Socialisez

FacebookTwitterRSS

Djibouti: grandes manoeuvres de la France pour conforter sa présence

Auteur/Source: · Date: 21 Avr 2010
Catégorie(s): Afrique,Monde

De Emmanuel GOUJON (AFP)

DJIBOUTI — Le scénario est loin d’être irréaliste: un pays voisin envahit la petite République de Djibouti, située dans une zone stratégique aux portes de la Mer Rouge, et progresse vers la capitale. Acculé, Djibouti demande à la France l’application des accords de défense de 1977.

La plupart des participants à l’exercice militaire baptisé “Amitié Djibouti 2010” ont en tête “l’agression” lancée en juin 2008 par l’Erythrée contre la région de Ras Doumeira (nord) à la suite d’un conflit frontalier. La zone est toujours occupée par l’armée érythréenne.

A l’époque, la France avait immédiatement “apporté un soutien logistique, médical et en renseignement aux Forces armées djiboutiennes” (FAD), en vertu des accords de défense, rappelle le Général de division aérienne Thierry Caspar Fille-Lambie, commandant des Forces françaises de Djibouti (FFDj).

“Si l’Erythrée avait avancé, la France aurait adapté ses moyens pour les repousser (…) Aujourd’hui la France et Djibouti sont au même tempo et pensent que le règlement sera diplomatique”, ajoute-t-il.

Djibouti dispose d’une situation stratégique sur le Golfe d’Aden, corridor maritime crucial pour le commerce mondial, et sert de port d’attache à la flotte européenne qui combat la piraterie somalienne dans le cadre de l’opération Atalante lancée en décembre 2008.

La France et les Etats-Unis y disposent de bases permanentes, la plus importante à l’étranger dans le cas français, avec près de 3.000 hommes.

Le pays est en effet devenu la pièce maîtresse de la lutte antiterroriste dans la Corne de l’Afrique depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Dans la poussière soulevée par l’arrivée de son hélicoptère, le général Caspar Fille-Lambie écoute le briefing de ses officiers engagés dans la contre-offensive.

L’exercice a servi “à montrer aux Djiboutiens que le gouvernement français croit à ces accords de défense”, assure-t-il.

Lors d’un discours en Afrique du Sud en février 2008, le président français Nicolas Sarkozy avait annoncé la révision des accords de défense signés après leur indépendance avec huit pays africains, affirmant que Paris n’avait pas vocation à rester “le gendarme de l’Afrique”.

Trois nouveaux accords ont depuis été signés avec le Togo, le Cameroun et le Gabon. Des négociations sont en cours pour réviser les accords avec les Comores, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et Djibouti.

“Nous avons intégré dans le scénario un ennemi fort et nombreux qui nécessitait l’envoi de renforts français (…) Ce qui nous a permis de démontrer qu’en cas d’agression, si les FFDj ne sont pas suffisantes, des renforts peuvent venir très rapidement”, explique-t-il.

Côté djiboutien, seules quelques unités ont participé à l’exercice, notamment des cadets de l’académie militaire et une section de la Garde Républicaine: la majeure partie des troupes djiboutiennes est en effet déployée le long de la frontière, face à l’armée érythréenne.

Outre le caractère stratégique de Djibouti, sa géographie permet d’organiser des manoeuvres d’envergure.

“C’est une extraordinaire expérience d’entraînement que l’on pourrait difficilement organiser en France: une faible densité de population qui nous permet de manoeuvrer avec d’importants moyens à terre, peu de trafic aérien, donc les avions de chasse peuvent évoluer”, explique le Colonel Frédéric Gauthier, chef de corps du 5e Régiment interarmées d’outre-mer.

De même, Djibouti est de plus en plus utilisé pour préparer les troupes françaises se rendant en opérations extérieures, notamment en Afghanistan.

Le pays “nous permet d’expérimenter de nouveaux modes d’action: la boucle est très courte entre Djibouti et l’Afghanistan, et nos troupes viennent ici parfaire leur formation”, souligne le général Caspar Fille-Lambie.


