Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Déclaration de l’Union Nationale (UN) Texte intégral

Auteur/Source: · Date: 1 Mai 2010
Catégorie(s): Politique

Le Gabon pour Tous

Déclaration du 30 avril 2010
L’actualité politique, économique et sociale du moment offre à l’Union Nationale l’opportunité de s’exprimer sur des points essentiels de la vie de la Nation.

S’agissant des calamités naturelles
Dans un style flagorneur, le communiqué final du Conseil des Ministres du 22 avril 2010 a salué la promptitude dans l’action d’Ali BONGO ONDIMBA, à la suite des dégâts causés par le violent orage qui s’est abattu le samedi 17 Avril dernier sur la Commune de Mouila, Chef-lieu de la province de la Ngounié. Ali BONGO ONDIMBA a fait annoncer le déblocage d’une importante somme d’argent d’un montant d’un 1 milliard de francs CFA par l’Etat gabonais, et d’un demi-milliard de francs CFA au titre de sa contribution personnelle, sur la base d’une évaluation à l’œil nu, dénuée de toute expertise nécessaire en de telles circonstances.

Un premier réflexe pourrait amener le citoyen gabonais à s’extasier devant ce qui peut apparaître comme un élan de bonté, de générosité… mais à y regarder de près, les premières réflexions entraînent la déception, voire l’irritation devant une tendance marquée du pouvoir à la duperie ainsi et à l’obscurantisme.

En effet, nous constatons que dans une affaire qui relève de l’action de l’Etat, Ali BONGO à lui tout seul donne la moitié de la contribution de l’Etat : Une somme d’un demi-milliard de francs CFA qui représente six mille deux cent cinquante fois le SMIG. Si Ali BONGO est capable de sortir un demi-milliard avec autant de facilité, nous sommes en droit de nous interroger sur l’étendue de sa fortune et le niveau de sa contribution fiscale, alors que dans le même temps notre pays enregistre, officiellement, plus de trois cent mille indigents croulant sous la misère la plus sombre.
De qui se moque le Pouvoir ? Déjà dans la nuit du 15 au 16 mars un violent orage s’est abattu sur Oyem.

Les premiers bilans qui en furent dressés faisaient état de 174 habitations ravagées, de plusieurs familles sans-abris dans les quartiers d’Akoakam, Angone, Adzougou, ou encore dans le centre-ville. Les camps de la Brigade de gendarmerie et de la police ont également été touchés, ainsi que l’école catholique Saint-Eloi, qui a dû annoncer l’arrêt momentané des cours, contraignant les élèves à suivre les enseignements dans des églises. Malgré le déplacement sur place du Ministre de l’Intérieur, les populations attendent toujours les mesures d’urgence annoncées par le gouvernement.

Notons au passage que Ali BONGO ONDIMBA n’a pas daigné se rendre à Oyem comme si, à ses yeux, Mouila comptait plus que oyem. C’est l’illustration de la politique de deux poids deux mesures, en violation du serment qui l’oblige a être juste envers tous les Gabonais. Voilà comment gouverne l’Etat PDG : diviser les Gabonais pour mieux régner.

En réalité, nous sommes face à une gouvernance peu orthodoxe, faite d’improvisation et caractérisée par la politique spectacle, à l’image de la descente démagogique, du chef du PDG à Akébé-Kinguélé prétendument destinée à l’ensemble de la population du quartier, alors que en réalité, il rendait visite à une famille amie endeuillée.

Comment peut-on en 2010 tenter de faire croire aux Gabonais, qu’en lieu et place d’une vraie politique sociale, les solutions à leurs problèmes passent par des dons de compatriotes dont les fortunes sont sujettes à caution ? Pourtant le gouvernement a un département social, un service public en charge des calamités… que font-ils Monsieur le Premier Ministre ?

Quelle arrogance, que de venir étaler en lieu et place de l’Etat tant de richesses personnelles devant des dizaines de milliers de Gabonais qui chaque jour ont le plus grand mal à se loger, à se nourrir et à se soigner !

L’Union Nationale observe, pour le regretter, que le PDG et Ali BONGO ONDIMBA ne veulent pas romprent avec la politique des dons prétendument personnels qu’ils font en réalité avec de l’argent public. L’Union Nationale s’étonne enfin que le généreux donateur n’ait révélé aucune identité, aucun montant et n’ait appliqué aucune sanction aux personnes auxquelles il aurait confié des fonds pour des réalisations à Kingélé. Cette curieuse abstention peut conduire à s’interroger la véracité de cette information.

