Socialisez

FacebookTwitterRSS

«Je pourrais apporter ma pierre à la construction d’une pesse d’analyse, critique et objective», Linel Kouatsi Lendoye, nouvelle recrue de la BBC

Auteur/Source: · Date: 5 Avr 2010
Catégorie(s): Médias

Le journaliste gabonais, Linel Kouatsi Lendoye, ancien correspondant de la British Broadcasting Company (BBC) sur le territoire gabonais, collaborateur de l’agence de presse GABONEWS, lauréat du concours de recrutement  du média britannique, section francophone, a déclaré, au cours d’une interview accordée à GABONEWS que ce « succès couronne toutes ces années » qu’il a passé à la BBC et qu’il pourrait « apporter sa pierre à la construction de ce que souhaitent les autorités et tous les bords politiques, d’avoir une pesse d’analyse, critique et objectif » au Gabon.

GABONEWS (GN): – Linel Kouatsi Lendoye, à l’issue d’un concours international, vous venez d’être coopté pour officier au service français de la British Broadcasting Company (BBC), qui ouvre ses bureaux à Dakar. Pourriez-vous revenir sur les grandes lignes de votre parcours journalistique ?  
LINEL KOUATSI LENDOYE  (LKN): – Il faut dire que le succès  à ce concours couronne un peu toutes ces années que j’ai passé à la BBC. Je suis correspondant depuis bientôt dix ans pour la BBC, où j’étais pigiste. C’était donc en fonction de l’actualité que j’étais amené à collaborer avec ce média. Parallèlement, je travaillais pour Téléafrica, en tant que journaliste, rédacteur en chef. J’ai occupé des fonctions de directeur dans différents départements de la chaîne.

Au-delà de cela vous l’avez également souligné, j’ai été correspondant pour une agence de presse spécialisée dans l’économie, Reuters. En dehors de cela, j’ai également eu à collaborer avec le service anglais de Radio France Internationale (RFI), qui m’avait sollicité comme consultant lors des grands moments de l’actualité qu’ont été le décès du Chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba et les élections présidentielles.

D’autres médias qui avaient également besoin de mon analyse sur certaines questions économiques politiques, sociales ont également fait appel à mes services. Au delà de cela, il y a eu beaucoup d’autres choses que j’ai eu à faire pour me perfectionner et approfondir mes connaissances, notamment un stage au Etats-Unis, au département communication des Nations Unis, après concours survenu au Gabon.

Aujourd’hui, comme je le disais, c’est la BBC. C’est le couronnement  de toutes ces années certainement de professionnalisme que, je crois m’a caractérisé, et tout le travail que j’ai mené durant toutes ces années au Gabon.

GN : Quelles ont été  les difficultés rencontrées dans l’exercice de votre métier ?

LKL : – La quête de l’infirmation. Ai niveau du Gabon, lorsque l’on veut regrouper les informations, c’est souvent difficile, surtout lorsque l’on a à faire à des personnes placées à de hautes fonctions dans la République. On vous renvoie souvent au ministre ou au Chef  de l’Etat.

Il est souvent difficile de bénéficier d’une information et rendre vos papiers crédibles. C’est surtout cela l’écueil, mais fort heureusement, on réussissait à le surmonter en amenant les gens en essayant de les convaincre de la nécessité pour eux de répondre par rapport à ce qu’ils savaient, cela dans le souci d’équilibrer l’information de sorte que l’on ne pense pas que l’on fait la part belle à telle ou à telle partie.

GN : – En jetant un regard rétrospectif, pourriez-vous identifier les grands moments d’actualité qui ont marqué votre carrière de journaliste au Gabon ?

LKL : – Le double décès qu’a connu le Gabon au sommet de l’Etat. D’abord celui de la première dame, puis celui du Chef de l’Etat. C’était d’autant plus fort que cela a suscité un engouement international. Vous avez vu tous les médias qui ont déferlé au Gabon, parce que c’était l’incertitude de ce que serait le Gabon après la présidence d’un homme qui a marqué, pendant 42 ans, ce pays à tous les niveaux.

On pensait que le Gabon  allait basculer comme certains autres pays. Fort heureusement, les institutions sont fortes, et les Gabonais surtout méritent bien leur qualificatif d’être un peuple pacifique, épris de paix. On doit remercier le président Omar Bongo Ondimba d’avoir su impulser en chaque Gabonais le désir d’être en paix avec soi même et avec son entourage.  

GN : – Après dix années de correspondance pour la BBC au Gabon quelles sont les raisons qui vous ont motivé à candidater pour un poste de journaliste au sein du média britannique?

LKL : – Lorsque l’on est pigiste, on n’a pas réellement de contrat. C’est en fonction de l’actualité. Et puis on prend de l’âge, et on se dit que l’on aspire à de nouveaux horizons, de nouveaux challenges. Il fallait que je passe à une étape de correspondant pigiste à celle de journaliste plein qui travaille au desk, coordonne l’actualité.