SUR LE MÊME SUJET
Le président français, Nicolas Sarkozy a réaffirmé mardi soir, lors d'un entretien télévisé retransmis sur TF1, France 2 et Canal Plus, sa volonté de jeter les fondements d'un "nouveau système monétaire international" pendant la présidence française du G20 et d'avancer aussi vers une "taxation sur les transactions financières" pour aider au développement de l'Afrique. "On ne peut plus rester dans cette pagaille monétaire qui est extraordinaire. Il faut un nouveau système pour financer le développement de l'Afrique et j'entends que la France montre l'exemple sur la taxation des transactions financières ", a martelé le numéro un français. "Il est capital que ...
Lire l'article
L’armée française a officiellement restitué les terres qu’elle occupait à Dakar aux autorités sénégalaises, a constaté mercredi, un journaliste d’AfriSCOOP. Ambiance morose mercredi sur la place d’armes du camp Bel Air de la capitale sénégalaise. Une cérémonie « symbolique » de restitution prochaine de terres est organisée entre les armées française et sénégalaise. Remplacement du drapeau tricolore par celui de l’ancienne colonie. Exécution des hymnes nationaux sous les honneurs du vice-amiral français Philippe Combes et de son homologue sénégalais Abdoulaye Fall. Aucun discours. Et, à juste titre. Avec cette cérémonie, la France met insidieusement fin à la présence de quelques 1.200 hommes ...
Lire l'article
La France annonce la fermeture de sa base militaire au Sénégal et le retrait de 900 de ses 1.200 militaires stationnés dans le pays. "En accord avec le Sénégal, la France propose de conserver en effet à Dakar un simple 'pôle opérationnel de coopération à vocation régionale', fort d'environ trois cents militaires", indique l'état-major des forces françaises du Cap-Vert (FFCV) dans un communiqué publié par l'ambassade de France . La France conservera ses deux autres bases africaines, au Gabon et à Djibouti, ajoute le communiqué. "Une cérémonie de restitution symbolique des emprises occupées par les forces françaises au Sénégal, aura lieu au Camp ...
Lire l'article
La France annonce la fermeture de sa base militaire au Sénégal et le retrait de 900 de ses 1.200 militaires stationnés dans le pays. "En accord avec le Sénégal, la France propose de conserver en effet à Dakar un simple 'pôle opérationnel de coopération à vocation régionale', fort d'environ trois cents militaires", indique l'état-major des forces françaises du Cap-Vert (FFCV) dans un communiqué publié par l'ambassade de France . La France conservera ses deux autres bases africaines, au Gabon et à Djibouti, ajoute le communiqué. "Une cérémonie de restitution symbolique des emprises occupées par les forces françaises au Sénégal, aura lieu au Camp ...
Lire l'article
Paris revoit à la baisse son dispositif militaire en Afrique. Mais signe de nouveaux accords avec plusieurs pays. Le général Bruno Clément-Bollée est l'un des militaires français qui connaissent le mieux le continent africain. Il y a effectué une partie de sa carrière et il commandait la force Licorne, en Côte d'Ivoire, avant de prendre ses fonctions à Bordeaux à la tête de la Région terre sud-ouest en 2008. Au début des années 2000, il a, entre autres, été en charge des questions de sécurité en Afrique au sein de l'état-major particulier du président de la République Jacques Chirac. « Sud ...
Lire l'article
Les bases militaires françaises devraient quitter Dakar à la suite d'un accord qui doit être signé le 4 avril, mais devrait conserver une présence au avec un "pôle de coopération militaire". Cet accord pourrait signifier pérennisation de celle de Libreville. La France s'apprête à fermer ses bases militaires au Sénégal mais entend y conserver un "pôle de coopération militaire à vocation régionale", a-t-on appris vendredi soir auprès du ministère de la Défense. 1 200 soldats français concernés "Le concept de base a vécu et on va vers autre chose, la mise en place d'un pôle de coopération régionale", a-t-on déclaré dans l'entourage ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy et son homologue djiboutien Ismaël Omar Guelleh ont évoqué un projet de nouvel accord de partenariat de défense, à l'occasion d'une escale du chef d'Etat français à Djibouti mardi, a-t-on appris de sources officielles. Il s'agit "des différents volets de la relation bilatérale entre la France et Djibouti, et notamment le projet de nouvel accord de partenariat de défense, destiné à remplacer l'accord conclu en 1977", indique un communiqué de l'Elysée publié mercredi. Arrivé de La Réunion, M. Sarkozy a effectué mardi soir une brève escale à Djibouti, où il a eu une rencontre avec son ...
Lire l'article
La secrétaire générale adjointe du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) chargée de la Communication, Angèle Ondo a invité samedi instamment le gouvernement et le parlement gabonais à réexaminer en ‘’profondeur’’ les accords de coopération entre le France et le Gabon, ainsi que le recommande le communiqué final eyant sanctionné les travaux du bureau politique de ce parti tenus vendredi. ‘’Le communiqué du bureau politique rendu public par Mme Ondo invite instamment le gouvernement et le parlement gabonais à réexaminer en profondeur les accords de coopération entre la France et le Gabon, afin d’opérer une « rupture » d’ailleurs préconisée par ...
Lire l'article
Le président de l'Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD, opposition), Zacharie Myboto, a affiché samedi à Libreville, la volonté et la détermination de son parti à faire échec aux ''manoeuvres sordides de déstabilisation menées honteusement pour l'affaiblir''. ''Parce que l'UGDD est une alternative crédible dans ce pays, parce que l'UGDD sait ce qu'elle veut pour le Gabon, à savoir, son progrès, le pouvoir lui voue une hostilité sans bornes'', a fustigé M. Myboto, à l'occasion de la cérémonie de présentation de voeux de ses militants. Selon M. Myboto, les débauchages, la pêche dans les rangs de ses militants et ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
France : Sarkozy pour une « taxation sur les transactions financières » pour aider au développement de l’Afrique
La France quitte « symboliquement » le Sénégal
La France va retirer l’essentiel de ses troupes du Sénégal
La France va retirer l’essentiel de ses troupes du Sénégal
La France va fermer sa base de Dakar
Sénégal: La France s’apprête à fermer ses bases militaires
Sarkozy à Djibouti : projet de nouvel accord de défense
Gabon/France : Le PDG se prononce pour un réexamen en “profondeur” des accords entre le Gabon et la France
Gabon: Politique : L’UGDD fustige des “manoeuvres sordides pour l’affaiblir”
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Avr 2010
Catégorie(s): Afrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*