Socialisez

FacebookTwitterRSS

Scandale au Gabon: Les 7 millions d’euros maltais d’Omar et Ali Bongo

Auteur/Source: · Date: 5 Mai 2010
Catégorie(s): Editoriaux,Photos,Politique,Révélations

Quelques mois seulement après que le Congrès américain avait épinglé Ali Bongo et son défunt père Omar Bongo pour une affaire de détournement et de blanchiment d’argent volé, voilà que l’affaire rebondit, cette fois du côté de Malte, où le gouvernement maltais vient de dénicher 7 millions d’Euros dissimulés sur un compte dans ce pays par Bongo père et fils.

Outre, donc, les 70 comptes de la famille Bongo dénichés en France par la justice française en 2009, c’est à un véritable réseau de comptes emplis d’argent gabonais détourné par les Bongo que l’on a désormais affaire. De New York à Paris, de Paris à Monaco (où deux  comptes à la Banque populaire de la Côte d’azur et à la banque Pasche  contenant 2,4 millions d’Euros –soit 1,7 milliards de CFA—et appartenant à Edith Lucie Bongo, feu l’épouse de  feu le dictateur Omar Bongo, ont été découverts), en passant par Malte et Beijing, la galaxie financière des Bongo est immense et tentaculaire.

Une galaxie financière faite non pas d’argent produit par le dur et honnête labeur, mais d’argent volé au peuple gabonais. Ces détournements par le défunt président gabonais et son fils apparaissent comme une ironie, surtout quand on sait ce qu’Omar Bongo, dans son “Petit Livre Vert” de l’époque où il faisait dans la propagande imbécile inspirée des pays communistes, disait de ce genre de comportements: “l’argent gagné malhonnêtement est un venin”, avait-il l’habitude de scander tous les matins à la radio. Ce qui est sûr c’est qu’Omar Bongo n’est pas mort de remords ni de … venin.

La chronologie de cette affaire de détournements montre une implication directe du Président gabonais actuel, Ali Bongo Ondimba. En voici le sommaire :

Jeudi 5 février 2010: Outre les détournements liés aux affaires familiales des Bongo aux Etats-Unis qu’il étale au grand public, avec notamment la confirmation de l’affaire des 25 millions de dollars donnés en cadeau par Ali Bongo à son ancienne épouse Inge Lynn Collins Bongo en 2006 pour s’acheter une villa dans le quartier sélect de Malibu aux abords de Los Angeles, ou même les 130 millions de dollars (66 milliards de FCFA) épinglés sur un compte d’Omar Bongo à la CITIBANK de New York par le Sénat américain en 1999, un nouveau rapport du même Sénat en 2010 fait une analyse accablante des “opérations financières douteuses qui auraient été menées aux Etats-Unis en 2006 par l’ancien président gabonais Omar Bongo, aujourd’hui décédé, et par des membres de sa famille, dont son fils Ali, qui lui a succédé” (AFP).

Selon toujours l’AFP, « le document de 330 pages publié ce jeudi 05 février 2010 indique que l’ancien président et son fils, alors ministre de la Défense, ont déboursé 18 millions de dollars pour s’offrir les services d’un lobbyiste américain Jeffrey Birrell. Leur but: acquérir six véhicules blindés et six avions militaires C-130. » 18 millions de dollars, c’est près de 9 milliards de FCFA. L’affaire remontait à 2006 et aurait pu rester inconnue si le Congrès américain ne s’en était pas mêlé.

Dimanche 2 mai 2010: L’affaire rebondit. On apprend d’un journal maltais, Malta Today, que le Ministre des finances maltais aurait lancé une enquête sur les avoirs d’Omar Bongo dans un compte que le gouvernement maltais vient de découvrir à la Fimbank. Et comme pour bien montrer à quel point Omar Bongo se confondait à l’Etat gabonais, le compte supposé appartenir à l’Etat gabonais avait, bizarrement, comme bénéficiaire et ayant droit, un certain “S.E. Omar Bongo Ondimba” (H. E. Omar Bongo Ondimba) qui, à son tour, devait passer par son contact parisien, en la personne de François Meyer, avocat.

