Socialisez

FacebookTwitterRSS

Au Gabon, Nicolas Sarkozy et Ali Bongo s’engagent à enterrer la “Françafrique”

Auteur/Source: · Date: 25 fév 2010
Catégorie(s): Coopération,Françafrique

Libreville Envoyé spécial.

Rien ne manquait, mercredi 24 février, à l’accueil réservé par le président Ali Bongo à Nicolas Sarkozy. Ni les bordures de trottoir repeintes de frais, ni les portraits des deux chefs d’Etat barrés du mot “amitié”, ni les distributions de tee-shirts et de drapeaux aux femmes disposées sur le parcours. Ni, surtout, aux murs de la salle où furent prononcés les discours, les photos sépia géantes représentant les présidents Bongo, père et fils, aux côtés de tous leurs homologues de la Ve République. Nulle part ailleurs en Afrique un président français n’aurait pu se sentir à ce point chez lui.

Avec 60 fils de dépêches thématiques, suivez l’information en continu
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts Visite éclair au Mali après la libération de Pierre CamatteEntre sa visite à Libreville (Gabon) mercredi 24 février et celle à Kigali (Rwanda) jeudi, Nicolas Sarkozy a fait un “crochet” par Bamako (Mali) dans la soirée de mercredi pour rencontrer Pierre Camatte, l’otage français relâché la veille au Mali par Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), et remercier le président malien Amadou Toumani Touré, qui “a agi avec une grande détermination”. La libération d’islamistes détenus au Mali, qui a permis cette issue, a déclenché les critiques, auxquelles M. Sarkozy a répondu : “Nous ne laisserons tomber aucun de nos compatriotes pris par des terroristes.”

Sur le même sujet
Portfolio
Les propos “millimétrés” de Nicolas Sarkozy au Rwanda
Les faits Sarkozy au Rwanda : “la France doit réfléchir à ses erreurs”

Point de vue Rwanda : Que doit dire la France ? par Luc Lamprière, Jean-Marie Fardeau, Michel Roy

Point de vue Au Rwanda, Nicolas Sarkozy doit trouver les mots justes, par Alain Destexhe

Eclairage Paris promet la transparence des accords de défense

Entretien “Je crains que la France considère le Gabon comme une vache à lait”
Mais ce rappel visuel d’une lourde histoire de famille n’a pas empêché les deux chefs d’Etat d’entonner un discours de rupture. “Nous ignorons vous et moi le contenu réel de ce qui est parfois appelé “Françafrique”, a lancé M. Bongo. La politique des tutorats, des réseaux, des leçons est révolue.” En écho, M. Sarkozy déclarait : “Je n’appartiens pas à la génération de la colonisation. Je n’en ai pas les réseaux (…), je n’en ai pas non plus les complexes.”

Sur ce socle commun, les deux présidents ont affiché une complicité parfaite pour “refonder une relation privilégiée”. M. Sarkozy donnant du ” mon cher Ali” à son partenaire et prônant “une transparence (…) au centre de notre relation, afin d’en finir avec les clichés, les fantasmes et les procès d’intention”. M. Bongo affirmant vouloir “faire entrer la relation entre nos deux pays dans une nouvelle ère”. L’engagement d’Ali Bongo d’agir afin que “nos manquements ne soient plus imputés à d’autres (les Français),” lui valut un satisfecit de son pair.

M. Sarkozy n’était pas venu les mains vides. Après s’être incliné, à Franceville (est du pays), devant la sépulture d’Omar Bongo qui dirigea le pays pendant quarante-deux ans, le président français a exprimé “du fond du coeur”, à Libreville, sa “grande confiance” en Ali Bongo, dont l’élection en octobre 2009 a été contestée, répétant avec insistance qu’il n’avait pas été le candidat de la France. Nouvel accord de défense, maintien de la base militaire française de Libreville, formation des forces de police, aide au développement agricole, à la défense de l’environnement : le panier de M. Sarkozy était garni, en application d'”un nouveau contrat” concrétisant un “partenariat équilibré et transparent”. En contrepartie, la France attend un soutien du Gabon au Conseil de sécurité de l’ONU, où il siège jusqu’à la fin 2011.

