Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : «Il faut laisser le temps au temps, et à la machine de se mettre en place» (Didier Lespinas)

Auteur/Source: · Date: 10 Mai 2010
Catégorie(s): Economie

La première session du Conseil Franco-Gabonais des Affaires s’est tenue à Libreville ce lundi 10 mai à la Chambre de commerce de Libreville. Elle a été recommandée par le “Plan d’action pour la mise en œuvre d’un partenariat stratégique entre la République gabonaise et la République française (2010-2014) ” signé le 24 février lors de la visite du président français au Gabon. A l’issue de cette 1ère session, le représentant des investisseurs français au Gabon, Didier Lespinas, a accordé une interview à Gaboneco.com. Il brosse le menu de la rencontre, le traitement prochain de la dette intérieure et confirme l’échéance gouvernementale minimale de 20 ans pour la construction des infrastructures préconisées pour l’émergence.
Vous êtes le représentant des investisseurs français au Gabon ?

«Oui, j’étais positionné comme tel dans le cadre de cette importante réunion de lancement du Conseil franco-gabonais des affaires. En fait, je suis le président de la section des conseillers du commerce extérieur de la France à Libreville.

Pouvez-vous nous rappeler l’essentiel de ce qui s’est dit durant la rencontre d’aujourd’hui ?

Il faut retenir que c’est une réunion de lancement, la toute première après la rencontre des deux chefs d’Etat, Français et Gabonais le 24 février, et des décisions qui ont été prises dans le cadre du plan d’action signé entre les deux présidents qui prévoyait la création d’un espace de communication et de concertation qui a été dénommé Conseil franco-gabonais des affaires. Pour cette première réunion, nous avons eu l’honneur d’accueillir le Premier ministre, chef du gouvernement, qui a présidé les travaux et plus de 11 ministres qui l’accompagnaient pour cette première séance qui nous a permis d’aborder 5 thèmes importants : Le premier thème concernait l’endettement du Gabon et particulièrement la dette intérieure ; le 2è était celui de la situation des investissements prévus dans le budget du 2010 concernant les infrastructures ; le 3ème portait sur les mesures d’accompagnement prévues dans le secteur forestier afin d’atteindre les objectifs de transformation sur place du bois gabonais ; le 4ème abordait les mesures sociales envisagées en matière de santé, écolage et transport urbain liées à la mise en place de la journée continue et, enfin, le 5ième thème, introduit par le Premier ministre, concernait la vision et la contribution des investisseurs français au regard de la politique d’émergence prônée par les autorités gabonaises.

A l’exception du dernier thème qui a été abordé par le Premier ministre, chacun de ces thèmes et de ces questions ont été évoqués par les chefs d’entreprises français et ont amené des réponses précises, des différents membres du gouvernement concernés.

L’événement avait des allures de cérémonie solennelle. Pensez-vous vraiment que ces échanges ont été fructueux ?

Cela a été totalement fructueux. Comme je l’ai dit dans mon message au Premier ministre, nous n’avons pas eu l’impression qu’il s’est agit de langue de bois. Chacun a pu s’exprimer et surtout, je retiens que le Premier ministre souhaite vraiment que ce Conseil franco-gabonais des affaires se réunisse de manière régulière, à savoir de manière trimestrielle tel que l’ont souhaité nos deux présidents, Ali Bongo Ondimba et Nicolas Sarkozy.

Qu’avez-vous retenu de satisfaisant aujourd’hui au sujet de la dette intérieure, qui plombe tout de même l’activité économique du pays ?

Ce que je retiens c’est qu’il y a une réelle volonté de gommer les erreurs du passé et surtout, c’est très important, la mise en place d’une autonomisation comptable de chaque ministère qui sera le maître de ses engagements et de ses budgets et qui sera jugé sur pièce face à cela.

Il y a longtemps que vous dirigez des entreprises au Gabon. Vous avez connu les Clubs de Libreville. Ce qui a été proposé est-il vraiment différent des Clubs de Libreville ?

Totalement. Justement, ce qui est proposé est destiné à remplacer les Clubs de Libreville en amenant une gestion suffisamment efficiente pour éviter justement les causes et les défaillances qui auraient été constatés dans l’ancien système des Clubs de Libreville et qui avaient généré la résolution des problèmes de non-paiement par l’Etat de la dette intérieur dans le cadre du Club de Libreville et on en était au 5è. Nous espérons qu’avec ces nouvelles mesures, nous ne parlerons plus jamais des Clubs de Libreville.

