Socialisez

FacebookTwitterRSS

Procès Pasqua : le miraculeux agrément accordé au casino d’Annemasse

Auteur/Source: · Date: 21 Avr 2010
Catégorie(s): Françafrique,Révélations

Jean-Marc Sauvé a ouvert le défilé des témoins, mardi 20 avril, devant la Cour de justice de la République. Actuel vice-président du Conseil d’Etat, sa carrière de haut fonctionnaire a croisé pendant deux ans celle de l’ancien ministre de l’intérieur. M. Sauvé était alors directeur des libertés publiques place Beauvau et comptait, dans ses attributions, l’instruction des demandes d’autorisation de jeux. Parmi elles, l’exploitation du casino d’Annemasse (Haute-Savoie) qui vaut à M. Pasqua d’être poursuivi pour “corruption passive par dépositaire de l’autorité publique”.

A deux reprises, sous les prédécesseurs socialistes de M. Pasqua, en 1991 et en 1992, le dossier d’agrément présenté, à travers une société dont l’un des dirigeants est Robert Feliciaggi, est refusé à l’unanimité par la commission des jeux, notamment en raison de la “personnalité” des investisseurs. Ceux-ci apparaissent en effet très liés à Michel Tomi, gérant du casino de Bandol (Var), mis en examen pour abus de biens sociaux et dont l’établissement a fait l’objet d’une fermeture administrative.

Arrive M. Pasqua, qui connaît bien les deux hommes, et réapparaît la demande, accompagnée d’une note du directeur adjoint de son cabinet, Claude Guéant, demandant “d’accélérer” son examen. M. Sauvé réitère ses réserves en évoquant les “renseignements défavorables” sur les investisseurs et le “manque de transparence” sur l’origine des fonds investis. La commission des jeux partage son point de vue et la demande est rejetée.

Quelques semaines plus tard, elle est à nouveau déposée et là, ô miracle, le rapport du commissaire des renseignements généraux (RG) chargé des courses et des jeux explique que “rien ne permet plus de douter de l’honorabilité des postulants”. On découvrira plus tard que les dossiers personnels de MM. Feliciaggi et Tomi détenus par les RG ont été expurgés.

A l’unanimité, moins une voix – celle de M. Sauvé -, la commission émet un nouvel avis négatif. “Vous étiez en service commandé ?”, demande le président Henri-Claude Le Gall au témoin. “J’ai reçu des instructions contraires à mes propositions et je les ai exécutées”, répond M. Sauvé. Le dossier contient une note paraphée par M. Pasqua : “Donner autorisation. CP”.

En mars 1994, M. Sauvé est nommé préfet de l’Aisne. L’autorisation d’exploitation sera accordée à Robert Feliciaggi après son départ, le 21 mars 1994. Acheté 5 millions de francs (762 000 euros), le casino d’Annemasse, doté d’une autorisation en bonne et due forme d’exploitation des jeux, sera revendu un peu plus tard par MM. Feliciaggi et Tomi 105 millions de francs.

Jacques Reiller, à l’époque sous-directeur des libertés publiques et actuel préfet de l’Essonne, vient à la barre. C’est peu dire qu’il est mal à l’aise lorsque le président et l’avocat général évoquent des Post-it retrouvés dans le dossier du casino d’Annemasse. “Un peu sensible”, avait écrit sa collaboratrice. “Beaucoup. Mais le dossier est tellement indéfendable !”, avait-il ajouté de sa main. “Attention dynamite !”, notait encore sa collaboratrice. Le préfet se racle la gorge, derrière lui, M. Pasqua l’observe, impassible. “Bien, faites entrer M. Guéant”, demande le président à l’huissier.

“JE N’AI JAMAIS VU ÇA”

Le secrétaire général de l’Elysée marche d’un pas assuré dans le prétoire, jure de dire “toute la vérité, rien que la vérité”. L’avocat général, Yves Charpenel, qui l’a fait citer comme témoin, se lève. “Avez-vous apporté un soin particulier au dossier d’Annemasse ? – Non. – Aviez-vous des éléments sur les relations entre MM. Tomi, Feliciaggi et le ministre ? – Non.” L’avocat général se rassoit. Le secrétaire général de l’Elysée s’en va.

