Socialisez

FacebookTwitterRSS

Pétrole : le temps de la reprise en main

Auteur/Source: · Date: 19 Mai 2010
Catégorie(s): Economie

Suivant l’exemple de l’Angola, l’Etat s’apprête à créer une nouvelle compagnie pétrolière nationale pour défendre ses intérêts. Loin d’être gagné, le pari d’Ali Bongo Ondimba ne suscite pas l’enthousiasme des majors.

C’est sans doute le plus laborieux des chantiers que veut mener le nouveau régime gabonais. A l’instar de la grande majorité, si ce n’est de la totalité des pays africains producteurs de pétrole, le petit « émirat » d’Afrique centrale a décidé de créer sa propre compagnie pétrolière nationale pour, selon son président Ali Bongo, « contrôler la participation de l’Etat dans les sociétés pétrolières, gérer l’exploration et l’exploitation ainsi que la distribution ». Annoncée le 4 mars dernier, elle devrait s’appeler Gabon Oil Company (GOC) et succédera à Pétrogab, tombée en faillite et dissoute pour cause de mauvaise gestion il y a près de vingt ans.

Quatrième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne derrière l’Angola, le Nigeria et la Guinée équatoriale, le Gabon ne dispose d’aucune structure publique pour gérer sa production de brut. Le code minier du pays prévoit pourtant un partage systématique de toute production entre l’Etat et les investisseurs privés. Ainsi, la part d’or noir du pays est jusqu’à présent gérée et commercialisée par les multinationales ou par les sociétés spécialisées dans le trading. En contrepartie, celles-ci prélèvent des commissions dont les montants restent jalousement secrets, mais qui représentent un réel manque à gagner pour l’économie du pays. Plusieurs entreprises ont d’ailleurs été souvent accusées de s’enrichir aux dépens du Gabon. Or depuis trois ans, la croissance du PIB réel du pays, essentiellement tirée par ce secteur, ne cesse de dégringoler, passant de 5,3 % en 2007 à – 1,4% en 2009.

