Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Guohua Zhang brandit l’argument diplomatique

Auteur/Source: · Date: 22 Avr 2010
Catégorie(s): Economie

Le repreneur chinois du groupe français Plysorol ne semble pas d’accord avec la décision rendue par le tribunal de commerce de Lisieux le 9 avril, plaçant la société en redressement judiciaire. Vivement indexé sur ses promesses d’investissements non tenues et les lourdes dettes accumulées, l’actionnaire chinois aurait fait appel de la décision de justice et invoqué l’argument diplomatique pour régler l’affaire à l’amiable.
Alors que la colère des employés est à son comble face à la situation catastrophique de l’entreprise depuis l’arrivé du nouveau directoire chinois, le repreneur, Guohua Zhang, semble décidé à tout mettre en œuvre pour conserver le groupe français qui compte trois sites de production en France et deux filiales au Gabon.

Après avoir fait appel du placement en redressement judiciaire prononcé le 9 avril par le tribunal de commerce de Lisieux, l’actionnaire chinois aurait brandi l’argument diplomatique pour régler l’affaire à l’amiable.

Le journal Ouest France rapporte que dans un e-mail envoyé le 20 avril à quelques journalistes ainsi qu’aux deux administrateurs judiciaires de l’entreprise et à un cadre de Plysorol, François Wu, le directeur général actuellement en séjour au Gabon, expliquerait que «notre dossier a été suivi en Chine à un très haut niveau. On demande au gouvernement français de faire une table ronde pour essayer de trouver une solution définitive avant que cela ne devienne une affaire diplomatique».

La cour d’appel de Caen a confirmé hier que l’actionnaire chinois avait bien fait appel de la procédure de redressement judiciaire, précisant toutefois que cette démarche n’était pas suspensive.

« Ils iront jusqu’au bout de ce dossier tant qu’ils auront des intérêts. Quoi qu’il en soit, la clé est au Gabon», estime maître Philippe Brun, l’avocat du Comité central d’entreprise.

Pour maître Brun, cette carte du repreneur chinois était prévisible. «On s’en est douté quand on a vu que l’État ne bougeait pas malgré ce qu’il se passait dans l’entreprise», explique-t-il.

Mais ce qui inquiète les salariés, c’est la possibilité d’un transfert des droits d’exploitation des concessions forestières du groupe au Gabon vers une autre filiale chinoise de Guohua Zhang, ce qui sacrifierait un possible redressement du groupe et partant plusieurs centaines d’emplois en France et au Gabon.

Le comité central d’entreprise avait affirmé il y a déjà plusieurs semaines, posséder des documents prouvant que la direction du groupe tentait de faire passer les droits d’exploitation des 600 000 hectares de forêt du groupe au Gabon à une autre filiale du repreneur chinois.

Mais de sources proches du dossier au Gabon, on expliqué que «tout est fait ici pour qu’il ne puisse procéder à aucun transfert des filiales Pogab et Leroy Gabon à d’autres sociétés. (…) Ils ont tenté de le faire toute la semaine dernière». Un communiqué est en effet paru le matin dans le quotidien national qui stipule que «toutes cessions de titres de sociétés LEROY GABON et POGAB, de même que toutes ventes d’actifs seraient susceptibles de faire l’objet d’actions en nullité».

L’actionnaire et le directeur général chinois sont actuellement au Gabon, où le vice-ministre chinois du Commerce et de la Coopération économique, Fu Ziying, est arrivé le 20 avril pour signer de nouveaux accords avec le gouvernement gabonais.
 


