Socialisez

FacebookTwitterRSS

Une affiche gabonaise qui parle pour ne rien dire ?

Auteur/Source: · Date: 2 Mar 2010
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Photos

Imagine-t-on une campagne publicitaire en France comme celle qui a été effectuée au Gabon, le 24 février 2010 ? Lors de la visite officielle du président français dans ce pays, des affiches ont vanté « l’amitié franco-gabonaise ». La formule n’est pas nouvelle : on l’entend encore résonner dans la ritournelle des chœurs qui célébraient le président Pompidou sur son passage pendant une visite au Gabon en 1973 : « Vive l’amitié franco-gabonaise ! Vive les présidents Bongo Pompidou ! »
Un slogan démenti par l’image

À l’évidence, l’information diffusée par cette affiche appartient à l’information donnée tirée de la plus officielle hagiographie qui soit : elle célèbre la qualité idyllique des relations entre les deux pays en les symbolisant par l’effigie glorieuse de leurs présidents respectifs placés côte à côte. Filmés en buste de trois quarts, ils envahissent une moitié de champ chacun, dans une parfaite mise hors-contexte mais sur fond paradoxal de drapeau tricolore français.

Si leur sourire est la métonymie convenue de leur entente harmonieuse, le choix du président Bongo fils de figurer devant le drapeau de l’ancienne puissance coloniale est ambigu : est-il seulement le symbole d’une hospitalité exquise envers son invité ou celui d’une allégeance ? On remarque, cependant, que pour être rapprochés, les deux présidents s’ignorent : quoique tournés l’un vers l’autre, ils ne le sont que de trois-quarts : aucune poignée de main ni autre indice d’une quelconque complicité ! Ils préfèrent fixer des yeux le passant selon le procédé de l’image mise en abyme, comme s’ils voulaient le prendre à témoin d’une relation amicale dont l’affiche, sans la démentir, trahit pourtant la tiédeur : on est même tenté de voir dans ces deux photos de présidents côte à côte un montage numérique maladroit. Jamais un drapeau français, par exemple, ne se présente étalé ainsi, punaisé au mur : il pend ou flotte le long de sa hampe, aux côtés d’un autre par exemple.

Le paradoxe de la spontanéité organisée

On est donc conduit à s’interroger sur les motivations qui ont poussé à diffuser une affiche aux informations d’apparence aussi inconsistante. Quoi de plus indigent que ces deux personnages jouant la comédie de l’amitié et priant le passant de les croire sur parole ?

Par intericonicité, on reconnaît d’abord un rite propre à la liturgie des régimes tyranniques qui compensent l’absence de ferveur populaire par une organisation méticuleuse de la spontanéité de l’enthousiasme. À défaut de foules en liesse se pressant d’elles-mêmes pour acclamer le visiteur prestigieux, les lieux sont balisés d’indices stéréotypés comme cette affiche, censés exprimer envers l’objet momentanément désigné par l’autorité l’engouement populaire obligatoire. Cette affiche est, en effet, un paradoxe : une amitié vécue ne s’exprime pas par affiche mais en actes ; comme la parole est donnée à l’homme, dit Talleyrand, pour déguiser sa pensée, cette affiche tendrait donc à masquer maladroitement le peu d’enthousiasme des Gabonais envers l’ancienne puissance coloniale et ses persistantes ingérences.

Depuis l’indépendance et sous les 40 ans de règne de Bongo père, il est vrai, le niveau de vie des Gabonais s’est-il élevé à la mesure de la richesse de leur pays en ressources naturelles ? On voit, en revanche, une minorité d’entre eux se goberger et collectionner des résidences de prestige en France avec les comptes en banque.

Le mot « amitié », une hyperbole

Le mot « amitié » qui est promu par l’affiche est, d’autre part, un belle hyperbole pour chanter l’excellence des relations entre les deux pays. Les nations n’ont pas d’amis, seulement des intérêts. Entre le Gabon et la France, c’est surtout le pétrole qui fonde leurs relations et l’écheveau compliqué de complicités d’intérêts nouées entre les classes dirigeantes des deux pays depuis l’époque coloniale. On comprendrait que le Gabonais moyen ne soit pas enthousiasmé par le spectacle qu’offre l’avidité de ces dirigeants.

Une légitimité contestée et validée par un argument d’autorité

L’affiche répond enfin sans doute à une autre motivation, après l’élection contestée du fils Bongo qui a succédé à son père. La présence du président français à ses côtés vaut argument d’autorité pour valider la légitimité de cette élection, du moins aux yeux de ceux auprès de qui l’ancienne puissance coloniale a conservé encore quelque crédit. Le président Bongo fils entend faire taire toute contestation en s’affichant ouvertement aux côtés de l’allié/parrain traditionnel. Les réseaux clientélistes institués par Bongo père rappellent ainsi que rien n’a changé : les affaires continuent avec Bongo fils comme avant avec Bongo père.

