Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: le SMIG qui fait peur au secteur privé

Auteur/Source: · Date: 26 Avr 2010
Catégorie(s): Economie

Le gouvernement du Gabon a doublé le salaire minimum garanti. Le secteur privé est sommé de s’aligner.
La promesse électorale du président Ali Bongo Odimba s’est matérialisée. Le Gabon a doublé son SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) passé de 80 000 à 150 000 F CFA (306 dollars). Seuls en sont exlus le personnel des collectivités locales et le personnel domestique. Le secteur privé est invité fermement à s’aligner sur la nouvelle règlementation, selon les déclarations du ministre du travail, Maxime Ngozo Issondou. Parallèlement, les indemnités de transport des employés du privé ont été fixées à 35 000 F CFA, soit au même niveau que celui en vigueur dans le public. Ces mesures ont été annoncées lors du Conseil du ministre du 22 avril présidé par le Président.
En soi, ce nouveau SMIG est-il élevé ? Les chiffres ont tendance à répondre par la négative. Car, rapporté aux agrégats économiques du pays, ce nouveau salaire minimum équivaut à 3,2% du PNB/ habitant. A titre de comparaison, au Sénégal, le SMIG (72 dollars) représente environ 10% du PNB/hbt.
En Egypte, le salaire minimum qui est de 6,5 dollars (en intégrant les bonus et autres avantages, ce montant atteint 53 dollars), équivaut à 13% du PNB/habitant. En Europe, les ratios sont encore plus élevés avec un salaire minimum évalué à 26% du PNB/habitant en Espagne, 51% en France et 78% en Turquie.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le Représentant en Afrique centrale de la Banque Africaine de Développement, (BAD), Boubacar S. Traoré, a déclaré , lundi, au terme d'un entretien avec le premier ministre, que l’institution financière allait organiser , à Libreville, du 11 au 13 octobre prochain, un grand séminaire de financement des activités du secteur privé au Gabon. Pour Boubacar S. Traoré, ce séminaire vise à montrer à quel point la BAD veut soutenir les initiatives du Gouvernement dit de l’émergence tout en « conditionnant sa proposition » à ce que les autorités continuent à promouvoir les règles de bonne ...
Lire l'article
L’infirmier du dispensaire du village Dienga dans le département de la Boumi-Louétsi (sud), Jean Matapa perçoit un salaire de 18.000 FCFA depuis 18 ans de la part de son employeur, l’Assemblée départementale faisant fi de la loi fixant le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) à 80.000 FCFA. Cet infirmier embauché par l’Assemblée départementale de la Boumi-Louétsi n’a jamais vu son traitement salarial évolué malgré sa longue durée de service. Une situation similaire est également relevée au dispensaire de Sindara dans le département de Tsamba-Magotsi où un autre infirmier perçoit n salaire mensuel de 27.000 FCFA. Depuis mars dernier, le gouvernement a décidé que ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a fixé à 150.000Fcfa le Revenue minimum mensuel (RMM), au terme d’une réunion lundi avec les partenaires sociaux. Le Premier ministre, Paul Biyoghe Mba, qui recevait les partenaires sociaux, le patronat gabonais et les entités administratives impliquées dans le traitement des salaires, a expliqué, pendant la réunion, la position du gouvernement de porter à 150.000 Fcfa le Revenu minimum mensuel. Il a à cet effet précisé que cette décision ne concerne que le secteur public et parapublic. Elle prendra effet à compter de fin février 2010. Soulignons que cette mesure vient dissiper tout malentendu dans l’esprit de nombreux gabonais qui ...
Lire l'article
Annoncé durant la campagne présidentielle anticipée du 30 août 2009 le salaire minimum interprofessionnel garantie (Smig) passera à 150.000 dès février prochain a déclaré le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba le 18 janvier 2010. Cette mesure salutaire pour plusieurs travailleurs reste boudée quelque peu par de nombreux syndicalistes qui l’a trouve injuste du fait qu’elle ne s’applique qu’à ceux ayant un revenu inférieur à 150.000 fcfa. « C’est une instruction du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Plus personne ne sera désormais payé à moins de 150 000 FCFA dans l’administration publique et même dans le secteur parapublic et privé ...
Lire l'article
Gabon : Adieu le SMIG à 150 000 francs CFA