Que ce soit BBC ou une autre radio d’envergure internationale. Et puis c’était aussi de montrer que les Gabonais peuvent s’exporter. Régulièrement dans ces médias, c’est souvent d’autres nationalités qui sont présentes. J’estime que quant on a du talent, quant on a de la compétence, on doit aussi faire valoir cette compétence à l’extérieur également. C’est comme participer à une Champion’s league pour les footballeurs. Au niveau des média, c’est notre Champion’s league à nous, il fallait chercher à se faire recruter par les meilleurs, et puis apporter du sien, et représenter valablement le pays d’où on est originaire.  

GN: – A Dakar, peut-on imaginer que vous continuerez à collaborer avec les média gabonais tels GABONEWS?  Quelles relations entretiendrez-vous  désormais avec eux ?

LKL : – Je crois savoir que le travail que je vais faire à la BBC n’est pas de tout repos. Il faudra travailler dur. Je crois que souvent, après le travail, je serai lessivé. Mais à ma manière, je verrai, lorsque j’aurai des opportunités ou plutôt un moment de répit, je pourrais essayer de collaborer avec certain des média locaux qui souhaitent ma contribution d’une quelconque façon. Sauf quant il s’agit de radio, pour que ça ne fasse pas un conflit d’intérêt, parce que je travaille déjà pour une radio. Quelle soit internationale ou pas, c’est une radio, donc d’autres support de diffusion, presse en ligne, ou écrite, on verra.

Je verrai comment participer à partir de Dakar, à l’éclosion du journalisme gabonais qui est professionnel à certains égards, même s’il y a encore beaucoup de journaux indépendants qui pèchent dans le traitement de l’information. Je crois que cela va  se corriger, et qu’à ma façon, je pourrais apporter ma pierre à la construction de ce que souhaitent les autorités et tous les bords politiques, d’avoir une pesse d’analyse, critique et objectif.  

GBN : – Le Gabon  affiche des ambitions en terme de communication, au regard des projets en cours, notamment en ce qui concerne le domaine de la formation des étudiants et des professionnels. Du haut de votre expérience, quel message  adresseriez-vous à ceux qui aspirent à emboiter vos pas ?

LKL : – Ne pas succomber à la tentation d’être orientés dans leur façon de travailler. Lorsque je dis « orienter », je dis aussi bien par les hommes politiques que par d’autres. Je crois qu’il faut être neutre. Le b.a.ba c’est d’être objectif.

L’objectivité nécessite que l’on ait toujours les deux parties. Une réaction de suite implique de solliciter la réaction de Y, et c’est au public de se faire sa propre opinion plus tard. Au moins, cela vous met dans une situation où vous n’avez pas de parti pris, même si vous pouvez avoir une sensibilité. Mais vous n’avez pas besoin que cette sensibilité  se ressente dans votre papier. Tout de suite, ce sont des jugements de valeur et vous êtes étiquetés d’être de tel bord, et ça déteint sur la qualité de votre analyse. Même si à certain moment elle peut être pertinente.  


