Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La société civile «check» la démocratie à Libreville

Auteur/Source: · Date: 15 Mar 2010
Catégorie(s): Société

Réunis ce 15 mars au siège de l’Observatoire national de la démocratie (OND) à Libreville, les membres du Collectif des organisations libres de la société civile du Gabon ont tenu une conférence de presse pour faire le point sur la portée démocratique des reformes décidées par le nouvel exécutif.
Le Collectif des organisations libres de la société civiles du Gabon a tenu une conférence de presse ce 15 mars au siège de l’OND à Libreville pour dresser un bilan sur la situation démocratique du pays cinq mois après l’avènement du nouvel exécutif.

Alain Moupopa d’Afrique-Horizons, Marc Ona de Publiez ce que vous payez, Marc Ona, Georges Mpaga du Réseau des organisations Libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) et Dieudonné Minlama Mintogo de l’Observatoire national de la démocratie (OND), ont présenté leurs rapports respectifs.

La communication a porté notamment sur le bilan des relations entre la France et le Gabon depuis le 17 août 1960 ; la création d’une société nationale chargée de la gestion des parts du Gabon dans les hydrocarbures ; les nouvelles mesures gouvernementales en matière d’assainissement de finances publiques et la bonne gouvernance ; le rôle des sociétés civiles africaines dans les crises politiques en Afrique ; les dialogues politiques et la situation politique actuelle

Sur la coopération franco-gabonaise, Alain Moupopa, a estimé que «durant environ cinquante ans nous avons laissé aux seuls politiques le soin de conduire notre pays, (…) nous leur avons donc laissé tant et excessivement le champ libre que nous nous retrouvons de nos jours totalement désabusés par rapport au retard considérable accusé par le pays en matière de développement, en dépit de la quantité inestimable des potentialités»,

«Il convient simplement que la société civile, le secteur privé, les partis politiques légaux à vocation nationale et les partenaires au développement puissent s’engager dans des actions salvatrices visant à empêcher les politiques du Gabon avec la complicité de ceux des autres pays de rééditer leurs actes antipatriotiques, antinationalistes et antihumanistes dans la gestion des affaires publiques», a-t-il ajouté.

Marc Ona a salué « la décision de l’Etat de créer la société nationale de pétrole la Gabon Compagnie Oil (GOC) mais (…) nous souhaitons qu’elle soit gérée par les hommes et les femmes capables»,.

«Il faut rompre avec la corruption, il faut que cette société soit capable de rendre publique les contrats que le Gabon signe avec les opérateurs économique, il faut retirer l’exclusivité de la vente du pétrole à Pétroline UK pour la confier à la nouvelle société», a-t-il recommandé.

Concernant les réformes prises pour l’assainissement des finances publiques, Georges Mpaga a expliqué que «la société civile doit désormais être associée à toutes les décisions qui concernent la Nation. Elle veut jouer un rôle constructif et constituer une force de propositions pour un changement démocratique apaisé et pour la consolidation de l’unité de la Nation».

«Nous lançons un appel pour l’instauration au Gabon, d’un nouveau modèle de gouvernance axée sur la participation citoyenne à la prise de décision » a-t-il ajouté.

Afin de permettre au Gabon de s’inscrire de façon irréversible dans un processus de démocratisation, et de renforcement de l’Etat de Droit, «le collectif demande à la classe politique gabonaise de dépasser les clivages actuels et appelle toutes les forces vives de la Nation à l’ouverture d’un dialogue politique franc et constructif afin de solder le contentieux né de la dernière élection présidentielle et permette ainsi à notre pays de disposer des institutions de régulation de la démocratie et des instruments de la transparence électorale fiables et crédibles aux yeux de tous», a enfin conclu Dieudonné Minlama Mintogo.
 


