Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sénégal: Retrait militaire français : combien ça coûte ?

Auteur/Source: · Date: 1 Mar 2010
Catégorie(s): Afrique

Sous la pression de Dakar, Paris a annoncé une réduction considérable de sa présence militaire au Sénégal. Une décision politique dont les conséquences économiques inquiètent au plus haut point le personnel sénégalais employé par l’administration française.

C’est à Libreville que le président français l’a confirmé, le 24 février. La France ne conservera que 300 soldats au Sénégal, contre 1 200 actuellement. Une décision politique dont les modalités ne sont pas encore connues mais qui inquiète les 400 employés du « Personnel de recrutement local » (PRL) répartis sur les trois sites des Forces françaises du Cap-Vert (FFCV) à Dakar (23e Bataillon d’infanterie marine « Bima » de Bel Air, Base aérienne 160 de Ouakam et Unité marine).
« Nous demandons la prise en compte de la dimension sociale dans les négociations entre la France et le Sénégal », déclarait Ndiouga Wade, secrétaire général du Syndicat national des armées, des services de sécurité public privé et assimilés (Synpas), au lendemain du discours de Nicolas Sarkozy. Avec des salaires mensuels moyens de 700 euros et de nombreux avantages sociaux, les PRL sont mieux lotis que la majorité des Sénégalais. A tel point que selon Ndiouga Wade – qui est également comptable de la Marine française depuis 28 ans -, beaucoup empruntent pour acquérir des logements dans une cité en construction à Mbao (18 kilomètres de Dakar).

3 000 emplois menacés

« En plus, de nombreux jeunes, ayant parfois moins de trente ans, sont employés par les FFCV qui leur offrent un plan de carrière. Il y a vraiment de quoi s’inquiéter », ajoute le syndicaliste, qui précise que ce sont près de 3 000 emplois qui sont en réalité menacés. Sur les 1 200 militaires postés au Sénégal, 500 y vivent avec leur famille et emploient ménagères, cuisiniers, chauffeurs, jardiniers…
Le retrait des FFCV aura en outre des conséquences sur une centaine d’entreprises entretenant des relations commerciales avec l’armée française. L’impact financier du retrait français serait de l’ordre de 25 à 30 millions d’euros de manque à gagner pour les Sénégalais. Selon le Synpas, la question de la souveraineté avancée par l’État du Sénégal pour expliquer la nouvelle donne est donc un « faux problème quand on le compare aux avantages à tirer de la présence française au Sénégal ». Reste que le départ des Français fera bien des heureux : les 40 ha du cantonnement de Bel-Air, situé juste en face de l’île de Gorée, attire depuis longtemps les convoitises des promoteurs immobiliers…
 