SUR LE MÊME SUJET
Le gouvernement gabonais et le consortium américain, International Development Corporation (IDC), ont signé le 17 septembre dernier à Libreville, un accord de financement d’un montant de 600 milliards de francs CFA (environ 1.2 milliards de dollars) pour le projet de viabilisation des terrains et la construction de 5000 logements sociaux au Nord de Libreville et en face de la Zone économique spéciale de Nkok qui devra être exécuté en deux ans. Le gouvernement gabonais, par le biais du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme Blaise Louembé, et le consortium américain, International Development Corporation (IDC) se sont engagés le 17 septembre dernier ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais s’est attribué une parcelle de 40 hectares à Nzogbang, une lointaine banlieue de Libreville, pour construire une nouvelle prison, afin de désengorger l’actuelle construite en 1956, rapporte le communiqué final du conseil des ministres réuni jeudi à Libreville par le président Ali Bongo Ondimba. Construite pour 300 prisonniers, la prison centrale de Libreville, appelée « sans famille », accueille aujourd’hui plus de 1500 détenus. En janvier 2009, les prisonniers s’étaient mutinés pour dénoncer leurs conditions de détention. La révolte s’était soldée par la mort de deux détenus, suite à une intervention musclée des éléments de ...
Lire l'article
Le nouveau gouverneur de la province de l'Ogooué-Lolo, Gaspard, N'Nang Ella, a pris ses fonction mardi à Koulamoutou, en remplacement de Pascal Yama Lendoye, muté dans la province du Moyen-Ogooué (centre). Présidée par le conseiller technique du ministre de l'intérieur, Medoux Yongui, la cérémonie officielle de passation de service s'est déroulée en présence notamment des responsables et chefs de services des administrations provinciales. M. Yongui a demandé aux uns et aux autres ''de ne rien casser, aussi bien par le comportement que par la violence. ''Celui qui part est un Gabonais et celui qui vient en est un autre'', a-t-il dit. Le conseiller ...
Lire l'article
La Mairie de Gamba, chef-lieu du département de Ndougou dans la province de l’Ogooué-Maritime (sud-ouest) a entrepris la construction d’une nouvelle gare routière, rapporte samedi le correspondant de l’AGP. L’édification de cette gare routière, rendre dans le cadre de l’embellissement de la commune de Gamba, initié par les autorités municipales. Le site choisi pour la construction de cet édifice est situé à environ 6 km sur la droite en partant de l’aéroport de la ville et 200 m du carrefour Vembo sur la voie principale menant au centre ville. L'emplacement offre également la possibilité d'extension des petits commerces autour et surtout plus de ...
Lire l'article
Chers compatriotes, Bienvenue sur la page de la Nouvelle Constitution Gabonaise Sur cette page, nous attendons, dès le 12 juin, vos réactions et propositions sur la mouture de nouvelle Constitution gabonaise que vos frères et sœurs de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National ont produite à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009. Nous voulons vos suggestions d’amélioration en amont de la Tournée Internationale de la Réforme que nous planifions, tournée au cours de laquelle nous nous rendrons dans vos villes et pays de résidences aux fins de venir discuter de la Réforme constitutionnelle que nous avons commencée avec vous. ...
Lire l'article
Le sémioticien gabonais, Géorice Bertin Madébé, enseignant-chercheur à l’Institut de recherche en Sciences humaines (IRSH) et à l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville, vient de publier chez L’Harmattan une œuvre critique de la littérature africaine intitulée : « Francophonies invisibles. Emergence, invisibilité romanesque, hétérogénéité et sémiotique », a rapporté l’auteur. L’œuvre critique de Géorice Bertin Madébé débute avec une introduction titrée: « De l’invisibilité romanesque. Francophones invisibles et herméneutiques des ‘’Frontières’’». Cette introduction ouvre la critique du sémioticien qui articule son étude autour de trois chapitres subdivisés en plusieurs sous thèmes: « De l’émergence à l’invisibilité romanesque. ‘’Rupture’’, ‘’Mutation’’ et Figurativisation de ...
Lire l'article
Une délégation de la société espagnole Euro-Finanza a été reçue le 28 janvier par le chef de l’Etat Bongo Ondimba pour postuler à la construction du nouveau centre pénitentiaire de Libreville. Cette séance de travail a permis à la société espagnole de présenter au chef de l’Etat gabonais et aux membres de son gouvernement les contours du projet de construction du nouveau centre pénitentiaire qui doit pallier les insuffisances de la prison centrale de Libreville au niveau de la capacité d’accueil, de la sécurité, des conditions de détentions ainsi que des modules de réinsertion sociale des détenus. L'ambassadeur d'Espagne au ...
Lire l'article
Au cours de deux conférences de presse tenues les vendredi et samedi à Libreville, le ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, a donné le bilan officiel de la mutinerie du lundi 19 janvier à la prison centrale de Libreville qui est de deux morts et neuf blessés, côté mutins et a annoncé que le gouvernement gabonais s’apprête à construire une prison ultra moderne à Oyem, une ville située à environ 30 km de Libreville, au nord du pays. « La situation a été provoqué par une quarantaine de détenus qui ont surpris les agents de permanence en prenant en otage ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l’Intérieur André Mba Obame a annoncé vendredi à Libreville au cours d’une conférence de presse, la construction d’une prison à ‘’Ayemé’’ à 35 km au sud de Libreville, au lendemain de la mutinerie de qui a coûté la vie deux prisonniers à la prison centrale. L’éloignement de ce nouveau pénitencier, a expliqué le ministre Mba Obame obéit à des raison de sécurité, contrairement à la prison centrale qui se trouve en plein centre ville. Selon lui, cette nouvelle prison dont il n’a indiqué la capacité d’accueil, répondra aux normes d’un pénitencier moderne disposant notamment de moyens conséquent aussi ...
Lire l'article
Le formulaire de contact ci-dessous vous permet de contacter le BDP-Modwoam par courrier électronique. Vous avez la possibilité d'y attacher des pièces jointes de documents ou d'images que vous souhaitez nous transmettre.
Lire l'article
Gabon : L’IDC apporte sa pierre au projet de construction des 5000 logements
L’Etat réquisitionne une parcelle pour la construction d’une nouvelle prison à Libreville
N’nang Ella succède à Yama Lendoye à Koulamoutou
Ogooué-Maritime : Construction d’une nouvelle gare routière à Gamba
Nouvelle Constitution du Gabon
Gabon: « Francophonies invisibles. Emergence, invisibilité romanesque, hétérogénéité et sémiotique », nouvelle critique de la Littérature africaine
Gabon: L’Espagne postule pour la construction de la nouvelle prison
Gabon : Les travaux de construction de la nouvelle prison démarreront dans deux mois
Gabon: Société : André Mba Obame annonce la construction d’une nouvelle prison à “Ayemé”
Nous Contacter


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Avr 2010
Catégorie(s): Médias
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*