Socialisez

FacebookTwitterRSS

Quand Sarkozy réécrit l’histoire de la décolonisation au Gabon

Auteur/Source: · Date: 8 Mar 2010
Catégorie(s): Coopération

A priori, difficile de faire pire que le discours de Dakar de 2007, qui par ses grossières approches avait déchaîné un tollé à travers toute l’Afrique.

Or voici que le comble de la falsification historique vient d’être accompli tout récemment par Nicolas Sarkozy, face à des centaines de personnes, cette fois à Libreville, au Gabon. Encore par ignorance ?

En tout cas, cette fois, les énormités sarkozyennes n’ont eu le don de révolter personne…

Le 24 février 2010, à Libreville donc, Nicolas Sarkozy, apparemment très à l’aise, à tu et à toi avec son homologue gabonais, Ali Bongo, avait pourtant bien commencé, puisque pour la première fois un grand tabou était révélé par une bouche officielle :

« Au seuil de l’indépendance, certains de vos grands aînés ont souhaité la départementalisation ».

Les Gabonais n’ont fait aucun choix

Episode longtemps très secret et absent de presque tous les livres jusqu’à ce jour, le Gabon a en effet demandé la départementalisation en 1958. Mais le gouvernement métropolitain d’alors s’y opposa vertement. Ce que l’historien Sarkozy commente en ces termes :

« Heureusement, il en fut autrement, parce que vous aviez compris que si l’amitié est précieuse, la liberté, elle, est vitale. Et c’est ce choix qui fut celui de nos amis gabonais ».

On a le droit de divaguer et même de dire n’importe quoi. Pourtant, si l’on parle d’Histoire, les Gabonais ne firent, à l’époque, aucun choix. Car le général de Gaulle, comme le rappelle implicitement et sans le nommer Nicolas Sarkozy, refusa la départementalisation (en violation de l’article 76 de la Constitution), puis il donna des ordres (janvier 1960) pour pousser l’auteur du projet en personne, Léon Mba, à réclamer l’indépendance (août 1960).

De son aveu même, les services français eurent toutes les peines du monde à le convaincre…

Ayant imposé le principe de l’indépendance à Léon Mba et à son gouvernement, de Gaulle eut encore à museler les populations gabonaises largement favorables à l’unité franco-africaine égalitaire et fraternelle. En particulier, justement, du côté de Libreville, à l’époque vieille ville franco-gabonaise largement métisse.
Forcer la main aux Africains

Pour déposséder les Gabonais du droit à l’autodétermination, de Gaulle fit donc voter la Loi 60-525 (mai-juin 1960, au prix d’une quadruple violation de la Constitution, qui fit d’ailleurs pas mal de vagues).

Dans ces conditions, comment Nicolas Sarkozy peut-il invoquer la « liberté » et le « choix » des Gabonais, sinon en espérant flatter un auditoire théoriquement complice et, surtout, tenu au silence depuis un demi-siècle ?

Au reste, probablement gênée par l’ampleur de l’imposture, la salle a très timidement applaudi…

Omar Bongo, dont Nicolas Sarkozy se flatte d’être allé honorer la tombe à Franceville, avait ordonné la publication, dans les années 1980, d’un gros ouvrage consacré à l’Histoire de son pays : « Le mémorial du Gabon ». Dedans, l’« Affaire gabonaise », la départementalisation refusée était sèchement relatée. L’ouvrage rappelait le soutien populaire dont bénéficiait le projet de départementalisation porté par Léon Mba.

C’est peu dire qu’en entendant Nicolas Sarkozy gloser sur la « liberté » et le « choix » des Gabonais en 1960, Omar Bongo a dû se retourner dans sa tombe, en même temps que tous les anciens qui jadis se rêvaient français, ou franco-Africains… Mais après tout, au diable le respect des ancêtres, pourtant « sacré » en Afrique selon Nicolas Sarkozy. Vous avez dit « cynisme », encore et toujours ?
Outrage à la mémoire des morts

D’évidence, cet outrage à la mémoire des morts place sous de bien funestes auspices le projet soi-disant « gagnant-gagnant » que Sarkozy entend substituer, avec l’aide de son « ami » Ali Bongo, à la dite « Françafrique ».

Les « indépendances » assorties de la « coopération », rappelons-le, étaient également censées être, au beau temps de papa de Gaulle, une opération « gagnant-gagnant ». On sait ce que cela a donné, et le rôle que tint le mensonge – majuscule – dans cette sinistre et criminelle affaire…

Aucune fraternité réelle entre la France et ses anciens territoires et populations d’Afrique ne pourra être sainement reconstruite sur d’autres bases que l’honnêteté face au passé et à l’Histoire. Il est bien triste que même la gauche et l’extrême-gauche, en France, soient incapables de le rappeler à Nicolas Sarkozy. Tout simplement parce qu’elles sont l’une et l’autre, comme lui, intimement liées au système de la Ve République blanciste agonisante.

