Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sarkozy reconnaît des “erreurs” de la France au Rwanda

Auteur/Source: · Date: 25 Fév 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde

Par LEXPRESS.fr avec AFP.

La visite de Nicolas Sarkozy au Rwanda, la première d’un président français depuis le génocide de 1994, intervient trois mois après la reprise officielle des relations diplomatiques entre les deux pays.

Le président français Nicolas Sarkozy a reconnu ce jeudi à Kigali de “graves erreurs d’appréciation” et “une forme d’aveuglement” de la part de la France comme de la communauté internationale au moment du génocide de 1994 au Rwanda, lors d’une conférence de presse commune avec son homologue rwandais Paul Kagame.

“Ce qui s’est passsé ici est inacceptable, mais ce qui s’est passé ici oblige la communauté internationale, dont la France, à réfléchir à ses erreurs qui l’ont empêchée de prévenir et d’arrêter ce crime épouvantable”, a déclaré Sarkozy.

Parmi ces erreurs, Nicolas Sarkozy a notamment évoqué de “graves erreurs d’appréciation, une forme d’aveuglement quand nous n’avons pas vu la dimension génocidaire du gouvernement du président qui a été assassiné, des erreurs dans une opération Turquoise engagée trop tardivement et sans doute trop peu”, a poursuivi le chef de l’Etat français.

L’opération Turquoise a été lancée en juin 1994 par l’armée française, trois mois après le début du génocide.

Depuis le génocide de 1994, le régime de Paul Kagame a accusé la France de complicité de génocide pour avoir soutenu le régime de son prédécesseur Juvenal Habyarimana. Paris a toujours rejeté ces accusations.

Le président Nicolas Sarkozy visite le musée du mémorial du génociade au Rwanda, le 25 février 2010 à Kigali
Peu avant, le président français s’est rendu au mémorial consacré aux victimes du génocide de 1994. “Au nom du peuple français, je m’incline devant les victimes du génocide des Tutsis”, a écrit jeudi à Kigali le président français Nicolas Sarkozy sur le livre d’or du mémorial consacré à ces victimes. “L’humanité conservera à jamais la mémoire de ces innocents et de leur martyr”.

Accompagné des ministres rwandais des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo et de la Culture Joseph Habineza, le chef de l’Etat français a d’abord observé une minute de silence devant l’une des quatorze fosses communes du mémorial, où sont inhumés les corps de plus de 250 000 victimes, et y a déposé une gerbe.

Avec sa délégation, qui comprend le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner, Nicolas Sarkozy a ensuite visité pendant vingt minutes le musée. Celui-ci retrace l’histoire du Rwanda depuis la colonisation belge jusqu’au génocide, qui a fait plus de 800 000 morts (selon l’ONU) en grande majorité d’ethnie tutsie, et l’arrivée au pouvoir de l’actuel président Paul Kagamé.

A deux reprises, Sarkozy a été interpellé par le guide du musée sur le rôle de la France dans les événements de 1994. Depuis cette date, le régime de Paul Kagame accuse la France de complicité dans le génocide pour avoir soutenu le régime de son prédécesseur Juvenal Habyarimana. Paris a toujours rejeté ces accusations.

Devant une photographie montrant un véhicule militaire français passant devant un groupe de civils armés de fusils, accompagné d’une légende indiquant que “la France a joué un rôle en armant et en entraînant les forces armées rwandaises”, le guide lui a lancé: “ici, c’est la responsabilité des Français”. Nicolas Sarkozy est resté muet.

