Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le “sans nom”, considéré comme le poisson de la “famille” à Lambaréné

Auteur/Source: · Date: 19 Mar 2010
Catégorie(s): Société

L’Inspecteur provincial de Pêche et de l’Aquaculture dans la province du Moyen-Ogooué (centre du Gabon), Aymard Koumba Mounanga, a déclaré au sujet de l’Hétoritis Niloticus très prisé et connu à Lambaréné sous l’appellation du ‘‘ Sans nom’’, autrefois négligé dans le ‘‘ grand’’ fleuve Ogooué (1200km), que ce poisson serait subitement devenu « le poisson famille ».

« On l’appelle ‘‘ sans nom’’ parce qu’il n’a pas de nom. Son nom scientifique est l’Hétoritis Niloticus parce qu’il est difficile à déterminer. C’est un poisson particulier qu’on n’avait pas saisi au départ », a expliqué l’Inspecteur provincial des pêches.

Le ‘‘ Sans nom’’ est un poisson riche en protéines.se présentant avec de grosses écailles qui sur le plan traditionnel servent à fabriquer des colliers.

L’avantage du « sans nom », c’est qu’il est pêché en toute saison contrairement à la carpe (poisson réputé de Lambaréné) qui est plus abondante en saison sèche.

Les japonais, premiers partenaires du Gabon en matière de pêche, se sont intéressés à ce poisson en termes de valorisation.

« Ils ont vraiment mis de l’argent pour ça. Ce projet s’est bien déroulé et nous avons même dégusté des croquettes, hamburgers et beignets du ‘‘Sans nom’’ qui d’ailleurs étaient très nourrissants », a soutenu Pierre Aymard Koumba Mounanga annonçant sa commercialisation effective dans certains magasins.

Pour preuve, précise l’expert, le ‘‘Sans nom’’ s’exporte déjà au Congo voisin. Il y a deux ans déjà souligne-t-il une ‘‘ grande’’ saisine de 12 tonnes environ de ce poisson transformé (salé et fumé), avait été effectuée par ses services.

« Je l’ai interdit de sortie parce qu’il y a une quantité qu’on ne peut pas exporter comme ça et de surcroit par un étranger qui n’était pas en règle au niveau de notre administration », a rappelé l’inspecteur.

Ce coup de filet lui permis de comprendre que ce trafic existait depuis longtemps.

« Ça revenait de l’Ogooué-Maritime (Ouest), depuis le Fernavaz. Ça revenait de là-bas et ils débarquaient au niveau d’Isaac (quartier de Lambaréné), entre 22heures et 23 heures, voire 1h du matin parfois puisqu’il n y a pas de contrôle la nuit au niveau de Missa-Bikoungou (embouchure entre l’Ogooué-Maritime et le Moyen-Ogooué) », où ils « Ils passent tranquillement dans le Haut-Ogooué (sud – est), où le kilo de « sans nom » est vendu entre 5000 et 6000FCFA,, alors que sur le plan local il est à 2500 ou 3000FCFA », relève l’inspecteur.

Dans le cadre de la coopération dynamique entre le Gabon et le Japon, l’expérience du ‘‘ Sans nom’’ dans la province du Woleu-Ntem a été rapidement stoppée par les experts avisés des dégâts qu’il pouvait causer au contact des autres espèces de poisson.

« C’est vraiment un prédateur. On voulait même le déporter au niveau de la province du Woleu-Ntem (nord), mais, nous, acteurs de la pêche, avons dit non, ce poisson est très dangereux » et qu’«on a des espèces douces dans le nord, ce poisson pourrait détruire toutes les autres espèces en un temps record si on l’amène là-bas. C’est vraiment un prédateur et il n’y a pas assez de cours d’eau pour son élevage là-bas », a prévenu l’inspecteur de la pêche.

C’est dans l’Ogooué-Maritime et le Moyen-Ogooué qu’on retrouve le « sans nom » dont la provenance reste jusqu’ici méconnue malgré l’affirmation de certains pêcheurs qui soutiennent que ce poisson proviendrait de l’Afrique de l’ouest.

« J’ai appris cett e explicationquand je suis arrivé dans la province du Moyen-Ogooué, là, je n’ai pas vraiment confirmation mais, tout ce que je sais c’est qu’il faut dire qu’à l’époque on ne le mangeait pas, mais, avec le temps on a découvert que c’est un bon poisson qui contient des protéines, c’est le poisson de la famille surtout ici dans le Moyen-Ogooué où un bon « sans nom » bien cuisiné nourrit toute une famille », a conclu Pierre Aymard Koumba Mounanga.