Pour éclairer l’opinion publique, l’entrepreneur que vous êtes croît-il que les infrastructures dont la construction et la livraison ont été promises pour cette année, verront le jour alors qu’on est à 7 mois de la fin de l’année ?

Ecoutez, on ne se positionne pas dans une perspective et je ne pense pas que le gouvernement se positionne comme tel. Le chef de l’Etat l’a clairement exprimé : Nous sommes dans une échéance d’une génération, c’est-à-dire 20 ans. Cela ne veut pas dire qu’on va tout finir cette année ou encore qu’on va tout finir en 20 ans. Vous allez le constater assez rapidement, dans les quartiers mais également dans l’ensemble du pays, les efforts sont considérables. Nous n’avons jamais connu un budget d’investissement aussi fort. Je sais qu’il y a des attentes énormes au niveau des populations et ces attentes sont fondées. Maintenant, il faut laisser le temps au temps, et à la machine de se mettre en place. Parce que rien ne sert de lancer tout d’une seule fois et de manière non organisée pour arriver à de grandes déceptions par la suite. C’était un petit peu le cadre de mes propos tout à l’heure, c’est-à-dire amener à plus d’anticipation et de concertation en amont à tous ces projets afin que les populations sachent ce qui va advenir : Un meilleur contrôle, un meilleur encadrement et je crois que tout devrait se dérouler normalement à la satisfaction de tous les citoyens. En tout cas nous nous y employons et nous l’espérons de tous nos vœux.
 


