Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sénégal: départ annoncé de 900 militaires français, rude coup pour l’économie

Auteur/Source: · Date: 26 fév 2010
Catégorie(s): Afrique

Quand ils ont appris que la France fermerait ses bases militaires à Dakar, certains Sénégalais ont dit: “il était temps”, 50 ans après l’indépendance du pays. Mais l’anxiété a aussitôt gagné des milliers de familles dont les revenus dépendent de la présence des militaires français.

“S’ils partent, comment ferons-nous pour vivre?” La question tourmente Coumba Ndiaye, mère de famille d’une cinquantaine d’années, depuis que Dakar a annoncé le 19 février que les bases françaises fermeraient, “en vertu d’un accord qui sera signé avant le 4 avril”.
La France n’a prévu de garder que 300 soldats au Sénégal, soit 900 de moins qu’aujourd’hui, a confirmé mercredi à Libreville le président français Nicolas Sarkozy.
En revanche, elle maintient sa base militaire d’un millier d’hommes dans la capitale du Gabon.

Pour Coumba Ndiaye, c’est la fin d’un monde. “Qu’allons-nous faire? Avec cette vie dure et le chômage partout au Sénégal ?”, demande cette mère de famille en boubou, employée depuis 29 ans au service “restauration et hébergement” de la Base aérienne (BA) 160, dans le quartier de Ouakam.
“Nous sommes en ordre de bataille pour défendre nos intérêts. Si les bases militaires ferment, qu’est-ce que nous allons devenir?”, renchérit le Oumar Mbodj, un responsable du syndicat national des personnels civils sénégalais des bases françaises dans ce pays.

Car les bases font actuellement travailler au moins “3.000 civils” sénégalais, dont 400 sous contrat, sont payés directement par l’armée française, selon une source à l’ambassade de France.
Les Sénégalais qui s’activent comme gardiens, jardiniers, employés de maisons, font chacun souvent vivre autour d’eux une dizaine de personnes.
“Le départ des Français ne fait pas notre affaire! Beaucoup de Fatou (nom désignant couramment les employées de maisons des expatriés, ndlr) vont se retrouver au chômage”, commente une “bonne” rencontrée à Ouakam.
Ouakame est un ancien village traditionnel devenu un quartier à part entière de la capitale sénégalaise. C’est le lieu de naissance de l’ancienne candidate à la présidence de la République française, Ségolène Royal, fille d’un militaire français qui fut affecté à Dakar…

Aux abords de la BA 160, le vendeur Yaya Mané est assis devant un étalage de statuettes, masques et figures d’animaux. “Je ne veux même pas penser à ce départ. Tous nos clients ou presque sont des militaires français”, dit-il. Autour de lui, des compatriotes écoulent des cartes de crédit téléphonique, des cigarettes, des nappes de table…
Pourquoi la fermeture des bases françaises a-t-elle été finalement décidée?, se demande à présent la presse sénégalaise, tentant de connaître les dessous des négociations.
En période de boom immobilier, Le Quotidien a accusé les autorités sénégalaises de vouloir “faire main basse sur les énormes emprises foncières de la base de Bel-Air”, camp français situé en bord de mer.

Mais pour l’hebdomadaire indépendant Le Témoin, le départ des troupes françaises constitue “une séparation douloureuse, certes, mais ô combien salutaire!”.
“Il était temps que, effectivement, l’Afrique se libérât enfin de la présence des bases militaires étrangères sur son sol”, juge ce journal, tout en s’inquiétant du “rude coup porté à une économie déjà si fragile”.
Les militaires français avaient des employés. Ils consommaient aussi. Et le Témoin a même une pensée pour “l’industrie de la prostitution qu’ils entretenaient, les bars-restaurants et boîtes de nuit qu’ils faisaient tourner.”
 


