Socialisez

FacebookTwitterRSS

Lettre ouverte d’un compatriote Th. Jimmy Mapango aux gabonaises et gabonais

Auteur/Source: · Date: 21 avr 2010
Catégorie(s): Lamentations

Chers (es) Compatriotes

LES CHAÎNES SONT BRISEES

Où que vous soyez ; Au Gabon. Où dans le monde. C’est avec humilité que je viens à vous, par cette lettre ouverte.

En effet ! Cette année notre pays fêtes son cinquantenaire de souveraineté.
Cette …année devrait être l’année de la fête des résultats de nos efforts communs.
Cette année les filles et les fils du Gabon devraient saluer l’aube d’un nouveau départ avec la conviction d’un devoir accomplit.

Pourtant l’urgence d’une synthèse s’impose. Il s’agit de ce qui est inconnu de nous même jusqu’à maintenant. Le début d’une nouvelle aventure commence, celle de renforcer notre unité, afin de relever les défis de la qualité des vies des citoyens. Des générations actuelles et futures… Il ne s’agit plus de se servir de la nation. Mais le temps est venu de servir

En ce moment crucial de notre histoire, dans ses temps incertains de notre destin et de celui de notre pays. Il nous convient donc de mesurer le triste bilan de notre parcours.
Il convient de nous rappeler que nous avons prit une destination contraire à celle qu’avait inspiré pour nous dans les années 1958 à 1960 les Pères fondateurs de notre jeune république.
A savoir la droiture, la justice et l’équité.

Trop d’égoïsme a fleurie, le népotisme est devenu une vertu, le gaspillage a prit racine, l’incurie n’est plus reprochable, la cupidité c’est fait des beaux jours, la désinvolture est naturelle, l’ethnisme gangrène, ceux qui nous gouvernent sont devenu nos bourreaux et nous conduisent à l’ignorance de nous même, de notre identité, nous distinguons à peine notre culture. La pauvreté et la misère sont le lot quotidien de la majorité de notre peuple. Qui est devenue frêle et gracile.

Nous n’avons plus de repaire, il est ou l’icône pour nous tracer la boussole. Le phare qui éclaire dans les ténèbres de la vallée de l’égoïsme et de la méchanceté dans laquelle nous avons été enfermé depuis la longue nuit des temps???
Et voilà ! Nous n’avons plus que nos mains levées vers le Dieu compatissant qui seul vient à notre secours. Et il nous donne force et courage, de n’est point désespérer. Car à qui d’autre irions-nous ??? Après toutes les déceptions, trahisons et les humiliations que nous avons connu. ???
Parce que de ce constat effrayant si rien n’est fait, notre nation se perdra.

Chers (es) compatriotes
Cinquante ans plus tard ;
Faut-il une guerre, une mutinerie, une révolution, ou plutôt une insurrection pour mieux exprimer nos galères ???

Cinquante ans plus tard ;
Faut-il une nouvelle espérance, un nouveau réveil spirituel, pour nous sortir du caveau dans lequel nous ont enfermé, ceux qui étaient sensé nous conduire aux verts pâturages ???

Cinquante ans plus tard ;
Nous pouvons exprimer : Une solidarité nouvelle qui dort jusque là dans l’essence même de la bonté, que nous avons tous reçu gratuitement en venant dans ce monde.

Oui ! Nous le pouvons par un nouvel élan de fraternité nécessaire. Nous pouvons redonner espoir et réaliser les rêves enfouis dans la perspicacité et l’enthousiasme qui avaient animé nos Pères.

Nous pouvons compter sur notre excellence en ressources humaines. Qui souffrent d’exclusion de ne pas prendre part à l’effort de construction. Pourtant, bien formés, dans des très bonnes écoles. Elles sont au pays et nombreuses peuplent la diaspora.

Nous pouvons avec notre budget fort de plus de 2000 milliards de francs CFA relancer notre économie par des grands travaux du nord au sud et de l’est à l’ouest. Nous pouvons ramener des milliards qui ont été détournés et qui se promènent dans les paradis fiscaux de ce monde de banque en banque, cherchant des meilleures planques.

Construisons des hôpitaux, des écoles, des universités, des autoroutes, des logements décents pour tous, revoyons véritablement la question du Smig. Lançons une grande campagne d’éducation populaire et d’alphabétisation. Pourquoi nos jeunes ne feraient-ils pas le service militaire ??? Donnons à nos travailleurs, nos fonctionnaires de l’espoir par des nouvelles conditions agréables de travail, des possibilités de stage de formation, des renforcements de capacité, une vision claire de leur plan de carrière.
VOILAAAAAAAA……………

Oui ! Nous pouvons solutionner définitivement la question de la sécurité sociale et de la solidarité nationale. Nous pouvons stopper net la corruption qui gangrène, par une justice équitable pour tous.
Commençons déjà par juger les deux affaires pendantes devant la justice celle de Bosco Alaba FALL instruite à la commission nationale de l’enrichissement illicite et l’affaire des fourgons blindés du trésor de Félix Bongo, Blaise Loumbe etc.

