Socialisez

FacebookTwitterRSS

CJR: des témoins dédouanent Pasqua dans le dossier GEC-Alsthom

Auteur/Source: · Date: 21 Avr 2010
Catégorie(s): Françafrique,Révélations

Au troisième jour du procès de Charles Pasqua devant la Cour de justice de la République, la défense s’est employée mercredi à écarter les soupçons de complicité d’abus de biens sociaux et de recel pesant sur l’ex-ministre dans le dossier GEC-Alsthom. Les avocats mais aussi des témoins ont développé la thèse alternative d’une “banale escroquerie” dont aurait été victime le groupe de la part d’intermédiaires se servant du nom et de la réputation du sénateur à son insu.

Charles Pasqua comparaît devant la CJR pour trois affaires datant de la période où il était ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Balladur (1993-1995). L’audience de mercredi était consacrée à l’une d’elles: le versement en 1994 par GEC-Alsthom d’un pot-de-vin de 5,2 millions de FF (l’équivalent de 770.000 euros) en échange de l’agrément des pouvoirs publics pour le déménagement du siège de la division “transport” du groupe.

Le bénéficiaire de cette commission illicite a été identifié comme étant Etienne Léandri, aujourd’hui décédé, qui se présentait alors comme un proche de Charles Pasqua, ce que l’intéressé a démenti à l’audience. Selon l’accusation, l’ex-ministre aurait “donné instruction” de persuader les dirigeants de GEC-Alsthom Transport de la nécessité de verser cette commission à Etienne Léandri pour pouvoir obtenir le fameux agrément.

M. Léandri aurait à son tour fait bénéficier de cette commission plusieurs de ses proches, notamment Pierre-Philippe Pasqua, le fils du ministre. En revanche, l’enquête n’a pas permis de démontrer que Charles Pasqua ait “personnellement détenu” tout ou partie de ces fonds provenant des abus de biens sociaux, selon l’arrêt de renvoi devant la CJR.

Plusieurs des témoins qui ont défilé à la barre mercredi, notamment l’ex-PDG de GEC-Alsthom Pierre Bilger, le directeur général de la division transport du groupe Claude Darmon ou le directeur financier Bernard Lebrun, ont eux-mêmes évoqué la piste de l’escroquerie et dédouané indirectement Charles Pasqua, en accusant le juge d’instruction de l’époque, Philippe Courroye, d’avoir instruit uniquement à charge.

“Il suffit de ne pas être obsédé par la chasse au Pasqua et on peut tout à fait écrire l’histoire autour d’une escroquerie”, a déclaré Bernard Lebrun, DAF de GEC-Alsthom Transport, devant la cour composée de magistrats professionnels et de parlementaires.

Le prévenu buvait du petit lait. “L’instruction n’a eu qu’un but: essayer de m’atteindre”, a renchéri M. Pasqua à la barre. Avant de faire la leçon à M. Bilger: “Vous vous êtes rendu complice d’une action délictueuse complètement inacceptable”. Que l’ex-PDG ait pu penser qu’il fallait verser un pot-de-vin pour obtenir un agrément, “ceci me renverse”, a lancé le sénateur de 83 ans, debout, à deux mètres de son interlocuteur.

Fin 1993-début 1994, la société GEC-Alsthom Transport cherchait à déménager son siège de la Défense (Hauts-de-Seine, département présidé alors par Charles Pasqua) vers un site de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Ce transfert nécessitait le feu vert de la DATAR (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire), organisme dépendant du ministère de l’Intérieur. Soit par crainte de ne pas obtenir l’agrément, soit par souci d’accélérer la procédure, le groupe a donc fait appel aux services d’Etienne Léandri, supposé avoir une influence sur Charles Pasqua, et lui a versé en échange un pot-de-vin.

