Socialisez

FacebookTwitterRSS

Claude Guéant innocente Pasqua

Auteur/Source: · Date: 21 Avr 2010
Catégorie(s): Françafrique,Révélations

Entendu hier par la justice, le secrétaire général de l’Élysée affirme que l’affaire du casino relève d’une procédure normale.

Claude Guéant affirme avoir agi sur « instruction » du ministre en soulignant qu’il s’agit d’une procédure tout à fait normale. Entendu hier par la Cour de justice de la République (CJR) dans l’affaire du casino d’Annemasse, l’un des trois dossiers dans lesquels est jugé Charles Pasqua (voir édition du 20 avril 2010), le secrétaire général de l’Élysée a semblé innocenter celui qui occupait le fauteuil de ministre de l’Intérieur entre 1993 et 1995.

Alors directeur adjoint du cabinet de Charles Pasqua, Claude Guéant a bouclé en un quart d’heure son témoignage devant la CJR en déclarant que « le ministre a fait connaître dans ce dossier ses instructions comme il l’a fait pour d’autres » et a contesté toute « attention particulière » de l’accusé pour ce dossier. L’affaire de malversations présumées remonte à 1994. La justice soupçonne Charles Pasqua d’avoir accordé l’agrément à l’exploitation du casino en échange de la promesse d’un futur financement électoral.

En octobre 1993, après plusieurs avis défavorables de la Commission supérieure des jeux, Claude Guéant s’était fendu d’une note à un des collaborateurs du ministre le priant de « bien vouloir accélérer la constitution et l’examen du projet de création » du casino. Il avait ajouté à la main la mention « Merci de me tenir au courant ». « J’ai souvent observé dans ma carrière qu’il y avait matière à révision des avis », a-t-il commenté devant la CJR.

Après lui, ce devait être au tour de Philippe de Villiers, compagnon de route de Charles Pasqua aux européennes de 1999, de venir à la barre pour aborder la question du lien présumé entre la vente ultérieure du casino et le financement de la campagne électorale. 


