Socialisez

FacebookTwitterRSS

France: “Sarkozy ne sait pas ce qu’il fait”, estime Cohn-Bendit

Auteur/Source: · Date: 22 Mar 2010
Catégorie(s): Monde

Le remaniement ministériel annoncé lundi 22 mars par l’Elysée a été vivement critiqué au sein de la classe politique. A travers ce remaniement “cosmétique”, selon le PS, véritable “opération d’enfumage” pour le PCF, Nicolas Sarkozy “n’a visiblement pas pris conscience de l’ampleur du désaveu démocratique qu’il vient de subir” lors des élections régionales, estime le FN.

Notant le départ de Martin Hirsch, haut commissaire aux solidarités actives et figure de l’ouverture à gauche, l’UMP se réjouit “de la volonté de l’exécutif de rassembler toutes les sensibilités de la majorité présidentielle”. Avec les arrivées du chiraquien François Barouin (budget), du villepiniste Georges Tron (fonction publique) et de l’ex-UDF Marc-Philippe Daubresse au poste de Martin Hirsch, le président témoigne de son “souci de rassembler sa famille” avec des “chiraquiens”, des “villepinistes” et “les centristes de l’UMP”, estime le porte-parole de l’UMP Dominique Paillé.

Le Parti socialiste dénonce, lui, un remaniement “cosmétique”. Pour le PS, la réponse de Nicolas Sarkozy au scrutin régional est “totalement hors sujet”. “La France a besoin d’un changement de politique (…). Au lendemain d’une défaite historique de la droite aux élections régionales, ce n’est pas un simple remaniement du gouvernement qui permettra de répondre aux attentes des Français”, a déclaré Harlem Désir, secrétaire national du PS, dans un communiqué. Le PS appelle donc Nicolas Sarkozy “à revoir radicalement les choix et les orientations mis en œuvre par son gouvernement”. “Faute de cela, le malaise démocratique, révélé notamment par l’abstention, continuera de s’approfondir”, conclut Harlem Désir.

Marine Le Pen, vice-présidente du FN, estime qu'”après avoir pratiqué avec le succès que l’on voit l’ouverture à la Mitterrandie, voilà que Nicolas Sarkozy nous inflige maintenant les has been de la Chiraquie et les never been de la Villepinie. (…) Le chef de l’Etat n’a visiblement pas pris conscience de l’ampleur du désaveu démocratique qu’il vient de subir”.

Le député européen Vert Daniel Cohn-Bendit considère que “Sarkozy ne sait pas ce qu’il fait, il ne comprend pas ce qu’il fait, je dis ça sérieusement, je ne veux pas l’attaquer”. “Si on se pose la question du remaniement, vu que c’est lui qui mène toutes les politiques et que ça va mal, il faudrait un remaniement à l’Elysée”, a-t-il déclaré sur Canal+.

Pour le PCF, ce remaniement est “une opération d’enfumage des Françaises et des Français”. Les scrutins des 14 et 21 mars “ont traduit une défiance sans précédent à l’égard du chef de l’Etat et de son gouvernement”, déplore Roland Muzeau, porte-parole des députés PC et apparentés à l’Assemblée, dans un communiqué. Or “le remaniement ministériel annoncé n’a, en effet, pas d’autre objectif puisque (…) chacun s’est empressé d’annoncer qu’aucun changement n’était envisagé dans la politique antisociale dictée depuis l’Elysée”

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, a quant à lui regretté sur France Info qu'”on use les ministres du travail au rythme d’un par an”. Il a par ailleurs espéré que les syndicats auront en la personne d’Eric Woerth comme ministre du travail “un ministre, et non des ordinateurs de Bercy comme interlocuteur”. “M. Woerth est pour l’instant réputé comme le fondateur de la révision générale des politiques publiques, de la baisse des effectifs de la fonction publique, du non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, ce qui entraîne de lourds contentieux dans l’ensemble des services publics”, a déclaré M. Thibault.
 


