Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Casse-tête forestier

Auteur/Source: · Date: 12 Mar 2010
Catégorie(s): Economie

L’interdiction, décidée le 5 novembre 2009, d’exporter les grumes pour favoriser la transformation locale est entrée en vigueur dès janvier. La filière, mal préparée, est paralysée. Les autorités lâchent un peu de lest.
Pour certains, il s’agit d’une reculade. Le 11 février dernier, le gouvernement a décidé d’octroyer un délai de trois mois aux exploitants forestiers pour évacuer le bois en grumes stocké depuis le 31 décembre dans les parcs à bois disséminés à travers le pays et en particulier au port d’Owendo, au sud-ouest de Libreville. Ali Bongo Ondimba a même proposé d’indemniser les exploitants forestiers qui ont subi un préjudice depuis l’application, au 1er janvier, de l’interdiction d’exporter le bois en grumes. Toutefois, la mesure reste en vigueur.
L’objectif de cette interdiction est de faire passer le Gabon du stade de la « simple » exploitation forestière à celui de la transformation. Plus une seule grume n’est censée sortir du port d’Owendo. Tout le bois coupé doit être désormais transformé sur place avant d’être vendu sur les marchés extérieurs.
S’ils sont tous convaincus par le bien-fondé de cette décision, les gros exploitants forestiers – qui, en dehors de la Société nationale des bois du Gabon (SNBG), sont européens – critiquent sa mise en œuvre « précipitée », qui pourrait avoir des conséquences économiques et sociales graves. L’interdiction d’exporter le bois en grumes, annoncée en Conseil des ministres le 5 novembre, est en effet entrée en application moins de deux mois plus tard sans que le secteur ait eu le temps de s’y préparer et sans que les mesures d’accompagnement pour développer les activités de transformation locales aient été organisées.
L’Union des forestiers industriels du Gabon et aménagistes (Ufiga) fait la grimace et n’exclut pas des licenciements. « Il est vraisemblable qu’à court terme il y ait une baisse de l’activité de production forestière. Dans ce cas, les entreprises devront s’adapter et réduire leurs effectifs », prédit un cadre du groupe français Rougier.
Pas de retour en arrière
Au gouvernement, la menace a été prise au sérieux. Comment ignorer la colère d’une filière dont dépendent 28 % de la population active et qui est le plus gros employeur privé du pays ? Toutes les entreprises du secteur ne disposent pas encore d’unité de transformation locale, les investissements nécessaires étant lourds. Mais, brutalement coupés du commerce du bois en grumes, leur principale source de revenus, comment les exploitants pourront-ils financer la construction des usines ?
Le gel des Accords de partenariat économique (APE) est un autre problème. Jusqu’à présent, le Gabon n’a toujours pas paraphé les APE et cela n’avait qu’un impact limité sur la filière bois tant que les grumes, exonérées de droits de douane, étaient le principal produit d’exportation vers l’Europe. Il en va tout autrement des produits transformés, tels que les contreplaqués, qui, eux, sont taxés en arrivant aux portes l’UE.
Par ailleurs, les répercussions consécutives aux quelques semaines d’arrêt des exportations du bois gabonais ont atteint des pays étrangers, dont la France. Privé du bois en grumes que lui exportait sa filiale gabonaise, Plysorol – le champion français du contreplaqué, établi à Lisieux (Calvados) et repris en avril dernier par une société chinoise – pourrait mettre la clé sous la porte.
Dans l’intérêt de tous les acteurs, il était donc urgent de limiter les dégâts en mettant en place une transition plus en douceur, portée par des mesures d’accompagnement. Néanmoins, le chef de l’État n’a manifestement pas l’intention de revenir sur sa décision, arguant qu’« il est inacceptable que certains fassent aujourd’hui semblant d’être surpris » par l’interdiction. En effet, on en parlait depuis longtemps, et le code forestier prévoyait déjà que, à partir de 2012, au moins 75 % des grumes devraient être transformés par des unités locales pour être exportées sous la forme de produits semi-finis ou finis. Pourtant, « les analyses montrent que, à deux ans de l’échéance, seuls 25 % à 35 % sont transformés », explique le Premier ministre, Paul Biyoghé Mba. D’autant plus conscient, donc, qu’il est nécessaire d’apporter une dérogation à l’interdiction totale d’exporter le bois brut imposée depuis le 1er janvier, le chef du gouvernement a proposé un échéancier, le 17 février, afin d’échelonner la part de transformation locale à 60 % en 2010, 75 % en 2011 et 80 % en 2012.