SUR LE MÊME SUJET
France – Côte d’Ivoire : Ouattara à Paris, Copé et Guéant à Abidjan
Alors qu'Alassane Ouattara est attendu dans la capitale française en décembre, des proches de Nicolas Sarkozy se rendront en Côte d'Ivoire entre fin octobre et novembre. Réception à l’hôtel de ville de Paris, probable discours à l’Assemblée nationale, entretien en tête à tête avec Nicolas Sarkozy… Le programme de la prochaine visite d’État en France (19-20 décembre) d'Alassane Ouattara s’annonce chargé, d’autant que le président ivoirien devrait également signer un nouvel accord de défense, qui sera du même type que ceux récemment conclus par la France avec le Gabon et le Sénégal. Il prévoit notamment le stationnement de 300 militaires (rebaptisés ...
Lire l'article
Affaire Bourgi : les doutes de Claude Guéant
Par Charles Jaigu Selon le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy a bien évoqué avec l'avocat la question du financement d'hommes politiques par des fonds africains. Interrogé lors du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», Claude Guéant a confirmé dimanche que l'avocat Robert Bourgi avait évoqué avec Nicolas Sarkozy, «en termes très généraux», la question du financement d'hommes politiques français par des fonds africains. «Je crois que Robert Bourgi a effectivement évoqué en termes très généraux des financements. Je ne pense pas qu'il soit jamais descendu dans ce luxe de détails qu'il a fournis aujourd'hui», a déclaré Claude Guéant en réaction à l'interview accordée par ...
Lire l'article
Immigration : ces accords qui entravent Sarkozy et Guéant
Guéant et Sarkozy veulent « réduire » l’immigration légale notamment de travail. Sauf que, sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, ministre puis chef de l’Etat, plusieurs accords bilatéraux ont été signés facilitant la venue de travailleurs immigrés. Un retournement. En affirmant vouloir « réduire » l’immigration légale même professionnelle, Claude Guéant a remis en cause toute une doctrine sarkoziste sur les migrations. En effet, celui qui fut ministre de l’Intérieur puis chef de l’Etat, avec Guéant à ses côtés, comme directeur de cabinet, secrétaire général de l’Elysée et enfin ministre de l’Intérieur a toujours prôné « l’immigration choisie ». Une logique ...
Lire l'article
Au troisième jour du procès de Charles Pasqua devant la Cour de justice de la République, la défense s'est employée mercredi à écarter les soupçons de complicité d'abus de biens sociaux et de recel pesant sur l'ex-ministre dans le dossier GEC-Alsthom. Les avocats mais aussi des témoins ont développé la thèse alternative d'une "banale escroquerie" dont aurait été victime le groupe de la part d'intermédiaires se servant du nom et de la réputation du sénateur à son insu. Charles Pasqua comparaît devant la CJR pour trois affaires datant de la période où il était ministre de l'Intérieur dans le gouvernement Balladur ...
Lire l'article
Jean-Marc Sauvé a ouvert le défilé des témoins, mardi 20 avril, devant la Cour de justice de la République. Actuel vice-président du Conseil d'Etat, sa carrière de haut fonctionnaire a croisé pendant deux ans celle de l'ancien ministre de l'intérieur. M. Sauvé était alors directeur des libertés publiques place Beauvau et comptait, dans ses attributions, l'instruction des demandes d'autorisation de jeux. Parmi elles, l'exploitation du casino d'Annemasse (Haute-Savoie) qui vaut à M. Pasqua d'être poursuivi pour "corruption passive par dépositaire de l'autorité publique". A deux reprises, sous les prédécesseurs socialistes de M. Pasqua, en 1991 et en 1992, le dossier d'agrément ...
Lire l'article
Les témoins stars ne tiennent pas toujours leur promesse. On en a eu la preuve mardi devant la Cour de Justice de la République. Charles Pasqua y est jugé pour trois affaires de corruption et de commissions occultes dans lesquelles il aurait été impliqué entre 1993 et 1995 en tant que ministre de l'Intérieur. On attendait beaucoup de Claude Guéant, l'actuel secrétaire général de l'Elysée et ancien membre du cabinet du ministre. Trop sans doute, tant le préfet fut sobre et administratif. L'audience de la matinée qui avait tendance à sombrer dans une certaine léthargie s'est reveillée en début d'après midi avec ...
Lire l'article
PARIS — 18H45 - FIN DE LA DEUXIEME JOURNEE. C'est la fin de notre direct. Le procès de Charles Pasqua continue mercredi avec le dossier Alsthom. 18H40 - POIGNEE DE MAIN - "Je voudrais dire à Philippe de Villiers que j'étais content de le voir ce soir et que je lui souhaite tout ce qu'on peut lui souhaiter". Charles Pasqua et Philippe de Villiers se serrent la main et l'actuel président du MPF, dernier témoin de la journée, s'éclipse. 18H38 - PASQUA REPOND A VILLIERS. L'ancien ministre se lève et s'adresse à son ancien allié: "Je ne peux pas laisser partir Monsieur ...
Lire l'article
Il a jeté un coup d'oeil discret sur son portable et, après mille excuses, a décroché : "Ali ! Oui, bien sûr, Ali !" C'est Ali Bongo, le nouveau président du Gabon, qui appelle. Claude Guéant s'est éloigné de quelques pas. Sous les dorures de l'Elysée, il se tient bien droit dans cet uniforme intemporel des technocrates – chemise blanche, pull bordeaux, pantalon de flanelle grise et veste de jersey marine – qui contraste tant avec le chic américain des "Sarko boys". Une légère rougeur aux joues. Un ton affable et courtois et cette façon de dire " Ali " ...
Lire l'article
"Le président de la République était au courant de l'affaire de vente d'armes à l'Angola. Le Premier ministre était au courant, la plupart des ministres aussi", lance le ministre de l'Intérieur de l'époque condamné à un an de prison ferme et qui a fait appel. Qualifiant d'"incompréhensible" le verdict de l'"Angolagate", l'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua a demandé, mardi soir 27 octobre, la levée du secret défense, affirmant que les plus hauts dirigeants de l'Etat de l'époque avaient connaissance de la vente illicite d'armes à l'Angola. "Je crois que sur ces affaires de ventes d'armes, il faut que les choses soient ...
Lire l'article
L'Economie française dépend de ses possessions dans les ex-colonies. Mettre fin aux relations françafricaine c'est plonger la France dans la recession économique. De Air France à Areva , en passant par Total, Bolloré... l'économie française est pour plus de la moitié dépendante de l'Afrique francophone. Le gabon en est un exemple frappant où les hommes politiques français au pouvoir sont obligés d'aller pour faire allégeance et permettre une continuation du pillage des matiers premieres gabonaise (Petrole, bois...). Toute autorité française remettant en cause ce rapport inégalitaire entre la France et le gabon, est tout bonnement ecarté. Jean-Marie Bockel vient d'en ...
Lire l'article
France – Côte d’Ivoire : Ouattara à Paris, Copé et Guéant à Abidjan
Affaire Bourgi : les doutes de Claude Guéant
Immigration : ces accords qui entravent Sarkozy et Guéant
CJR: des témoins dédouanent Pasqua dans le dossier GEC-Alsthom
Procès Pasqua : le miraculeux agrément accordé au casino d’Annemasse
Procès Pasqua : un policier parle d’affaire «téléguidée»
Pasqua devant la Cour de justice: le procès en direct
Claude Guéant, le vice-président
Pasqua, condamné dans l’Angolagate, demande la levée du secret défense
Claude Guéant et Alain Joyandet à Libreville pour que le système de pillage puisse continuer sans heurts


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Avr 2010
Catégorie(s): Françafrique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*