Cette affaire éclabousse de nouveau Ali Bongo parce que les 7 millions d’Euros en cause sont le “reliquat” des 18 millions de dollars (14 millions d’Euros) qu’Omar Bongo et Ali Bongo avaient fait transférer dans les comptes américains de Jeffrey Birrell pour s’acheter ses services de lobbying dans le cadre de leur tentative d’acquérir six véhicules blindés et six avions militaires C-130 pour le compte, soi-disant, de l’armée gabonaise. Mais, l’affaire n’ayant apparemment pas abouti, les 14 millions d’Euros se sont bizarrement volatilisés, ne laissant qu’une trace d’un million de dollars payés à Birrell en 2006 pour ses “bons et loyaux services” et, maintenant, les 7 millions d’Euros que l’on vient de découvrir à Malte,  y dissimulés, de toute évidence, par Ali Bongo et son papa.

Le rôle de Birrell, comme l’avait bien expliqué le Sénat américain, était de recevoir, en les comptes de sa compagnie aux Etats-Unis, les 18 millions de dollars et autres versements devant servir dans le cadre des procédures accompagnant l’achat du matériel militaire. Il lui appartenait par la suite, une fois l’argent reçu, de le distiller sur des comptes additionnels aux Etats-Unis et dans le monde selon les directives d’Ali Bongo et de son père.

Birrell, selon Malta Today, avait en effet pu obtenir l’autorisation du gouvernement américain pour l’achat des fameux véhicules et avions militaires de seconde main auprès du gouvernement d’Arabie Saoudite, mais après que le deal avait échoué, il ne restait plus des 18 millions de dollars que 9,2 million (7 millions d’Euros) que Birrel transféra, non pas sur un compte au Gabon, mais sur un compte … maltais. On n’entendit plus parler de cet argent jusqu’à la semaine dernière où le gouvernement de Malte décida d’aller fouiner dans les affaires tordues des Bongo sur l’Ile.

Les transactions d’Omar Bongo et de sa famille, semble-t-il, obéissaient toujours aux mêmes procédures douteuses. C’est d’ailleurs ce qui a poussé le Sénat américain à conclure que “ces transactions doivent êtres vues comme suspectes car elles ont permis au président Omar Bongo de détourner des sommes considérables du Gabon et de les faire passer par les circuits internationaux de transfert d’argent [avec pour effet de les blanchir] vers des comptes pas directement associés à lui, rendant ainsi difficile toute traçabilité des mouvements de ces fonds, notamment de ceux transitant par les Etats-Unis avant d’aller vers leurs destinations finales.”

Vu qu’Ali Bongo, en tant que Ministre de la défense, était directement impliqué avec son père dans l’achat des fameux véhicules et avions militaires d’occasion, il était forcément au courant de la destination finale des 7 millions d’Euros de reliquat. Il sait aussi, forcément, la destination des autres 6 millions d’euros évaporés.  Bongo père et Bongo fils se retrouvent ainsi non seulement complices dans une affaire de détournement d’argent public, mais également au centre d’une filière de blanchiment d’argent tiré du trésor public gabonais avec la ferme et évidente intention de le détourner vers un usage personnel et familial.

A y lire de près, le type de transactions incriminées ici était commun dans la galaxie des Bongo. On faisait semblant de sortir de l’argent du trésor public pour financer à l’international des projets aux apparences légitimes, mais on faisait par la suite sciemment échouer ces affaires pour créer la confusion et ainsi justifier l’évaporation de l’argent qui était alors tout simplement redirigé vers des comptes personnels ou familiaux, au travers justement d’intermédiaires comme les lobbyistes américains Jeffrey Birrell ou Jack Abramoff, ou alors des juristes ou avocats français tels François Meyer.

La culture de la corruption et des détournements est si généralisée au Gabon qu’elle engouffre près de la moitié du budget de l’Etat. Par ailleurs, tout l’appareil étatique étant fait d’emplois politiques au bénéfice du parti au pouvoir, c’est à un vrai système de parti-Etat que l’on a affaire au Gabon, avec comme coût ultime une masse salariale exagérément élevée pour un petit pays d’à peine un million d’habitants. La famille Bongo en est le plus grand bénéficiaire. De plus, Omar Bongo exerçait une véritable politique d’extorsion à l’encontre des compagnies pétrolières ou autres souhaitant s’investir au Gabon. D’où les 50 millions d’Euros (33 milliards de FCFA) que la compagnie Elf était obligée de lui verser à titre personnel chaque année en échange du droit d’exploiter du pétrole en terre gabonaise.