Prévoyants, trois exploitants forestiers, dont le groupe Rougier, ont obtenu la certification FSC (Forest Stewardship Council, ONG indépendante à but non lucratif) et se proposent de commercialiser les grumes auprès d’industriels implantés localement afin que ceux-ci répondent à l’exigence croissante des marchés finaux pour des produits certifiés issus de forêts gérées durablement. Néanmoins, pour ne pas être en reste, le français, qui dispose déjà de trois unités de production au Gabon, dont la plus importante est l’usine de contreplaqué d’Owendo, prévoit d’accélérer les investissements et, notamment, de doubler les capacités de sa scierie de Mevang, entrée en fonctions fin 2007 et où il a déjà investi 3 millions d’euros.


SUR LE MÊME SUJET
Construire est depuis toujours pour le Gabonais un véritable casse tête. Des complications multiples se posent tout au long de cette entreprise, le transformant très souvent en un véritable casse-tête. Les obstacles à surmonter pour qui veut se lancer dans la construction ne permettent pas à tous de parvenir au succès et avoir un toit décent. L’octroi d’une parcelle en bonne et due forme reste le principal frein pour tout Gabonais voulant se lancer dans la construction. Les prix prohibitifs du matériel de construction est le deuxième obstacle (1 sac de ciment : 5000 f CFA (7.5 euros environ), 1 sac ...
Lire l'article
L'absence d'un transport exclusivement réservé aux élèves de la capitale gabonaise, comme cela se faisait il y a quelque temps, constitue une véritable "épine dans le pied" de nombreux parents d'élèves qui éprouvent toutes les peines du monde à financer le transport de leur progéniture chaque jour de classes. Nombreux sont ces parents qui déboursent entre 5 000 et 10 000 FCFA par jour, voir plus, uniquement pour assurer le transport de leurs enfants de la maison à leur établissement et vice versa. Compte tenu de l’importance des sommes déboursées quotidiennement par les parents dont plusieurs sont issus des couches défavorisées ...
Lire l'article
La compagnie des bois du Gabon (CBG), un opérateur économique forestier implanté dans le département de la Mougalaba, est entrain de construire une case d’écoute à Guietsou au bénéfice des habitants de cette bourgade de la province de la Ngounié (sud), rapporte lundi l’AGP. La construction de ce bâtiment est la réponse à une clause conclue entre ce forestier et les populations autochtones afin de leur sortir temps soit peu du sous développement. C’est la réponse à une des clauses d’exploitation de la forêt entre la CBG et les populations de la Mougalaba, dit-on surplace. Dans ladite case d’écoute, si elle est équipée ...
Lire l'article
L’accès à Internet est devenu un casse-tête pour les élèves et les nombreux utilisateurs de Franceville, Moanda et du reste de la province du Haut-Ogooué (sud-est) depuis bientôt six mois, a constaté le correspondant de l’AGP. La fermeture, en novembre 2009, de l’institut de formation aux nouvelles technologies (Ifatech) en est la principale raison, pense-t-on. Cet institut qui administrait des cours d’informatique, de réseau et bien d’autres sur les nouvelles technologies abritait en son sein le plus important cyber café de la province du Haut-Ogooué. Son débit de connexion qui était de 100 Mbits/s n’avait d’égal et permettait à la plupart des ...
Lire l'article
Le géant européen du contreplaqué, Plysorol, se précipite dans l’impasse sur ses trois sites de production en France, où certains employés menacent de bloquer les usines pour réclamer la transparence sur les comptes de l’entreprise et les intentions réelles du repreneur chinois. De nombreux employés sur les sites français estiment que le nouveau PDG, monsieur Wu, compte sacrifier les usines françaises pour récupérer les stocks de bois de la filiale gabonaise. Le repreneur chinois de Plysorol manigance-t-il le dépôt de bilan des usines françaises pour s’emparer des stocks de bois de la filiale gabonaise ? C’est la question qui ...
