Socialisez

FacebookTwitterRSS

Procès Pasqua : un policier parle d’affaire «téléguidée»

Auteur/Source: · Date: 20 Avr 2010
Catégorie(s): Françafrique,Révélations

Les témoins stars ne tiennent pas toujours leur promesse. On en a eu la preuve mardi devant la Cour de Justice de la République. Charles Pasqua y est jugé pour trois affaires de corruption et de commissions occultes dans lesquelles il aurait été impliqué entre 1993 et 1995 en tant que ministre de l’Intérieur.

On attendait beaucoup de Claude Guéant, l’actuel secrétaire général de l’Elysée et ancien membre du cabinet du ministre.

Trop sans doute, tant le préfet fut sobre et administratif. L’audience de la matinée qui avait tendance à sombrer dans une certaine léthargie s’est reveillée en début d’après midi avec le témoignage de Daniel Anceau, un policier dont la veste à carreaux depareillée tranchait avec les costumes des hauts fonctionnaires qui l’avaient précédé.

«Plus vous descendez dans la hiérarchie, plus la parole se libère»

Un policier de base qui a, hier, sacrément mis les pieds dans le plat en parlant d’affaire «téléguidée», c’est-à dire là où personne n’avait jusque ici osé s’aventurer. «Notez comme plus vous descendez dans la hiérarchie, plus la parole se libère», ironise un haut magistrat présent à l’audience.

Concrètement, il s’agissait hier d’examiner les conditions dans lesquelles Robert Feliciaggi, un proche de Charles Pasqua assassiné en 1996, a obtenu l’autorisation d’exploitation du casino d’Annemasse (Haute-Savoie) en 1994. A l’époque, cet investisseur qui a fait toute sa carrière en Afrique sert en quelque sorte de faux nez à Michel Tomi, un ami très proche de Pasqua pénalisé par des ennuis judiciaires. Mais cet attelage officieux et sulfureux ne plaît guère aux membres de la Commission des jeux qui, par trois fois entre 1991 et 1994, se prononcent contre l’octroi de l’autorisation. « Nous avions des interrogations quant à l’origine des capitaux investis et quant à la proximité des investisseurs avec Monsieur Tomi », a confirmé hier Jean-Marc Sauvé, à l’époque directeur des affaires juridiques au ministère.

En difficulté, les investisseurs vont alors recevoir l’étonnant soutien des Renseignements généraux. Alors qu’en 1991 et en 1992 leurs rapports sont très hostiles, la doctrine change en 1994. En mars, les RG concluent que « rien ne permet de douter de l’honorabilité des postulants ». De quoi se faire étrangler Daniel Anceau, à l’époque commandant de police à la sous-direction des courses et jeux : « Ca nous a semblé extrêmement bizarre. De noir, le dossier est passé à blanc-bleu. Du jamais vu ! »

Quand il demande à sa hiérarchie une explication, on lui explique alors que « ça a été fait sur ordre ». Aucune preuve mais la désagréable sensation de patauger dans une drôle d’affaire. Au final, grâce à la bénédiction officieuse des RG et comme il en a la possibilité, Charles Pasqua passe outre les avis de la Commission supérieure des Jeux (CSJ) et donne l’autorisation d’exploitation à Feliciaggi. Légalement et administrativement, rien à redire, confirment les hauts fonctionnaires qui défilent.

« Un bon ami de la famille »

L’épisode de 1994 a toute son importance puisque, selon l’accusation, il est fondateur du «pacte» qui vaut à Charles Pasqua de comparaître pour corruption passive. En 1995, Feliciaggi revend en effet ses parts dans le casino et empoche 105 millions de francs (16 milllions d’euros), une belle plus-value qu’il partage à part égale avec Tomi. Le second volet se noue en 1999, au moment de la campagne des européennes. La liste menée par Charles Pasqua avec Philippe de Villiers est en difficulté mais reçoit un don opportun de 7,5 millions de francs (1,14 million d’euros) versé par Marthe Mondoloni, la fille de Tomi, 55e sur la liste. Pour l’accusation, cet argent provient directement de la vente du casino d’Annemasse. A la barre, la patronne du PMU Gabonais dément et invoque une transaction effectuée au Congo-Brazzaville pourtant entachée d’un faux grossier. Mais qu’importe, Marthe Mondoloni assume parfaitement le prêt – en partie remboursé depuis – consenti à «un bon ami de la famille».