Plébiscitée comme l’une des promesses phares du candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) lors de la dernière campagne présidentielle, le passage du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) de 80 000 à 150 000 francs CFA, est tombé dans l’eau de boudin, après la sortie du chef de l’Etat qui a déclaré le 7 janvier qu’il n’a « jamais fait la promesse de rehausser le niveau du SMIG. » Il n’y aura pas de SMIG à 150 000 francs CFA, pas en tout cas au cours des sept prochaines années. Le chef de l’Etat a mis fin le 7 janvier ...
Lire l'article
A la faveur de la troisième et dernière journée des présentations de vœux du nouvel an au Président de la République, Ali Bongo Ondimba, ce jeudi, au Palais de la Présidence, le numéro un gabonais a reçu en première audience les représentants des collectivités locales, des confessions religieuses et des travailleurs de la présidence, auxquels il a fait la précision de n’avoir « jamais fait la promesse de rehausser le niveau du SMIG, a constaté GAGONEWS Dans le cadre du rituel, c’est à Monseigneur Basile Engone, Archevêque de Libreville, d’ouvrir le bal de la série d’allocutions ayant ponctué la cérémonie ...
Lire l'article
Le SMIG à 150 000 FCFA, l’une des promesses phares du président Ali Bongo lors de la campagne présidentielle et qui a suscité un immense espoir se fait toujours attendre. Sauf pour la Caisse de stabilité et de péréquation (CAISTAB) qui a décidé de matérialiser cette promesse électorale pour son personnel, sans que l’on sache si cette administration a compétence en la matière. Promis par le nouveau président Ali Bongo lors de la campagne présidentielle, le projet du relèvement du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) à 150 000 F CFA verra-t-il jour dans les mois à venir ? Si ni le ...
Lire l'article
En séjour à Libreville depuis quelques jours, une délégation de la Banque de développement des Etats d’Afrique centrale (BDEAC), conduite par son président Anicet Georges Dologuélé, a organisé le 21 mai dernier un atelier à l’intention des opérateurs économiques sur les possibilités de financement du secteur privé. Dans le cadre de la relance de ses lignes de crédits depuis 2003, la Banque de développement des Etats d’Afrique centrale (BDEAC) a mandaté une délégation dans la capitale gabonaise pour sensibiliser les opérateurs économiques du secteur privé sur l’accès au financement de la banque. A cet effet, la délégation, ...
Lire l'article
L’expert japonais, conseiller spécial du président auprès de Mitsubishi corporation, Masaki Miyaji, avec l’appui de sa représentation diplomatique au Gabon, a organisé et présenté jeudi à Libreville, une conférence de presse dont le thème s’articule autour de la question de « l’importance des investissements par le secteur privé » qui vient en appoint à la conférence ministérielle préparatoire à la Conférence de Tokyo pour le développement de l’Afrique (TICAD) qui s’est tenu, il y a deux semaines, à Libreville et dont la phase 4 se déroulera en mai prochain à Yokohama, ceci en vue d’amener les opérateurs économiques présents à ...
Lire l'article
Le conseiller spécial du président auprès de la société Mitsubishi Corporation, Masaki Miyaji, tient le 3 avril à l'hôtel Laico Okoumé Palace de Libreville une conférence sur "l'importance des investissements par le secteur privé" dans le but de faire profiter aux acteurs économiques gabonais l'expérience nippone dans le développement du secteur privé. Dans le cadre du suivi de la Conférence ministérielle préparatoire de la TICAD IV, une conférence sur "l'importance des investissements par le secteur privé" a été tenue le 3 avril à l'hôtel Laico Okoumé Palace par le conseiller spécial du président auprès de la société Mitsubishi Corporation, ...
Lire l'article
Un séminaire de financement des activités du secteur privé , en octobre prochain, à Libreville
Un infirmier rémunéré à 18.000 FCFA dans le département de la Boumi-Louétsi
Le gouvernement fixe le Revenu minimum mensuel à 150.000 FCFA dès fin février
Au Gabon le SMIG à 150.000 dès février 2010
Gabon : Adieu le SMIG à 150 000 francs CFA
Gabon: « Je n’ai jamais fait la promesse de rehausser le niveau du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) », Ali Bongo Ondimba
Gabon : Le SMIG à 150 000 FCA à la CAISTAB
Gabon : La BDEAC se positionne en partenaire du secteur privé
Gabon: Le japonais Masaki Miyaji traite de la question de « l’importance des investissements par le secteur privé »
Gabon : Le Japon propose son expertise au développement du secteur privé


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Avr 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*