SUR LE MÊME SUJET
Football : la CAN, une arme diplomatique pour la Guinée équatoriale
Depuis le 21 janvier, la Guinée équatoriale et le Gabon accueillent la 28e édition de la Coupe d'Afrique des nations de football. Il s'agit d'une première pour ces deux états frontaliers d'Afrique centrale. Si le Gabon n'est bien sûr pas un modèle de démocratie avec la dynastie Bongo, qui détient le pouvoir depuis 1967, la Guinée équatoriale, peuplée selon les sources de 700 000 à 1 million d'habitants, est dirigée d'une main de fer, depuis un coup d'état en 1979, par le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Cette ancienne colonie espagnole dispose d'un relatif "anonymat" quant à sa situation politique, ...
Lire l'article
Après la mise en redressement judiciaire de Plysorol en France, ce sont les filiales gabonaises du groupe qui sombrent dans le malaise. Une trentaine d’employés de Leroy Gabon et Pogab ont séquestré les dirigeants de la société dans leurs bureaux le 12 avril dernier à Owendo, au Sud de Libreville. Les filiales gabonaises du groupe français Plysorol, ancien leader européen du contreplaqué, sont dans la tourmente depuis la mise en redressement judiciaire du groupe en France et les démêlés du repreneur chinois avec la justice gabonaise. Le 12 avril, une trentaine d'employés de Leroy Gabon et Pogab ont séquestré le ...
Lire l'article
Le géant français du contreplaqué a finalement été placé en redressement judiciaire ce 9 avril par le tribunal de commerce de Lisieux, ce qui devrait permettre d’assurer les salaires des employés qui n’ont pas été versés depuis mars dernier. Cette décision qui ouvre la porte aux repreneurs devrait également soulager les filiales gabonaises du groupe, POGAB et LEROY Gabon, qui accusent le coup à Libreville avec les démêlés judiciaire du repreneur chinois Guohua Zhang avec la justice locale. Les 450 employés de Plysorol en France peuvent souffler. Le placement en redressement judiciaire a été prononcé ce 9 avril à 13H00 ...
Lire l'article
L’industriel chinois Guohua Zhang, qui s’était porté acquéreur en avril dernier du leader français du contreplaqué Plysorol, a été interpellé le 25 mars à Libreville par les autorités locales pour faux, usage de faux et emploi de clandestins. En France, la société est sur le point s’être mise en redressement judiciaire et les employés accusent le repreneur chinois d’avoir monté une opération visant à mettre la main sur les concessions forestières du groupe au Gabon. Les employés du groupe Plysorol n’en ont pas fini avec le casse-tête chinois qui plonge la société dans le chaos depuis sa reprise il y ...
Lire l'article
La candidate indépendante Yvette Ngwévilo Rekangalt, figure de proue de la société civile gabonaise, était l'invitée le 19 août dernier de l’émission «Débat» de la RTG1, où elle a pu présenté les grands axes de son projet de société. Sur le volet économique, l'ex-cadre de Total Gabon a mis en avant l’industrialisation, qui doit permettre de diversifier l'économie nationale et rééquilibrer la balance commerciale du pays. La candidate de «la société civile», Yvette Ngwevilo Reckangalt, a été la première des trois femmes candidates à l’élection présidentielle du 30 août à prendre part le 19 août dernier au «Débat» ...
Lire l'article
La décision prise le 6 mai dernier à Paris par la juge d'instruction Françoise Desset de passer outre les recommandations du parquet en donnant le feu vert pour l'ouverture d'une enquête sur les biens détenus par trois présidents africains en France pourrait avoir de lourdes conséquences diplomatiques. La ministre française de la justice a refusé de se prononcer sur cette affaire, dont seul l'appel du parquet peut suspendre le processus qui met en péril les intérêts mutuels de ces pays. La ministre française de la Justice, Rachida Dati, a refusé ce 6 mai de se prononcer sur un éventuel appel ...
Lire l'article
Le porte- parole du ministère français des Affaires étrangères, Eric Chevallier, a dédramatisé, lundi, la tension diplomatique entre la France et le Gabon, estimant qu’il est dans l’intérêt mutuel des deux pays de poursuivre leur coopération. "Notre dialogue et notre coopération sont favorables à nos deux pays", a-t-il déclaré lors d’un point de presse. Le Parti démocratique gabonais (PDG, pouvoir) a demandé samedi une mise à plat des accords de coopération entre la France et le Gabon, jugeant inacceptable "la campagne orchestrée [en France] contre le Gabon et ses plus hautes autorités". "Nos relations avec le Gabon sont anciennes et couvrent un très ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l’Aménagement du territoire, Pierre Claver Maganga Moussavou, s’élève contre les attaques «récurrentes» perpétrées par les médias français à l’encontre du chef de l’Etat gabonais. Il a averti que la persistance de cette attitude pourrait amener les autorités gabonaises à appliquer le principe de réciprocité en n’arrêtant de protéger les intérêts français dans la presse locale comme le voudrait l’éthique diplomatique. Le climat se crispe entre Libreville et Paris, les autorités gabonaises accusant la presse française d'orchestrer une «campagne de dénigrement» à l'encontre du président Bongo Ondimba suite à la saisie de ses comptes ...
Lire l'article
Sévèrement indexée par les voyagistes africains réunis au sein de la Fédération inter-Etats des syndicats des agences de voyages et de tourisme de l'Afrique de l'Ouest et du Centre (FISAVET/AOC), Air France a affirmé que ce nouveau modèle économique (NME) calqué sur celui en vigueur en Europe, avait été décidé de concert avec la FISAVET et faisait l’objet d’un suivi mensuel. Le syndicat avait alerté de la fermeture de 70% des agences de voyages du continent et la suppression de 3000 à 5000 emplois si cette mesure était appliquée. Perplexité chez Air France qui parle d’un accord passé avec la ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba a eu un entretien jeudi avec le Secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant et le Secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, qui, à travers l’escale de Libreville, effectue sa première visite à l’étranger, une rencontre qui avait pour but d’aplanir les différends nés entre les deux pays, notamment après l’expulsion de deux étudiants gabonais de France et la campagne de presse lancée contre le président de la République, qui a déclaré au sortir de son entretien avec le chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba que « quelques nuages ont ...
Lire l'article
Football : la CAN, une arme diplomatique pour la Guinée équatoriale
Gabon : La crise de Plysorol frappe les filiales gabonaises
Gabon : Plysorol placé en redressement judiciaire
Gabon : Le repreneur chinois de Plysorol derrière les barreaux à Libreville
Gabon : Ngwevilo brandit l’industrialisation comme levier économique
Justice : Paris dégoupille une grenade diplomatique sur la Françafrique
France-Gabon: Paris minimise la tension diplomatique
Gabon : Maganga Moussavou brandit la réciprocité aux détracteurs français de Bongo
Gabon : Air France brandit la carte du NME aux voyagistes africains
Gabon – France : Le ciel diplomatique se dissipe


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Avr 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*