Au vu de l’implication d’Ali Bongo auprès de son père au cours de sa dernière décennie de règne, surtout dans un contexte de plus en plus marqué par l’anticipation de l’après-Bongo, il y a fort à parier que celui qui se dit aujourd’hui le promoteur d’un « Gabon émergent » devra, au préalable clarifier son implication dans les activités scabreuses qui le situent aujourd’hui au sein d’un scandale qui, dans un pays de moralité et de droit, aurait dû mener soit à sa démission immédiate, soit à sa destitution par le Parlement. Mais au pays des Bongo, la loi c’est le président, et dans l’idée d’émergence que promeut le dictateur émergent du Gabon, il n’y a aucune place pour la moralité, encore moins pour les principes d’état de droit qui se doivent de protéger la cité de telles malversations. Quand un pays a à sa tête un président criminel agissant en toute impunité, c’est la porte ouverte à la loi de la jungle. Il ne peut, dans ce contexte, y avoir aucune émergence pour le Gabon. Or, dans un état de droit, de tels scandales auraient dû, en amont, empêcher un criminel de se porter candidat à la présidence de la république.

Ali Bongo Ondimba est arrivé au pouvoir suite à des fraudes massives qui l’ont vu succéder à son père dans un Gabon où l’exercice du pouvoir présidentiel semble être devenu une affaire familiale et la prérogative des Bongo seuls, ce qui fait désormais de ce pays une quasi monarchie. Omar Bongo avait régné sur le Gabon pendant près de 42 ans. Il est officiellement décédé le 8 juin 2009 dans un hôpital espagnol, mais des doutes subsistent qui font état d’une machination par laquelle le régime aurait caché la date du vrai décès du dictateur qui serait survenu, selon des sources anonymes, le 6 mai 2009, soit un mois plus tôt.

Par Daniel Mengara
Source: “Bongo Doit Partir”, http://wwww.bdpgabon.org.

Modifié le 5 mai 2010 à 9h00 (Heure de New York)