L’enjeu est de taille : le pétrole alimente 65 % des recettes publiques. Il a représenté plus de 1 700 milliards de F CFA (2,6 milliards d’euros) dans les caisses du Gabon en 2008. « La GOC devrait donc défendre les intérêts de l’Etat et lui permettre de maximiser les bénéfices tirés de la manne pétrolière », explique un baron du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir). Seulement, la tâche sera ardue car les majors, qui refusent de s’exprimer sur ce projet, risquent de geler leurs projets d’investissements si elles sentent leurs intérêts menacés. Selon un fonctionnaire du ministère des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures, « l’Etat devrait mener une opération de communication de manière à rassurer ces entreprises ».
Des sommes colossales en jeu.
Autant dire que la partie est loin d’être gagnée vu les sommes souvent colossales en jeu. Un autre fonctionnaire du même ministère soutient que l’idée de création d’une compagnie nationale a germé voilà bientôt une dizaine d’années. Mais la connivence entre certains dirigeants politiques et les patrons des sociétés a toujours empêché sa réalisation. Le sujet reste assez sensible sur le terrain et très peu d’informations filtrent sur l’évolution du projet depuis son annonce. Toutefois, les démarches entreprises et les contacts pris par les dirigeants du pays ces dernières semaines semblent indiquer que la machine est en marche.
Ce n’est pas tout. En mars, le pays a annoncé son intention de mettre en exploration, avant fin 2010 et via un appel d’offres, 42 blocs pétroliers s’étendant sur une superficie de 110 000 m2 dans ses eaux profondes. Et le gouvernement envisage de détenir 62 % de ces blocs (contre moins de 50 % sur les champs opérés jusque-là). Le potentiel du sous-sol maritime du pays est jugé réel car identique à celui des zones où des découvertes ont récemment eu lieu (Ghana, Angola). Les premiers résultats des études sismiques devraient être révélés dans le courant de ce mois. Le début du processus d’appel d’offres qui devrait permettre l’attribution de ces blocs, initialement prévu pour le 5 mai, a été repoussé de quelques mois pour, dit-on du côté gouvernemental, permettre aux entreprises intéressées de mieux se préparer. Les groupes américains et asiatiques sont ceux qui auraient manifesté le plus grand intérêt.
Les autorités gabonaises veulent, grâce à de nouvelles découvertes, maintenir voire accroître le niveau de la production qui piétine depuis quelques années. Elle est passée de 350 000 barils par jour à la fin des années 1990 à environ 250 000 actuellement. Mais le Gabon ambitionne aussi de se positionner en aval, sur le raffinage du pétrole. Ainsi les Coréens se proposent-ils, via leur nouvel ambassadeur dans le pays, Seong-Jin Kim, d’apporter leur savoir-faire dans la construction d’une nouvelle raffinerie à Libreville, comme ils l’ont déjà fait au Ghana. En décembre déjà, le Gabon, qui importe annuellement pour quelque 20 milliards de F CFA de produits pétroliers (30 millions d’euros), et la société sud-africaine Ibani avaient conclu un accord pour la remise sur pieds de la Société gabonaise de raffinage (Sogara).
Au-delà de la volonté du Gabon de prendre une part plus active dans son industrie pétrolière et d’augmenter sa production grâce à de nouvelles découvertes, le défi pour le pays réside dans sa capacité à développer une vraie expertise pétrolière qui, selon un ancien cadre gabonais d’Elf, « est actuellement très faible par rapport au poids que représente le secteur dans l’économie du pays ». « Nous nous retrouvions, explique-t-il, dans une situation embarrassante quand, face aux entreprises pour lesquelles nous travaillions, le gouvernement de notre pays n’avait pas de répondant. »
A long terme, l’exploration
Comparativement aux autres producteurs africains, le Gabon accuse un vrai retard. En Angola, un pays qui a pourtant connu des années de violentes guerres civiles et qui dispute au Nigeria le rang de premier producteur de brut en Afrique subsaharienne, la compagnie nationale, la Sonangol, dispose aujourd’hui d’un véritable savoir-faire aussi bien en amont qu’en aval de la production, qu’elle a même commencé à exporter (lire encadré).

