Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La SOVOG peut-elle relever le défi des «villes propres» d’Ali Bongo ?

Auteur/Source: · Date: 17 Mar 2010
Catégorie(s): Economie,Société

trois mois et demi de l’ultimatum du gouvernement pour présenter un plan d’industrialisation et de traitement des ordures, la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) est face à un défi de taille pour en finir avec les «tas d’ordures» au Gabon. En dehors d’insuffisance de matériels et d’infrastructures, d’autres paramètres tels que la qualité du réseau routier urbain devront également être assurés pour atteindre l’objectif «ville propre».

Le 4 mars dernier, le gouvernement a lancé un ultimatum indiquant que «le 1er juillet 2010 au plus tard, en accord avec la mairie de Libreville et celle de Port Gentil dans un premier temps, les société de gestion des ordures ménagères devront présenter un plan d’industrialisation et de traitement des ordures sous peine de se voir retirer leurs contrats d’exploitation».

La convention de la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) avec l’Etat gabonais comporte deux volets, à savoir le programme de collecte et celui de traitement et de valorisation des déchets.

Le premier a débuté le 1er septembre 2002 et est déjà «théoriquement opérationnel aujourd’hui avec 20 camions poubelles qui sillonnent la ville de 21h à 7h du matin pour évacuer la production journalière d’ordures. Le second volet qui concerne le traitement et la valorisation des déchets devra être opérationnel en 2011.

Mais force est de constater que le ramassage des ordures accuse encore de lourdes lacunes, à en juger par les «tas d’ordures» qui jonchent de nombreuses artères de la capitale gabonaise. Sur ce point, la SOVOG jette l’anathème sur l’indiscipline de la population qui ne respecterait pas les horaires de sortie des déchets entre 18h et 21h.

La SOVOG emploie un total 109 personnes reparties entre le pôle administratif et le pôle exploitation. Elle a opté pour le système d’apport volontaire des ordures aux points de ramassages et a placé à cet effet tous les 100m sur les voies accessibles des bacs à ordures à portée de tous.

La société dispose également de 30 bennes à ordures ménagères, 2000 bacs à ordures ménagères déployés dans toute la ville et des engins d’entretien de la décharge. Elle gère 450 à 500 tonnes d’ordures ménagères par jour, soit 162 à 180 000 tonnes par an.

Avec la pression démographique et le développement «anarchique» de la ville, la SOVOG manque aujourd’hui cruellement de moyens pour remplir de manière efficiente ce service public.

A ce niveau, un autre paramètre de taille intervient : la viabilité du réseau routier urbain. Pour mener à bien sa mission, la SOVOG a besoin d’un réseau routier viable, avec des voies intra et péri urbaines pour accéder à tous les points de ramassage.

Dans le «plan d’industrialisation» de la SOVOG devrait également figurer son projet de construction d’un Centre de valorisation des déchets (CVD) pour le tri et le traitement des trois types de déchets inertes, fermentescibles et spéciaux , comme les déchets hospitaliers par exemple.

Mais pour qu’une ville soit propre, il faut des actions combinées de ramassage d’ordures ménagères, de collecte des déchets industriels, de balayage mécanique des rues, de découpage des hautes herbes, etc.

A cet effet, d’autres sociétés «partenaires» ou sous traitantes devront être associées au plan d’industrialisation de la SOVOG pour la collecte des déchets industriels, la pré-collecte des quartiers sous intégrés non accessibles par voie carrossable, ou encore le balayage des rues.

Si la SOVOG est au cœur de ce dispositif, les infrastructures nécessaires à la mise en place d’un système efficace de ramassage et de traitement des ordures ménagères nécessiteront de gros investissements des autorités.

La SOVOG a été créée et fonctionne grâce à la subvention de l’Etat gabonais. Son plan d’industrialisation ne manquera certainement pas de signaler tous ces manquements. Alors l’Etat est-il prêt à investir pour en finir avec les «tas d’ordures» dans ses villes ?