SUR LE MÊME SUJET
La Coalition de la Société Civile par la voix de son porte parole, Guy René Mombo Lembomba a fustigé ce lundi à Libreville le comportement de certains de leurs membres qui selon eux, sème la confusion au sein des organisations de la société civile. Ce comportement concourt à jeter l’opprobre sur la société civile en appelant les populations à l’incivisme et programmer le chaos. Dans son allocution, le porte parole a indiqué qu’«il avait été convenu que les prochaines élections au Gabon s’organiseraient autour de la crédibilité et de la transparence. Condition sine qua non et gage d’un réel développement du ...
Lire l'article
Une trentaine d’organisations non gouvernementales, membres de la Coalition de la société civile (CSC) gabonaise ont tenu un point presse le 5 décembre 2011 au siège du Rénaps/AJ à Libreville. La rencontre visait un recadrage des actions de ces acteurs, avec un accent particulier sur le positionnement de la société civile, afin de se réapproprier les valeurs d’éthiques et de neutralité. A la faveur d’un point presse, tenu le 5 décembre dernier à Libreville, le porte-parole de la coalition de la société civile gabonaise (CSC), Guy René Mombo Lembomba, a porté un regard particulier sur les dérives observées, selon cette coalition, ...
Lire l'article
La plate-forme Transparence et Gouvernance Démocratique au Gabon (TGD-Gabon), représentée par son coordinateur, Christian Abiaghé Ngomo, vient de condamner au cours d’une conférence de presse, les dérives de certains acteurs de la société civile caractérisée par leur tendance à se laisser instrumentalisés par des fractions politiques. Devant la menace d’instabilité imputable à une frange d’activistes soumis aux partis politiques de l’opposition engagée dans la campagne « ça suffit comme ça », les acteurs de la société civile membre de la plate forme TGD, ont émis de « sérieuses » réserves quant à la représentativité des dits activistes. Au nom ...
Lire l'article
Libreville, le 29 Juin 2011 Monsieur le représentant de l'ambassadeur des Etats Unis au Gabon ; Monsieur le représentant de l'ambassadeur de France au Gabon ; Messieurs et Mesdames, les membres des partis politiques ; Messieurs et mesdames, les membres de la société civile ; Mesdames et messieurs ; Chers compatriotes. Depuis plus de cinq (5) mois, la Société Civile Gabonaise s'est engagée dans un processus d'information, d'explication et de plaidoyer afin de permettre à notre pays de se doter des instruments , des textes et des institutions susceptibles de faire du Gabon un pays démocratique ...
Lire l'article
Déclaration de la société civile gabonaise: L’avenir du Gabon repose fondamentalement sur la démocratie
Suite à l’auto-proclamation et à la prestation de serment de Monsieur André Mba Obame, en qualité de Chef de l’Etat, les climats politiques et sécuritaires se sont fortement détériorés au Gabon. Cette manifestation aurait pu être un non événement si le gouvernement issu de la victoire d’Ali Bongo Ondimba, reconnue par la communauté internationale, n’avait traité le contentieux électoral consécutif à l’élection de 2009 avec une réaction immédiate, musclée et disproportionnée dans la répression de ses adversaires politiques. Au-delà des agissements anti-démocratiques des différents acteurs politiques, la préservation de l’unité des fils de cette Nation impose à la société civile ...
Lire l'article
Alain Joyandet, Secrétaire d’Etat français à la Coopération ne s’entretiendra pas avec le collectif des organisations Libres de la société Civile gabonaise, Marc Ona et le siens ont décliné l’offre de rencontre que le Premier Secrétaire d’Ambassade de France au Gabon leur a faite mardi,arguant ne vouloir comme seul interlocuteur que le président Nicolas Sarkozy . C’est un niet catégorique que Marc Ona a donné mardi après –midi au Premier Secrétaire de l’Ambassade de France au Gabon. Au téléphone, puis par courriel. Non,le Collectif des organisations Libres de la société civile gabonaise ne souhaite pas rencontrer le Secrétaire d’Etat français à ...
Lire l'article
Quelques acteurs de la société civile gabonaise ont tenu une conférence de presse le 16 avril dernier à Libreville pour dénoncer l’instrumentalisation dont ils sont victimes par les acteurs indépendants qui agissent en France au nom de la société civile gabonaise. Ces leaders gabonais de la société ont désavoué avec virulence Bruno Ben Moubamba, qui « mène des actions controversées en France contre les autorités gabonaises en usant abusivement du crédit de la société civile gabonaise » Quelques leaders de la société civile gabonaise ont convoqué une conférence de presse le 16 avril dernier à la Chambre de Commerce de Libreville ...
Lire l'article
Plusieurs fois reporté, le procès opposant Marc Ona Essangui, un des leaders de la société civile au ministre gabonais de l’Intérieur, André Mba Obame s’ouvre finalement ce mardi au tribunal de première instance de Libreville, a appris l’AGP de source proche du dossier. M. Ona Essangui avait porté plainte en août dernier contre le ministre de l’Intérieur suite à son interdiction de quitter le territoire alors qu’il devait se rendre aux Etats-Unis pour une conférence sur la transparence des contrats. M. Ona Essangui avait estimé que l’interdiction qui lui avait été faite de sortir du Gabon est un harcèlement. Pour sa part M. ...
Lire l'article
La Programme de renforcement des acteurs non étatiques du Gabon (PROGEANE) organise depuis le 9 février dernier à son siège de Libreville la première édition du Forum international pour une société civile africaine forte (FISCAF). Ces assises doivent plancher sur l’élaboration d’un accord cadre des acteurs non étatiques pour le développement des possibilités de partenariat, de coopération, d’échanges et de fédération des acteurs du Sud et du Nord dans l’optique de renforcer leur implication dans l’élaboration des politiques publiques au service du développement du continent africain. La Maison des Acteurs non étatiques (MANE) de Libreville accueille du 9 au 15 ...
Lire l'article
Trois responsables d'ONG gabonaises, ainsi qu'un Gabonais associé à la plainte devant la justice française relative notamment au patrimoine en France du président gabonais Omar Bongo Ondimba, ont été interpellés mercredi à Libreville, a-t-on appris de sources concordantes. Les personnes interpellées sont notamment Marc Ona Essangui, Georges Mpaga et Alain Moupopa, trois figures de la société civile au Gabon, d'après un proche de M. Ona Essangui et deux ONG françaises, Transparence International France (TI) et Sherpa, qui ont déposé le 2 décembre à Paris une plainte contre M. Bongo et les présidents congolais Denis Sassou Nguesso et équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema. Gregory ...
Lire l'article
La société civile gabonaise fustige le comportement de certains de ses membres
Gabon : Ethique, neutralité et société civile
Société / TGD-Gabon condamne les dérives de certains acteurs de la société civile
Rencontre société civile et partis politiques: Discours du Président de l’Observatoire National de la Démocratie
Déclaration de la société civile gabonaise: L’avenir du Gabon repose fondamentalement sur la démocratie
Alain Joyandet débouté par la société civile gabonaise
Gabon : Ben Moubamba désavoué par la société civile locale
Gabon: Le procès opposant un leader de la société civile au ministre de l’Intérieur s’ouvre mardi à Libreville
Gabon : Libreville veut renforcer la société civile africaine
Gabon: des responsables de la société civile interpellés à Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Mar 2010
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*