S’agissant du Revenu Minimum Mensuel
La décision d’instituer un Revenu Minimum Mensuel, de porter ce revenu à 150.000 Fcfa, et de l’étendre au secteur privé, illustre, une fois de plus, l’amateurisme d’un gouvernement davantage soucieux de plaire, que de préparer l’avenir à travers une politique économique cohérente, réaliste, et porteuse de croissance.

Cette mesure illustre aussi de façon encore plus éclatante sa méconnaissance profonde des mécanismes de fonctionnement de l’économie réelle, et son mépris avéré du droit.

En s’attaquant avec autant de légèreté à un problème aussi délicat et aussi technique que celui des salaires, le gouvernement fait un bond dans l’inconnu et crée les conditions d’une spirale revendicatrice qui le conduira inévitablement à revoir toute la politique salariale du pays.

Par un effet de domino, les catégories se situant immédiatement au dessus de la tranche des salaires visée par la mesure vont obligatoirement demander qu’on revoit leur situation, ce qui, de proche en proche, conduira à une situation intenable pour les entreprises et socialement explosive. Si l’on considère le salaire-plancher actuellement versé par les entreprises affiliées à la Confédération Patronale Gabonaise (CPG) et qui s’élève à 96.000 F, l’augmentation proposée par Ali Bongo Ondimba appelle de la part de celles-ci un effort considérable de l’ordre de 56% sur les bas salaires. Ce qui est considérable et économiquement absurde.

Le fait d’exclure du bénéfice de la mesure toute une catégorie de travailleurs comme les agents des collectivités locales et les personnels de maison, viole le principe d’égalité entre les Gabonais. Cette mesure illustre, enfin, l’ignorance de ce pouvoir des véritables préoccupations des Gabonais.

En effet, le gouvernement confond accroissement des salaires et augmentation du pouvoir d’achat. L’accroissement des salaires ne vaut pas automatiquement augmentation du pouvoir d’achat dans la mesure où il influe mécaniquement sur les prix. Surtout dans une économie structurellement inflationniste comme la nôtre.

Après avoir sinistré la filière forestière avec la fameuse décision d’interdiction d’exportation des bois en grumes contre l’avis de tous les experts, y compris ceux du gouvernement, et dont les conséquences néfastes se font déjà sentir dans ce secteur stratégique de l’économie nationale, voilà que le gouvernement nous annonce un Revenu Minimum Mensuel plafonné à 150.000 Fcfa, sans études d’impact préalables pour en déterminer le coût et les modalités de mise en œuvre, ni concertation avec les entreprises qui seront, une fois de plus, obligées de mettre la main à la poche et dont certaines ont déjà connu la faillite.

L’Union Nationale s’étonne, au passage, du silence de la Confédération Patronale Gabonaise (CPG), qui ne s’est exprimée ni sur la mesure d’interdiction d’exportation des bois en grumes, ni sur la journée continue et encore moins sur l’instauration du Revenu Minimum Mensuel.

Certes, il est de la responsabilité d’un gouvernement, surtout s’il en a les moyens, de procéder comme bon lui semble à l’augmentation des salaires des agents du secteur public. Mais, l’extension d’une telle mesure au secteur privé, où les salaires sont habituellement définis, dans le cadre des conventions collectives, en fonction de la productivité du travail, de la qualification des travailleurs et de la santé financière des entreprises aura forcément des répercussions mécaniques sur l’économie de notre pays.

Contrairement à ce qu’estime le gouvernement d’amateurs, l’Union Nationale affirme que l’instauration du Revenu Minimum Mensuel ne se traduira pas par une amélioration du pouvoir d’achat des populations.

En effet, outre le fait que cette mesure est en contradiction avec la volonté affirmée du gouvernement d’assainir les finances publiques, notamment par une meilleure maîtrise de la masse salariale, le Revenu Minimum Mensuel nuira à la compétitivité des entreprises et aggravera le chômage, sans parler des tensions inflationnistes qui en découleront mécaniquement et qui réduiront à néant les effets attendus de la mesure.

Le bien être des populations ne peut se concevoir comme le pense naïvement le gouvernement d’amateurs en terme d’accroissement des salaires. Si le bien être des populations était la préoccupation du gouvernement, le bon sens et la logique économique auraient été d’alléger leurs dépenses d’alimentation, de logement et de santé, qui plombent leurs revenus.

Aujourd’hui, très peu de Gabonais bénéficient de la protection sociale qui ne concerne que les employés du secteur privé, soit à peine 20% de la population active. Quant à la Fonction publique, bien que théoriquement les fonctionnaires bénéficient des prestations sociales, la protection se limite aux pensions dont les montants restent dérisoires à la fois par rapport à leurs revenus en activité et par rapport au coût de la vie.

Enfin le gouvernement ne dit rien ni sur le coût total de cette mesure ni sur les aides prévues pour les entreprises pour opérer les ajustements qu’elle entraînera dans leur trésorerie.