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal: l’opposition entre en campagne, unie pour exiger le retrait de Wade
L'opposition sénégalaise a tenu dimanche à Dakar son premier meeting de la campagne électorale pour l'élection présidentielle du 26 février sous la bannière de "l'unité" et avec un unique mot d'ordre: "Wade doit retirer sa candidature!". Un peu plus d'un millier de personnes se sont retrouvées en fin d'après-midi sur la place de l'Obélisque, esplanade devenue le lieu symbole de la contestation contre la participation du chef de l'Etat sortant au scrutin. Sur l'estrade, le décor est planté: "Pas d'élection présidentielle au Sénégal avec Wade", proclame une large banderole signée du Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe opposants et représentants de ...
Lire l'article
Par Cheikh Yérim Seck Pour les pays en développement, participer à une session ordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU représente une dépense non négligeable. Chaque délégation comprend en effet, outre le chef de l’État (ou celui de la diplomatie), l’ambassadeur du pays à New York, le directeur de cabinet, le secrétaire général, ainsi que le chef de la division des organisations internationales au ministère des Affaires étrangères. Plus tous les ministres concernés par les débats en cours. Et, bien sûr, la suite du chef d’État : famille, garde rapprochée, conseillers, etc. Il faut transporter, pourvoir en per diem et loger tout ce joli ...
Lire l'article
L’armée française a officiellement restitué les terres qu’elle occupait à Dakar aux autorités sénégalaises, a constaté mercredi, un journaliste d’AfriSCOOP. Ambiance morose mercredi sur la place d’armes du camp Bel Air de la capitale sénégalaise. Une cérémonie « symbolique » de restitution prochaine de terres est organisée entre les armées française et sénégalaise. Remplacement du drapeau tricolore par celui de l’ancienne colonie. Exécution des hymnes nationaux sous les honneurs du vice-amiral français Philippe Combes et de son homologue sénégalais Abdoulaye Fall. Aucun discours. Et, à juste titre. Avec cette cérémonie, la France met insidieusement fin à la présence de quelques 1.200 hommes ...
Lire l'article
Quand ils ont appris que la France fermerait ses bases militaires à Dakar, certains Sénégalais ont dit: "il était temps", 50 ans après l'indépendance du pays. Mais l'anxiété a aussitôt gagné des milliers de familles dont les revenus dépendent de la présence des militaires français. "S'ils partent, comment ferons-nous pour vivre?" La question tourmente Coumba Ndiaye, mère de famille d'une cinquantaine d'années, depuis que Dakar a annoncé le 19 février que les bases françaises fermeraient, "en vertu d'un accord qui sera signé avant le 4 avril". La France n'a prévu de garder que 300 soldats au Sénégal, soit 900 de moins ...
Lire l'article
Le maire de la commune de Port-Gentil, André Jules Ndjambé, a reçu vendredi, l'ambassadeur du Sénégal au Gabon, Ndiogou Ndiaye, rapporte le correspondant local de l'AGP. De passage à Port-Gentil dans le cadre d'une tournée de contact avec les Sénégalais vivant dans la capitale provinciale, M. Ndiaye, a indiqué qu'il venait saluer le premier magistrat de la ville. Les deux hommes ont fait un rapide tour d'horizon sur la présence de la colonie sénégalaise qui, aux dires du maire, ''ne pose pas de problème particulier, bien au contraire''. En effet, selon M. Ndjambé, chaque fois qu'ils ont été sollicités, les Sénégalais de Port-Gentil ...
Lire l'article
Une forte récompense est promise à celui qui aidera à capturer le voleur. Trois armes de guerres auraient été volées au camp d’entraînement militaire de l’armée française, situé dans le département du Cap Estérias, à un trentaine de kilomètres au nord de la capitale gabonaise, Libreville. Le forfait a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi, a appris Afrik.com de sources concordantes. Des éléments de l’armée française, appuyés par les forces de sécurité gabonaise, patrouillent dans la zone afin de mettre la main sur les voleurs qui leur ont subtilisé des armes, dans la nuit de jeudi à vendredi, dans ...
Lire l'article
Les recherches entamées ce dimanche après le crash d’un hélicoptère de l’armée française sur les côtes gabonaises auraient déjà permis de retrouver trois rescapés. Selon les informations parvenues à GABONEWS, l’hélicoptère militaire français procédaient aux exercices avec à son bord une dizaine de passagers. Les causes de l’accident ne sont pas encore connues et l’on annonce l’arrivée imminente du ministre français de la Défense, Hervé Morin, à Libreville. Cet accident au Gabon intervient après celui d’un avion de la compagnie Air service qui avait effectué une sortie de piste le 18 novembre 2008 à Tsika près d’Omboué, dans la province de ...
Lire l'article
Hervé Morin, le ministre français de la Défense est arrivé ce dimanche après-midi à Libreville par vol spécial, en vue de s’enquérir de la situation sur le terrain après l’accident d’un hélicoptère militaire de son pays samedi dans la nuit, au large des côtes gabonaises. A l’heure actuelle le bilan de ce crash est de 2 survivants, 2 morts et 6 disparus selon des sources officielles. Le ministre français devra donc, dans les prochaines heures, avoir des entretiens avec les responsables de l’Armée française au Gabon avant une rencontre avec le chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba et un ...
Lire l'article
Le ministre français de la Défense, Hervé Morin, est attendu incessamment à Libreville après le crash, samedi, d’un hélicoptère militaire français au large de la capitale gabonaise. Les premières recherches auraient permis de repêcher trois soldats. L’appareil avait à son bord une dizaine de passagers. Selon les informations parvenues à GABONEWS, l’hélicoptère militaire français procédaient aux exercices dans le cadre des manœuvres conjointes franco-gabonaises qui se déroulent chaque année. Les causes de l’accident ne sont pas encore connues. Le Gabon abrite le 6ème Bataillon d’infanterie de marines (BIMa) de l’Armée française depuis le 1er décembre 1975. Les Troupes française au Gabon ...
Lire l'article
Combien l’élection de Jean Ping à la tête de la commission africaine a-t-elle coûté au contribuable gabonais’
Nous avons tous applaudi l'élection de Jean Ping à la tête de la commission Africaine. Il remplace à ce prestigieux poste le charismatique Alpha Oumar Konaré. "Le chinois de Bongo" comme on le surnomme dans certains milieux diplomatiques brille par sa connaissance des arcanes de la diplomatie africaine. C'est lui qui était au four et au moulin au Darfour, en Centrafrique, en Angola, aux deux Congo, c'est encore lui qui a été victime il y a quelques année d'un vol d'une importante somme d'argent dans un hôtel parisien, pour quelle mission' Personne ne l'a su. Au delà de sa valeur intrinsèque ...
Lire l'article
Sénégal: l’opposition entre en campagne, unie pour exiger le retrait de Wade
ONU: Combien ça coûte ?
La France quitte « symboliquement » le Sénégal
Sénégal: départ annoncé de 900 militaires français, rude coup pour l’économie
Le maire de Port-Gentil reçoit l’ambassadeur du Sénégal au Gabon
Gabon : vol d’armes de guerre au camp d’entraînement militaire français
Gabon: Trois rescapés dans le crash d’un hélicoptère militaire français au large des côtes gabonaises
Gabon: Hervé Morin à Libreville après le crash d’un hélicoptère militaire français
Gabon: Hervé Morin attendu à Libreville après le crash d’un hélicoptère militaire français
Combien l’élection de Jean Ping à la tête de la commission africaine a-t-elle coûté au contribuable gabonais’


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 1 Mar 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*