A propos de la place déclinante des entreprises françaises au Gabon, le président français a affirmé qu’il était normal que “la France comme le Gabon (aient) diversifié leurs partenaires. Il n’existe plus de pré carré et je ne le regrette pas”, a-t-il ajouté, tout en rappelant que les entreprises françaises ont été “les premières à s’intéresser à vous” et en prônant une concurrence “à armes égales “.

L’occasion de cet accueil chaleureux était trop belle. Sortant fréquemment de la version écrite de son discours, M. Sarkozy a tenté de corriger l’interprétation méprisante à l’égard de l’Afrique qui avait été faite de son discours de Dakar de 2007. “J’aime l’Afrique”, s’est-il écrié après avoir prolongé les délices d’un bain de foule. Le respect des anciens pratiqué en Afrique “devrait nous inspirer”, a-t-il aussi remarqué.

Tout devrait-il changer dans la relation franco-gabonaise pour que rien ne change ? Sur le tarmac de Franceville, Robert Bourgi, homme de confiance d’Omar Bongo et émissaire officieux de Nicolas Sarkozy, que l’Elysée avait invité à la discrétion, l’été dernier, à cause de son soutien trop voyant à Ali Bongo, a refait son apparition. Il se flattait d’être l’artisan de ce regain d'”amitié” entre Paris et Libreville. M. Bourgi exhibait aussi la liste officielle des membres de la délégation de M. Sarkozy sur laquelle il figurait comme “invité personnel”.