Sur la transparence électorale

Après le hold up électoral du 03 septembre 2009, le pouvoir illégitime d’Ali Bongo Ondimba s’ingénie une fois encore, à organiser la fraude pour les élections partielles du 06 juin prochain. Des manœuvres visant à modifier la liste électorale du 30 août 2009 sont en cours. Il s’agit pour le PDG et ses nouveaux alliés de la Majorité dite républicaine de remplacer certains électeurs de l’opposition par des éléments des forces de sécurité et de défense favorables au pouvoir.

De telles pratiques montrent à l’évidence le peu d’intérêt que les dirigeants actuels accordent à nos lois et règlements et surtout leur refus d’organiser des élections libres et transparentes.

Le renforcement de la démocratie et l’Etat de droit passe obligatoirement par :

• L’introduction des données biométriques dans le traitement du fichier électoral;
• La mise à plat du fichier électoral et sa gestion par une commission électorale revue et corrigée ;
•Le recentrage des compétences de la Cour Constitutionnelle qui a brillamment montré ses limites en matière électorale.

Pour l’Union Nationale, les législatives de 2011 devront être organisées sur la base de ces réformes.
Pour l’heure, l’Union Nationale affirme qu’elle n’acceptera pas d’autre fichier électoral que celui de la dernière présidentielle. L’Union Nationale met en garde le gouvernement contre les pratiques de certains hauts responsables de l’Etat qui préparent des milices pour perturber le bon déroulement du scrutin.

L’Union Nationale appelle ses militants et sympathisants à la mobilisation lors des prochaines élections partielles pour confirmer leurs votes du 30 août 2009 en faveur du changement véritable.
Je vous remercie.
 