Pour ma part, j’ai dernièrement adressé une lettre ouverte à Ali Bongo Ondimba. Pour lui signifier qu’après six mois, Le manque de lisibilité de son action nous oblige à monter au créneau. Car désormais nous ne pouvons plus rester silencieux. Ce sera donc ainsi jusqu’à notre retour POUR RENDRE LE GABON AUX GABONAIS.

Une autre dernière action de notre ONG le MODOI est la pétition que nous venons de lancer via Internet pour demander la démission de Maixent_Accrombessi chef de cabinet du Président de la république. Un poste stratégique au cœur du pouvoir, que l’on ne peut confier à un étranger. Pour nous, nous voyons ce faite comme une haute trahison contre notre souveraineté. Je ne sais pas quel est votre avis sur le sujet.

Toutefois, la question de notre cohabitation avec l’étranger qui a décidé de vivre chez nous est un véritable problème qui n’a toujours pas trouvé un début de solution durable. Nous devons user de sagesse pour remettre nos citoyens dans leurs droits et devoirs tout en respectant les droits et les devoirs de l’étranger.

C’est comme le manque, d’une politique véritable en matière d’immigration qui fait défaut à notre gouvernement. Nombreux d’entre vous ont été édifié dernièrement par la grève de (l’onep) quand à la question des emplois occupés par des immigrés et en situation irrégulière.

Et le grand reproche que je fais à ce système, est de nous avoir enterré vivant. En nous aveuglant sans pitié.
Et puisse qu’il s’agît aujourd’hui de voir clair. De répondre clair aux questions suivantes.
Qu’elles sont les résultats obtenus par notre peuple de toutes ses années d’aveuglement cynique ??? Le Gabon a bénéficié de quelle richesse parmi toutes celles qu’il a donné ???

Vous voulez que je vous dise la réponse ??? Eh ! bien la réponse la voilà.
Sinon ! Que : Nous voici esclaves alors que nous n’avons pas des chaînes aux pieds. Nous sommes prisonniers sans être entre quatre murs.
Mais cette hypocrisie n’est pas de date récente. Puisse qu’elle nous a installé confortablement dans un ensauvagement subtil. Tout en nous gardant dans une sauvagerie paisible jusqu’à ce qu’elle en devienne hurlante un jour, au cœur de nos agglomérations et dans notre jungle.

Ma crainte ; Chers (es) compatriotes serait ce réveil brutal du long sommeil, dans lequel nous sommes plongé. A cause de la barbarie de ceux qui pensent que les uns sont venu en ce monde uniquement pour accompagner les autres.

Mes chers (es) compatriotes
Que nos Pères aient réussi hier. Où, que nos ainés aient échoué aujourd’hui.
Peut importe désormais, un nouveau jour se lève sur la nation
Le temps est venu de réconcilier nos familles plus divisées. Après tout ! Nous sommes tous des frères et des sœurs, nous sommes des gabonaises et des gabonais. Nous appartenons à une grande famille dont le village s’appelle Gabon et dans le corps de garde qui réunit nos diversités. Un seul repère ; Ne l’oublions jamais. Chantons et méditons les paroles de notre hymne « LA CONCORDE »

Le temps est venu de demander à l’Assemblée Nationale de prendre des lois pour protéger ceux qui ramènent l’argent détourné. Et pourquoi iriez-vous de pays et en pays cherchant la paix alors ! Que ; Notre Gabon vous tend ses bras ! Parce qu’il à besoin de tous ses enfants.
L’Assemblée nationale doit prendre des lois pour nous protéger dans notre volonté de reconstruire ensemble ce qui été détruit hier fondamentalement en nous (notre identité) et bâtir ce qui n’a pas pu être réalisé en infrastructures et édifices.

Nous avons des institutions, elles doivent tourner en toute autonomie décentralisée, afin de mieux réguler le fonctionnement de l’Etat. Le pluralisme politique est un gros avantage pour notre jeune démocratie. Laissons là s’exercer avec tous ses droits et ses devoirs pour chaque parti politique et la société civile.

Le temps est venu avec un rêve celui de changer de cape, pour nous mettre au diapason de notre vocation première. Le Gabon une grande nation que nous avons à bâtir ensemble sans exclusion. Pour que les générations futures trouvent une nation exceptionnelle que nous aurions léger sans peine.
Le temps est venu de cicatriser nos blessures, de penser nos plaies de pardonner et de demander pardon.