Philippe Bernard
 


SUR LE MÊME SUJET
Pascaline Bongo, fille d’Omar Bongo, a démenti mercredi toute contribution financière du défunt président Gabonais à la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy. « Je tiens à démentir formellement les propos sans fondement ni connexion avec la réalité » a fait savoir celle qui pendant un temps a occupé le poste de directrice de cabinet du président gabonais Omar Bongo. Des propos qui interviennent en réaction aux accusations de Mike Jocktane, ancien conseiller du président gabonais passé à l’opposition, qui affirme qu’Omar Bongo aurait contribué au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. La fille d’Omar Bongo a ...
Lire l'article
Omar Bongo a-t-il financé la campagne de Nicolas Sarkozy ?
Un proche du président défunt gabonais affirme dans un livre à paraître jeudi que de l'argent aurait été versé au candidat français. Un proche d'Omar Bongo affirme que le défunt président gabonais a "contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy", dans un ouvrage sur le scandale des biens mal acquis des chefs d'État africains en France, à paraître jeudi. Interrogée mardi par l'AFP, la présidence française se refuse à tout commentaire. L'accusation émane de Mike Jocktane, conseiller personnel d'Omar Bongo depuis 2005 promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition à ...
Lire l'article
Selon l’association, en plein « dictateur-gate », Paris continue de soutenir les régimes autocratiques en Afrique. Réagissant à la réception du président gabonais Ali Bongo par son homologue français Nicolas Sarkozy aujourd'hui (21/2/11), l’association Survie a souligné dans un communiqué émis ce lundi que cette réception officielle disqualifiait une fois de plus la politique étrangère de la France : "En plein 'dictateur-gate' pour Michèle Alliot Marie et François Fillon, Nicolas Sarkozy maintient le cap d'un soutien fidèle et assumé aux régimes autocratiques en Afrique en recevant, ce lundi 21 février 2011, le président gabonais, Ali Bongo. Cette réception officielle disqualifie une ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy recevra lundi son homologue gabonais Ali Bongo, qui a succédé à son père Omar Bongo en août 2009 à l'issue d'un scrutin contesté, a annoncé vendredi l'Elysée. "L'entretien portera sur les relations bilatérales entre nos deux pays ainsi que sur les questions régionales", écrit la présidence française dans un communiqué. Nicolas Sarkozy s'était rendu il y a un an au Gabon pour relancer la coopération entre Paris et Libreville et apporter son soutien au nouvel homme fort du pays. La France, ancienne puissance coloniale, a toujours été très proche de la famille Bongo. Omar Bongo a lontemps été considéré ...
Lire l'article
La "photo de famille" ne ressemble pas à celle des précédentes grand-messes franco-africaines; pour clore son premier sommet du genre, devant la presse, mardi 1er juin à Nice, Nicolas Sarkozy a choisi de s'entourer de trois chefs d'Etat dont un seul, le Camerounais Paul Biya, est francophone, rapporte le Monde .fr. Le message était clair: le président français, en s'affichant aux côtés de Jacob Zuma, président de l'Afrique du Sud, locomotive du continent, de Meles Zenawi, premier ministre d'Ethiopie (10 % de croissance par an) et de Bingu wa Mutharika, chef du petit Malawi mais surtout président de l'Union africaine, a ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat français, en visite officielle de 48 h au Gabon, a dit haut et fort soutenir le projet de société de son homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba, un projet de société qui ambitionne de faire du Gabon un pays émergent, est basé sur le triptyque : ‘’Un Gabon industriel, un Gabon vert et un Gabon des services’’. Les espoirs que la visite officielle du président Nicolas Sarkozy au Gabon avaient suscité bien des espoirs à tous les niveaux, dans le sens notamment du renforcement des liens d’amitié et de coopération entre les deux pays, vu que la France ...
Lire l'article
Par Catherine Gouëset. Candidat à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy promettait de rompre avec les archaïsmes de ses prédécesseurs dans les relations qu'entretient la France avec l'ancien pré carré africain. Sa troisième visite au Gabon depuis son élection montre que la rupture est toute relative. Rappel des étapes de la politique africaine du chef de l'Etat. AVANT A l'occasion de discours prononcé lors de voyages à Bamako (Mali) et à Cotonou (Bénin) en mai 2006, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur prêche pour un "nouvel état d'esprit dans les relations entre l'Afrique et la France". Il faut "chasser les vieux démons ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy a apporté un soutien appuyé au président gabonais Ali Bongo, vainqueur controversé du scrutin organisé l'été dernier après la mort de son père, Omar Bongo. La France et le Gabon ont confirmé le caractère privilégié de leurs relations tout en affichant leur volonté de les voir évoluer dorénavant dans une plus grande transparence lors d'une visite du président français dans ce pays d'Afrique centrale qui est le plus fidèle allié de Paris sur le continent noir. "Ce jour-là, grâce au peuple gabonais, le Gabon a confirmé son ancrage à la démocratie et franchi une étape essentielle de sa vie politique ...
Lire l'article
Des promesses de rupture aussi ambitieuses qu’illusoires...Pendant la campagne présidentielle 2007, Nicolas Sarkozy n’a pas ménagé ses critiques à l’égard du bilan africain de Jacques Chirac. À plusieurs reprises, il a publiquement dénoncé le « clientélisme », les « émissaires officieux », les « secrets », le « paternalisme », les « détournements de l’aide au développement », le « domaine réservé de l’Elysée » en matière de politique africaine [1]. Le leader UMP promettait alors une nouvelle politique démocratique et humaniste, soucieuse d’un capitalisme éthique et moralisé. Ces principes étaient inscrits noir sur blanc dans le programme présidentiel : « ...
Lire l'article
Gabon : d’après sa fille, Omar Bongo n’a pas financé la campagne de Nicolas Sarkozy
Omar Bongo a-t-il financé la campagne de Nicolas Sarkozy ?
L’association ”Survie” critique la réception d’Ali Bongo par Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy reçoit Ali Bongo lundi à l’Elysée
Sommet de Nice: Nicolas Sarkozy veut tourner la page de la Françafrique (Par Philippe Bernard)
Gabon: Nicolas Sarkozy exprime son soutien ferme à Ali Bongo Ondimba
Promesses et realpolitik: La Françafrique de Nicolas Sarkozy, changement… et continuité
Au Gabon, Nicolas Sarkozy apporte un soutien appuyé à Ali Bongo
Nicolas Sarkozy et la Françafrique
Bongo Doit Partir


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 fév 2010
Catégorie(s): Coopération,Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Au Gabon, Nicolas Sarkozy et Ali Bongo s’engagent à enterrer la “Françafrique”

  1. merde

    27 juil 2010 a 11:28

    c.est vachement la merde,
    homme noir nothing
    homme blanc everything
    pauve negre you have to be ashame of your colour of skin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>