Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon -France :L’outrage aux ancêtres de Nicolas Sarkozy

Auteur/Source: · Date: 5 Mar 2010
Catégorie(s): Françafrique

Il y a quelques mois, nous riions ensemble des belles leçons d’histoire de Nadine Morano, qui prétendait tirer argument de l’indépendance du Sénégal pour convaincre un passant africain, alpagué sur un marché, qu’il n’était pas chez lui en France. Nous pointions que la secrétaire d’Etat à la famille se livrait là à une falsification dans le droit fil de l’histoire officielle de la Ve République blanciste, qui prétend que les citoyens de l’Outre-Mer français exigèrent l’indépendance.
Nous rappelions que les Africains, il y a cinquante ans, réclamaient bien davantage l’égalité et la fraternité, qui leur furent refusées. En se débarrassant des populations africaines au lieu de bâtir la grande République franco-africaine égalitaire et fraternelle, le gouvernement français entendait esquiver la « bougnoulisation » et l’islamisation de la France, et relancer le (néo)colonialisme. Evidemment, cela ne fut jamais assumé par les pouvoirs publics, et n’est presque jamais dit. A tel point que rien ne permet d’affirmer que Nadine Morano ne pèche pas simplement par ignorance…
Or voici que le comble de la falsification historique vient d’être accompli tout récemment par Nicolas Sarkozy, face à des centaines de personnes , à Libreville, au Gabon. Encore par ignorance ? Cette fois, difficile de le croire…
Le 24 février 2010, Nicolas Sarkozy, apparemment très à l’aise, à tu et à toi avec son homologue gabonais, avait pourtant bien commencé, puisque pour la première fois un grand tabou était révélé par une bouche officielle : « Au seuil de l’Indépendance, certains de vos grands aînés ont souhaité la départementalisation ».
Episode longtemps très secret et absent de presque tous les livres jusqu’à ce jour, le Gabon a en effet demandé la départementalisation en 1958. Mais le gouvernement métropolitain d’alors s’y opposa vertement. Ce que l’historien Sarkozy commente en ces termes: « Heureusement, il en fut autrement, parce que vous aviez compris que si l’amitié est précieuse, la liberté, elle, est vitale.Et c’est ce choix qui fut celui de nos amis gabonais ».
On a le droit de divaguer et même de dire n’importe quoi. Pourtant, si l’on parle d’Histoire, les Gabonais ne firent, à l’époque, aucun choix. Car le général de Gaulle, comme le rappelle implicitement et sans le nommer Nicolas Sarkozy, refusa la départementalisation (en violation de l’article 76 de la Constitution), puis il donna des ordres (janvier 1960) pour pousser l’auteur du projet en personne, Léon Mba, à réclamer l’indépendance (août 1960). De son aveu même, les services français eurent toutes les peines du monde à le convaincre…
Ayant imposé le principe de l’indépendance à Léon Mba et à son gouvernement, de Gaulle eut encore à museler les populations gabonaises largement favorables à l’unité franco-africaine égalitaire et fraternelle. En particulier, justement, du côté de Libreville, à l’époque vieille ville franco-gabonaise largement métisse. Pour déposséder les Gabonais du droit à l’autodétermination, de Gaulle fit donc voter la Loi 60-525 (mai-juin 1960, au prix d’une quadruple violation de la Constitution, qui fit d’ailleurs pas mal de vagues).
Dans ces conditions, comment Nicolas Sarkozy peut-il invoquer la « liberté » et le « choix » des Gabonais, sinon en espérant flatter un auditoire théoriquement complice et, surtout, tenu au silence depuis un demi-siècle ? Au reste, probablement gênée par l’ampleur de l’imposture, la salle a très timidement applaudi…
Omar Bongo, dont Nicolas Sarkozy se flatte d’être allé honorer la tombe à Franceville, avait ordonné la publication, dans les années 1980, d’un gros ouvrage consacré à l’Histoire de son pays : le Mémorial du Gabon. Dedans, l’« Affaire gabonaise », la départementalisation refusée était sèchement relatée. L’ouvrage rappelait le soutien populaire dont bénéficiait le projet de départementalisation porté par Léon Mba. C’est peu dire qu’en entendant Nicolas Sarkozy gloser sur la « liberté » et le « choix » des Gabonais en 1960, Omar Bongo a dû se retourner dans sa tombe, en même temps que tous les anciens qui jadis se rêvaient Français, ou Franco-Africains… Mais après tout, au diable le respect des ancêtres, pourtant « sacré » en Afrique selon Nicolas Sarkozy. Vous avez dit « cynisme », encore et toujours ?
D’évidence, cet outrage à la mémoire des morts place sous de bien funestes auspices le projet soi-disant « gagnant-gagnant » que Sarkozy entend substituer, avec l’aide de son « ami » Ali Bongo, à la dite « Françafrique ». Les « indépendances » assorties de la « coopération », rappelons-le, étaient également censées être, au beau temps de papa de Gaulle, une opération « gagnant-gagnant ». On sait ce que cela a donné, et le rôle que tint le mensonge – majuscule – dans cette sinistre et criminelle affaire…
Aucune fraternité réelle entre la France et ses anciens territoires et populations d’Afrique ne pourra être sainement reconstruite sur d’autres bases que l’honnêteté face au passé et à l’Histoire. Il est bien triste que même la gauche et l’extrême-gauche, en France, soient incapables de le rappeler à Nicolas Sarkozy. Tout simplement parce qu’elles sont l’une et l’autre, comme lui, intimement liées au système de la Ve République blanciste agonisante.
Face à pareil scandale et à la paralysie du système, les grands médias ne peuvent-ils donc rien faire, rien dire ?
Puissent ces quelques réflexions ne pas tomber dans l’oreille de sourds…
 