Alors ! Nous en appelons à tous
Les oubliés et les sans voix. Les laissés pour comptes et les frustrés, les riches et les pauvres.
Nous en appelons à tous
Les jeunes et les vieillards. Les hommes et les femmes.
La forêt des abeilles qui a gardé jalousement les secrets mystérieux d’une histoire non contée, qui n’a pas fini de traverser les âges se dévoilera d’elle-même.

Le temps est venu de RENDRE LE GABON AUX GABONAIS. Pour qu’ils réalisent enfin le rêve de chaque peuple « Le progrès, le développement »

Les chaînes sont brisées, les digues ont cédé, les prisons sont ouvertes, les frontières tombent, une ère nouvelle pointe à l’horizon pour essuyer nos larmes. Une consolation véritable est à porté de nous désormais. Un nouveau jour se lève pour le Gabon. Soyons sans crainte.

VOILAAAAAAAAAA…………….

Quelles filles et quels fils du Gabon ne voudraient-ils pas prendre part à réalisation d’un tel rêve ???

Que Dieu vous bénisse
Que Dieu bénisse le Gabon
Que notre Afrique soit bénie abondamment en cette année

Th. Jimmy Mapango
Ecrivain
Président du MODOI (ONG: de bonne gouvernance et de développement)

(Large diffusion à tous les réseaux et ne manquez pas d’archiver, afin que cette lettre sert de témoignage dans l’avenir)

 