SUR LE MÊME SUJET
« En date du 09 novembre 2010, la Cour de cassation Française a rendu une décision, annulant un arrêt de la Cour d’appel de Paris, rendu en mai 2009 et ayant conclu au rejet de la demande de l’organisation Transparency International dont la Cour d’appel avait estimé, à juste titre, qu’elle n’avait aucun intérêt juridique pour agir en la matière. Cette décision, d’une rare gravité, ne saurait laisser sans réaction, tous ceux qui sont attachés aux principes d’une société internationale organisée sur la base du respect du droit international et de la souveraineté des Etats. En effet, en décidant que les ...
Lire l'article
Le président de la République, chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, à l’instar de plusieurs de ses homologues venus du monde entier, a prononcé, mardi, devant la 65ème Assemblée générale de l’ONU, un discours dans lequel il aborde de « réelles avancées » enregistrées notamment au Gabon dans la mise en œuvre des objectifs du millénaire pour le développement (ODM) mais aussi lance un appel à la mobilisation des ressources suffisantes avant l’échéance de 2015, qui, pour « beaucoup de pays, dont le Gabon, demeure un défi difficile à relever dans un environnement économique et financier défavorable ...
Lire l'article
Déclaration de l'Union Nationale Libreville, le 13 Août 2010 Un officier général des forces de sécurité et de défense risque d'être présenté dans les tout prochains jours devant la Cour de sûreté de l'Etat pour répondre des accusions qui sont retenues contre lui. Il s'agit du général NTUMPA LEBANI, ancien Secrétaire général du Conseil national de sécurité, incarcéré depuis plus de 9 mois à la prison centrale de Libreville, malgré les nombreuses démarches entreprises par sa famille. Lors de son arrestation, il n'a opposé aucune résistance. Il n'en a pas moins été envoyé dans les geôles et y est maintenu ...
Lire l'article
L'actualité de ces derniers jours amène l’Union Nationale, après analyse minutieuse, à faire la déclaration suivante :L’Union Nationale tient à rappeler au peuple gabonais que Ali Bongo Ondimba, dans sa volonté de vouloir mystifier l’opinion qui commençait à s’interroger sur les capacités réelles des nouveaux dirigeants à conduire les affaires du pays, s’était engagé à dresser le premier bilan de l’action gouvernementale à la date butoir du 1er juillet 2010. Alors que les Gabonais restent dans l’attente de ce bilan, le gouvernement, après avoir évoqué la fumeuse théorie du « retard utile », se lance dans une campagne de désinformation et ...
Lire l'article
A la faveur de sa première visite au Gabon, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon, avait prononcé le 1er juillet 2010 à Libreville, devant l’assemblée nationale lors d’une session spéciale, une allocution dont voici l’intégralité. TEXTE INTEGRAL « ALLOCUTION PRONONCÉE DEVANT L'ASSEMBLÉE NATIONALE GABONAISE Libreville, le 1er juillet 2010 Monsieur le Président d’Assemblée Nationale, Madame la Présidente du Sénat, Honorables parlementaires, Excellences, Mesdames et Messieurs, Bon après-midi. Merci de votre accueil chaleureux. Quel plaisir pour moi de me trouver dans votre beau pays, le Gabon... Comme nous le disons, le Gabon émergeant! J'ai gardé de très bons souvenirs de mon premier passage à Libreville, il y a 15 ...
Lire l'article
Depuis sa création, l’Union Nationale s’attelle à exercer son rôle d’opposition en procédant, chaque fois que de besoin, à l’analyse critique de la situation politique et des grandes questions d’actualité nationale et internationale. Cette posture n’a rien d’extraordinaire en démocratie. L’Union Nationale s’étonne de ce que les responsables du PDG et du Gouvernement s’en offusquent ; ce qui administre la preuve de la médiocrité de leur niveau de culture démocratique et politique. En réponse à des analyses argumentées, le pouvoir brille par l’invective, l’insulte et la menace. Que cache cette triste attitude ? En réalité cette attitude vise à empêcher ...
Lire l'article
A travers une déclaration officielle dont GABONEWS vous propose l’intégralité via la copie parvenue à sa rédaction, le Parti Démocratique Gabonais (PDG), a réagi, ce jeudi, à la déclaration faite par l’Union Nationale à propos de l’interview d’André Mba Obame accordée au journal français « l’Express » et ayant suscité un tollé de réactions d’indignation du côté des autorités administratives et de soutien dans les rangs de l’opposition en général. TEXTE INTÉGRAL « DÉCLARATION DU PARTI DÉMOCRATIQUE GABONAIS (PDG) les récentes déclarations irresponsables faites par Monsieur André Mba Obame à l’hebdomadaire français « l’Express » envisageant un coup d’Etat à la ...
Lire l'article
L’Agence de presse GABONEWS livre dans son intégralité le texte lu par madame Angèle Ondo, Chargée de la Communication, Porte-parole du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), rendant public le nom de la personnalité devant défendre les couleurs de la formation de feu Bongo Ondimba à la prochaine élection présidentielle anticpée. « Le bureau politique s’est réuni ce jour, mercredi 15 juillet 2009 à 15 heures à la Cité de la démocratie sous la présidence du camarade Antoine Depadou Mboumbou Miyakou, vice président du parti et en présence de tous les vice- présidents. A l’ouverture des travaux, ce bureau politique a ...
Lire l'article
Le président de la République gabonaise par intérim, Rose Francine Rogombé, dans son adresse ce samedi soir, au peuple gabonais, via les antennes de la Première chaine de télévision nationale (RTG1), au lendemain de la formation d’un nouveau gouvernement devant conduire la transition, en vue de l’aboutissement à l’élection présidentielle après le décès du chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba, a indiqué que sa « volonté » et sa « détermination sont d’agir dans la continuité ». Texte intégral « Gabonaises, Gabonais, Mes chers compatriotes. Dans la vie des Nations, il y a des moments qui prennent une part décisive dans le destin des ...
Lire l'article
Au détour d’une réunion organisée actuellement au sein d’une Commission ad hoc, la Commission des Lois, des Affaires administratives et des Droits de l’Homme de l’Assemblée nationale a rouvert, mercredi, l’examen interrompu avant l’intersession parlementaire, sur la proposition de loi controversée de Pierre Mamboundou (UPG, opposition), député de la Dola (Ndéndé), relative à la protection des personnes physiques à l’égard des traitements des données à caractère personnel.
Lire l'article
« Bien mal acquis » : le Parti démocratique gabonais dénonce (Texte intégral)
Discours du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba à l’ONU (TEXTE INTEGRAL)
Gabon : Déclaration de l’Union Nationale
Gabon : Déclaration de l’Union Nationale du 23 juillet 2010
Allocution du secrétaire général de l’ONU à l’assemblée nationale gabonaise (TEXTE INTEGRAL)
Déclaration de l’Union Nationale
Le Parti Démocratique Gabonais (PDG) réagit à la Déclaration de l’Union Nationale à propos de l’interview d’André Mba Obame accordée à « l’Express »
Gabon: Texte intégral rendant public la candidature de Ali Bongo Ondimba
Gabon: Message du Président de la République gabonaise par intérim, Rose Francine Rogombé (Texte intégral)
Gabon: Assemblée nationale / Biométrie: une Commission ad hoc se penche sur un texte de Pierre Mamboundou (UPG, opposition)


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 1 Mai 2010
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon : Déclaration de l’Union Nationale (UN) Texte intégral

  1. Pingback: Tweets that mention Gabon : Déclaration de l'Union Nationale (UN) Texte intégral - BDP Gabon Nouveau -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*