Contrairement à la thèse de l’accusation, qui soupçonne le ministre d’avoir été informé du versement de cette commission, le scénario de l’escroquerie le met hors de cause puisqu’alors M. Léandri aurait agi à l’insu de M. Pasqua, sans exercer la moindre influence sur lui pour la délivrance de l’agrément, dans l’objectif de récupérer les 5,2 millions de FF à son seul bénéfice.  


SUR LE MÊME SUJET
Entendu hier par la justice, le secrétaire général de l’Élysée affirme que l’affaire du casino relève d’une procédure normale. Claude Guéant affirme avoir agi sur « instruction » du ministre en soulignant qu’il s’agit d’une procédure tout à fait normale. Entendu hier par la Cour de justice de la République (CJR) dans l’affaire du casino d’Annemasse, l’un des trois dossiers dans lesquels est jugé Charles Pasqua (voir édition du 20 avril 2010), le secrétaire général de l’Élysée a semblé innocenter celui qui occupait le fauteuil de ministre de l’Intérieur entre 1993 et 1995. Alors directeur adjoint du cabinet de Charles Pasqua, Claude ...
Lire l'article
Jean-Marc Sauvé a ouvert le défilé des témoins, mardi 20 avril, devant la Cour de justice de la République. Actuel vice-président du Conseil d'Etat, sa carrière de haut fonctionnaire a croisé pendant deux ans celle de l'ancien ministre de l'intérieur. M. Sauvé était alors directeur des libertés publiques place Beauvau et comptait, dans ses attributions, l'instruction des demandes d'autorisation de jeux. Parmi elles, l'exploitation du casino d'Annemasse (Haute-Savoie) qui vaut à M. Pasqua d'être poursuivi pour "corruption passive par dépositaire de l'autorité publique". A deux reprises, sous les prédécesseurs socialistes de M. Pasqua, en 1991 et en 1992, le dossier d'agrément ...
Lire l'article
Les témoins stars ne tiennent pas toujours leur promesse. On en a eu la preuve mardi devant la Cour de Justice de la République. Charles Pasqua y est jugé pour trois affaires de corruption et de commissions occultes dans lesquelles il aurait été impliqué entre 1993 et 1995 en tant que ministre de l'Intérieur. On attendait beaucoup de Claude Guéant, l'actuel secrétaire général de l'Elysée et ancien membre du cabinet du ministre. Trop sans doute, tant le préfet fut sobre et administratif. L'audience de la matinée qui avait tendance à sombrer dans une certaine léthargie s'est reveillée en début d'après midi avec ...
Lire l'article
PARIS — 18H45 - FIN DE LA DEUXIEME JOURNEE. C'est la fin de notre direct. Le procès de Charles Pasqua continue mercredi avec le dossier Alsthom. 18H40 - POIGNEE DE MAIN - "Je voudrais dire à Philippe de Villiers que j'étais content de le voir ce soir et que je lui souhaite tout ce qu'on peut lui souhaiter". Charles Pasqua et Philippe de Villiers se serrent la main et l'actuel président du MPF, dernier témoin de la journée, s'éclipse. 18H38 - PASQUA REPOND A VILLIERS. L'ancien ministre se lève et s'adresse à son ancien allié: "Je ne peux pas laisser partir Monsieur ...
Lire l'article
"Le président de la République était au courant de l'affaire de vente d'armes à l'Angola. Le Premier ministre était au courant, la plupart des ministres aussi", lance le ministre de l'Intérieur de l'époque condamné à un an de prison ferme et qui a fait appel. Qualifiant d'"incompréhensible" le verdict de l'"Angolagate", l'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua a demandé, mardi soir 27 octobre, la levée du secret défense, affirmant que les plus hauts dirigeants de l'Etat de l'époque avaient connaissance de la vente illicite d'armes à l'Angola. "Je crois que sur ces affaires de ventes d'armes, il faut que les choses soient ...
Lire l'article