SUR LE MÊME SUJET
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Les violences à Dakar ont fait un mort après la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat présidentiel, bien que la Constitution limite le nombre de mandats possibles à deux. Youssou N'Dour, dont la candidature a été écartée, parle d'un "coup de force". Les premiers heurts ont éclaté dès vendredi soir à Dakar, puis dans plusieurs villes sénégalaises, avec l'annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle. Une annonce d'autant plus mal perçue par les opposants au président que, parallèlement, la candidature du très populaire Youssou N'Dour était, elle, ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : aucune charge retenue contre les trois anciens militaires français arrêtés à Abidjan
Par Baudelaire Mieu, à Abidjan Dénouement heureux dans l’affaire des trois anciens militaires français interpellés le 20 août dernier à Abidjan pour "atteinte à la sûreté de l’État". L'enquête qui les visait n'a rien donné. Et les regards se tournent désormais vers le controversé commandant ivoirien Issiaka Wattao, à l'origine de l'arrestation des trois hommes. Les colonels de gendarmerie Jean-Marie Fontaine, Jean Grégoire Charaux et l’ex-adjudant de la légion étrangère Laurent Alvarès ont été arrêtés le 20 août dernier à Abidjan par des éléments du commandant Issiaka Wattao, numéro deux de la Garde républicaine ...
Lire l'article
Le ministre de la Défense doit présenter cet après-midi les évolutions du dispositif militaire français en Afrique aux députés de la commission des affaires étrangères. Au terme des évolutions en cours, liées à la rénégociation des accords de défense, on devrait compter moins de 5000 militaires sur le continent, contre 30.000 au moment des indépendances, dont on fête cette année le cinquantenaire. Concernant les forces de présence, trois pays sont concernés : Djibouti, Gabon et Sénégal. Au Sénégal, les forces françaises, en très forte diminution (de 1200 à 300) pourraient voir leur statut évoluer, avec la disparition programmée du 23ème ...
Lire l'article
L’armée française a officiellement restitué les terres qu’elle occupait à Dakar aux autorités sénégalaises, a constaté mercredi, un journaliste d’AfriSCOOP. Ambiance morose mercredi sur la place d’armes du camp Bel Air de la capitale sénégalaise. Une cérémonie « symbolique » de restitution prochaine de terres est organisée entre les armées française et sénégalaise. Remplacement du drapeau tricolore par celui de l’ancienne colonie. Exécution des hymnes nationaux sous les honneurs du vice-amiral français Philippe Combes et de son homologue sénégalais Abdoulaye Fall. Aucun discours. Et, à juste titre. Avec cette cérémonie, la France met insidieusement fin à la présence de quelques 1.200 hommes ...
Lire l'article
Sous la pression de Dakar, Paris a annoncé une réduction considérable de sa présence militaire au Sénégal. Une décision politique dont les conséquences économiques inquiètent au plus haut point le personnel sénégalais employé par l’administration française. C’est à Libreville que le président français l’a confirmé, le 24 février. La France ne conservera que 300 soldats au Sénégal, contre 1 200 actuellement. Une décision politique dont les modalités ne sont pas encore connues mais qui inquiète les 400 employés du « Personnel de recrutement local » (PRL) répartis sur les trois sites des Forces françaises du Cap-Vert (FFCV) à Dakar (23e Bataillon ...
Lire l'article
Les bases militaires françaises devraient quitter Dakar à la suite d'un accord qui doit être signé le 4 avril, mais devrait conserver une présence au avec un "pôle de coopération militaire". Cet accord pourrait signifier pérennisation de celle de Libreville. La France s'apprête à fermer ses bases militaires au Sénégal mais entend y conserver un "pôle de coopération militaire à vocation régionale", a-t-on appris vendredi soir auprès du ministère de la Défense. 1 200 soldats français concernés "Le concept de base a vécu et on va vers autre chose, la mise en place d'un pôle de coopération régionale", a-t-on déclaré dans l'entourage ...
Lire l'article
Le ministre français de la Défense Hervé Morin a annoncé mercredi que la France allait maintenir ses deux bases militaires permanentes de Libreville et Dakar, sur la façade atlantique de l'Afrique. "L'idée est que nous maintenions Libreville et Dakar", a déclaré M. Morin devant la presse, indiquant que "dans l'état actuel des choses, nos forces restent au Gabon". Selon le Livre blanc sur la Défense, signé du président Nicolas Sarkozy et publié au printemps 2008, la France devait réduire les implantations permanentes françaises en Afrique à "deux pôles (...), un pour chaque façade, atlantique et orientale". Un choix devait ainsi être opéré entre ...
Lire l'article
La cérémonie d’adieux aux huit militaires français qui ont trouvé la mort dans le crash de l’hélicoptère français au large des côtes gabonaises le 18 janvier dernier, s’est déroulée le 21 janvier à Libreville en présence du chef d’Etat major de l’armée de terre française, Elrick Irastorza. Après la cérémonie, les corps des soldats ont été transportés à l’aéroport pour être rapatriés vers la France, où le chef de l’Etat français, Nicolas Sarkozy, leurs a rendu hommages à l’aéroport d’Orly à Paris. L’ensemble du corps diplomatique et militaire français au Gabon était réuni à Libreville dans la matinée du ...
Lire l'article
Le bilan de l'accident d'un hélicoptère français qui s'est abîmé en mer samedi au large du Gabon avec dix militaires à son bord a été porté lundi à huit morts, apprend-on au ministère de la Défense. Il y a deux rescapés, dont l'un est légèrement blessé. Dans l'attente des résultats de l'enquête sur l'origine de l'accident, l'Aviation légère de l'armée de terre (Alat) a décidé de clouer au sol les 17 autres appareils Cougar dont elle dispose, a-t-on précisé, confirmant une information du Point.fr. Chaque fois qu'il y a un accident de ce type, "on limite l'emploi des appareils tant que les circonstances ...
Lire l'article
Deux ONG, Sherpa et Transparence International, ont dénoncé vendredi à Paris un "coup de force" de Libreville qui a interdit à un avocat français de se rendre au Gabon, et demandé au gouvernement français de "faire respecter" la convention d'entraide judiciaire entre les deux pays. Me Thierry Lévy devait se rendre à Libreville pour défendre cinq Gabonais incarcérés pour "propagande" après avoir réclamé des comptes sur la gestion financière de leur pays. Mais la police aux frontières à l'aéroport parisien de Roissy l'a "empêché" jeudi matin d'embarquer après l'annulation de son visa par l'ambassade du Gabon. "Nous sommes en présence d'un ...
Lire l'article
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Côte d’Ivoire : aucune charge retenue contre les trois anciens militaires français arrêtés à Abidjan
Secret Défense: Il y aura bientôt moins de 5000 militaires français en Afrique
La France quitte « symboliquement » le Sénégal
Sénégal: Retrait militaire français : combien ça coûte ?
Sénégal: La France s’apprête à fermer ses bases militaires
La France maintient ses bases militaires permanentes à Libreville et Dakar
Gabon : Les hommages aux militaires français morts dans le crash
Huit militaires français morts au large du Gabon
Avocat français empêché d’aller au Gabon: “coup de force”, selon deux ONG


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 fév 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>