SUR LE MÊME SUJET
La société d’assurance Ogar vie a sollicité la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC) pour mener les études de faisabilité de son projet de création d’un pôle de gestion d’actifs de type Organisme de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM). ’’Nous nous sommes rapprochés de la BVMAC, dans le cadre d’un travail d’étude qui a pour objectif de répondre à une nécessité croissante de placement de nos avoirs’’, a déclaré le directeur général d’Ogar vie, M. Crépin Gwodock, à l’occasion de la présentation du deuxième numéro de la Lettre d’information de la BVMAC. ‘’La gestion collectif à ...
Lire l'article
Le Gabon envisage de se doter d’un nouveau code dans le secteur des hydrocarbures, a appris l’AGP mardi à Libreville de source autorisée. Le nouveau code doit fixer le régime juridique, fiscal, douanier, ainsi que le taux de change applicable aux activités d’exploration, d’exploitation et de transport des produits pétroliers, a-t-on indiqué de même source. Le document a été élaboré en 2009 par un groupe de techniciens, notamment des économistes, des ingénieurs, des juristes du ministère des mines, du pétrole et des hydrocarbures pour remplacer l’ancien code des hydrocarbures, toujours en vigueur, qui date de 1962. Inspiré du Code minier français, l’ancien code ...
Lire l'article
En procédant à la clôture de leur deuxième session ordinaire de l’année ouverte le 7 septembre dernier, annoncent une source gouvernementale, les conseillers membres du Conseil Economique et Social (CES) ont interpellé le Gouvernement sur la nécessité de mettre en place une véritable politique de transport en République gabonaise. Antoine De Padoue Mboumbou Miyakou, président du CES a présenté le contenu de la réflexion des conseillers deux semaines durant sur la problématique du transport au Gabon. Il s’agissait pour le premier responsable de cette institution de la République gabonaise, de mettre à la disposition de l’exécutif, le résultat d’un diagnostic effectué ...
Lire l'article
Parlons du concours de l’IF (l’Institut des Finances de Libreville). Monsieur le Ministre des Finances, Messieurs les responsables du concours de l’IF, Depuis le mois de janvier 2010 où le concours de l’IF (Institut des Finances) de Libreville s’est déroulé, nous sommes aujourd’hui en septembre 2010 et les résultats ne sont toujours pas officialisés alors que les corrections ont eu lieu quelques semaines après les épreuves et que nous savons que les résultats originaux vous avaient été transmis peu de temps après les corrections. Questions : - Nous savons que ces résultats sont sur votre bureau depuis plusieurs mois, pourquoi ? - Pourquoi une aussi longue ...
Lire l'article
Le Directeur Générale de l’Economie et de la Législation Fiscale (DGELF), Amidou Okaba, procédant, ce jeudi, au lancement des activités de sa direction comptant pour cette année, a confié à GABONEWS que «Le pays a décidé de mettre en place des politiques pour transformer notre économie ». « La nouvelle politique exige qu’on passe d’une économie de rente à une économie émergente, c'est-à-dire qui transforme les matières premières et développe les services devant faciliter l’industrie locale », a prolongé Amidou Okaba. « A côté du développement de ces services, il y a également les préoccupations environnementales. Ça veut dire que ...
Lire l'article
Le Premier ministre Paul Biyoghé Mba a reçu, lundi dans son cabinet de travail, une délégation du Fonds monétaire international (FMI), conduite par le chef de division au département Afrique John Wakeman-Linn, afin de bénéficier de sa grande expérience dans la mise en œuvre de la bonne gouvernance sur le plan économique et financière. ‘’Nous avons besoin du FMI à tous les niveaux, non seulement en terme de financement mais également en terme de conseil’’, a appuyé le chef du gouvernement. Au sortir de la séance de travail avec la partie gabonaise, John Wakeman-Linn a indiqué que la mission du FMI ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba estime qu’il faut faire place aux actes désormais
Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a prononcé, mardi à la place de l’aéroport de Port-Gentil, un discours où il a indiqué que ‘’nous ne sommes pas venus ici pour faire du tourisme, nous sommes venus pour travailler’’, faisant ainsi très certainement allusion au conseil international qui s’est tenu quelque temps après son arrivée, précisément hier à partir de 15 heures, à l’hôtel Méridien où plusieurs affaires étaient inscrite à l’ordre du jour. ‘’C’est maintenant que vous allez juger l’équipe Biyoghé Mba’’, a lancé le chef de l’Etat, estimant que les conditions sont désormais réunies pour passer maintenant aux ...
Lire l'article
Le syndicat national du personnel de santé (SYNAPS), a appelé vendredi lors d’une Assemblée général le gouvernement à mettre en place, avant le 25 avril prochain, une prime du risque sanitaire pour le personnel de santé, condition pour une « reprise totale » du travail. « Nous faisons encore confiance au gouvernement. Passer la date du 25 avril, s’il n’y pas de prime de risque, ce sera encore une déception, le personnel de santé aura une autre attitude », a déclaré le Secrétaire général du syndicat, Serges Mickala. Selon le secrétaire général, le syndicat fustige le retard dans la mise en application des revendications, ...
Lire l'article
Sur cette page, vous pouvez accéder aux articles contenant les tous derniers commentaires laissés par les visiteurs sur ce site. Les articles sont classés du plus récent article commenté (en haut) au plus vieux (en bas). Notre site dispose aussi de divers types de forums interactifs: Nos forums “Palabres” vous permettent de vous exprimer en toute liberté et de “palabrer” avec d’autres compatriotes sur des sujets d’intérêt national, régional, international ou multinational. Vous avez quatre choix de discussions: - Forum "Palabres" par email: Ce forum "liste de discussion" permet les débats directement par email. Les membres répondent aux messages des autres membres ...
Lire l'article
Forums "Palabres" du BDP-Gabon Nouveau Nos forums "Palabres" vous permettent de vous exprimer en toute liberté et de "palabrer" avec d'autres compatriotes sur des sujets d'intérêt national, régional, international ou multinational. Vous avez trois choix de discussions: - Articles "Palabres": Vous pouvez vous exprimer sur chaque article publié sur notre site. Il suffit de cliquer sur le titre de l'article et d'aller au bas de la page pour poster un commentaire auquel d'autres pourront répondre de manière interactive. Tous les grands débats sur le Gabon, en toute franchise et sans langue de bois, directement sur ce site. Pour voir les articles avec les commentaires les plus ...
Lire l'article
Une société d’assurance veut mettre en place un pôle de gestion des OPCVM
Le Gabon veut mettre en place un nouveau code des hydrocarbures
Gabon : Le Gouvernement interpellé sur la nécessité de mettre en place une véritable politique de transport
Gabon: La machine à détruire continue son travail en douce !
Gabon: « Le pays a décidé de mettre en place des politiques pour transformer notre économie », Amidou Okaba
FMI/Coopération : Aider le gouvernement gabonais à mettre en place sa politique économique
Le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba estime qu’il faut faire place aux actes désormais
Gabon: Le SYNAPS appelle le gouvernement à mettre en place avant le 25 avril une prime de risque
Commentaires
Forums


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Mai 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*