Socialisez

FacebookTwitterRSS

Dernière ligne droite pour un vaccin antipaludisme

Auteur/Source: · Date: 17 Mar 2010
Catégorie(s): Monde

On l’espère depuis des décennies, il existera peut-être dans quelques années. Pour la première fois dans l’histoire de la médecine, un candidat vaccin contre le paludisme est entré, depuis presque un an, en phase 3 d’essais cliniques en Afrique.

Cette vaccination expérimentale, menée sous l’égide de l’organisation de santé internationale à but non lucratif PATH, a porté dans un premier temps sur une cohorte d’enfants âgés de 5 à 17 mois ; elle démarre actuellement sur une deuxième cohorte de nourrissons âgés de 6 mois. Le suivi durera deux ans et portera au total sur 16 000 enfants.

Si cette étape cruciale est franchie avec succès, on disposera du premier vaccin commercialisable contre le paludisme, un fléau parasitaire transmis par les moustiques, qui fait chaque année près d’un million de morts dans le monde, pour la plupart des enfants d’Afrique subsaharienne.

La première difficulté à laquelle se heurte la mise au point d’un vaccin contre le parasite Plasmodium réside dans le fait que celui-ci, qui passe par plusieurs stades au cours de sa vie, prend à chaque fois une forme différente et induit donc autant de réponses immunitaires. La seconde est plus mercantile : le marché africain n’est pas rentable pour l’industrie pharmaceutique, et la mise au point d’un vaccin coûte environ un demi-milliard de dollars (364 000 euros).

Aujourd’hui, le combat contre le paludisme se résume donc aux médicaments (chloroquine ou quinine) et à la lutte contre les moustiques. Des moyens insuffisants et onéreux : cette affection représente 40 % des dépenses de santé publique en Afrique, soit quelque 12 milliards de dollars chaque année. D’où les espoirs placés dans ce candidat vaccin : le RTS,S.

Son histoire commence en 1987 dans les laboratoires de GlaxoSmithKline Biologicals, filiale implantée en Belgique de l’américain GSK. Combinant la protéine RTS,S du parasite avec l’antigène de l’hépatite B, le vaccin est testé pour la première fois en 1992, aux Etats-Unis et en Belgique, chez des adultes volontaires. En 1995 commencent les premiers tests en Afrique, en Gambie et au Kenya. Tous semblent prometteurs. Mais il faudra attendre 2001, et le partenariat avec Malaria Vaccine Initiative (MVI) pour que le projet décolle.

Créée en 1999 grâce à une subvention initiale de la Fondation Bill & Melinda Gates, MVI est un des programmes de développement de PATH. Sa mission : accélérer la mise au point de vaccins contre le paludisme, et s’assurer de leur disponibilité dans les pays qui en ont besoin. “Au moment de la création de MVI, de nombreux chercheurs, institutions académiques ou laboratoires pharmaceutiques avaient déjà tenté des approches pour développer un vaccin antipaludique”, précise son directeur, le docteur Christian Loucq. Avec l’aide des fonds collectés, publics et surtout privés, certains candidats vaccins passent alors à la vitesse supérieure. Le RTS,S en tête.

En 2004, les résultats d’une étude menée dans le sud du Mozambique, auprès de plus de 2000 enfants âgés de 1 à 4 ans, montrent que ce vaccin est efficace à 49 %, sur une durée de dix-huit mois, contre la forme sévère de la maladie. Fin 2008, le New England Journal of Medicine publie les résultats de trois autres études menées en Tanzanie et au Kenya : administré à de jeunes enfants, ainsi qu’à des bébés de moins de 1 an en même temps que les vaccins pédiatriques recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le RTS,S réduit le risque d’épisodes cliniques du paludisme de 53 % sur une période de suivi de huit mois.

Une efficacité jamais atteinte à ce jour par un vaccin expérimental contre le paludisme. En mai 2009, l’étude de phase 3, préalable indispensable à la commercialisation, démarre à Bagamoyo (Tanzanie). Elle se poursuit aujourd’hui dans onze centres de vaccination, répartis dans sept pays d’Afrique subsaharienne (Tanzanie, Burkina Faso, Gabon, Ghana, Kenya, Malawi et Mozambique).

Coût total de l’essai clinique : 210 millions de dollars. MVI, qui gère le partage des risques entre sociétés donatrices, entreprises privées de biotechnologie-pharmacologie et laboratoires publics, a reçu pour le projet RTS,S, ces deux dernières années, 175 millions de dollars. GSK, pour sa part, annonce qu’il prendra sur la commercialisation du vaccin une marge bénéficiaire de 5 % du coût de production.

