Socialisez

FacebookTwitterRSS

Nicolas Sarkozy au Gabon: Des observateurs dénoncent

Auteur/Source: · Date: 26 Fév 2010
Catégorie(s): Société

La Françafrique version Sarkozy
La visite de Nicholas Sarkozy mercredi 24 février 2010 au Gabon, la troisième du genre depuis qu’il a été élu à la présidence française, a surpris de nombreux observateurs des relations politiques entre la France à l’Afrique. Pour l’essentiel, Nicolas Sarkozy et Ali Bongo ont paraphé un nouvel accord de défense qui confirme le maintien de la base militaire française à Libreville. Un accord qui institue des rapports plus transparents entre les deux pays. Les deux chefs d’Etat ont promis que le document sera soumis aux Parlements des deux pays, puis rendu public. A propos de l’accord de défense franco-gabonais, il a lancé: «Il n’y aura pas de clause secrète», jurant vouloir en finir avec «les clichés, les fantasmes et les procès d’intention». Il a aussi nié toute implication de la France dans l’élection d’Ali Bongo à la tête du Gabon. «Je défie quiconque de prouver que la France avait un candidat» a déclaré Nicholas Sarkozy.

Ali Bongo admet que les relations France-Afrique ont jusqu’ici été inégales
Abordant la question des relations entre la France et l’Afrique, le président Français s’est prononcé en faveur de l’ouverture et du partenariat gagnant-gagnant. Ces relations, «nous souhaitons qu’elles soient exemplaires», a insisté le chef de l’État français dans le discours qu’il a prononcé à Libreville. «Moins de mauvaises habitudes, des progrès plus concrets, des projets privilégiés», a préconisé le président de la République en se prononçant encore pour des «relations décomplexées». «Il n’existe plus de pré carré et je ne le regrette pas», a encore déclaré Nicolas Sarkozy, en écho à Ali Bongo qui, quelques instants plus tôt, avait affirmé : «La politique des tutorats, des réseaux et des leçons est dépassée.» Avec le Gabon, comme avec les autres pays du continent, le mot-clé mis en avant est celui de «partenariat». Même son de cloche pour Ali bongo qui a plaidé pour l’instauration d’un «réel partenariat gagnant-gagnant» avec l’ex-puissance coloniale, une façon de dire qu’il ne l’a jamais été jusqu’ici.
Résoudre les problèmes
Derrière les solennités et les bonnes paroles, les observateurs sont restés très attentifs. Le président français n’a pas la réputation de se balader pour le plaisir. Trois problèmes au moins ont justifié son déplacement au Gabon. Le premier selon les experts est qu’il fallait qu’il trouve une nouvelle base pour l’armée française basée au Sénégal. Selon certaines sources, le Président sénégalais, Abdoulaye Wade, aurait souhaité ne plus avoir de base permanente française. Restait le Gabon comme pays côtier et francophone, le Cameroun et le Togo ayant déjà signé de nouveaux accords excluant la présence de base permanente. D’un autre coté le bois gabonais attire de nombreuses convoitises, une réalité que Sarkozy ne peu ignorer. De même le dossier AREVA reste pendant. Le voyage du président Sarkozy a débuté à Franceville, ville proche de la localité dans laquelle ont été déclaré des pollutions par le groupe Français qui nie toute responsabilité.

Les experts critiquent un partenariat d’opportunisme
Certains autres experts dénoncent pour leur part la politique trop intéressée du président Français. L’objectif de clarté et de transparence des accords militaires relève selon eux, de l’exigence du parlement français depuis plusieurs années de disposer de données claires sur le budget de la coopération militaire de la France en Afrique. Jusqu’à une date très récente, la coopération militaire était gérée par une des directions du ministère de la coopération, au lieu du ministère de la défense. En plus, la France en s’installant à Libreville profite pour renforcer sa position stratégique dans le Golfe de Guinée. Les observateurs ont été surpris que la France signe avec le Gabon un contrat de près de 5 milliards de Francs CFA, financés avec le Brésil, pour permettre la mise en orbite d’une station satellitaire afin d’assurer le suivi de la deuxième forêt équatoriale du monde et le stockage de carbone, plutôt que de le faire avec les pays du Bassin du Congo au complet. Les experts croient peu aux idées de rupture prônée par Sarkozy. Dans la foule à Libreville, Maître Robert Bourgi un des hommes clés de la Francafrique était présent. «Invité personnel» du Président français. Juste avant l’élection, ce dernier avait déclaré publiquement qu’il soutenait Ali Bongo, provoquant la colère de l’opposition gabonaise.
 


