Socialisez

FacebookTwitterRSS

En Haïti, l’arrivée de la saison des pluies fait craindre de nouveaux désastres

Auteur/Source: · Date: 2 Mar 2010
Catégorie(s): Monde

Port-au-Prince Envoyé spécial

Dans deux mois, les pluies tropicales, annonciatrices de la saison des cyclones, s’abattront sur Haïti. L’urgence de la communauté internationale venue à son chevet est claire : donner avant mai un abri au 1,2 million de personnes que le séisme du 12 janvier a jetées dans la rue. Ce défi sera-t-il relevé ? “Je l’espère mais je n’en suis pas sûr”, admet Edmond Mulet qui supervise la coordination de l’aide. Ce diplomate guatémaltèque dirige depuis le 15 janvier la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah).

A des médias brésiliens et au Monde, il a confié la difficulté de la tâche. Pour l’heure, 425 000 sinistrés ont reçu des tentes et des bâches, 800 000 Haïtiens attendent toujours. Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU a identifié, à Port-au-Prince et dans les autres villes affectées, 415 sites où 550 000 sinistrés ont trouvé refuge. La plupart de ces campements, dont 21 sont surpeuplés, sont en zone inondable.

Le gouvernement haïtien a approuvé, vendredi 26 février, un plan destiné à décongestionner ces camps de fortune. Les sinistrés qui veulent rentrer chez eux seront encouragés. Des responsables humanitaires inspecteront leur logement pour assurer leur degré de sécurité. Mais, selon l’ONU, ce plan ne sera pas accompli avant la saison des pluies. Pour le chef de l’ONU en Haïti, une fois paré au plus pressé, il faut préparer la suite : la construction d’abris sûrs et durables, de type préfabriqué. “Il faudra, prévoit Edmond Mulet, poursuivre encore longtemps les opérations humanitaires tout en commençant la reconstruction. Les deux choses devront être menées de front.”

M. Mulet souhaite que ces deux types d’intervention, l’urgence humanitaire et la reconstruction physique, économique et sociale d’Haïti, soient mieux “intégrés”. La solution pourrait passer par une modification du mandat de la Minustah, qui arrive à échéance en octobre 2010. Celle-ci aurait pour tâche de participer à la “reconstruction” du pays en supervisant les agences opérationnelles de l’ONU.

Le poids de la diaspora

Le Brésil, qui assure le commandement militaire de la Minustah, préconise une telle évolution, comme l’a confirmé à la presse, vendredi, son ambassadeur à Port-au-Prince, Igor Kippman : “Notre gouvernement défend cette idée. Mais elle relève de l’autorité du conseil de sécurité.” “Ni les autorités d’Haïti ni la communauté internationale, observe M. Mulet, n’ont encore vraiment appréhendé la dimension du défi qui les attend”, moins de deux mois après la catastrophe qui a fait au moins 220 000 morts et anéanti, selon le président René Préval, 50 % du PIB.

Mais les pires désastres, pense-t-il, peuvent ouvrir la voie du salut : “Cette tragédie est une occasion pour que les Haïtiens et ceux qui les aident changent d’attitude. La communauté internationale doit travailler plus efficacement. Les Haïtiens doivent enfin assumer leurs responsabilités en comblant les carences de leur Etat et en entamant des réformes structurelles.”

Le chef de l’ONU donne comme exemple “l’état civil, qui n’existe pratiquement pas”, le manque de cadastre, qui “empêche de garantir la propriété, d’entreprendre avec sécurité des opérations foncières ou immobilières, de développer le tourisme”, le manque de routes asphaltées et d’un système de coopératives agricoles, qui bride les petits producteurs, la faiblesse de l’enseignement public qui ne profite qu’à 15 % des enfants scolarisés.

A long terme, M. Mulet n’est pas inquiet, les engagements envers Haïti seront scellés à la conférence des donateurs le 31 mars, à New York. Le monde, assure-t-il, dont l’Amérique latine, qui fournit 70 % des effectifs militaires de la Minustah, ne laissera pas tomber Haïti. “En outre, conclut-il, je fais confiance aux 4 millions d’Haïtiens de la diaspora pour peser de tout leur poids dans ce sens.”