La suite ? En fonction des résultats définitifs de l’étude et du temps nécessaire aux autorisations réglementaires de l’OMS, la production industrielle du RTS,S pourrait commencer d’ici cinq ans environ. Mais obtenir le feu vert pour entamer la commercialisation d’un vaccin est une chose, assurer sa diffusion et sa bonne administration sur le continent africain en est une autre.

C’est pourquoi l’OMS et MVI travaillent d’ores et déjà en partenariat avec les ministères de la santé de plusieurs Etats, afin d’établir un cadre décisionnel visant à une mise en oeuvre efficace des futures campagnes de vaccination. Plus efficace, en tout cas, que celle contre l’hépatite B qui a mis une quinzaine d’années avant d’être rodée.


La nocivité croissante de “Plasmodium vivax”: Le paludisme est dû au parasite Plasmodium dont il existe deux principales espèces : Plasmodium falciparum, très présent et mortel en Afrique ; et Plasmodium vivax, majoritaire en Asie et en Amérique du Sud.

Jusqu’à présent, les données épidémiologiques montraient que P. vivax ne pouvait pas infecter les personnes dont les globules rouges ne possédaient pas à leur surface une certaine protéine, dite Duffy. Les populations de groupe sanguin Duffy-négatif étaient considérées comme naturellement protégées contre l’infection par P. vivax.

Mauvaise nouvelle : cette assertion n’était pas – ou n’est plus – exacte. Des chercheurs viennent de montrer que le parasite P. vivax est capable d’infecter des populations considérées jusqu’à présent comme protégées du fait de leur groupe sanguin. Publiée le 11 mars sur le site Internet de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) par une équipe internationale impliquant des équipes malgaches, américaines et françaises (Institut Pasteur de Paris), cette découverte pourrait remettre en question certaines stratégies de vaccination – mais pas celle du RTS,S -. Elle alerte aussi sur une possible progression du parasite P. vivax dans des régions du monde où il était absent.


