Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sarkozy : le Gabon, «partenaire modèle»

Auteur/Source: · Date: 24 Fév 2010
Catégorie(s): Coopération

Affichant son soutien au président Ali Bongo, il promet des relations «exemplaires».
Aux yeux de Nicolas Sarkozy, la rénovation des relations entre la France et l’Afrique passe nécessairement par le Gabon, son plus fidèle allié sur le continent. Il s’y était rendu une première fois, peu après son entrée à l’Élysée, en juillet 2007. Il y est retourné en juin dernier, à l’occasion des obsèques d’Omar Bongo, le doyen de la «Françafrique», au pouvoir pendant quatre décennies. Il y est revenu mercredi pour apporter son soutien à son fils Ali et plaider en faveur de la «refondation des relations privilégiées entre nos deux pays».
Ces relations, «nous souhaitons qu’elles soient exemplaires», a insisté le chef de l’État dans le discours qu’il a prononcé, mercredi, à Libreville. «Moins de mauvaises habitudes, des progrès plus concrets, des projets privilégiés», a préconisé le président de la République, en se prononçant encore pour des «relations décomplexées». «Il n’existe plus de pré carré et je ne le regrette pas», a encore déclaré Nicolas Sarkozy, en écho à Ali Bongo qui, quelques instants plus tôt, avait affirmé : «La politique des tutorats, des réseaux et des leçons est dépassée.»
Le chef de l’État a chaleureusement appuyé l’action du nouveau président gabonais, élu le 30 août dernier lors d’un scrutin sur lequel pèse le soupçon de fraudes. «La France sera à vos côtés», lui a-t-il assuré. Il s’est toutefois défendu d’avoir pesé dans le vote. «Je défie quiconque de pouvoir démontrer que la France avait un candidat», a affirmé Nicolas Sarkozy.
Avec le Gabon, comme avec les autres pays du continent, le mot-clé mis en avant est celui de «partenariat». Nicolas Sarkozy a souligné son intention de travailler avec ce pays appartenant au G28 et membre du Conseil de sécurité en 2010 et 2011. Un allié à ne pas négliger dans la perspective de débats cruciaux, sur l’Iran notamment.
Symbole de la «nouvelle relation» franco-gabonaise, un «plan d’action pour la mise en œuvre d’un partenariat stratégique», englobant tous les domaines de la coopération et donnant un coup de jeune à des textes remontant pour certains à l’indépendance, il y a tout juste cinquante ans.
Accord de défense
Paris avait annoncé il y a quelques jours que la base militaire française de Libreville serait maintenue, contrairement à celle de Dakar. Un nouvel accord de défense a également été signé mercredi, le précédent datant d’août 1960. Ce document «sera déposé sur les bureaux de nos deux Parlements, il sera publié, il n’y aura pas de clauses secrètes», a déclaré Nicolas Sarkozy en faisant allusion aux agréments, jamais rendus publics, par lesquels la France s’autorisait à jouer le «gendarme» en Afrique. «Nous voulons travailler dans la transparence, dans l’équilibre, main dans la main», a encore assuré le président de la République. Il s’est entretenu, mercredi, avec des représentants de l’opposition, autre gage du renouveau en cours.
Sur le passé, la page ne se tourne malgré tout que lentement – trop pour certains. C’est que Nicolas Sarkozy veut faire rimer «rupture» avec «fidélité», voire continuité. En témoigne son accueil, «à l’ancienne», mercredi à Franceville, le fief des Bongo, à 700 kilomètres de Libreville, la capitale, qu’il n’a rejointe qu’ensuite.
L’hommage a Omar, le père, aura précédé le soutien à Ali, le fils. En début de matinée, le chef de l’État s’est incliné sur la sépulture de «Papa». À l’aéroport, les danseurs emplumés et les tam-tams lui ont fait la fête. «Opération France-Afrique, au beau fixe. Amitié franco-gabonaise, au beau fixe», chantait notamment un groupe de musiciens.
Un peu à l’écart, un homme observe la scène. Maître Robert Bourgi est un des hommes clés de la Françafrique. «Invité personnel» du président français, c’est dans l’hélicoptère d’Ali Bongo qu’il a rejoint Franceville. «Nicolas Sarkozy est réellement l’homme de la rupture, affirme-t-il. Vous ne voulez pas me croire, et pourtant je suis bien placé pour le savoir…»
 