Sécurité alimentaire

L’agriculture, y compris l’élevage et la pêche, qui occupait 33% de la population active en 2004, n’a contribué au PIB qu’à raison de 8,7% en 2003, et les exportations du secteur ne représentaient que 0,2% du total des exportations en 2001.

Avec une agriculture vivrière tournée essentiellement vers l’autosubsistance, le Gabon ne peut nourrir la totalité de ses habitants. Pour faire face à une demande alimentaire grandissante au niveau des centres urbains, le pays doit recourir massivement aux importations de vivres (60% de la consommation alimentaire est importée).

Dans ce cas de figure, une véritable industrialisation des poissons via la construction d’usines dans les zones poissonneuses pourrait constituer un début de solution corroborant avec le pilier ” Gabon industriel”.


SUR LE MÊME SUJET
Les femmes, compagnes des pêcheurs installés au village des pêcheurs de Cocobeach, s’activent de plus bel, à l’activité de séchage du poisson, en complément à leurs époux qui eux, ont le devoir de ravitailler les fumoirs avant l’étape de la vente. Autrefois réservé aux hommes, l’activité de séchage et de fumage de poisson à grande échelle qui se pratique au village des pêcheurs de Cocobeach se trouve actuellement entre les mains de femmes. Très habiles, ces femmes passent au fumoir différentes variétés de poisson. Chacune nécessitant une certaine durée bien déterminée. Pauline N, de nationalité camerounaise, une des plus anciennes du village explique ...
Lire l'article
Le Gabon produit depuis cinq ans par aquaculture deux cents tonnes de poisson par an, essentiellement du tilapia, selon M. Anicet Mombo, un expert gabonais en aquaculture. Outre le tilapia, deux autres espèces de poisson, le mâchoiron et le mulet, sont en cours d’expérimentation dans les différentes fermes aquacoles du pays, a indiqué M. Mombo, jeudi à Libreville, en marge d’un séminaire sur les stratégies de développement de l’aquaculture commerciale en Afrique qui s’est achevé vendredi. Ouverte mercredi dernier, la rencontre de trois jours a regroupé quelque 60 délégués en provenance des Etats africains riverains de l’Océan Atlantique ...
Lire l'article
Le prix du poisson frais a plus que grimpé ces derniers temps à Lambaréné, capitale provinciale du Moyen-Ogoué, où le kilogramme de carpe est passé de 700 à environ 2500 francs CFA, pénalisant énormément les consommateurs qui ne savent plus à quel saint se vouer, a-t-on appris. A l’origine de cette situation , la forte pluviométrie de ces derniers temps qui provoque la montée des eaux; toute chose qui empêche les pêcheurs de faire de bonnes parties de pêche. Ainsi, pour la carpe fraîche, poisson très prisé et le moins coûteux, le kilogramme passe de 700 à 2500 FCFA, et les autres ...
Lire l'article
Le candidat investi par la Majorité républicaine pour l’émergence, Paul Mba Abessole, s’est montré plus que persuasif sur le bien-fondé de rassembler les fils et filles du Gabon lors d’un meeting dimanche à Nkembo. Il a estimé que ‘’le multipartisme qui ne cadre pas avec les mœurs gabonaises, a contribué à l’exclu sionisme mettant en péril l’unité nationale’’. Selon le candidat Mba Abessole, ‘’le rassemblement reste une priorité dans une jeune démocratie comme la nôtre, car la pratique du pluralisme politique est, aujourd’hui, mal assimilée par la plupart des gabonais est demeure pour certains, synonyme de tribalisme et surtout d’exclu sionisme’’. ...
Lire l'article
Certains jeunes de la commune de Lambaréné (chef-lieu provincial du Moyen-Ogooué, centre), ont choisi d’embrasser le métier d’écailleur de poisson pour lutter contre l’oisiveté et la délinquance juvénile, a constaté GABONEWS. Surpris sur la berge du quartier commercial d’Isaac (2ème arrondissement) de la commune de Lambaréné, où ils passent presque toute la journée, deux écailleurs de poissons nous ont renseignés sur cette nouvelle activité en pleine expansion. « Je suis arrivé dans ce métier parce que j’ai vu les autres gagner de l’argent », explique Koumba Ngadi qui a dû cesser de travailler dans la livraison de boisson pour devenir ...