SUR LE MÊME SUJET
Martine Aubry a estimé ce matin, sur RTL que Nicolas Sarkozy était «un peu perdu”
| Fred Dufour La campagne présidentielle s'est encore accélérée hier soir. Avec l'intervention du chef de l'Etat retransmise en direct sur huit chaînes de télévision -du jamais vu-, les réactions politiques ne tournent ce matin qu'autour des annonces de Nicolas Sarkozy. Il faut dire que le Président de la République n'a pas lésiné sur le nombre de mesures. Hausse de la TVA de 1,6 %, création d'une banque de l'Industrie, augmentation de droit de construire de 30 %, il a annoncé près de huit mesures qui devrait rentrer en vigueur au plus tard en octobre... Ce qui pose évidemment la ...
Lire l'article
Le président français, Nicolas Sarkozy, dans une lettre adressé ce samedi à son homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba, a apprécié le « partenariat rénové » entre le Gabon et la France, « les positions courageuses » que le pays adopte, ainsi que les priorités de l’agenda international que soutient le président gabonais « avec une constance et une détermination qui forcent le respect ». Cette lettre qui est parvenu à la Rédaction de l’Agence de presse GABONEWS s’inscrit dans le cadre de la célébration du cinquante et unième anniversaire de l’indépendance du Gabon, le 17 août prochain. GABONEWS propose ...
Lire l'article
Selon l’association, en plein « dictateur-gate », Paris continue de soutenir les régimes autocratiques en Afrique. Réagissant à la réception du président gabonais Ali Bongo par son homologue français Nicolas Sarkozy aujourd'hui (21/2/11), l’association Survie a souligné dans un communiqué émis ce lundi que cette réception officielle disqualifiait une fois de plus la politique étrangère de la France : "En plein 'dictateur-gate' pour Michèle Alliot Marie et François Fillon, Nicolas Sarkozy maintient le cap d'un soutien fidèle et assumé aux régimes autocratiques en Afrique en recevant, ce lundi 21 février 2011, le président gabonais, Ali Bongo. Cette réception officielle disqualifie une ...
Lire l'article
A l’ occasion de la célébration du 52ème anniversaire du président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, parmi les lettres qui lui sont adressées ce mardi, figure celle du président français, Nicolas Sarkozy dans laquelle il confirme le soutien de son pays au Gabon, ainsi qu’à la mise en œuvre de la politique conduite par le numéro un Gabonais en faveur du développement du pays. « Monsieur le Président, Cher Ali, Je suis heureux, à l’occasion de votre anniversaire, de vous transmettre les vœux très chaleureux que je forme pour vous-même et pour le succès de votre action ...
Lire l'article
Le député de Corrèze François Hollande a jugé lundi que la victoire de la gauche au second tour des élections régionales était "une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy". "Il y a une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy. Il faut qu'il l'entende. Il y a une sanction à travers le vote en faveur de la gauche. Il y a une sanction dans l'abstention où son électorat s'est sans doute réfugié. Et, hélas, une sanction à travers la poussée de l'extrême droite", a-t-il affirmé sur France Info. L'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste appelle le gouvernement à changer de politique. ...
Lire l'article
Gabon - Mercredi 24 février, Nicolas Sarkozy s'est rendu au Gabon où il a visité une usine du groupe forestier français Rougier. Pour l'association écologiste Greenpeace, en effectuant cette visite, le président a agi comme un représentant de commerce "de l'exploitation des forêts tropicales". "Cette visite trahit la vision qu’a Nicolas Sarkozy des forêts tropicales et la manière dont il entend les protéger, affichant le soutien unilatéral de la France aux industriels du bois. Le président français semble encore considérer les forêts comme une simple matière première" a déploré Grégoire Lejonc, chargé de campagne forêts pour Greenpeace