Face à pareil scandale et à la paralysie du système, les grands médias ne peuvent-ils donc rien faire, rien dire ?

Puissent ces quelques réflexions ne pas tomber dans l’oreille de sourds…
 


SUR LE MÊME SUJET
Côte d’Ivoire : Sarkozy à Yamoussoukro pour l’investiture de Ouattara
Dans un communiqué, Paris annonce que Nicolas sarkozy sera l'hôte d'Alassane Ouattara lors de l'investiture de ce dernier à Yamoussoukro, le 21 mai. L'annonce renforcera peut-être la conviction de ceux qui croient qu'Alassane Ouattara est le « président de la France ». L'Élysée a indiqué dans un communiqué que Nicolas Sarkozy assisterait à l'investiture du nouveau président ivoirien, accompagné par son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé et Henri de Raincourt, le ministre chargé de la Coopération. Selon le communiqué, Sarkozy rencontrera ensuite la communauté française de Côte d'Ivoire à Abidjan, sur la base de Port-Bouët et y prononcera une allocution. Lire ...
Lire l'article
Il y a quelques mois, nous riions ensemble des belles leçons d’histoire de Nadine Morano, qui prétendait tirer argument de l’indépendance du Sénégal pour convaincre un passant africain, alpagué sur un marché, qu’il n’était pas chez lui en France. Nous pointions que la secrétaire d’Etat à la famille se livrait là à une falsification dans le droit fil de l’histoire officielle de la Ve République blanciste, qui prétend que les citoyens de l’Outre-Mer français exigèrent l’indépendance. Nous rappelions que les Africains, il y a cinquante ans, réclamaient bien davantage l’égalité et la fraternité, qui leur furent refusées. En se débarrassant ...
Lire l'article
En déplacement au Gabon la semaine dernière, Nicolas Sarkozy a célébré l’amitié franco-gabonaise. Sa vision des relations entre les deux pays n’a pourtant pas toujours été aussi idyllique. Au cours de l’été 1995, sous le pseudonyme de Mazarin, Nicolas­ ­Sarkozy s’était amusé, pour le quotidien « Les Echos », à écrire une lettre imaginaire adressée par le président du Gabon, Omar Bongo, à un Jacques Chirac fraîchement élu. Voici quelques extraits de cette correspondance : «Cher et très estimé confrère, Guide de l’Afrique et Phare de la pensée, mon frère, mon ami, mon cher Jacques. [...] La place de la ...
Lire l'article
Lors de son déplacement au Gabon, en février dernier, Nicolas Sarkozy a fait Ali Bongo Grand Officier de la légion d'honneur. Les étrangers qui se sont signalés par les services qu'ils ont rendus à la France ou aux causes qu'elle soutient peuvent recevoir une distinction de la Légion d'honneur ", selon l'article R128 du code de la légion d'honneur. Lors de sa troisième visite (en trois ans) au Gabon, le 24 février dernier, Nicolas Sarkozy a décoré discrètement de la légion d'honneur, son président fraîchement élu Ali Bongo, et la présidente du Sénat Rose Rogombé. Le premier a été fait Grand ...
Lire l'article
Comme annoncé, le chef de l’État français se rendra donc au Gabon et au Rwanda les 24 et 25 février prochains. À Franceville, il ira se recueillir au mausolée de l’ancien président gabonais – une suggestion de son conseiller Robert Bourgi, qui devrait être de l’étape –, avant de s’entretenir avec Ali Bongo Ondimba et de passer la nuit à Libreville. Ce dernier, ravi de la venue – et donc du soutien – de Nicolas Sarkozy, fait préparer minutieusement la visite d’État depuis plusieurs semaines. L’accueil sera beaucoup plus sobre à Kigali, parfaitement étranger à tout ce qui relève du folklore ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat Gabonais, Ali Bongo Ondimba est à Franceville (capitale provinciale du Haut – Ogooué, sud – est) depuis ce mardi, en début d’après – midi, où il va accueillir, mercredi en matinée, son homologue Français, Nicolas Sarkozy, en mini tournée africaine. Le Gabon par Franceville et Libreville, sa capitale, vont constituer la première étape de la tournée africaine de Nicolas Sarkozy qui va ensuite se rendre à Kigali, au Rwanda. La visite de 48 heures du chef de l’Etat français au Gabon sera marquée de symboles du point de vue des relations qu’entretiennent Paris et Libreville. Car de ...
Lire l'article
Le président français, Nicolas Sarkozy arrive mercredi à Franceville (650 km au sud-est de Libreville), pour une visite d’amitié et de travail de 24 heures. Selon des sources autorisées, le président français sera reçu par son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba qui devrait quitter Libreville ce mardi pour le chef-lieu de la province du Haut-Ogooué. Le numéro un français, au cours de son séjour à Franceville visitera le Centre internationale de recherches médicales de Franceville (CIRMF). Ce centre dont la renommée scientifique dépasse largement les frontières nationales est en partie financé par la société TOTAL GABON, filiale du groupe pétrolier français TOTAL. Selon les ...
Lire l'article
THOMAS HOFNUNG Le conseiller de Nicolas Sarkozy a dévoilé quelques secrets de la Françafrique lundi matin sur RTL, et notamment les circonstances de l'éviction de Jean-Marie Bockel, ex-secrétaire d'Etat à la Coopération. C’est une éminence de moins en moins grise. Qualifié jusqu’ici de conseiller occulte du président Nicolas Sarkozy pour les questions africaines, l’avocat Robert Bourgi multiplie désormais les interventions à visage découvert dans les médias. Lundi matin, il était sur RTL. La veille, on l’avait vu sur Canal+. Ces dernières semaines, Libération et Le Monde ont dressé son portrait. Considéré comme le dernier des gardiens de la «Françafrique», cet homme rond ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Comment les valeurs républicaines de la France peuvent-elles trouver des accointances avec une dictature vieille de 40 ans ? J'adresse ici ici une série d'interrogations au nouveau président élu, futur chef de l'état Français. - quel conseil Omar Bongo peut-il donner à Nicolas Sarkozy alors qu'il a lamentablement échoué dans son pays sur tous les plans' - quelle expérience positive Omar Bongo a-t-il à transmettre à Nicolas Sarkozy pour la gestion de son pays si ce n'est celle de sa pérennité cynique et perverse au pouvoir ? - quel sérieux omar bongo peut-il inspirer aux gens qui connaissent son dossier, c'est-à-dire des gens ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : Sarkozy à Yamoussoukro pour l’investiture de Ouattara
Gabon -France :L’outrage aux ancêtres de Nicolas Sarkozy
Quand Sarkozy se moquait d’Omar Bongo
Quand Sarkozy décore Ali Bongo incognito
France-Afrique : Sarkozy, de Libreville à Kigali
Ali Bongo Ondimba à Franceville pour accueillir mercredi son homologue français, Nicolas Sarkozy
Arrivée de Nicolas Sarkozy mercredi au Gabon
Quand Robert Bourgi, le «M. Afrique» de Sarkozy, ne tient pas sa langue
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
La France des paradoxes et des ambiguïtés démocratiques: Quand Omar Bongo donne des conseils électoraux à Nicolas Sarkozy