Ainsi sous des apparences anodines et stéréotypées, cette affiche est-elle plus riche d’informations qu’on croit. Elle illustre d’abord la nature tyrannique du pouvoir en exercice au Gabon. Elle laisse ensuite malgré elle deviner la tiédeur des sentiments des Gabonais envers la France. Et elle sert d’avertissement aux adversaires qui miseraient sur une brouille entre l’ancienne puissance coloniale et son ancienne colonie : les réseaux clientélistes établis sous Bongo père entendent bien continuer à prospérer sous Bongo fils. Paul Villach

source: agoravox


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : La BVMAC affiche ses ambitions pour 2012
Le Directeur Général de la Bourse des Valeurs Mobilières de l’Afrique Centrale (BVMAC), Pascal Houangui Ambouroué, a procédé, le vendredi 20 janvier dernier au siège de l’institution à Libreville, à la présentation de l’Ecole de la Bourse aux représentants des Universités, grandes Ecoles du Gabon et de certaines administrations. A-t-on constaté. A en croire le DG de la BVMAC, cette Ecole se veut une passerelle entre les écoles, les universités, bref, de l’Enseignement supérieur et la Bourse régionale. « Nous nous positionnons comme leader de la formation auprès du grand public, des investisseurs institutionnels, des acteurs privés et des pouvoirs publics ...
Lire l'article
La deuxième édition du Festival des arts oratoires, « Dire en fête », que Libreville abritera du 4 au 9 octobre prochains, a été présentée, ce jeudi, aux média locaux par la nouvelle Direction générale du Centre Culturel Français (CCF) St Exupéry, avec en arrière-plan, la volonté de « dynamiser les échanges » entre les deux parties. A la faveur de cette rencontre professionnelle - à laquelle participaient non seulement les communicateurs gabonais, mais également plusieurs artistes de la scène urbaine librevilloise- il s’est agi , pour Emmanuel Vaslin, nouvellement nommé à la tête de l’organisme français, de mettre en ...
Lire l'article
Le gouvernement français a finalement annoncé, le 1er avril, un budget de 16,3 millions d'euros pour fêter le cinquantenaire des Indépendances de ses 14 anciennes colonies africaines : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo-Brazzaville, Côte d'Ivoire, Gabon, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Togo. «Y a-t-il vraiment quoi que ce soit à commémorer ou faut-il au contraire tout reprendre ?» La très pertinente question, posée par l'intellectuel camerounais Achille Mbembé, ne semble pas avoir fait beaucoup réfléchir à Paris. RTR25NWZ_Comp Le budget, pas énorme, servira à financer 250 manifestations culturelles et sportives en France et en Afrique, mais le clou ...
Lire l'article
Dans une interview vidéo sur AbidjanTV le 27 mars dernier, le Dr. Daniel Mengara, Président du mouvement "Bongo Doit Partir" réaffirme son attachement à la lutte pour un Gabon Nouveau. Pour lui, pour le Gabon, "rien n'a changé" et "la lutte continue". L'interview s'est tenue à l'occasion du lancement des activités de la nouvelle saison sportive organisé par la JustOne Soccer League, une des ligues de football du New Jersey. AbidjanTV a surpris le Dr. Daniel Mengara alors que ce dernier prenait part à la cérémonie d'ouverture en tant qu'invité de la ligue grâce aux soins de M. Pierre Agbadou, un ancien ...
Lire l'article
L’Union Pétrolière Gabonaise (UPEGA), syndicat professionnel patronal, regroupant les sociétés du secteur pétrolier, a réuni dernièrement à Libreville, la société civile, les pouvoirs publics, les experts du domaine en vue d’échanger sur des questions bâties autour de la thématique « Bonne gouvernance, Ethique et conformité des pratiques » afin de mettre, entre autres, en exergue, les pratiques, les exigences d’éthique dans le secteur et au cœur du développement. A ce rendez-vous qui entendait donner le ton d’un attachement de ce secteur à la politique de bonne gouvernance prônée par les pouvoirs publics, en tête desquels le chef de l’Etat, ...
Lire l'article
Après avoir démissionné de ses fonctions de Premier Ministre et de 1er vice président du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), vendredi dernier pour se positionner candidat à la présidentielle du 30 août prochain, Jean Eyeghé Ndong, a déclaré ce mardi à Libreville, lors d’une conférence de presse, entre autres, que « « Je n’ai pas honte de vous dire que j’ai eu chaud pour diriger le gouvernement ».
Lire l'article
La Société nationale du bois du Gabon (SNBG) a affiché en 2008 un chiffre d'affaires de plus de 53,342 milliards de FCFA contre 47,742 milliards FCFA, soit une hausse de 12%, indique vendredi le quotidien gabonais ''L'union''. Le journal ajoute que son résultat net a affiché une progression de 3% à 2,616 milliards de francs CFA. Au niveau de l'export, le chiffre d'affaires 2008 est de 21,129 milliards de F CFA contre 46,369 milliards de F CFA en 2007. Cette hausse de l'activité s'explique principalement par l'augmentation significative des ventes en valeur représentant 40% du chiffre export global en 2008 contre seulement ...
Lire l'article
Dans son exposé lors du Forum de la femme secrétaire, l’écrivaine et enseignante de l’université Omar Bongo (UOB), Honorine Ngou, a demandé aux femmes d’être organisées et professionnelles pour sortir des clichés de « femme facile », car, a-t-elle dit « on reproche à la femme d’être facile, parce qu’elle refuse la formation et mise sur son potentiel naturel ». En effet, dans son exposé qui avait pour thème « Comment concilier vie familiale et vie professionnelle ? », Mme Honorine Ngou a présenté les avantages et les inconvénients de l’« ambition » chez la femme. En termes d’inconvénients, ...
Lire l'article
L'Ambassadeur de Chine au Gabon, Xue Jinwei, a affirmé lundi à Libreville, que son pays est disposé à œuvrer avec le Gabon pour développer et approfondir de façon régulière leur amitié, à l'occasion du 35e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. ''Très attachée à ses relations avec le Gabon, la Chine est disposée à œuvrer avec le Gabon pour développer et approfondir de façon régulière l'amitié sino-gabonaise'', a déclaré le diplomate chinois, qui est arrivé au terme de sa mission au Gabon. Selon lui, la Chine, fidèle à son amitié traditionnelle avec le Gabon, considère, qu'il s'agisse du ...
Lire l'article
Présents lundi à Libreville à la table de la réunion de suivi des accords globaux de paix sur la République centrafricaine, l’opposition armée, représentée par Jean-Jacques Demafouth de l’Armée populaire pour la restauration de la Démocratie (APRD) et Djarnib Grebaye de l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), a affiché sa volonté de poursuivre le dialogue inclusif en vue d’une réelle sortie de crise dans ce pays. Pour le représentant de l’APRD, Jean-Jacques Demafouth, l’application des Accords bloquait simplement parce qu’il y avait des incompréhensions au niveau de l’Assemblée nationale centrafricaine. Mais, souligne –t-il, l’APRD veut aller vers un accord ...
Lire l'article
Gabon : La BVMAC affiche ses ambitions pour 2012
Le CCF dévoile les axes du festival « Dire en fête 2010 »
Cinquantenaire des Indépendances : un anniversaire pour rien ?
Dr. Daniel Mengara: “Pour le Gabon, rien n’a changé” (Interview AbidjanTV)
L’UPEGA affiche sa « citoyenneté affirmée » et « sa volonté agissante » pour la bonne gouvernance et l’émergence du Gabon
Gabon: « Je n’ai pas honte de vous dire que j’ai eu chaud pour diriger le gouvernement », Jean Eyeghé Ndong (ex-Premier Ministre)
Gabon: La SNBG affiche un chiffre d’affaires en hausse de 12% en 2008
Gabon: « On reproche à la femme d’être facile, c’est-à-dire qu’elle refuse la formation et mise sur son potentiel naturel », Honorine Ngou
La Chine est disposée à œuvrer avec le Gabon pour développer l’amitié sino-gabonaise (Xue Jinwei)
Gabon: A Libreville, l’opposition centrafricaine affiche ses ambitions pour une sortie de crise