SUR LE MÊME SUJET
Selon l’association, en plein « dictateur-gate », Paris continue de soutenir les régimes autocratiques en Afrique. Réagissant à la réception du président gabonais Ali Bongo par son homologue français Nicolas Sarkozy aujourd'hui (21/2/11), l’association Survie a souligné dans un communiqué émis ce lundi que cette réception officielle disqualifiait une fois de plus la politique étrangère de la France : "En plein 'dictateur-gate' pour Michèle Alliot Marie et François Fillon, Nicolas Sarkozy maintient le cap d'un soutien fidèle et assumé aux régimes autocratiques en Afrique en recevant, ce lundi 21 février 2011, le président gabonais, Ali Bongo. Cette réception officielle disqualifie une ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy recevra lundi son homologue gabonais Ali Bongo, qui a succédé à son père Omar Bongo en août 2009 à l'issue d'un scrutin contesté, a annoncé vendredi l'Elysée. "L'entretien portera sur les relations bilatérales entre nos deux pays ainsi que sur les questions régionales", écrit la présidence française dans un communiqué. Nicolas Sarkozy s'était rendu il y a un an au Gabon pour relancer la coopération entre Paris et Libreville et apporter son soutien au nouvel homme fort du pays. La France, ancienne puissance coloniale, a toujours été très proche de la famille Bongo. Omar Bongo a lontemps été considéré ...
Lire l'article
Le député de Corrèze François Hollande a jugé lundi que la victoire de la gauche au second tour des élections régionales était "une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy". "Il y a une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy. Il faut qu'il l'entende. Il y a une sanction à travers le vote en faveur de la gauche. Il y a une sanction dans l'abstention où son électorat s'est sans doute réfugié. Et, hélas, une sanction à travers la poussée de l'extrême droite", a-t-il affirmé sur France Info. L'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste appelle le gouvernement à changer de politique. ...
Lire l'article
Gabon - Mercredi 24 février, Nicolas Sarkozy s'est rendu au Gabon où il a visité une usine du groupe forestier français Rougier. Pour l'association écologiste Greenpeace, en effectuant cette visite, le président a agi comme un représentant de commerce "de l'exploitation des forêts tropicales". "Cette visite trahit la vision qu’a Nicolas Sarkozy des forêts tropicales et la manière dont il entend les protéger, affichant le soutien unilatéral de la France aux industriels du bois. Le président français semble encore considérer les forêts comme une simple matière première" a déploré Grégoire Lejonc, chargé de campagne forêts pour Greenpeace France. En novembre dernier, le ...
Lire l'article
Le président français est arrivé au Gabon pour une visite dominée par la signature d'un nouveau partenariat global avec ce fidèle allié de la France en Afrique. Le président français est arrivé ce mercredi matin à Franceville, troisième ville du Gabon, pour une visite d'une journée destinée à donner un "nouvel élan" à la relation entre les deux pays, six mois après l'élection contestée du fils d'Omar Bongo à la tête du pays. Nicolas Sarkozy a été accueilli à sa descente d'avion par son homologue Ali Bongo et une foule de plusieurs centaines de personnes rassemblées à l'aéroport de Mvengué, au coeur ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat Gabonais, Ali Bongo Ondimba est à Franceville (capitale provinciale du Haut – Ogooué, sud – est) depuis ce mardi, en début d’après – midi, où il va accueillir, mercredi en matinée, son homologue Français, Nicolas Sarkozy, en mini tournée africaine. Le Gabon par Franceville et Libreville, sa capitale, vont constituer la première étape de la tournée africaine de Nicolas Sarkozy qui va ensuite se rendre à Kigali, au Rwanda. La visite de 48 heures du chef de l’Etat français au Gabon sera marquée de symboles du point de vue des relations qu’entretiennent Paris et Libreville. Car de ...
Lire l'article
Le président français, Nicolas Sarkozy arrive mercredi à Franceville (650 km au sud-est de Libreville), pour une visite d’amitié et de travail de 24 heures. Selon des sources autorisées, le président français sera reçu par son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba qui devrait quitter Libreville ce mardi pour le chef-lieu de la province du Haut-Ogooué. Le numéro un français, au cours de son séjour à Franceville visitera le Centre internationale de recherches médicales de Franceville (CIRMF). Ce centre dont la renommée scientifique dépasse largement les frontières nationales est en partie financé par la société TOTAL GABON, filiale du groupe pétrolier français TOTAL. Selon les ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le président français Nicolas Sarkozy a adressé ses félicitations et ses vœux de succès à Ali Bongo Ondimba, proclamé jeudi dernier nouveau chef de l’Etat gabonais, à l’issue du scrutin du 30 août, selon un message dont l’AGP a reçu copie lundi. ’’ (…) Je suis heureux de vous adresser mes félicitations et mes vœux de succès pour l’exercice des hautes responsabilités qui vous attendent’’, écrit M. Sarkozy dans ce message daté du 6 septembre. ’’Au-delà de ces défis gabonais, cette élection est venue souligner l’existence d’un défi commun, celui de la refondation de relations étroites, partenaires et équilibrées ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Après le drame qui a coûté la vie, lundi et mardi à 10 soldats français engagés sur le front de la restauration de la paix en Afghanistan, le président gabonais, Omar Bongo Ondimba, a adréssé mercredi, via un communiqué de presse paru dans le quotidien national l’ « Union » ses condoléances à Nicolas Sarkozy, président de la République française. Relavant au préalable les faits, le président Bongo Ondimba, à travers ce communiqué déclare: « le contingent militaire français en Afghanistan vient d’enregistrer, suite à une embuscade meurtrière, la perte cruelle de dix soldats. A cet effectif considérable s’ajoutent ...
Lire l'article
L’association ”Survie” critique la réception d’Ali Bongo par Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy reçoit Ali Bongo lundi à l’Elysée
France: Régionales: “une triple sanction à l’égard de Nicolas Sarkozy”, selon François Hollande
Greenpeace décrit Nicolas Sarkozy comme un “VRP de l’exploitation des forêts”
Nicolas Sarkozy en visite au Gabon
Ali Bongo Ondimba à Franceville pour accueillir mercredi son homologue français, Nicolas Sarkozy
Arrivée de Nicolas Sarkozy mercredi au Gabon
Gabon/France : Nicolas Sarkozy adresse ses félicitations et ses vœux à Ali Bongo Ondimba
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
Gabon: Bongo Ondimba adresse ses condoléances à Nicolas Sarkozy après la perte de dix soldats en Afghanistan


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Fév 2010
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*