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Mar 2010
Catégorie(s): Coopération
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Quand Sarkozy réécrit l’histoire de la décolonisation au Gabon

  1. BDP

    9 Mar 2010 a 15:59

    Bien noté, Cher Monsieur. Merci pour la clarification. Vous faites du bon travail, merci.

  2. Alexandre Gerbi

    8 Mar 2010 a 20:00

    Bonjour,

    Aucun mystère là dedans : je suis l’auteur des deux articles… Le second (Rue89) est simplement une deuxième mouture du premier (Camer.be). Une troisième version de l’article est en ligne sur Afrik.com, et une quatrième sur mon blog Fusionnisme :

    http://fusionnisme.blogspot.com/2010/03/sarkozy-libreville-pire-que-le-discours.html

    Sur ce blog, sont réunis des dizaines d’articles consacrés à la gigantesque imposture de la décolonisation franco-africaine…

    Bonne lecture et bien cordialement,

    Alexandre Gerbi

  3. Webmaster

    8 Mar 2010 a 08:51

    Il semble que cet article soit plagié soit par Rue89, soit par Camer.be. Nous voulions juste signaler aux lecteurs que nous avions pris cet article le 5 mars chez Camer.be, mais aujourd’hui, nous retrouvons le même contenu, à quelques mots près, sur le site de Rue89 datée du 8 mars. Cette version de Rue89 date republiée sur notre site sur ce lien (http://www.bdpgabon.org/articles/2010/03/08/quand-sarkozy-reecrit-lhistoire-de-la-decolonisation-au-gabon/), met le doute sur la source réelle de cet article sur Sarkozy et le Gabon. Quelqu’un a forcément plagié sans bien attribuer la source ni l’auteur. Nous esssyons toujours, autant que nous pouvons, d’attribuer sur ce site la source réelle des articles repris. La version de Camer.be se trouve sur ce lien: http://www.bdpgabon.org/articles/2010/03/05/gabon-france-l%E2%80%99outrage-aux-ancetres-de-nicolas-sarkozy/
    Webmaster, BDP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*