, en effectuant cette visite, le président a agi comme un représentant de commerce "de l'exploitation des forêts tropicales". "Cette visite trahit la vision qu’a Nicolas Sarkozy des forêts tropicales et la manière dont il entend les protéger, affichant le soutien unilatéral de la France aux industriels du bois. Le président français semble encore considérer les forêts comme une simple matière première" a déploré Grégoire Lejonc, chargé de campagne forêts pour Greenpeace France. En novembre dernier, le ...
Lire l'article
Pour Elikia M'Bokolo, historien congolais, la prochaine équipe dirigeante au Gabon risque de se détourner de la France, devenue un partenaire avec lequel il faut prendre ses distances... Après des obsèques en grandes pompes à Libreville au Gabon mercredi, le chef d'Etat gabonais doit être inhumé ce jeudi à Franceville, sa terre natale dans le Haut-Ogooué. Passé le temps du deuil, les tractations pour sa succession vont pouvoir commencer. Quelle sera la place de la France dans la nouvelle donne politique gabonaise? L’analyse d’Elikia M'Bokolo, historien congolais, auteur de «Médiations africaines: Omar Bongo et les défis diplomatiques d'un continent» (Editions Archipel), ...
Lire l'article
Alors que la Direction générale de la consommation et de la concurrence (DGCC) annonçait le 24 septembre la destruction des stocks de lait contaminé importés au Gabon, la presse internationale relayait le lendemain le renvoi total des stocks contaminés vers la Chine et l’Inde. L’enquête menée par le quotidien l’Union a révélé le 7 octobre dernier qu’en dépit des déclarations de la DGCC et des importateurs du PNUD qui affirment que les stocks seraient en attente de réexpédition au port d’Owendo, dans la banlieue sud de Libreville, les autorités portuaires réfutent documents à l’appui la présence des stocks de lait ...
Lire l'article
Après la découverte en début de semaine de boîtes contaminées de lait chinois chez des particuliers d’un quartier de la capitale, les autorités sanitaires gabonaises ont décidé de renvoyer en Chine la totalité des stocks de lait chinois importés au Gabon, soit plus de 100 000 boîtes. Le ministre du Commerce avait exigé le 19 septembre la destruction de tous les stocks contaminés mais la trop grande quantité des produits a contraint les services de contrôle et d’hygiène à opter pour un rapatriement total des stocks de lait en poudre importés de Chine toutes marques confondues. Le scandale du lait chinois ...
Lire l'article
Au moins 71.729 boites de lait frelaté ont été saisies par la direction gabonaise de la concurrence et de la consommation (DGCC), lors des contrôles entamés depuis lundi dernier à Libreville, rapporte jeudi la radio nationale. Sur les 71.729 boites de lait, on note également 45.000 boittes de lait n'ayant pas encore été testé. Les autorités gabonaises ont décidé de renvoyer ce stock en Chine. Selon la DGCC, les tous premiers stocks présents sur le territoire national sont entrés au Gabon depuis juin. La présence du lait frelaté au Gabon a fortement entretenue la psychose dans les ménages. Mais jusque là, souligne les responsables ...
Lire l'article
Non! Monsieur Albert Bernard Bongo,   La France qui est une démocratie mûre de plusieurs siècles ne veut plus se faire manipuler par les mensonges d'une dictature fossilisée comme la vôtre. Vous êtes devenu pour les nouvelles générations africaines un embarrassant fossile d'un autre temps. Et la France ne veut plus traîner à ses pieds le boulet encombrant que vous représentez. Vous aurez donc beau vous baigner dans la boue mensongère de vos gris-gris et aligner vos tours de prestidigitation mal pensés, les Français ne sont plus dupes; ils ont la liste des dictatures d'Afrique à faire choir et vous en faites partie. ...
Lire l'article
Ouattara en France : comme au temps de la Françafrique ?
Politique : Mba Abessole: Quand le multipartisme est considéré comme ‘’facteur d’exclusion’’
Le “sans nom”, considéré comme le poisson de la “famille” à Lambaréné
Gabon: Germain Ngoyo Moussavou, pressenti comme ambassadeur du Gabon en France
Greenpeace décrit Nicolas Sarkozy comme un “VRP de l’exploitation des forêts”
«En France, on parle beaucoup du Gabon… Mais au Gabon, la France est devenue un partenaire comme les autres»
Gabon : Sur les traces des stocks de lait chinois contaminé
Gabon : Embargo généralisé sur le lait chinois
Gabon: La DGCC saisi 71.729 boites de lait frelaté
Réaction du Porte parole politique du BDP-Gabon Nouveau: Un roitelêt négrillon comme Omar Bongo n’a pas la capacité de diriger un pays comme le Gabon

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Fév 2010
Catégorie(s): Coopération,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*