- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : changement d’ère, De père en fils

Six mois après son élection, Ali Bongo Ondimba (ABO) a donc pris ses marques dans le grand bureau présidentiel, au premier étage du Palais du bord de mer. Entièrement rénovée sous feu Omar, qui l’occupait encore il y a dix mois, la pièce n’a pas changé : la même immense table de travail, les mêmes écrans plasma allumés en permanence, l’éternelle et gigantesque carte de l’Afrique. La similitude s’arrête là, à cet écrin d’un pouvoir qui a changé de mains, d’allure, d’objectifs, mais aussi, pour l’instant, de stature. Ali n’est pas Omar. Il n’est pas le doyen, le « Vieux », le sage que l’on vient consulter, qui dispense conseils et argent un peu partout sur le continent. Comment pourrait-il d’ailleurs en être autrement ?

Comme les autres « fils de », ceux qui sont au pouvoir ou ceux qui y pensent tous les matins en se rasant, Ali doit résoudre une équation quasi impossible : faire autrement – et surtout mieux – que son géniteur, sans pour autant critiquer son œuvre, pointer du doigt de quelconques carences ni choquer cette multitude d’hommes et de femmes qui ont profité des privilèges et rentes de situation généreusement octroyés par l’ancien président, le père de la nation, le chef de village, l’ami, le banquier qu’était Omar Bongo Ondimba. Ces mêmes personnes qui ne pourront jamais s’empêcher de mesurer à l’aune de leur propre confort les « performances » du nouveau chef de l’État ni comprendre qu’on puisse ne pas favoriser systématiquement sa coterie. Louvoyer entre une opposition qui veut votre peau, un camp présidentiel en recomposition, miné par les guerres d’ego et balayé en permanence par les lancinants soupirs des déçus du jeu de chaises musicales lancé par ABO à son arrivée, n’est pas chose aisée. Remettre un pays léthargique au travail non plus…

Comme Mohammed VI au Maroc, Joseph Kabila en RD Congo, Faure Gnassingbé au Togo, en attendant peut-être Gamal, Karim, Léhady et consorts, Ali n’est pas de la même trempe que son père. Il incarne une nouvelle génération de dirigeants, un autre style. Dans la colonne des « moins » de cette génération, évidemment, l’expérience. Mais aussi le charisme, la connaissance du moindre recoin de leur pays et des langues que l’on y parle, des comportements de leur population, souvent fonction des (des) équilibres ethniques ou régionaux, de l’Histoire. Ils sont moins madrés, n’ont pas le même entregent ni la même faconde. Ils n’ont pas les pieds dans la glaise, pas plus qu’ils n’ont la tête dans les étoiles. Ils sont d’un autre monde et d’un autre temps, plus modernes, donc, et aussi plus ouverts sur l’extérieur, les évolutions technologiques et peut-être plus proches d’une jeunesse qui compose l’écrasante majorité de leur population. Pour eux, le temps presse, les palabres les agacent, ils sont tentés plus que de raison par le passage en force. À l’inertie souvent de rigueur chez leurs pères, ils préfèrent le pas de charge, quitte à risquer la sortie de route. Ils aiment les nouveaux atours du pouvoir, les costumes tendance, les belles (et puissantes) voitures, les portables dernier cri, et l’assument. Une évolution qui n’est pas sans rappeler les différences de styles entre deux générations de présidents français, celle de Chirac et celle de Sarkozy.