SUR LE MÊME SUJET
A la veille des élections législatives gabonaises du 17 décembre 2011, l’association Survie a adressé une lettre ouverte au Ministre des Affaires étrangères afin de l’alerter à propos de la situation sociale, politique et de la démocratie au Gabon et de l’enjoindre de modifier les relations du gouvernement français avec Ali Bongo et son régime. La France maintient des relations diplomatiques, politiques et économiques très fortes avec le Gabon, alors que le régime en place n’offre aucune garantie du respect de la démocratie. Paris, le 9 décembre 2011 Objet : Lettre ouverte concernant la position de l’Etat français vis-à-vis du gouvernement gabonais Monsieur ...
Lire l'article
OBSERVATOIRE NATIONAL DE LA DEMOCRATIE B.P. 23 749 Libreville Tél : (241) 07 94 97 19/ 06 04 56 07 Siège social : Quartier Louis Email : contact_ond@yahoo.fr Libreville le, 01 Juillet 2010 Lettre ouverte A Son Excellence, Monsieur Ban Ki-Moon Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies Objet : Développement, Consolidation de la Paix et Bonne Gouvernance en Afrique Excellence, Monsieur le Secrétaire Général ; Parmi les sujets que vous allez traiter avec le Président de la République, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, il y a celui qui concerne « Le Développement, la Consolidation de la Paix ...
Lire l'article
Le 2 février courant, le Dr. Daniel Mengara a reçu dans sa boîte email une lettre d'un Monsieur se présentant comme le "Camarade" Hervé Epié se présentant comme Secrétaire Fédéral, membre du Conseil National du PDG. Dans sa lettre ouverte au Dr. Mengara, le "Camarade" Epié fustige l'attitude "injurieuse" du Dr. Daniel Mengara et rappelle le leader du BDP à l'ordre républicain. Nous publions ici in extenso la lettre du "Camarade" Epié. Le Dr. Daniel Mengara répondra au Camarade Epié quand il en aura la possibilité. En attendant, lisez la réponse du Dr. Bruno Ella, porte-paroledu BDP, au "Camarade Epié" sur cette ...
Lire l'article
Monsieur le Président, Selon l’article 13 du code électoral, vous avez été choisi d’organiser et d’administrer l’élection présidentielle du 30 Août 2009. Vous me permettrez de vous faire remarquer que vous organisez une élection d’avance contestée, voire sans intérêt et qui, si le processus électoral n’est pas interrompu dans l’immédiat pourrait inévitablement aboutir à une crise politique majeure au Gabon. Depuis le début du processus électoral, j’observe avec le peuple gabonais dont l’intérêt est mis en jeu que le temps n’est pas mis à profit pour préparer ces élections dans des conditions convenables et propices à la transition. La non maîtrise du ...
Lire l'article
ELECTION PRESIDENTIELLE ANTICIPEE DU 30 AOÛT 2009 PRINCIPAUX CANDIDATS DE L’OPPOSITION Objet : proposition d’une solution pour garantir une victoire certaine de l’opposition et éviter la déroute électorale à la prochaine élection présidentielle anticipée du 30 août 2009 au Gabon Mesdames, Messieurs les candidats de l’opposition Aujourd’hui, tous les principaux acteurs et observateurs politiques gabonais sont d’accord de constater que la préparation de l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009 en république gabonaise est un véritable fiasco. Tous savent que le gouvernement gabonais et ses institutions corrompues camperont sur leur décision de maintenir l’élection à la date unilatéralement fixée pour favoriser leur candidat, qui d’ailleurs ...
Lire l'article
C'est la jeunesse gabonaise qui doit prendre le destin du Gabon entre ses mains lors de ces présidentielles historiques pour le Gabon Par Daniel Noumbissie Tchamo C’est à vous qui jouissez déjà du droit de vote et n’ayant connu autre président qu’Omar Bongo Ondimba que je m’adresse. C’est à cette génération qui veut accomplir sa mission de génération et non la trahir que je m’adresse. Partie de la communauté politique, elle-même non homogène, Je suis conscient de ne pas écrire à un bloc monolithique. Le 30 août 2009, vous participerez activement, je n’en doute, à « l’écriture ...
Lire l'article
Monsieur Mamboundou, advenant votre victoire le 30 août prochain, vous serez le président de tous les gabonais y compris ceux qui vous détestent et qui auraient voté contre vous. Mais, plusieurs indices montrent à suffisance que vous préméditez embraser le pays si vous ne gagnez pas. Votre site internet, vos propres discours ne laissent présager que la casse, la violence si un autre candidat, surtout si Ali Bongo gagnait ce scrutin. Vos partisans et vous, êtes persuadés de votre victoire alors que la réalité peut être très décevante et je vous dirai comment sous peu. Pour le moment, Je lance un ...
Lire l'article
Monsieur le Président, Dans 45 jours des élections présidentielles se dérouleront au Gabon. Après 42 ans d’une “dictature” ayant entraînée la pauvreté, la désespérance de la majorité des gabonais et le détournement de plusieurs milliards d’euros. Il est imoortant de signaler que ces sommes phénoménales circulent sans contrôlent et disparaissent dans la nature. Elles peuvent financer n’importe quoi…y compris le terrorisme. Aujourd’hui c’est un SOS que je vous adresse : aidez-nous M. Le Président à entrer en démocratie et dans l’alternance démocratique des élites politiques et administratives. Nous souhaitons une alternance réellement démocratique avec des élections non truquées. Nous comprenons bien les ...
Lire l'article
Jimmy Mapango aux Coalisés: “Un nouveau Gabon est possible”
Intervention de Mr Jimmy Mapango, Président du MODOI, lors de la tenue du premier meeting constitutif de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National à Paris les 20, 21 et 22 février 2009. Ce discours fut prononcé  le vendredi 20 février au matin lors de la cérémonie d’ouverture des travaux de la Coalition. ------------- Le monde bouge, le monde change… Les puissants de ce monde, sont victime du lancé des chaussures. Comme lorsque l’on écrase un serpent venimeux dans mon village. Les nations sont troublées et en pleines décadences, les peuples sont ballotés et en effervescences. Les maîtres de ce monde, ont détruit eux-mêmes le monde. (Aux ...
Lire l'article
Monsieur le Président, Je suis avec admiration vos débats et vos prises de position bien avant votre investiture à la tête de l’Etat français. Les paroles qui suivent ne sont en rien celles d’un flagorneur de plus dans votre sillon, mais celles d’un étudiant de 26 ans qui se reconnait de façon inouïe en vos valeurs et qui, peut- être, est tout aussi véhément que vous l’êtes. Je suis gabonais et je dois de suite avouer que votre soutien au tyran-cannibale « BONGO », Albert Bernard Bongo, Omar BONGO, ou encore Omar BONGO ...
Lire l'article
Lettre ouverte concernant la position de l’Etat français vis-à-vis du gouvernement gabonais
Gabon: Lettre ouverte de l’Observatoire National de la Démocratie à Ban Ki-Moon
PDG-USA vs. Mengara: Lettre Ouverte de Rappel à l’Ordre Républicain (Hervé Epié)
Gabon: Lettre ouverte au Président de la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (C.E.N.A.P)
Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle du 30/08/2009 au Gabon
Lettre ouverte à la jeunesse gabonaise : aux urnes citoyens !
LETTRE OUVERTE À MONSIEUR MAMBOUNDOU, candidat à la présidence de la république gabonaise le 30 août 2009
Lettre ouverte à Sarkozy
Jimmy Mapango aux Coalisés: “Un nouveau Gabon est possible”
Lettre ouverte au Président de la République française, Nicolas SARKOZY


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne 2, 33 sur 5)
Loading ... Loading ...

Auteur/Source: · Date: 21 avr 2010
Catégorie(s): Lamentations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Lettre ouverte d’un compatriote Th. Jimmy Mapango aux gabonaises et gabonais

  1. LBV

    9 août 2010 a 12:43

    Et si tout était prévu:

    Voir… http://gabao2009.ning.com/video/la-francafrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>