Le même guide lui a ensuite montré un portrait de l’ex-secrétaire général de l’ONU Kofi Annan en rappelant à son visiteur que “lui a demandé pardon” pour les errements de la communauté internationale en 1994. Là encore, le président français n’a rien répondu.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le député de Corrèze François Hollande a jugé lundi que la victoire de la gauche au second tour des élections régionales était "une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy". "Il y a une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy. Il faut qu'il l'entende. Il y a une sanction à travers le vote en faveur de la gauche. Il y a une sanction dans l'abstention où son électorat s'est sans doute réfugié. Et, hélas, une sanction à travers la poussée de l'extrême droite", a-t-il affirmé sur France Info. L'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste appelle le gouvernement à changer de politique. ...
Lire l'article
À l’occasion de sa visite au Gabon et au Rwanda, les 24 et 25 février, le chef de l’État français entendait tourner la page. Il y est indiscutablement parvenu dans le second pays. Nettement moins dans le premier. Le monument blanc qui trône à l’entrée de la Cité de la démocratie, à Libreville, est à moitié repeint. Ou à moitié décrépi, tout dépend du point de vue. Il est en tout cas à l’image des relations franco-africaines, thème longuement abordé pendant les trente heures passées par Nicolas Sarkozy sur le continent : à moitié rafraîchies ou à moitié désuètes. Tout dépend du ...
Lire l'article
La visite, aujourd’hui, de Nicolas Sarkozy au Rwanda semble sonner le glas de toute enquête sur la responsabilité de la France dans le massacre de près d’un million de Tutsis par les milices hutues en 1994. D’une pierre deux coups. C’est ainsi que l’on pourrait résumer le voyage africain de Nicolas Sarkozy. De Libreville (Gabon) à Kigali (Rwanda), il conforte la place de la France dans son pré carré (lire ci-dessous), l’Afrique de l’Ouest francophone où il avait pris quelques coups ces derniers temps, et il tente de passer à l’offensive en ouvrant une nouvelle page des relations avec le Rwanda, ...
Lire l'article
Jeudi à Kigali, il a mentionné les "erreurs" de "la communauté internationale, dont la France", lors du génocide de 1994 Lors d'une conférence de presse avec son homologue rwandais Paul Kagame, Nicolas Sarkozy a reconnu de "graves erreurs d'appréciation" et "une forme d'aveuglement" de la part de la France comme de la communauté internationale au moment du génocide de 1994 au Rwanda. Il a demandé par ailleurs que tous les génocidaires soient "retrouvés et punis". "Ce qui s'est passé ici est inacceptable, mais ce qui s'est passé ici oblige la communauté internationale, dont la France, à réfléchir à ses erreurs qui l'ont empêchée ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé mercredi au Gabon pour apporter son soutien au nouveau chef de l'Etat du pays, Ali Bongo Ondimba, et réaffirmer sa volonté d'en finir avec les relations troubles de la "Françafrique". C'est la deuxième visite de M. Sarkozy au Gabon, après celle qu'il avait faite en juillet 2007 au père de l'actuel chef de l'Etat, Omar Bongo, allié historique de la France qui a tenu le pays d'une main de fer pendant plus de 40 ans, jusqu'à sa mort en juin 2009 à l'âge de 73 ans. Le président français a été l'un des premiers ...
Lire l'article
Comme annoncé, le chef de l’État français se rendra donc au Gabon et au Rwanda les 24 et 25 février prochains. À Franceville, il ira se recueillir au mausolée de l’ancien président gabonais – une suggestion de son conseiller Robert Bourgi, qui devrait être de l’étape –, avant de s’entretenir avec Ali Bongo Ondimba et de passer la nuit à Libreville. Ce dernier, ravi de la venue – et donc du soutien – de Nicolas Sarkozy, fait préparer minutieusement la visite d’État depuis plusieurs semaines. L’accueil sera beaucoup plus sobre à Kigali, parfaitement étranger à tout ce qui relève du folklore ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy se rendra au Rwanda le 25 février, a indiqué l'Elysée aujourd'hui , pour une visite qui sera la première d'un président français dans ce pays depuis le génocide de 1994. Il se rendra au préalable, le 24 février, au Gabon, a également indiqué l'Elysée. Lors de ses voeux au corps diplomatique, le 22 janvier, Nicolas Sarkozy avait indiqué qu'il se rendrait à Libreville puis à Kigali en février. La France et le Rwanda ont renoué leurs relations diplomatiques fin novembre, après trois ans de brouille. Les relations entre les deux pays avaient été rompues en novembre 2006, après l'émission par la ...
Lire l'article
Le président français avait salué un ami fidèle de la France et une haute figure de l'Afrique après la mort lundi d'Omar Bongo et exprimé beaucoup de "tristesse et d'émotion". "La France, fidèle à sa longue relation d'amitié, demeure, dans cette épreuve, aux cotés du Gabon, de ses institutions et de son peuple", écrivait-il. La mort d'Omar Bongo, survenue à Barcelone à l'âge de 73 ans après 41 ans au pouvoir, a relancé en France le débat sur la "Françafrique", les relations des hommes politiques français avec les dirigeants des pays d'Afrique de l'Ouest, notamment les accusations de financement occulte. L'ex-président Valéry Giscard ...
Lire l'article
Le président rwandais, Paul Kagame, a menacé de riposter, mercredi 12 novembre, à l'arrestation dimanche en Allemagne de sa directrice du protocole sur un mandat d'arrêt d'un juge français, pour sa participation présumée à l'attentat contre l'avion du président rwandais Habyarimana en avril 1994, élément déclencheur du génocide dans ce pays. "Si le monde continue de croire qu'un juge en France (...) peut lancer un mandat contre un ministre du Rwanda (...), alors j'estime que le contraire est vrai, que nos juges au Rwanda (...) peuvent lancer un mandat contre des personnes en Europe, en France ou dans d'autres pays", ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
France: Régionales: “une triple sanction à l’égard de Nicolas Sarkozy”, selon François Hollande
Rwanda: Le grand écart de Sarkozy
Rwanda. Un rapprochement sur le dos des victimes du génocide
Rwanda: Sarkozy évoque les “erreurs” de la France
Sarkozy au Gabon pour tourner la page de la “Françafrique”
France-Afrique : Sarkozy, de Libreville à Kigali
Sarkozy ira au Rwanda et au Gabon
Gabon – France: Sarkozy assistera aux obsèques de Bongo mardi à Libreville
Le Rwanda menace de faire arrêter des Français
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 Fév 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*