SUR LE MÊME SUJET
Martine Aubry a estimé ce matin, sur RTL que Nicolas Sarkozy était «un peu perdu”
| Fred Dufour La campagne présidentielle s'est encore accélérée hier soir. Avec l'intervention du chef de l'Etat retransmise en direct sur huit chaînes de télévision -du jamais vu-, les réactions politiques ne tournent ce matin qu'autour des annonces de Nicolas Sarkozy. Il faut dire que le Président de la République n'a pas lésiné sur le nombre de mesures. Hausse de la TVA de 1,6 %, création d'une banque de l'Industrie, augmentation de droit de construire de 30 %, il a annoncé près de huit mesures qui devrait rentrer en vigueur au plus tard en octobre... Ce qui pose évidemment la ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy perd quatre points de popularité en juin, au plus bas -dans ce baromètre- depuis son élection avec 34% d’opinions positives, tandis que François Fillon en perd un, à 47% de satisfaits, selon un sondage Viavoice paru ce lundi dans Libération*. Le chef de l’Etat enregistrait 38% d’opinions positives lors de la précédente enquête, conduite les 6 et 7 mai. Avec ce nouveau baromètre, établi au moment où le débat sur les retraites bat son plein, les opinons négatives atteignent 64% (+5), 2% des personnes interrogées ne se prononçant pas (-1). Le léger recul de la cote de popularité du Premier ...
Lire l'article
Le député de Corrèze François Hollande a jugé lundi que la victoire de la gauche au second tour des élections régionales était "une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy". "Il y a une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy. Il faut qu'il l'entende. Il y a une sanction à travers le vote en faveur de la gauche. Il y a une sanction dans l'abstention où son électorat s'est sans doute réfugié. Et, hélas, une sanction à travers la poussée de l'extrême droite", a-t-il affirmé sur France Info. L'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste appelle le gouvernement à changer de politique. ...
Lire l'article
Par LEXPRESS.fr avec AFP. La visite de Nicolas Sarkozy au Rwanda, la première d'un président français depuis le génocide de 1994, intervient trois mois après la reprise officielle des relations diplomatiques entre les deux pays. Le président français Nicolas Sarkozy a reconnu ce jeudi à Kigali de "graves erreurs d'appréciation" et "une forme d'aveuglement" de la part de la France comme de la communauté internationale au moment du génocide de 1994 au Rwanda, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue rwandais Paul Kagame. "Ce qui s'est passsé ici est inacceptable, mais ce qui s'est passé ici oblige la communauté internationale, dont ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé ce matin à Franceville, fief provincial de la famille Bongo au Sud-Est du pays, pour se recueillir au mausolée du défunt chef de l’Etat, Omar Bongo, décédé en juin dernier après 41 années au pouvoir. Accueilli par le président Ali Bongo, le président français s’est ensuite rendu au Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), établissement symbolique de la coopération entre les deux pays. Devoir de mémoire obligatoire pour le président français au Gabon, qui a fait un détour ce matin par Franceville, dans le Sud-Est du pays, pour déposer une ...
Lire l'article
Comme annoncé, le chef de l’État français se rendra donc au Gabon et au Rwanda les 24 et 25 février prochains. À Franceville, il ira se recueillir au mausolée de l’ancien président gabonais – une suggestion de son conseiller Robert Bourgi, qui devrait être de l’étape –, avant de s’entretenir avec Ali Bongo Ondimba et de passer la nuit à Libreville. Ce dernier, ravi de la venue – et donc du soutien – de Nicolas Sarkozy, fait préparer minutieusement la visite d’État depuis plusieurs semaines. L’accueil sera beaucoup plus sobre à Kigali, parfaitement étranger à tout ce qui relève du folklore ...
Lire l'article
Le président français avait salué un ami fidèle de la France et une haute figure de l'Afrique après la mort lundi d'Omar Bongo et exprimé beaucoup de "tristesse et d'émotion". "La France, fidèle à sa longue relation d'amitié, demeure, dans cette épreuve, aux cotés du Gabon, de ses institutions et de son peuple", écrivait-il. La mort d'Omar Bongo, survenue à Barcelone à l'âge de 73 ans après 41 ans au pouvoir, a relancé en France le débat sur la "Françafrique", les relations des hommes politiques français avec les dirigeants des pays d'Afrique de l'Ouest, notamment les accusations de financement occulte. L'ex-président Valéry Giscard ...
Lire l'article
Deux nouvelles menaces de mort ont été adressées par courrier anonyme au président français Nicolas Sarkozy et à un journaliste de la télévision qui a reçu une lettre accompagnée d'une balle de pistolet, rapporte vendredi l’AFP citant de source judiciaire. Le président Nicolas Sarkozy a reçu jeudi à l'Elysée une nouvelle lettre, cette fois non accompagnée d'une cartouche, a précisé cette source. M. Sarkozy avait déjà été un des destinataires d'une première vague de courriers adressées début mars à des personnalités de droite. Il avait reçu une lettre accompagnée d'une balle. Un courrier accompagné d'une balle de calibre 9 mm a été également ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Son prédécesseur, Jean-Marie Bockel, avait pris au mot le président Sarkozy et voulu rompre avec la tradition de la Françafrique. En renouant avec la realpolitik, le nouveau ministre de la Coopération français, Alain Joyandet, sert mieux les intérêts de la France en Afrique, écrit L'Observateur Paalga, de Ouagadougou. En voulant signer "l'acte de décès de la Françafrique", l'ancien ministre de la Coopération, Jean-Marie Bockel, a été tout simplement remercié – pardon, redéployé à la Défense. "Le sacrifié" avait été amnésique sur plusieurs sujets. D'abord il a occupé la rue Monsieur avec un préjugé défavorable : son patron, Bernard Kouchner, semble-t-il, ...
Lire l'article
Martine Aubry a estimé ce matin, sur RTL que Nicolas Sarkozy était «un peu perdu”
France: Sarkozy au plus bas
France: Régionales: “une triple sanction à l’égard de Nicolas Sarkozy”, selon François Hollande
Sarkozy reconnaît des “erreurs” de la France au Rwanda
Gabon : Sarkozy fait son devoir de mémoire à Franceville
France-Afrique : Sarkozy, de Libreville à Kigali
Gabon – France: Sarkozy assistera aux obsèques de Bongo mardi à Libreville
France: Nouvelles lettres de menaces à Sarkozy et à un journaliste
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
FRANCE • Alain Joyandet sait s’y prendre avec les dictateurs africains


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Mar 2010
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*