Pour l’accusation, qui a appris hier que Michel Tomi avait fui au Gabon et ne pourrait donc pas témoigner, il faudra convaincre les juges que l’autorisation d’exploitation de 1994 est le premier acte d’un pacte de corruption abouti cinq ans plus tard aux européennes. « A quel moment ce pacte a-t-il été conclu ? Entre qui et qui ? Et quand ?» interroge Charles Pasqua en toute fin d’audience estimant que l’audience du jour n’a permis de répondre à aucune de ces questions. « Il n’y a aucune trace de ce pacte », conclut-il solennel. Lentement, la Cour se retire.


SUR LE MÊME SUJET
Gabon – Le procès de l’opposant Jocktane est un procès “politique” (société civile)
La plateforme de la société civile "Ca suffit comme ça" (proche de l'opposition) a estimé mercredi que le procès de l'opposant Mike Jocktane, poursuivi pour trouble à l'ordre public après une manifestation en janvier 2011, était "politique" après ses accusations contre la Françafrique. Ancien conseiller du président Omar Bongo, passé dans l'opposition, cadre de l'Union nationale dissoute en janvier 2011, M. Jocktane a été au centre de l'attention médiatique en novembre après la parution du livre "Le scandale des biens mal acquis", dans lequel il affirme qu'Omar Bongo a contribué au financement de la campagne présidentielle du candidat Nicolas Sarkozy en ...
Lire l'article
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
La validation vendredi soir par le Conseil constitutionnel de la candidature du chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle de février a provoqué une vague de violences dans plusieurs villes du Sénégal, dont sa capitale, Dakar, où un policier a tué. L'opposition a appelé pour sa part à "marcher sur le palais présidentiel dans les prochains jours" afin d'en "sortir Wade". Dès l'annonce de la validation de la candidature du président Wade et du rejet de celle du chanteur Youssou Ndour, des jeunes rassemblés depuis des heures Place de l'Obélisque, à Dakar, à l'appel de l'opposition ont jeté des pierres ...
Lire l'article
Au troisième jour du procès de Charles Pasqua devant la Cour de justice de la République, la défense s'est employée mercredi à écarter les soupçons de complicité d'abus de biens sociaux et de recel pesant sur l'ex-ministre dans le dossier GEC-Alsthom. Les avocats mais aussi des témoins ont développé la thèse alternative d'une "banale escroquerie" dont aurait été victime le groupe de la part d'intermédiaires se servant du nom et de la réputation du sénateur à son insu. Charles Pasqua comparaît devant la CJR pour trois affaires datant de la période où il était ministre de l'Intérieur dans le gouvernement Balladur ...
Lire l'article
Entendu hier par la justice, le secrétaire général de l’Élysée affirme que l’affaire du casino relève d’une procédure normale. Claude Guéant affirme avoir agi sur « instruction » du ministre en soulignant qu’il s’agit d’une procédure tout à fait normale. Entendu hier par la Cour de justice de la République (CJR) dans l’affaire du casino d’Annemasse, l’un des trois dossiers dans lesquels est jugé Charles Pasqua (voir édition du 20 avril 2010), le secrétaire général de l’Élysée a semblé innocenter celui qui occupait le fauteuil de ministre de l’Intérieur entre 1993 et 1995. Alors directeur adjoint du cabinet de Charles Pasqua, Claude ...
Lire l'article
Jean-Marc Sauvé a ouvert le défilé des témoins, mardi 20 avril, devant la Cour de justice de la République. Actuel vice-président du Conseil d'Etat, sa carrière de haut fonctionnaire a croisé pendant deux ans celle de l'ancien ministre de l'intérieur. M. Sauvé était alors directeur des libertés publiques place Beauvau et comptait, dans ses attributions, l'instruction des demandes d'autorisation de jeux. Parmi elles, l'exploitation du casino d'Annemasse (Haute-Savoie) qui vaut à M. Pasqua d'être poursuivi pour "corruption passive par dépositaire de l'autorité publique". A deux reprises, sous les prédécesseurs socialistes de M. Pasqua, en 1991 et en 1992, le dossier d'agrément ...