Daniel Anceau, ancien commandant de police à la sous-direction des jeux, entre à son tour. De cette affaire du casino d’Annemasse, il garde, lui, un souvenir très précis. “C’était un dossier téléguidé. En quinze ans de jeux, je n’ai jamais vu ça. De noir, il est subitement passé blanc-bleu”, raconte-t-il. M. Pasqua ne cille toujours pas. Mais voilà que s’avance à la barre Marthe Mondoloni, la fille de M. Tomi, tout de noir vêtue. “Présidente du PMU Gabon”, annonce-t-elle comme profession. En 1999, elle a été “très honorée” que M. Pasqua la sollicite pour figurer sur sa liste aux européennes en lointaine position. “Et puis, c’était par rapport à la parité, il avait besoin de femmes”, dit-elle.

Quand son père lui a demandé de prélever sur son compte de Monaco la somme de 7,5 millions de francs pour contribuer au financement de la liste, elle a obtempéré parce que “M. Pasqua est un ami de la famille”. Avec le financement public obtenu grâce aux résultats, elle en a récupéré 5, et ne s’est pas préoccupée des 2,5 millions restants. Quand on lui pose des questions précises, Mme Mondoloni n’a pas beaucoup de souvenirs : “A l’époque, mon fils s’était cassé les vertèbres, et j’ai eu mon cerveau qui s’est mis au repos.”