Depuis ce fameux premier étage du Palais du bord de mer, Ali Bongo Ondimba dirige le Gabon. À sa manière, qui, comme tout ce qui est nouveau, intrigue. Ses premiers pas dans la fonction illustrent le changement d’ère auquel le pays assiste. Le travail qui l’attend est immense, à la mesure des attentes de ses concitoyens au départ foncièrement rétifs à toute succession dynastique. Pas facile de trouver son chemin dans un tel contexte, à moins d’être funambule.
 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon: Mamboundou, l’opposant historique des Bongo, père et fils
De Patrick FORT (AFP) Charismatique et parfois imprévisible, Pierre Mamboundou, figure politique gabonaise, était l'adversaire historique de l'ancien chef d'Etat Omar Bongo et incarnait encore aujourd'hui une opposition pure et dure même s'il s'était rapproché du président gabonais Ali Bongo. Dans un pays où de nombreux opposants ont, à un moment ou un autre, rallié le pouvoir pour accéder à des postes ministériels ou honorifiques, Pierre Mamboundou, décédé samedi à 65 ans et trois fois arrivé deuxième de la présidentielle, laissera derrière lui une image d'opposant n'ayant jamais succombé à la tentation. De haute taille, il portait toujours au moins un élément rouge ...
Lire l'article [1]
Gabon: Déclaration des forces du changement par MR EYEGHE NDONG
Mesdames et messieurs, Le 17 août, date de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale, constitue un moment fort dans la vie de la nation, en ce qu’il doit nous permettre de dresser un bilan d’étape et d’envisager des perspectives d’amélioration du bien être général des populations et du pays. Or, que constatons-nous ? Dans son adresse à la nation du 16 août dernier, à l’occasion de la fête de l’indépendance, Ali BONGO ONDIMBA s’est borné à servir à la population sa propagande qui n’a d’égal que son désir de légitimer son pouvoir usurpé le 30 août 2009. Ali BONGO ...
Lire l'article [2]
Revue de la Presse gabonaise : « Jean Pierre Oyiba encore impliqué dans l’Affaire Progrosa ? » ; « Législative à Ntoum: le beau-fils tricheur » ; « le père Paul Mba Abessole à nouveau défroqué » ; « ces grands Malades qui nous gouvernent » ; « Ban Ki-Moon fait 24 heures" Malgré la présence du Ghana, qui était encore jusqu’à vendredi dernier, seul représentant de l’Afrique au Mondial de football en Afrique du sud, avant son élimination par l’Uruguay aux tirs au but, malgré les « 24 heures chrono » de Ban Ki-moon, à Libreville, la presse gabonaise, notamment ...
Lire l'article [3]
Ce sera un adoubement. En se rendant au Gabon, le 25 février, Nicolas Sarkozy va donner un sérieux coup de main à Ali Bongo, le président gabonais, dont l'élection, le 30 août dernier, avait été très contestée, provoquant des émeutes à Port-Gentil, la capitale économique. Six mois plus tard, le calme semble revenu, mis à part des manifestations d'étudiants durement réprimées. Et la vive réaction contre la France (le consulat de Port-Gentil avait été incendié), accusée par l'opposition d'avoir téléguidé l'élection du fils Bongo, est retombée. Nicolas Sarkozy va donc pouvoir célébrer une relation qui se veut « moderne », ...
Lire l'article [4]
Gabon: Ali Bongo Ondimba : Aussi pourri que son père
Depuis la très malhonnête intronisation du "biaffre mal élu" du Gabon le 16 Octobre dernier, et le brouhaha fait autour des annonces de réformes aussi rocambolesques les unes que les autres avec lesquelles « bébé Ondimba » a voulu impressionner la galerie de béats et de naïfs qui ont vu en lui quelqu'un de différent de son père, je ne puis que continuer à réitérer ce que, dans un récent article et dans bien d'autres écrits, j'ai toujours dit de la famille Bongo et de la nature humaine. C'est que, quand on naît mauvais, on reste forcément mauvais toute sa vie. Et ...
Lire l'article [5]
Prêté par le Milan AC au LOSC cette saison, Pierre-Emerick Aubameyang va disputer sa première grande compétition internationale avec le Gabon d'Alain Giresse, avec son frère Willy et 14 ans après son père Pierre-François. Dans un autre milieu que le football, Pierre-Emerick Aubameyang, né en Laval en 1989, serait sans doute considéré comme « un enfant de la balle ». Fils de celui qu'on avait coutume d'appeler Pierre Aubame, ancien international gabonais qui a disputé plus de 200 matches en Division 1, il est également le cousin de Catilina et le frère de Willy, comme lui joueurs professionnels. Et sa jeune ...
Lire l'article [6]
En quarante-deux ans de présidence du Gabon, feu Omar Bongo était passé maître dans l'art d'acheter ses opposants et de les intégrer dans des gouvernements pléthoriques et inertes. Ce talent était même l'un des secrets de sa longévité. Son fils Ali, qui lui a officiellement succédé, vendredi 16 octobre, en promettant de "réussir la moralisation de la vie publique", s'annonce comme son digne héritier. Parmi les nouveaux ministres du gouvernement "resserré" (29 membres contre 44 sous le dernier gouvernement de la présidence Bongo) qu'il a constitué, figure Jean Félix Mouloungui. Jusqu'à ce qu'il hérite du portefeuille des petites et moyennes entreprises, ...
Lire l'article [7]
Ali Bongo Ondimba en campagne, saluant la foule, avec sa femme Inge. Son père, Omar, a dirigé le pays pendant 41 ans. : EPA 800 000 Gabonais vont élire dimanche le successeur du président Omar Bongo. Son fils Ali a mis toutesles chances de son côté, mais sa popularité est très discutable. Après 41 ans sous la coupe d'Omar Bongo, le Gabon va élire un nouveau président, dimanche, lors d'un scrutin à un tour. Pas moins de 23 candidats sont en course, dont Ali Bongo (50 ans), le fils du Président décédé en juin. Cinq ministres et celui qui était Premier ministre ...
Lire l'article [8]
800 000 Gabonais vont élire dimanche le successeur du président Omar Bongo. Son fils Ali a mis toutesles chances de son côté, mais sa popularité est très discutable. Après 41 ans sous la coupe d'Omar Bongo, le Gabon va élire un nouveau président, dimanche, lors d'un scrutin à un tour. Pas moins de 23 candidats sont en course, dont Ali Bongo (50 ans), le fils du Président décédé en juin. Cinq ministres et celui qui était Premier ministre lors du décès d'Omar Bongo figurent parmi ces candidats. « Changement », « rupture », « alternance » : ces trois mots ont fleuri ...
Lire l'article [9]
Fils du chef de l’État, il n’a jamais affiché d’autre intention que celle de travailler aux côtés de son père. Mais dans l’optique d’une future succession, beaucoup prêtent au ministre de la Défense des ambitions présidentielles. « Il n’y a pas de dauphin. Qui dit que la succession est ouverte ? Je serai candidat en 2012 si Dieu m’en donne encore la force », a martelé Omar Bongo Ondimba (OBO), âgé de 72 ans, au lendemain de sa réélection en décembre 2005. Sans convaincre ses compatriotes ni décourager les prétendants au poste. Homme d’expérience, OBO sait que le pays spécule, scrute, ...
Lire l'article [10]
Gabon: Mamboundou, l’opposant historique des Bongo, père et fils
Gabon: Déclaration des forces du changement par MR EYEGHE NDONG
Revue de la Presse gabonaise : « Jean Pierre Oyiba encore impliqué dans l’Affaire Progrosa ? » ; « Législative à Ntoum: le beau-fils tricheur
Gabon: Bongo fils joue à l’hyperprésident
Gabon: Ali Bongo Ondimba : Aussi pourri que son père
Aubameyang, au nom du père
L’ouverture politique gabonaise, de père en fils
Gabon : le « Bongoland » hésite à choisir le fils
Gabon : le « Bongoland » hésite à choisir le fils
Ali Ben Bongo, au nom du père…