Jean-Pierre Langellier
Article paru dans l’édition du 03.03.10


SUR LE MÊME SUJET
Les agriculteurs du département de la Louétsi-Wano, dans la province de la Ngounié, redoutent de mauvaises récoltes cette année, suite à l'abondance des pluies, facteur nuisible pour certaines variétés de plantes. "S'il continue de pleuvoir comme en septembre et en octobre dernier, nous sommes sûrs de ne pas faire de bonnes récoltes cette année. Car l'excès d'eau nuit à certaines plantes telles que le tubercule de manioc ou la patate douce. Ces plantes sont fragilisées par l'excès d'eau et finissent par pourrir", a déclaré Mme Rachel Gnegui, agricultrice de la ceinture agricole de Lébamba. Commencée tardivement et accueilli en grande pompe ...
Lire l'article
La vente des parapluies est devenue monnaie courante aux abords des marchés et autres gares routières de Libreville pendant la saison des pluies. Une bonne occasion pour les vendeurs d’écouler leurs marchandises mais aussi de s’en mettre plein les poches. Très mobiles, avec un lot de parapluies en mains, de nombreuses vendeuses, pour la plus part ressortissantes Ouest-africaines, n’hésitent pas à braver le ciel dans le seul but d’écouler leurs stocks et ainsi faire un bon chiffre d’affaire. « Nous vendons beaucoup de parapluies lorsqu’il pleut, car en temps normal, les gens s’intéressent difficilement à ces articles. Nous ...
Lire l'article
L'ONU va lancer à un programme consistant à remettre à ses frais les Haïtiens au travail pour reconstruire leur pays dévasté par un séisme le 12 janvier. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a reçu jeudi l'appui de l'ex-président américain Bill Clinton, son émissaire spécial pour Haïti, pour ce dispositif. "J'ai demandé au président Clinton s'il pouvait oeuvrer en faveur de ce programme appelé +argent contre travail+ (cash-for-work)," a dit M. Ban lors d'une conférence de presse commune. "Je suis heureux qu'il se soit engagé à travailler avec l'ONU là-dessus". Ce programme, doté jusqu'ici de cinq millions de dollars provenant du ...
Lire l'article
Neuf jours après, l’aide afflue à Haïti, les sauveteurs refluent
Les secouristes accourus à Haïti après le séisme meurtrier du 12 janvier commencent à plier bagage, tandis que l'aide humanitaire internationale afflue, bien qu'encore insuffisante par rapport aux besoins criants des survivants. La puissante secousse qui a frappé Port-au-Prince il y a neuf jours a fait entre 100.000 et 200.000 morts, des dizaines de milliers de blessés et plus d'un million de sans-abri dans le pays le plus pauvre de l'hémisphère Nord, plus que jamais dépendant de l'aide étrangère. "Sommes nous satisfaits du travail que nous accomplissons? Assurément non. Mais on fait des progrès. Songez à ce qu'on a trouvé quand tout ...
Lire l'article
Une semaine après le séisme qui a ravagé Haïti, l'aide commençait progressivement à s'organiser mardi 19 janvier. Des troupes héliportées américaines ont notamment pris position à des endroits stratégiques de Port-au-Prince pour sécuriser les opérations humanitaires destinées à répondre à une population aux abois. Les Américains aux commandes. Les Américains ont renforcé leur présence en Haïti, mardi 19 janvier, comme ils l'avaient annoncé lundi (lire le point de vue de Barack Obama : Dans les moments tragiques, les Etats-Unis réagissent et apportent leur aide). Des troupes héliportées américaines ont pris position à des endroits stratégiques de la capitale pour sécuriser les ...
Lire l'article