Pascale Robert-Diard

Article paru dans l’édition du 22.04.10 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon – Le procès de l’opposant Jocktane est un procès “politique” (société civile)
La plateforme de la société civile "Ca suffit comme ça" (proche de l'opposition) a estimé mercredi que le procès de l'opposant Mike Jocktane, poursuivi pour trouble à l'ordre public après une manifestation en janvier 2011, était "politique" après ses accusations contre la Françafrique. Ancien conseiller du président Omar Bongo, passé dans l'opposition, cadre de l'Union nationale dissoute en janvier 2011, M. Jocktane a été au centre de l'attention médiatique en novembre après la parution du livre "Le scandale des biens mal acquis", dans lequel il affirme qu'Omar Bongo a contribué au financement de la campagne présidentielle du candidat Nicolas Sarkozy en ...
Lire l'article
Au Gabon, le procès de l’opposant Mike Jocktane reporté après une audience tendue
Ce jeudi 19 janvier, s'est ouvert à Libreville dans une ambiance électrique, le procès de l’évêque Mike Jocktane. Le religieux, devenu opposant, est poursuivi pour trouble à l’ordre public, destruction des biens de l’Etat et coups et blessures. Mike Jocktane aurait organisé le 29 janvier 2011 une marche pacifique mais non autorisée. Le procès est finalement renvoyé au 2 février prochain. Mike Jocktane, prêtre et opposant, s’est présenté devant la barre en soutane de prêtre. Le président du tribunal le regarde : « Pour le respect dû au clergé, nous ne pouvons vous juger dans cette tenue. Vous avez dix minutes ...
Lire l'article
L’audience des militants et sympathisants de l’Union nationale (UN, parti de l’opposition dissout), accusés de trouble à l’ordre public dans la foulée de l’auto proclamation d’André Mba Obame comme président de la République, prévue le jeudi 17 février 2011, a été reportée au 24 février. Une vingtaine de personnes, militants ou sympathisants de l’Union Nationale, doivent comparaître en justice pour ‘’atteinte à l’ordre et à la sécurité publiques’’, ‘’destruction de la propriété mobilière d’autrui’’, et ‘’coups et blessures volontaires ». Il leur est reproché d'avoir posé ces actes après la “prestation de serment” et la nomination d’un gouvernement séditieux le 25 ...
Lire l'article
L’officier de gendarmerie Auguste Bibang, un membre du personnel d’appoint d’André Mba Obame, a été arrêté le 8 février alors que s’ouvrait dans la même journée, le procès des 23 personnes interpellées depuis la prestation de serment du secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN) le 25 janvier. L’audience a été reportée au 17 février. Il ne fait plus bon d’avoir travaillé avec le président autoproclamé du Gabon, André Mba Obame. Si jusqu’ici les arrestations de ses partisans concernaient des personnes impliquées peu ou prou dans des manifestations publiques, l’arrestation d’Auguste Bibang, pas du genre à manifester selon ceux qui le ...
Lire l'article
Au troisième jour du procès de Charles Pasqua devant la Cour de justice de la République, la défense s'est employée mercredi à écarter les soupçons de complicité d'abus de biens sociaux et de recel pesant sur l'ex-ministre dans le dossier GEC-Alsthom. Les avocats mais aussi des témoins ont développé la thèse alternative d'une "banale escroquerie" dont aurait été victime le groupe de la part d'intermédiaires se servant du nom et de la réputation du sénateur à son insu. Charles Pasqua comparaît devant la CJR pour trois affaires datant de la période où il était ministre de l'Intérieur dans le gouvernement Balladur ...
Lire l'article
Entendu hier par la justice, le secrétaire général de l’Élysée affirme que l’affaire du casino relève d’une procédure normale. Claude Guéant affirme avoir agi sur « instruction » du ministre en soulignant qu’il s’agit d’une procédure tout à fait normale. Entendu hier par la Cour de justice de la République (CJR) dans l’affaire du casino d’Annemasse, l’un des trois dossiers dans lesquels est jugé Charles Pasqua (voir édition du 20 avril 2010), le secrétaire général de l’Élysée a semblé innocenter celui qui occupait le fauteuil de ministre de l’Intérieur entre 1993 et 1995. Alors directeur adjoint du cabinet de Charles Pasqua, Claude ...
Lire l'article
Les témoins stars ne tiennent pas toujours leur promesse. On en a eu la preuve mardi devant la Cour de Justice de la République. Charles Pasqua y est jugé pour trois affaires de corruption et de commissions occultes dans lesquelles il aurait été impliqué entre 1993 et 1995 en tant que ministre de l'Intérieur. On attendait beaucoup de Claude Guéant, l'actuel secrétaire général de l'Elysée et ancien membre du cabinet du ministre. Trop sans doute, tant le préfet fut sobre et administratif. L'audience de la matinée qui avait tendance à sombrer dans une certaine léthargie s'est reveillée en début d'après midi avec ...
Lire l'article
PARIS — 18H45 - FIN DE LA DEUXIEME JOURNEE. C'est la fin de notre direct. Le procès de Charles Pasqua continue mercredi avec le dossier Alsthom. 18H40 - POIGNEE DE MAIN - "Je voudrais dire à Philippe de Villiers que j'étais content de le voir ce soir et que je lui souhaite tout ce qu'on peut lui souhaiter". Charles Pasqua et Philippe de Villiers se serrent la main et l'actuel président du MPF, dernier témoin de la journée, s'éclipse. 18H38 - PASQUA REPOND A VILLIERS. L'ancien ministre se lève et s'adresse à son ancien allié: "Je ne peux pas laisser partir Monsieur ...
Lire l'article
"Le président de la République était au courant de l'affaire de vente d'armes à l'Angola. Le Premier ministre était au courant, la plupart des ministres aussi", lance le ministre de l'Intérieur de l'époque condamné à un an de prison ferme et qui a fait appel. Qualifiant d'"incompréhensible" le verdict de l'"Angolagate", l'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua a demandé, mardi soir 27 octobre, la levée du secret défense, affirmant que les plus hauts dirigeants de l'Etat de l'époque avaient connaissance de la vente illicite d'armes à l'Angola. "Je crois que sur ces affaires de ventes d'armes, il faut que les choses soient ...
Lire l'article
La première banque d’Afrique subsaharienne, hors Afrique du Sud, United Bank for Africa, est actuellement en négociations avec les autorités gabonaises et la Commission bancaire d’Afrique centrale (COBAC) pour l’obtention d’un agrément bancaire dans la perspective de son implantation sur le marché gabonais. Avec un bilan 2008 en hausse de 55% par rapport à l’exercice précédent malgré la crise, l’UBA a entrepris une large campagne d’expansion en Afrique, où elle envisage d’être présente dans au moins 20 pays. Une nouvelle banque pourrait bientôt faire son entrée sur le marché gabonais, où les institutions bancaires peinent encore à désenclaver l’intérieur du ...
Lire l'article
Gabon – Le procès de l’opposant Jocktane est un procès “politique” (société civile)
Au Gabon, le procès de l’opposant Mike Jocktane reporté après une audience tendue
Politique / Report du procès des militants de l’Union nationale au 24 février prochain
Gabon : Nouvelles arrestations et procès des manifestants de l’UN
CJR: des témoins dédouanent Pasqua dans le dossier GEC-Alsthom
Claude Guéant innocente Pasqua
Procès Pasqua : un policier parle d’affaire «téléguidée»
Pasqua devant la Cour de justice: le procès en direct
Pasqua, condamné dans l’Angolagate, demande la levée du secret défense
Gabon : UBA sollicite un agrément bancaire au gouvernement


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Avr 2010
Catégorie(s): Françafrique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*