SUR LE MÊME SUJET
Côte d’Ivoire : Sarkozy à Yamoussoukro pour l’investiture de Ouattara
Dans un communiqué, Paris annonce que Nicolas sarkozy sera l'hôte d'Alassane Ouattara lors de l'investiture de ce dernier à Yamoussoukro, le 21 mai. L'annonce renforcera peut-être la conviction de ceux qui croient qu'Alassane Ouattara est le « président de la France ». L'Élysée a indiqué dans un communiqué que Nicolas Sarkozy assisterait à l'investiture du nouveau président ivoirien, accompagné par son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé et Henri de Raincourt, le ministre chargé de la Coopération. Selon le communiqué, Sarkozy rencontrera ensuite la communauté française de Côte d'Ivoire à Abidjan, sur la base de Port-Bouët et y prononcera une allocution. Lire ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy recevra lundi son homologue gabonais Ali Bongo, qui a succédé à son père Omar Bongo en août 2009 à l'issue d'un scrutin contesté, a annoncé vendredi l'Elysée. "L'entretien portera sur les relations bilatérales entre nos deux pays ainsi que sur les questions régionales", écrit la présidence française dans un communiqué. Nicolas Sarkozy s'était rendu il y a un an au Gabon pour relancer la coopération entre Paris et Libreville et apporter son soutien au nouvel homme fort du pays. La France, ancienne puissance coloniale, a toujours été très proche de la famille Bongo. Omar Bongo a lontemps été considéré ...
Lire l'article
Qui? Nicolas Sarkozy, président de la République. Où? Au Gabon, lors d'une visite officielle ce mercredi. Le contexte: Après son élection contestée, le chef d'État gabonais Ali Bongo reçoit Nicolas Sarkozy lors d'une visite officielle. But avoué: en finir avec les relations troubles entre la France et la "Françafrique". Sarkozy doit aussi rencontrer des membres de l'opposition, qui devraient leur faire part de leur griefs envers Bongo. Bonus-track: "C'est en ami que je viens pour la 3ème fois depuis mon élection." "Ceux qui n'aiment pas l'Afrique, ils sont nombreux, il en existe. (Pourtant), le Gabon n'a pas à rougir de la dignité de son ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé mercredi au Gabon pour apporter son soutien au nouveau chef de l'Etat du pays, Ali Bongo Ondimba, et réaffirmer sa volonté d'en finir avec les relations troubles de la "Françafrique". C'est la deuxième visite de M. Sarkozy au Gabon, après celle qu'il avait faite en juillet 2007 au père de l'actuel chef de l'Etat, Omar Bongo, allié historique de la France qui a tenu le pays d'une main de fer pendant plus de 40 ans, jusqu'à sa mort en juin 2009 à l'âge de 73 ans. Le président français a été l'un des premiers ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat Gabonais, Ali Bongo Ondimba est à Franceville (capitale provinciale du Haut – Ogooué, sud – est) depuis ce mardi, en début d’après – midi, où il va accueillir, mercredi en matinée, son homologue Français, Nicolas Sarkozy, en mini tournée africaine. Le Gabon par Franceville et Libreville, sa capitale, vont constituer la première étape de la tournée africaine de Nicolas Sarkozy qui va ensuite se rendre à Kigali, au Rwanda. La visite de 48 heures du chef de l’Etat français au Gabon sera marquée de symboles du point de vue des relations qu’entretiennent Paris et Libreville. Car de ...
Lire l'article
Le Gabon se prépare pour la visite de Nicolas Sarkozy et des affiches "Amitié franco-gabonaise" à l'effigie des présidents gabonais Ali Bongo et français ont été apposées aujourd'hui à Libreville, a constaté un journaliste de l'AFP. Sur la route du bord de mer, des ouvriers travaillaient à repeindre en blanc des murs et des palissades défraîchies. Le président français doit arriver mercredi à Franceville (sud-est) où il doit se se rendre notamment sur la tombe du président Omar Bongo - décédé en juin - avant de rejoindre Libreville dans la journée. Le président Sarkozy doit se rendre le lendemain à Kigali, ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy se rendra au Rwanda le 25 février, a indiqué l'Elysée aujourd'hui , pour une visite qui sera la première d'un président français dans ce pays depuis le génocide de 1994. Il se rendra au préalable, le 24 février, au Gabon, a également indiqué l'Elysée. Lors de ses voeux au corps diplomatique, le 22 janvier, Nicolas Sarkozy avait indiqué qu'il se rendrait à Libreville puis à Kigali en février. La France et le Rwanda ont renoué leurs relations diplomatiques fin novembre, après trois ans de brouille. Les relations entre les deux pays avaient été rompues en novembre 2006, après l'émission par la ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le président français Nicolas Sarkozy a adressé ses félicitations et ses vœux de succès à Ali Bongo Ondimba, proclamé jeudi dernier nouveau chef de l’Etat gabonais, à l’issue du scrutin du 30 août, selon un message dont l’AGP a reçu copie lundi. ’’ (…) Je suis heureux de vous adresser mes félicitations et mes vœux de succès pour l’exercice des hautes responsabilités qui vous attendent’’, écrit M. Sarkozy dans ce message daté du 6 septembre. ’’Au-delà de ces défis gabonais, cette élection est venue souligner l’existence d’un défi commun, celui de la refondation de relations étroites, partenaires et équilibrées ...
Lire l'article
Pour Elikia M'Bokolo, historien congolais, la prochaine équipe dirigeante au Gabon risque de se détourner de la France, devenue un partenaire avec lequel il faut prendre ses distances... Après des obsèques en grandes pompes à Libreville au Gabon mercredi, le chef d'Etat gabonais doit être inhumé ce jeudi à Franceville, sa terre natale dans le Haut-Ogooué. Passé le temps du deuil, les tractations pour sa succession vont pouvoir commencer. Quelle sera la place de la France dans la nouvelle donne politique gabonaise? L’analyse d’Elikia M'Bokolo, historien congolais, auteur de «Médiations africaines: Omar Bongo et les défis diplomatiques d'un continent» (Editions Archipel), ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Côte d’Ivoire : Sarkozy à Yamoussoukro pour l’investiture de Ouattara
Nicolas Sarkozy reçoit Ali Bongo lundi à l’Elysée
Au Gabon, Sarkozy propose “un nouveau contrat basé sur une relation décomplexée”
Sarkozy au Gabon pour tourner la page de la “Françafrique”
Ali Bongo Ondimba à Franceville pour accueillir mercredi son homologue français, Nicolas Sarkozy
Le Gabon prépare la visite de Sarkozy
Sarkozy ira au Rwanda et au Gabon
Gabon/France : Nicolas Sarkozy adresse ses félicitations et ses vœux à Ali Bongo Ondimba
«En France, on parle beaucoup du Gabon… Mais au Gabon, la France est devenue un partenaire comme les autres»
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Fév 2010
Catégorie(s): Coopération
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*