Lire l'article
Pour la troisième fois en trois ans, Nicolas Sarkozy était en visite au Gabon, mercredi 24 février. Une visite éclair pendant laquelle le président français a déclaré : "Il n'existe plus de pré carré et je ne le regrette pas. Ce sont des conceptions d'un autre temps." Une opinion que ne partage pas Bruno Ben Moubamba, vice-président d'Union nationale, l'une des deux principales formations de l'opposition gabonaise. Depuis la France, il estime que le président français "est inscrit dans un processus qui consiste à renvoyer l'ascenseur à ceux qui l'ont soutenu". Que pensez-vous du voyage de Nicolas Sarkozy au Gabon ? Nicolas ...
Lire l'article
Plusieurs semaines après la période des fêtes du nouvel an, au cours de laquelle il avait déjà connu des fluctuations, le prix du poisson est de nouveau en hausse à Lambaréné (Moyen-Ogooué), au grand dam des consommateurs locaux, a constaté le correspondant de GABONEWS. Parmi les diverses espèces de ce produit alimentaire, celle communément appelée « sans nom », qui jadis faisait le bonheur des familles nombreuses, est désormais facturée, selon le poids, entre 2000 et 2500 francs CFA, une envolée par rapport au prix initial qui ne dépassait pas les 2000 francs. Même constat pour le poisson le ...
Lire l'article
De nombreux jeunes prennent d’assaut les marchés, les ports, où se vend le poisson, pour proposer leurs services aux acheteurs. Leur travail consiste à écailler le poisson et à le découper, facilitant ainsi la tâche aux consommateurs. Un véritable réseau s’est constitué autour des points de vente de poissons, allant de la vente au transport de la marchandise. Depuis quelques temps, les écailleurs de poisson ont le vent en poupe. Nul ne peut acheter du poisson, sans chercher du regard le jeune homme « à la machette ». Agés de 25 à 30 ans, ces jeunes ont su s’imposer ...
Lire l'article
Le prix du poisson salé connaît une hausse dans les campements des pêcheurs et au marché municipal de Cocobeach, à plus de 120 km au nord de Libreville, a constaté lundi le correspondant de l'AGP. Vendu habituellement à 1800 FCFA, le kg de Thon et du Mâchoiron est passé à 2300 FCFA, alors que celui du Bar, de la carpe noire, du Capitaine et du poisson rouge est passé de 1900 à 2500 FCFA le kg. Ces prix sont fixés unilatéralement par les commerçants, qui, non seulement ne tiennent pas compte de la mercuriale municipale mais ne donnent aucune raison justificative. Ces derniers ...
Lire l'article
Mamadou Tsoumou, un ancien gouverneur de la province du Haut-Ogooué (sud-est), d’où est originaire le chef de l'Etat gabonais, a été écroué mercredi à la prison centrale de Libreville pour association de malfaiteurs. L'ancien gouverneur était en compagnie d'une dizaine d'éléments d'un redoutable gang de braqueurs qui a dérobé plus de 526 millions de francs CFA au cours d'une série de hold up, dans la capitale gabonaise et à Ndjolé (centre), a rapporté jeudi le quotidien gouvernemental l'Union. Il est poursuivi pour association de malfaiteurs, complicité de vol à main armée et détention illégale d'armes de guerre. Mamadou Tsoumou a été interpellé et ...
Lire l'article
Le fumage de poisson, activité principale des femmes à Cocobeach
Le Gabon produit 200 tonnes de poisson par an par aquaculture
Société / Le prix du poisson frais connaît une hausse vertigineuse à Lambaréné
Politique : Mba Abessole: Quand le multipartisme est considéré comme ‘’facteur d’exclusion’’
Débrouillardise : Les jeunes de Lambaréné écaillent du poisson pour lutter contre l’oisiveté et la délinquance juvénile
“Je crains que la France considère le Gabon comme une vache à lait”
Moyen Ogooué : Nouvelle hausse du prix du poisson à Lambaréné
Gabon: Ecailleur de poisson, une activité très prisée par les jeunes dans les marchés à Libreville
Consommation : Le prix du poisson salé en hausse à Cocobeach
Gabon: Mamadou Tsoumou, ancien gouverneur de province écroué à « Sans famille »

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Mar 2010
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*