Suite au drame humanitaire en Haïti après le séisme qui a ravagé la petite île des Caraïbes, le gouvernement gabonais a annoncé le 14 janvier l'octroi une aide d'urgence d'un million de dollars, soit environ 467 millions de francs CFA. Trois jours après le drame, le Gabon reste le seul pays d'Afrique subsaharienne à avoir répondu à l'appel à la solidarité internationale pour venir en aide aux populations haïtiennes affligées. Après le drame humanitaire du séisme qui a ravagé la petite île d'Haïti, dans les Caraïbes, le gouvernement gabonais a manifester son soutien le 14 janvier dernier aux populations ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a décidé jeudi d’octroyer un million de dollars américain à la République d’Haïti frappée par un séisme particulièrement meutrier, selon le communiqué final du conseil des ministres présidé jeudi par le président, Ali Bongo Ondimba. ‘’Particulièrement touché par l’effroyable séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter qui a ravagé l’Etat de Haïti et lourdement endeuillé le peuple haïtien et la communauté onusienne, le conseil des ministres, au nom du peuple gabonais, exprime sa profonde compassion au peuple frère si dramatiquement affecté’’, précise le document. Anis poursuit, le communiqué, le président, Ali Bongo Ondimba a instruit le gouvernement de ...
Lire l'article
La petite saison sèche, qui s’étend généralement au Gabon de mi-décembre à mi-février, est pratiquement occultée par les pluies qui s’abattent sur la province de l’Ogooué-Ivindo (Nord-est), confirmant les changement climatiques avancés par les scientifiques. Cette situation inquiète les agriculteurs de la région, pour qui cette période est généralement consacrée aux travaux champêtres. La période étant courte, ils ne savent plus à quel moment se consacrer à ces activités. Sur un autre plan, les routes, comme d’habitude en pareille circonstance, sont difficilement praticables par les véhicules. C’est le cas du tronçon Koumameyong-Lalara, où des nids de poules et des bourbiers donnent du ...
Lire l'article
Les populations habitant la zone du PK8 (6ème arrondissement de Libreville), sur la nationale 1 redoutent déjà les inondations, connaissant les difficultés auxquelles elles font régulièrement face lors des grandes des pluies, du fait du mauvais état des canaux d’évacuation des eaux. Ces populations ont entrepris depuis quelques jours, des travaux de curage de ces canaux avec les moyens dont ils disposent, dans le but de limiter les dégâts, lorsque surviendront les premières grandes pluies. « On ne peut que se préoccuper de notre situation à l’approche des pluies », déclare Joseph Mbadi, jeune volontaire du PK8. Pour un autre jeune du ...
Lire l'article
Les 63 nouveaux conseillers municipaux élus lors des derniers élections municipâles du 27 avril derniers de la commune de Port – Gentil et ceux du département de Bendjé, ont été édifiés vendredi (hier), par le gouverneur de la province de l’Ogooué – Maritime, Jean Marie Béka B’Obame sur les nouvelles dispositions de la loi devant réglementer le déroulement de l’élection du futur maire centrale qui doit se tenir le 23 mai prochain au lieu du 20 comme prévu auparavant, a constaté GABONEWS. L’autorité provinciale qui était accompagné de quelques préfets a expliqué que cette rencontre venait à point ...
Lire l'article
Les agriculteurs de la Louétsi Wano redoutent les mauvaises récoltes du fait de l’abondance des pluies ces temps-ci
Le commerce des parapluies très en vogue sur les marchés de Libreville lors des grandes pluies
L’ONU lance un programme +argent contre travail+ pour reconstruire Haïti
Neuf jours après, l’aide afflue à Haïti, les sauveteurs refluent
A Haïti, la distribution des vivres et des soins s’organise
Gabon : 467 millions de FCFA pour Haïti
1 millions de dollars du Gabon pour aider Haïti frappé par un séisme
Gabon: La petite saison sèche occultée par les pluies en Ogooué-Ivindo
Gabon: Les habitants du PK8 redoutent les inondations à l’approche de la saison des pluies
Gabon: Les 63 nouveaux conseillers municipaux de la commune de Port – Gentil au fait des dispositions devant réglementer l’élection du futur maire central

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Mar 2010
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à En Haïti, l’arrivée de la saison des pluies fait craindre de nouveaux désastres

  1. Pingback: Bongo Doit Partir | En Haïti, l'arrivée de la saison des pluies … : Du Brésil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*