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Mar 2010
Catégorie(s): Afrique,Coopération,Françafrique,Monde,Photos
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Une affiche gabonaise qui parle pour ne rien dire ?

  1. Sergio

    12 Juin 2010 a 20:01

    Moi qui croyais que le fils était plus “intelligent” que le père. Que nini. Il semble ramener plus en arrière le peu d’indépendance qu’avait acquit son boss après ses décénies à obéir comme un bon toutou à son maître. Je fais allusion aux rares soubressements de feu OBO contre son “employeur” avec les scandales des biens et patrmoines que possèdent la famille à l’étranger.
    Pourquoi ne comprend-il pas que le seul moyen d’aboutir à une pseudo-émergence découlera d’une liberté d’agissements et d’une politique qui passera par l’intérêt premier des gabonais? N’as-t-il pas lui-même parlé de “gagnant-gagnant”. Or la façon dont notre type procède affirme bien à Niko que : “Ne t’inquiète pas, nous sommes toujours sous votre coupe. Commandez ! On vous obéit”.

  2. FALL FRETT

    13 Avr 2010 a 13:56

    “Amitié”, colonialisme française au Gabon, oui.
    Tout les jours des nègres se font insulté en France, et la dynastie Bongo parle “d’amitié” franco-gabonaise.
    Lorsque les colons disaient que le nègre est un grand enfant, ils avaient raison, car seul l’Afrique noire notamment francophone n’a pas rompu le cordon ombilical avec l’ancien colonisateur.
    Il n’y a qu’en Afrique noire francophone que l’on trouve l’armée française dans les anciennes colonie française.
    Il n’y a que l’Afrique noire francophone qui a gardée la monnaie de l’ancien colonisateur le Franc CFA.
    Il n’y a quand Afrique noire francophone que la France choisit celui qui doit diriger le pays.
    Lorsque je me fait insulter par un français, je lui dit MERCI, car nos dirigeants pour un sac de riz, se couche devant les français, ils n’ont aucune fierté, aucune dignité, aucune légitimité, aucun pouvoir, aucune personnalité, se sont des valets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*