SUR LE MÊME SUJET
Les états spéciaux d’arrondissement, ces éléments du budget communal que gèrent les maires d’arrondissement, vont passer à Port-Gentil de 45 millions à 250 millions, rapporte le correspondant de l’AGP. L’annonce en a été faite lundi, par le maire de la capitale économique, Bernard Apérano, au cours de la session budgétaire du conseil municipal de Port-Gentil. Jusque là plafonnés à 45 millions par arrondissement, ces états spéciaux, dont les maires d’arrondissement sont les ordonnateurs délégués, étaient jugés insuffisants par ces derniers et ne leur permettaient pas de mener dans l’arrondissement la politique de proximité qu’ils auraient souhaité conduire. En octroyant 250 millions à ...
Lire l'article
Selon un article du Canard Enchaîné du mercredi 26 mai 2010 et intitulé Ali Bongo bien plus fort que papa, l’Etat gabonais a payé 100 millions d’euros pour s’offrir un pied-à-terre parisien. Cette somme devrait augmenter, l’immeuble en question (un hôtel particulier sis rue de l’Université dans le VIIe arrondissement) devant être rénové. Comme l’écrit Le Canard : "A l’arrivée, la facture devrait largement excéder cette centaine de millions puisque le Gabon achète aussi l’immeuble mitoyen pour y loger des bureaux et une partie de l’ambassade", des dépenses estimées à "un peu plus de 3% du budget gabonais." Au départ, c’est ...
Lire l'article
Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba a décidé d’allouer 200 millions de FCFA à la ville d’Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem (nord) afin d’améliorer le service de transports dans cette localité, a annoncé vendredi, le porte-parole de la présidence, Guy Bertrand Mapangou, faisant le point des activités hebdomadaire du chef de l’Etat. Selon M. Mapangou, cette allocation est destinée aux jeunes gabonais et gabonaises exerçant déjà dans cette filière et à ceux qui désirent entreprendre dans celui-ci. Pour cette catégorie a précisé, le porte-parole de la présidence, le gouvernement prendra immédiatement en charge les frais de formations de ces jeunes ...
Lire l'article
Le gabonais Philibert Andzembé sera maintenu au poste de gouverneur de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC), en dépit de son rappel par le Gabon après la découverte de malversations et d'importantes pertes, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. "Le comité des ministres des Finances (de la sous-région) a décidé mercredi lors d'une réunion à Douala (sud-Cameroun) de maintenir Philibert Andzembé au poste de gouverneur (de la BEAC) jusqu'au mois de novembre" et le sommet des chefs d'Etat de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cémac) à Bangui, a affirmé à l'AFP un responsable du ministère camerounais des ...
Lire l'article
Voici, heure par heure, jour par jour, le récit complet des péripéties politiques du Dr. Daniel Mengara lors de son séjour à Libreville du 20 au 25 juillet 2009, notamment Ali Bongo a organisé la séquestration de l'opposant Daniel Mengara à Libreville aux fins d'exiger de lui une rencontre. Il est à rappeler que Daniel Mengara s'était rendu au Gabon pour se recueillir sur la tombe de sa mère décédée le 4 juillet dernier, et en même temps finaliser son inscription comme candidat à l'élection présidentielle du 30 août 2009. Lundi 20 juillet 2009 : le Dr. Daniel Mengara et sa ...
Lire l'article
Les chiffres dans l'affaire des « biens mal acquis » (lire encadré) sont impressionnants. Entre 105 et 180 milliards de dollars (75 à 130 milliards d'euros) ont été détournés par une trentaine de dictateurs, selon le rapport du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) publié hier, intitulé « Biens mal acquis, à qui profite le crime ? ». Au « palmarès » des dirigeants ayant détourné le plus d'argent figurent l'Irakien Saddam Hussein (entre 7,2 et 28,8 milliards d'euros), le dernier chah d'Iran, Mohammed Reza Pahlavi (25,2 milliards), le dictateur indonésien Suharto (entre 12,6 et 25,2 milliards), ...
Lire l'article
Le commissaire général du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CENAREST), Daniel Franc Idiata a annoncé vendredi à Libreville, la création du prix Omar Bongo Ondimba pour la recherche scientifique et technologique doté de 50 millions de FCFA. Ce prix a été mis en place pour louer les efforts consentis par le président gabonais pour la promotion de la recherche scientifique, a indiqué M. Idiata, à l’occasion de la mise en place du comité national d’éthique. Le commissaire général de la principale structure de recherche scientifique et technologique du Gabon, tout en reconnaissant l’attention du gouvernement pour la recherche a ...
Lire l'article
La Feuille de route 2008 du gouvernement, dont copie a été transmise à la Rédaction de GABONEWS, présentée par Eyéghé Ndong aux parlementaires, jeudi après-midi, dans laquelle sont déclinées les actions prioritaires et immédiates qu’entend mener son cabinet, d’ici la fin de l’année en cours, prévoit environ 2363.928 millions pour le fonctionnement de l’ensemble des différents départements ministériels et 1117.721 millions d’investissements dans lesquels une part est réservée aux « secteurs sensibles » des Travaux publics, de l’Education et de la Santé. En effet, pour le compte des investissements prévus, le ministère des Travaux publics, des Infrastructures et de ...
Lire l'article
Gabon – France : Scandale des Biens Immobiliers d’Omar Bongo en France : Le BDP-Gabon Nouveau Condamne le Dépeçage du Gabon et Demande la Destitution Immédiate du Dictateur
Communiqué de Presse, pour diffusion immédiate Lettre distribuée au Gabon à : Ambassades : USA, France, Afrique du Sud, Union Européenne Institutions Gabon: Sénat, Assemblée nationale, Court constitutionnelle, Ministère de l'intérieur Médias : L'Union, Le Nganga, Gabonews, RFI, AFP, BBC, Voix de l'Amérique, etc. Lettre Ouverte et Déclaration du BDP-Gabon Nouveau Mesdames et Messieurs, chers compatriotes. Le BDP-Gabon Nouveau tient absolument à se distancer de l'appel à une « solidarité citoyenne » mal placée, grossièrement amplifiée et inexplicablement exigée par les autorités politiques gabonaises suite à la publication par le journal LE MONDE des investigations menées en France par l'Office Central pour la Répression de la Grande ...
Lire l'article
Les budgets d’arrondissement passent de 45 millions à 250 millions à Port-Gentil
Ali Bongo : pour lui l’Etat gabonais investit 100 millions dans un hôtel particulier à Paris
Ali Bongo Ondimba alloue 200 millions de FCFA à la ville d’Oyem pour améliorer les transports
Bongo Doit Partir
Scandale à la BEAC: le gouverneur reste en place jusqu’en novembre
Chronique d’un Scandale Politique au Gabon : Comment Ali Bongo a organisé la Séquestration de l’opposant Daniel Mengara à Libreville
Le scandale des « biens mal acquis » perdure
Gabon: Le commissaire général du CENAREST crée le prix Omar Bongo Ondimba pour la recherche scientifique doté de 50 millions de FCFA
Gabon: Le gouvernement présente la Feuille de route / budget: 1117.721 millions pour les investissements et 2363.928 millions pour le fonctionnement
Gabon – France : Scandale des Biens Immobiliers d’Omar Bongo en France : Le BDP-Gabon Nouveau Condamne le Dépeçage du Gabon et Demande la Destitution