Catherine Vincent


SUR LE MÊME SUJET
Les Panthères du Gabon ont réalisé un résultat encourageant dans la perspective de la CAN Orange 2012 en battant le Ména du Niger en match amical de préparation disputé mardi au stade Maurice-Chevalier de Cannes (France). En battant les Ména du Niger bien partis dans leur groupe pour briguer une place parmi les 16 nations qui auront l'honneur de disputer la phase finale de la CAN Orange 2012 au Gabon et en Guinée Equatoriale, les panthères du Gabon ont ramené un peu plus de sérénité dans le groupe et d'espoir pour leurs nombreux supporters. Une victoire bonne à prendre pour le moral ...
Lire l'article
Les travaux de construction de l’échangeur des Charbonnages, situé dans la capitale gabonaise, connaissent une avancée significative grâce au rythme de travail instauré par l’entreprise adjudicataire et vont entrer dans leur dernière phase bientôt, pour la satisfaction de la population. Le constat a été fait récemment lors de la visite effectuée par le ministre des Infrastructures et de l’Equipement, le Pr. Léon Nzouba. Cette accélération des travaux va forcément faire le bonheur de la population environnante d’une part, et celle de la capitale gabonaise d’autre part. Sur le terrain, la dalle de 34 m est en cours de ferraillage sur les travées intérieures. ...
Lire l'article
Un vaccin efficace pour la première fois contre le paludisme pourrait être disponible en Afrique à partir de 2015, a annoncé un de ses inventeurs, Joe Cohen, lors d'une conférence à Washington La phase 3 des essais cliniques du vaccin RTS,S contre le Plasmodium falciparum, le plus meurtrier des parasites à l'origine du paludisme, est en cours dans sept pays d'Afrique et se passe "très bien", a indiqué mardi Joe Cohen, chercheur des laboratoires britanniques GlaxoSmithKline (GSK), qui se consacre depuis vingt ans à l'élaboration d'un vaccin et qui participe à Washington à une conférence sur le sujet. "Nous pensons que nous ...
Lire l'article
Le nouveau vaccin expérimental contre paludisme se serait révélé efficace et sans risques affirme l’étude publiée le 3 février dernier aux Etats-Unis sur les essais cliniques menés au Mali. Les résultats définitifs devraient être connus dès 2013 pour le développement à grande échelle d’un vaccin anti paludique qui pourrait sauver des millions de vies humaines. Le fléau du paludisme en Afrique pourrait ne plus avoir de beaux jours devant lui. Les tests concluants se multiplient sur les vaccins expérimentaux contre cette maladie qui tue chaque année des milliers de personnes, notamment en Afrique subsaharienne. Le 3 février ...
Lire l'article
Après une pause le 24 août dernier, le candidat «de l'interposition», André Mba Obame, a repris ses meetings le 25 août avec une rencontre organisée au «marché bananes» du PK8, où une importante foule s'est massée pour écouter le «Moïse» de l'élection du 30 août. Devant la marée humaine amassée autour de l'estrade, le dissident du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) n'a pas mâché ses mots pour répondre à ses détracteurs de la barque PDG et rappelé les grandes promesses du volet social de son projet de société. © Static/gaboneco - Le candidat «de l'interposition», ...
Lire l'article
Pour la dernière ligne droite avant le vote du 30 août prochain, le candidat «de l'interposition» est passé à la vitesse supérieure le 25 août au «marché bananes» au PK 8 sur la route nationale, où une marée humaine est venue soutenir le candidat indépendant. Après une pause le 24 août dernier, André Mba Obame est arrivé au meeting du PK 8 escorté par une importante foule venue lui manifester son soutien. A 5 jours du vote, ce meeting a été l'occasion pour le dissident du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) de répondre à ses détracteurs ...
Lire l'article
Le gouvernement a autorisé, à l’issue du Conseil des ministres de ce jeudi, le ministère de la Santé à procéder à l’étude de la phase III du vaccin RTS,S contre le paludisme, qui a reçu l’avis favorable du Comité national d’Ethique d’autant que les essais de la phase II ont été satisfaisants, a –t-appris du le communiqué final. Le RTS,S, vaccin antipaludique dont les recherche sont le plus avancées au monde, est entré dans l'histoire en 2004 lorsque les résultats d'un essai auquel ont participé 2 000 jeunes enfants, au Mozambique, ont révélé qu’il pouvait réduire de 49 % les ...
Lire l'article
A l’occasion des premières journées portes ouvertes de l'unité de recherche de la fondation Albert Schweitzer, à Lambaréné, les chercheurs ont présenté le fruit de leurs recherches sur la prévention des maladies infectieuses, notamment un prototype de vaccin contre paludisme. Ce vaccin, le RPFF, s’il parvenait à être développé, serait une grande première pour prévenir cette maladie qui est parmi celle qui fait le plus de victimes dans le monde. Le ministre de la Décentralisation, Richard Auguste Onouviet, élu de Lambaréné, a parrainé le 7 mars dernier dans le chef-lieu du Moyen-Ogooué les premières journées portes ouvertes ...
Lire l'article
Des résultats publiés lundi sur le site internet du New England Journal of Medicine, montrent que le « candidat vaccin » antipaludique qui confèrerait aux nourrissons et aux jeunes enfants sur le plan clinique, une protection significative serait probable dans un horizon proche, rapporte le Global Health Strategies (GHS). Chez les nourrissons particulièrement, les données montrent pour la première fois que « le vaccin candidat » peut être incorporé dans les campagnes de vaccination des pays africains et ne pas interférer avec les vaccins couramment administrés aux enfants tels que la poliomyélite, la diphtérie, la coqueluche, le tétanos et la ...
Lire l'article
Les responsables du laboratoire GlaxoSmithKline et l’ONG Malaria Vaccine Initiative ont annoncé le 5 novembre que les derniers tests cliniques pour la commercialisation d'un vaccin contre le paludisme devraient avoir lieu dans sept pays africains à partir de janvier 2009. Avec une efficacité de 30% à 35% sur les formes bénignes et de 50% sur les formes plus graves, ce vaccin pourrait permettre d’éviter 100 millions de nouveaux cas par an selon les scientifiques qui mènent les tests. Est-on sur le point de voir naître une arme efficace pour endiguer de manière significative la pandémie du paludisme ? L’une des ...
Lire l'article
CAN Orange 2012 / Panthères du Gabon: Une dernière ligne droite qui exige plus de travail et de persévérance
Travaux de l’échangeur des charbonnages: la dernière ligne droite
Paludisme en Afrique: un vaccin pourrait être disponible à partir de 2015
Santé : Premiers essais concluants pour le vaccin contre le paludisme
Gabon : Mba Obame lance la dernière ligne droite dans les PK
Gabon : Mba Obame lance la dernière ligne droite dans les PK
Gabon: Le gouvernement autorise le ministère de la Santé à procéder à l’étude de la phase III du vaccin RTS,S contre le paludisme
Gabon : La Fondation Schweitzer présente un vaccin contre le paludisme
Gabon: Le vaccin antipaludique pour un horizon proche
Santé : Le vaccin contre le paludisme passe ses derniers tests africains

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 17 Mar 2010
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*