Lire l'article
PARIS — 18H45 - FIN DE LA DEUXIEME JOURNEE. C'est la fin de notre direct. Le procès de Charles Pasqua continue mercredi avec le dossier Alsthom. 18H40 - POIGNEE DE MAIN - "Je voudrais dire à Philippe de Villiers que j'étais content de le voir ce soir et que je lui souhaite tout ce qu'on peut lui souhaiter". Charles Pasqua et Philippe de Villiers se serrent la main et l'actuel président du MPF, dernier témoin de la journée, s'éclipse. 18H38 - PASQUA REPOND A VILLIERS. L'ancien ministre se lève et s'adresse à son ancien allié: "Je ne peux pas laisser partir Monsieur ...
Lire l'article
"Le président de la République était au courant de l'affaire de vente d'armes à l'Angola. Le Premier ministre était au courant, la plupart des ministres aussi", lance le ministre de l'Intérieur de l'époque condamné à un an de prison ferme et qui a fait appel. Qualifiant d'"incompréhensible" le verdict de l'"Angolagate", l'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua a demandé, mardi soir 27 octobre, la levée du secret défense, affirmant que les plus hauts dirigeants de l'Etat de l'époque avaient connaissance de la vente illicite d'armes à l'Angola. "Je crois que sur ces affaires de ventes d'armes, il faut que les choses soient ...
Lire l'article
L'évadé de la prison de Port-Gentil (ouest) au Gabon, dont des émeutiers avaient ouvert les portes pendant les violences post-électorales, a été tué par un policier "en état de légitime défense", a affirmé à l'AFP mardi une source du parquet de Port-Gentil. "Le policier se trouvait en état de légitime défense", a précisé cette source. Selon le parquet, le policier de la Police judiciaire se promenait "avec sa nièce" dans le quartier "Laverie moderne", au sud de Port-Gentil, quand il est tombé "nez à nez" avec Owane Martial, 26 ans et un autre évadé Kata Mouana. "Le policier a alors été agressé ...
Lire l'article
Deux policiers qui tentaient d’appréhender Olivier Lomba, Gabonais, la trentaine révolue, fumeur de chanvre et repris de justice, ont été obligés d’utiliser leurs armes à feu, en tirant une balle à bout portant au-dessus des genoux du malfrat alors qu’il venait de lancer une attaque contre ces agents de police avec une arme blanche. Les deux policiers venaient d’arrêter un jeune adolescent connu sous le pseudonyme de « Mabuéla » de par sa petite taille pour un vol de radio stéréo. Ils se sont rendus au domicile d’Olivier Lomba auprès de qui l’appareil aurait été revendu à 500 francs CFA, seulement. « ...
Lire l'article
Un policier en service à Oyem (Nord) dont l'identité n'a pas été révélée a été écroué vendredi dernier à la maison d'arrêt d’Oyem (Nord) par le procureur de la République, auprès du tribunal de première instance d'Oyem, Jean Gaspard Mintsa mi Ondo, pour complicité d'immigration clandestine, rapporte ce mercredi un correspondant de l'AGP, citant une source judiciaire. "Cela fait plus d'une semaine que la brigade centre de gendarmerie de Mitzic a arrêté un policier transportant des immigrés clandestins. ''Je ne peux pas vous dire plus par rapport à ce dossier. ce que je dis à la population c'est qu'effectivement un policier ...
Lire l'article
Gabon – Le procès de l’opposant Jocktane est un procès “politique” (société civile)
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
CJR: des témoins dédouanent Pasqua dans le dossier GEC-Alsthom
Claude Guéant innocente Pasqua
Procès Pasqua : le miraculeux agrément accordé au casino d’Annemasse
Pasqua devant la Cour de justice: le procès en direct
Pasqua, condamné dans l’Angolagate, demande la levée du secret défense
Gabon: l’évadé de prison de Port-Gentil tué par un policier “en état de légitime défense”, selon le parquet
Gabon: Un policier tire sur gangster à Mouila
Gabon: Société : Un policier arrêté pour complicité d’immigration clandestine

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Avr 2010
Catégorie(s): Françafrique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*