Publié le 17-03-2010 Source : InfosGabon Auteur : Gaboneco
 


SUR LE MÊME SUJET
Un camion de la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG), en plein service de ramassage des ordures, s’est accidentellement écrasé sur un véhicule de sport stationné sur le bas-côté, au quartier Ozangué (5ème arrondissement de la commune de Libreville), a constaté il y a quelques jours une équipe de notre rédaction de passage sur le lieu de l’incident. L’accident que personne n’a pu expliqué n’a fait aucun blessé mais aura causé des dégâts matériels sur le véhicule stationné, vraisemblablement au mauvais endroit, lors du passage du camion des éboueurs. Un drôle d’accident qui réduit d’un camion le parc ...
Lire l'article
La Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) a depuis 2000 l’exclusivité du marché des ordures de la capitale gabonaise. Avec 30 bennes et 2000 bacs à ordures déployés dans la ville, elle gère en moyenne 500 tonnes d’ordures ménagères par jour, soit 180 000 tonnes par an, sans pour autant libérer Libreville du diktat des « tas d’ordures ». La Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) est face à un défi de taille, en finir avec les «tas d’ordures» de la capitale gabonaise tout en offrant aux déchets un nouveau destin. La convention liant la SOVOG et ...
Lire l'article
Brossette nettoyage vient d’acquérir un banaliseur de traitement de déchets biomédicaux. Grace à cette acquisition, la filiale de la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) marque un pas décisif dans la conquête du marché de traitement des déchets biomédicaux. La société Brossette nettoyage, spécialisée dans l’assainissement, a procédé le 8 septembre à la présentation du mode de fonctionnement de son nouveau banaliseur, acquis pour le traitement par broyage et stérilisation des déchets biomédicaux. Cet outil permet de transformer par système de broyage et de stérilisation, des déchets de classe 1 en classe 2 (ordures ménagères). Il ...
Lire l'article
Dans le cadre des préparatifs du cinquantenaire de l’indépendance du pays, le Premier ministre, Paul Biyoghe Mba, a reçu le 23 mars à Libreville les dirigeants de la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) pour planifier le «grand nettoyage» de la ville avant le 17 août prochain. Sommé par le chef de l’Etat d’accélérer les préparatifs du 17 août, qui marque cette année le cinquantenaire de l’indépendance du pays, le Premier ministre, Paul Biyoghe Mba, a planifié avec le directeur général de la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) les mesures d’urgence susceptibles de redorer l’image ...
Lire l'article
La Société de valorisation des ordures ménagères (SOVOG) compte mettre un plan spécial de collecte des ordures ménagères à l'occasion des festivités marquant la commémoration de l'indépendance, a annoncé mardi le directeur de l'Exploitation, Guy Martin Biyogho. Ce dispositif prendra en compte tous les quartiers de la ville même ceux qui présentent les grosses difficultés d'accès. Selon ce responsable, pour cette période du 17 août, la SOVOG souhaite que les populations respectent « le bon geste », comme l’indique le slogan de la dernière campagne de communication qui consiste à déposer les ordures ménagères dans les bacs entre 18 et 21 heures. La ...
Lire l'article
Le gouvernement a décidé de réviser la convention qui lie l’Etat gabonais à la Société de Valorisation des Ordures Ménagères au Gabon (SOVOG), nonobstant les conclusions et les recommandations formulées par un audit, rapporte vendredi le communiqué final du Conseil des ministres. SOVOG a fait l’objet jeudi d’une attention particulière au cours du Conseil des ministres dont le communiqué final paru vendredi rapporte que « La Vice-Premier ministre en charge de l’Environnement, du Développement durable et de la Protection de la Nature, Georgette Koko, a présenté au conseil « l’Audit sur les capacités opérationnelles de la SOVOG, qui vise à ...
Lire l'article
Le Conseil des ministres, réunit jeudi à Libreville, autour du président de la République, Omar Bongo Ondimba, a « demandé » au vice –Premier ministre en charge de l’Environnement, conformément à la Feuille de route du Gouvernement, de procéder à la révision de la Convention qui lie l'Etat gabonais à la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG. Cette révision fait suite à l'Audit mené récemment sur les capacités opérationnelles de la SOVOG, et qui a consisté à vérifier la conformité de la gestion des déchets ménagers à Libreville.
Lire l'article
La direction générale de la Société de valorisation des ordures ménagères du Gabon (SOVOG), aurait versé une bagatelle de 324 000 000 francs CFA à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Du coup les salariés ont annoncé mardi à Libreville, la suspension du mouvement de grève engagé depuis le 8 février dernier. En vue d’éviter les amoncellements des ordures dans la ville, le directeur général de cette société exhorte les autorités municipales à être les premiers policiers de la ville. Il a par ailleurs souligné qu’il y avait une campagne de sensibilisation sur les heures de dépôt d’ordures et les ...
Lire l'article
Depuis quelques années, les autorités municipales de Libreville ont confié la mission de collecte et de gestion des ordures ménagères à la Société de valorisation des ordures ménagères (SOVOG). Pour ce qui est des ordures industrielles, il reviendrait aux entreprises elles- mêmes de signer directement des contrats avec les prestataires de la place, spécialisés dans ce domaine, pour aboutir à une gestion efficace de ces déchets qui encombrent certains coins de la capitale. Selon les termes du contrat signé avec l’Hôtel de ville de Libreville, la SOVOG a pour mission exclusive le ramassage des ordures ménagères. C’est dire que les opérateurs ...
Lire l'article
Un camion de la SOVOG s’écrase sur un véhicule stationné
Gabon : Le défi de la valorisation des ordures
Gabon : Brossette Nettoyage s’attaque aux déchets biomédicaux
Gabon : Biyoghe Mba veut des villes propres pour le 17 août
Bongo Doit Partir
Gabon: La SOVOG met un plan spécial de collecte pour le 17 août
Vers la révision de la convention qui lie l’Etat à SOVOG
Gabon: Le Conseil des ministres « demande » une « révision de la Convention qui lie l’Etat gabonais à la SOVOG »
Gabon: Le versement de 324 000 000 francs CFA à la CNSS suspend la grève des agents de la SOVOG
Gabon: Environnement / Gestion des ordures industrielles à Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 17 Mar 2010
Catégorie(s): Economie,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*