France. En novembre dernier, le ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat Gabonais, Ali Bongo Ondimba est à Franceville (capitale provinciale du Haut – Ogooué, sud – est) depuis ce mardi, en début d’après – midi, où il va accueillir, mercredi en matinée, son homologue Français, Nicolas Sarkozy, en mini tournée africaine. Le Gabon par Franceville et Libreville, sa capitale, vont constituer la première étape de la tournée africaine de Nicolas Sarkozy qui va ensuite se rendre à Kigali, au Rwanda. La visite de 48 heures du chef de l’Etat français au Gabon sera marquée de symboles du point de vue des relations qu’entretiennent Paris et Libreville. Car de ...
Lire l'article
Le président français, Nicolas Sarkozy arrive mercredi à Franceville (650 km au sud-est de Libreville), pour une visite d’amitié et de travail de 24 heures. Selon des sources autorisées, le président français sera reçu par son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba qui devrait quitter Libreville ce mardi pour le chef-lieu de la province du Haut-Ogooué. Le numéro un français, au cours de son séjour à Franceville visitera le Centre internationale de recherches médicales de Franceville (CIRMF). Ce centre dont la renommée scientifique dépasse largement les frontières nationales est en partie financé par la société TOTAL GABON, filiale du groupe pétrolier français TOTAL. Selon les ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le président français Nicolas Sarkozy a adressé ses félicitations et ses vœux de succès à Ali Bongo Ondimba, proclamé jeudi dernier nouveau chef de l’Etat gabonais, à l’issue du scrutin du 30 août, selon un message dont l’AGP a reçu copie lundi. ’’ (…) Je suis heureux de vous adresser mes félicitations et mes vœux de succès pour l’exercice des hautes responsabilités qui vous attendent’’, écrit M. Sarkozy dans ce message daté du 6 septembre. ’’Au-delà de ces défis gabonais, cette élection est venue souligner l’existence d’un défi commun, celui de la refondation de relations étroites, partenaires et équilibrées ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Martine Aubry a estimé ce matin, sur RTL que Nicolas Sarkozy était «un peu perdu”
Nicolas Sarkozy salue le « partenariat rénové » entre le Gabon et la France et félicite Ali Bongo Ondimba pour ses « positions courageuses »
L’association ”Survie” critique la réception d’Ali Bongo par Nicolas Sarkozy
Politique / « la France se tient à vos côtés et vous apportera son soutien », Nicolas Sarkozy à Ali Bongo à l’occasion de l’anniversaire
France: Régionales: “une triple sanction à l’égard de Nicolas Sarkozy”, selon François Hollande
Greenpeace décrit Nicolas Sarkozy comme un “VRP de l’exploitation des forêts”
Ali Bongo Ondimba à Franceville pour accueillir mercredi son homologue français, Nicolas Sarkozy
Arrivée de Nicolas Sarkozy mercredi au Gabon
Gabon/France : Nicolas Sarkozy adresse ses félicitations et ses vœux à Ali Bongo Ondimba
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Mar 2010
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon -France :L’outrage aux ancêtres de Nicolas Sarkozy

  1. Webmaster

    8 Mar 2010 a 08:46

    Il semble que cet article soit plagié soit par Rue89, soit par Camer.be. Nous voulions juste signaler aux lecteurs que nous avions pris cet article le 5 mars chez Camer.be, mais aujourd’hui, nous retrouvons le même contenu, à quelques mots près, sur le site de Rue89 datée du 8 mars. Cette version de Rue89 date republiée sur notre site sur ce lien (http://www.bdpgabon.org/articles/2010/03/08/quand-sarkozy-reecrit-lhistoire-de-la-decolonisation-au-gabon/), met le doute sur la source réelle de cet article sur Sarkozy et le Gabon. Quelqu’un a forcément plagié sans bien attribuer la source ni l’auteur. Nous esssyons toujours, autant que nous pouvons, d’attribuer sur ce site la source réelle des articles repris.
    Webmaster, BDP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*