Lire l'article
Le chiffre d’affaires de Rougier Gabon S.A. en 2009 a avoisiné les 40 milliards de francs CFA alors que celui du Groupe Rougier a été de 124,9 millions d’Euros, soit plus de 82 milliards de F CFA pour la même année .La décision du gouvernement gabonais d’interdire à compter de janvier 2010 l’exportation de grumes pourrait bénéficier à la production des grumes de Rougier au Cameroun et au Congo. En effet, la stratégie de Rougier est de rester un acteur majeur de l’industrie forestière au Gabon. Au-delà de l’interdiction d’exporter du bois en grumes, Rougier considère que la seule mesure permettant de ...
Lire l'article
Le Gabon a adopté des dérogations à son interdiction d'exporter le bois en grumes décidée en novembre, "pour faire face à l'impossibilité du marché intérieur à absorber" les arbres abattus avant le 1er janvier, a annoncé vendredi la présidence gabonaise. Le président Ali Bongo a demandé au gouvernement l'autorisation de sortie "pour les bois présents dans les ports et parcs" de la Société d'exploitation des parcs à bois du Gabon (SEPBG), a affirmé lors d'un point de presse le porte-parole de la présidence, Guy-Bertrand Mapangou. Ces bois doivent toutefois disposer de permis d'embarquement ("bons à embarquer") délivrés par les douanes. Selon M. Mapangou, ...
Lire l'article
Organiser une course cycliste comme la 4e Tropicale Amissa Bongo au Gabon nécessite une débauche de moyens et une forte volonté politique pour faire face aux carences en infrastructures d'un pays en voie de développement et au climat équatorial. Une caravane de 350 personnes, dont 180 travaillant uniquement à l'organisation de la course rassemblant 14 équipes de 6 coureurs, 70 véhicules légers, 6 camions militaires, 3 semi-remorques, 15 motos et un hélicoptère... "La grande difficulté, c'est qu'il n'y a pas de route réelle entre l'Estuaire (Libreville) et le Haut-Ogooué (sud-est)", et le Woleu-Ntem, les trois régions où se dispute l'Amissa cette année, ...
Lire l'article
La direction générale de l’Economie prévoit pour 2008 une baisse de la production nationale des grumes, a appris la PANA mercredi, de source bien informée. Du fait de l’application stricte de la politique des quotas, les exportations de grumes connaîtraient un tassement de volume autour de 1,7 million de m3, dont 1,4 million de m3 pour les quotas autorisés et 300 000 m3 pour les forestiers non assujettis au principe de quotas. Au port d’Owendo réservé au bois, non loin de la capitale gabonaise, il est possible de constater que la crise mine la filière gabonaise du bois, car l’espace réservé ...
Lire l'article
Le transport scolaire a été un véritable casse-tête pour les milliers d’élèves des lycées et collèges de la capitale gabonaise qui ont repris ce lundi, le chemin des classes. De nombreux élèves des lycées et collèges ont eu toutes les peines du monde pour rallier leurs établissements respectifs ce lundi, premier jour du démarrage des cours dans le primaire et secondaire. Le partenaire officiel, la Société gabonaise de transport (SOGATRA) qui s’occupait du transport des élèves, n’accepte plus les élèves qu’à titre de passager comme tout autre citoyen, dénonçant le comportement barbare de certains de ces enfants qui passaient le clair du ...
Lire l'article
Société / Construire, un vrai casse tête mais…
Education / L’absence de transports scolaires : véritable casse-tête pour de nombreux parents d’élèves
Un opérateur forestier construit une case d’écoute à Guietsou
Accès à l’Internet : un casse-tête pour les élèves à Franceville et Moanda
Gabon : Le casse-tête chinois de Plysorol
Gabon : Le chiffre d’affaires de Rougier Gabon SA a atteint 40 milliards de F CFA en 2009
Bois: dérogations à l’interdiction d’exporter des grumes du Gabon
La 4e Tropicale Amissa Bongo: un casse-tête organisationnel au Gabon
La production gabonaise de bois en pleine crise
Gabon: Les transports scolaires: un véritable casse-tête pour les élèves à la rentrée

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 12 Mar 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*