Une délégation de la Confédération africaine de football (CAF) sera en visite de travail à Libreville du 16 au 19 mai prochains en vue d’inspecter les travaux des différentes infrastructures devant abriter la Coupe d’Afrique des Nations (CAN-2012) co-organisée par le Gabon et la République voisine de Guinée Equatoriale, a-t-on ce lundi du quotidien national « L’Union Plus ». Actualité du :29/04/2009 Selon la source, cette visite d’inspection, la deuxième du genre sur la terre gabonaise, s’étendra par la suite, du 20 au 24 mai prochains en Guinée Equatoriale. Le Gabon accuse actuellement des retards dans le démarrage des différents travaux de ...
Lire l'article
Les activités du président gabonais, Omar Bongo Ondimba, ont été marquées mardi par des audiences accordées notamment au Vice président de la République, Dijob Divungi Di Nding et au Premier Ministre, chef du gouvernement, Jean Eyéghé Ndong, qui ont dressé devant le chef de l’Etat les conclusions de la dernière réunion à Libreville de la commission ministérielle chargée de préparer la Coupe d’Afrique des Nations de football que le Gabon co-organise en 2012 avec la République voisine de Guinée- Equatoriale. Au sortir de cet entretien, rapporté par nos confrères de la presse présidentielle, le premier ministre, Jean Eyeghé Ndong, qui a ...
Lire l'article
La nouvelle ministre de la Justice, Pierrette Djouassa, a officiellement pris ses fonctions le 21 janvier dernier à Libreville, en mettant d’emblée un accent particulier sur l’urgence du dossier de la prison centrale de Libreville. Cinq jours après sa nomination dans le nouveau gouvernement, Pierrette Djouassa était déjà sur le terrain lors de la prise d’otages survenue pendant la mutinerie du 19 janvier dernier à la prison centrale de Libreville, où les détenus ont posé une liste de revendications au ministère de tutelle. Le nouveau Garde des sceaux démarre son activité ministériel avec du concret. Cinq jours après sa ...
Lire l'article
Le procès de l’ «Angolagate», la retentissante affaire de trafic d'armes présumé vers l'Angola dans les années 1990 impliquant des dizaines de personnalités politiques et hommes d’affaires français, s'est ouvert ce 6 octobre à Paris. 42 personnes doivent comparaître jusqu’au 4 mars prochain dans cette affaire qui jette un froid sur les relations diplomatiques entre Paris et Luanda depuis plusieurs années. Le parquet de Paris a ouvert ce 6 octobre le procès de l’ «Angolagate» qui doit lever le voile sur le trafic d’armes présumé vers l’Angola en plein guerre civile dans les années 1990 qui aurait été orchestré par des ...
Lire l'article
A l’occasion de son séjour dans la capitale chinoise pour le lancement des Jeux Olympiques, le 8 août dernier, le chef de l’Etat gabonais a rencontré les partenaires chinois du projet d’exploitation du fer de Belinga pour s’enquérir de l’avancement des études et travaux de ce projet. Le président Bongo Ondimba a notamment reçu les responsables des travaux du barrage hydroélectrique de Poubara, une des infrastructures clés pour ce vaste projet. Les entretiens avec les partenaires économiques chinois ont permis au président gabonais de suivre la progression des travaux et des études relatives à l'exploitation du gisement de fer de ...
Lire l'article
Claude Guéant innocente Pasqua
Procès Pasqua : le miraculeux agrément accordé au casino d’Annemasse
Procès Pasqua : un policier parle d’affaire «téléguidée»
Pasqua devant la Cour de justice: le procès en direct
Pasqua, condamné dans l’Angolagate, demande la levée du secret défense
Gabon: Une délégation de la CAF attendue à Libreville du 16 au 19 mai prochain pour s’imprégner du dossier CAN 2012
Gabon: Omar Bongo Ondimba « mieux informé » du dossier de la CAN 2012
Gabon : Djouassa prône l’urgence du dossier carcéral
Angola : Paris ouvre le dossier de l’ «Angolagate»
Gabon : Le dossier Belinga discuté à Pékin


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Avr 2010
Catégorie(s): Françafrique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*