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (9 votes, moyenne 4,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Mai 2010
Catégorie(s): Editoriaux,Photos,Politique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

7 Réponses à Scandale au Gabon: Les 7 millions d’euros maltais d’Omar et Ali Bongo

  1. OVAMBO

    4 Juin 2010 a 06:04

    Les Africains préfèrent se noyer en méditerranée au lieu de se révolter contre leurs potentats.
    Le problème africain est ethnique, car l’africain soutiendra obstinément le président s’il est de son ethnie et même si lui même vit dans la pauvreté absolue.
    Il trouvera une sorte de “fierté” que c’est un membre de son ethnie qui est au pouvoir.
    Il trouvera des circonstances atténuante à ses pires crimes.
    Si la traite occidentale a durée 350 ans et la traite orientale 1300 ans, les Africains ne sont pas innocents dans ce crime.

  2. OVAMBO

    4 Juin 2010 a 05:37

    Ce n’est qu’un scandale de plus dans la galaxie Bongo.
    Récemment le “gouvernement” Gabonais a fait l’acquisition d’un hôtel particulier à Paris pour la somme de 100 millions d’euros, pour soi-disant accueillir les personnalités gabonaises de passage à Paris.
    Le Gabon, pays où plus de 60% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, achète un hôtel particulier à Paris, alors que les USA première puissance du monde n’oserait jamais faire une telle acquisition scandaleuse et onéreuse.
    Comme explique Daniel Etounga Manguelle dans son livre “L’Afrique a-t-elle besoin d’un programme d’ajustement culturel “, l’absence de tradition de révolte organisée chez l’africain permet ce genre de dérive de la part des despotes au pouvoir.
    Ailleurs, en Asie ou en Amérique du sud, il y a longtemps que les Bongo seraient en fuite.
    En Afrique, on se contente de gémir sans réagir.

  3. Pirhana

    22 Mai 2010 a 18:07

    Les Bongos doivent partir. Ces salauds ont detrouuser le le pays, trop c’est trop.

  4. moi meme

    20 Mai 2010 a 16:12

    cessez de pleurnicher car vos lamentations ne serviront à rien et en plus ne changeront rien.

  5. Mengue Me Nzome , Marie-Claire

    13 Mai 2010 a 07:19

    Je souhaite que tout ce argent soit rendu au gabonais du moins après la dynastie “bongo” , car il serait inutile de rammener cet argent pendant qu`ali et sa dite soeur seraient encore vivants . La suisse a décidé de rendre au peuple haiitien l`argent des tontons maquoutes que ces derniers avaient dissimulé dans les banques elvétiques . Mais que l`argent gabonais ne soit pas rendu qu`après une catastrophe naturelle .
    Et nous qui sommes à l`étranger , que pouvons nus faire de cette situation ???
    C`EST HONTEUX ET REVOLTANT !!!! ….

  6. Truth

    10 Mai 2010 a 07:24

    Ce truand n’a jamais ete elu… Il s’est imposer par la force.

  7. LaVerite

    5 Mai 2010 a 16:03

    Ali Bongo est un truand de premier ordre. Comment a-t-on pu élire un truand à la tête d’un état?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*