Plusieurs experts estiment que la GOC devrait démarrer d’abord dans la distribution, ensuite dans la production à travers des joint-ventures et, à long terme, envisager l’exploration. Et pour empêcher que le scénario de Pétrogab ne se reproduise, ces mêmes observateurs avertis du secteur estiment que la GOC aura tout avantage à être une société publique mais gérée selon le droit privé. Cela éviterait de tomber dans les déboires des sociétés entièrement nationales et dépendantes du budget de l’Etat. La Nigeria National Petroleum Company (NNPC) avait ce statut : aujourd’hui en pleine restructuration, elle a été très vite minée par la corruption et a plombé les comptes publics avec des dettes abyssales.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le ministre des Mines, du pétrole et des Hydrocarbures, Hugues Alexandre Barro Chambrier, sur les antennes de la télévision nationale (RTG1) vendredi soir, a demandé aux membres de l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) en grève, d’afficher un sens de la responsabilité et les a enjoints à « reprise immédiate du travail ». Les employés du pétrole, qui depuis quelques temps menaçaient d’entrer en grève pour réclamer l’emploi massif des Gabonais et de meilleurs traitements salariaux, ont mis leur menace à exécution vendredi à zéro heure. Avant le ministre des Mines, celui du Travail, de l’Emploi et porte-parole ...
Lire l'article
Interdiction d’exporter le bois non transformé, création d’une société pétrolière nationale, entrée dans le capital d’Eramet, renégociations avec les Chinois... L’État reprend la main sur les traditionnels secteurs clés du pays. Pour quels résultats ? Dans le jargon médical, cela s’appelle un traitement de choc. Depuis le 15 mai, la filière bois – qui représente 4 % du produit intérieur brut (PIB) et constitue le deuxième employeur du pays (30 000 personnes) après la fonction publique – connaît une réforme radicale, avec l’interdiction d’exporter le bois en grumes et, donc, l’obligation de lui faire subir au moins une première transformation sur place. Annoncée le ...
Lire l'article
Le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG) Faustin Boukou a procédé, samedi à Port-Gentil, à l’inauguration du siège réhabilité de cette formation politique en présence des responsables politiques de cette province notamment Michel Essongué. M.Boukou a expliqué qu’il était arrivé à Port-Gentil pour ‘’l’inauguration du siège du PDG, sinistré en 1990, dont la réhabilitation a été rendue possible grâce aux efforts de financement des camarades militantes et militants de l’Ogooué Maritime’’. Les travaux de réhabilitation du siège du PDG à Port-Genil, qui avait été saccagé en 1990 par des vandales, ont été rendus possibles grâce au financement des camarades membres du ...
Lire l'article
La première session du Conseil Franco-Gabonais des Affaires s’est tenue à Libreville ce lundi 10 mai à la Chambre de commerce de Libreville. Elle a été recommandée par le "Plan d’action pour la mise en œuvre d’un partenariat stratégique entre la République gabonaise et la République française (2010-2014) " signé le 24 février lors de la visite du président français au Gabon. A l’issue de cette 1ère session, le représentant des investisseurs français au Gabon, Didier Lespinas, a accordé une interview à Gaboneco.com. Il brosse le menu de la rencontre, le traitement prochain de la dette intérieure et confirme l’échéance ...
Lire l'article
Avec la mise en place récente de la Commission centrale de discipline, le secrétaire général du Parti Démocratique Gabonais (PDG), Faustin Boukoubi, a décidé, en attendant le prochain congrès, de reprendre les choses en main au sein de sa formation politique, en mettant hors d’état de nuire tous les militants récalcitrants. Mettre hors d’état de nuire tous les militants récalcitrants. C’est peut-être vers cela que s’achemine, progressivement la direction du PDG. C’est, conformément aux dispositions de l’article 30 de ses statuts et de son règlement intérieur, que le secrétaire général, Faustin Boukoubi a désigné, le 03 février dernier, les neuf membres ...
Lire l'article
En marge du 14e Sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine qui s’est tenu du 31 janvier au 2 février à Addis-Abeba, en Ethiopie, la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et Microsoft ont signé un accord le 1er février pour la promotion et le développement des Technologies de l’information et de la communication (TIC) en Afrique. Ce partenariat doit permettre de booster l’économie africaine par le biais des TIC. La Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et Microsoft ont signé un partenariat le 1er février dans la capitale éthiopienne, pour la coopération en ...
Lire l'article
Un groupe d’experts français et gabonais sillonnent actuellement les principales entreprises du pays pour dresser un diagnostic du manque de main-d’œuvre qualifiée et spécialisée dans les branches à pourvoir dénoncé par les employeurs. Ce rapport qui doit être rendu avant la fin du mois de juin prochain doit permettre d’identifier les secteurs et les spécialisations où l’offre d’emploi est excédentaire et d’adapter les programmes de formations en conséquence. Face à l’impératif de la compétitivité dans le processus de mondialisation duquel l’économie gabonaise est inexorablement ligotée, le manque de main-d’œuvre locale qualifiée et spécialisée pour répondre aux besoins de l’industrie devient ...
Lire l'article
Les ingénieurs de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) ont récemment pris part à Oyem, chef-lieu du Woleu-Ntem, à un atelier de formation aux techniques de greffage et de bouturage des plants de cacao et de café. Cette formation doit permettre aux experts de la CAISTAB de se familiariser avec des techniques susceptibles d’améliorer le rendement des cultures de cacao et de café sur l’étendue du territoire national, dans le cadre du développement du secteur et de la diversification de l’économie nationale. La capitale provinciale du Woleu-Ntem, Oyem, au nord du pays, a récemment abrité un atelier de ...
Lire l'article
Le ministre de l'Enseignement supérieur, Dieudonné Pambo, a récemment signé avec le président de la Conférence épiscopale du Gabon, monseigneur Timothée Modibo Nzockena, une convention de partenariat visant à impliquer l'Eglise catholique dans le renforcement des capacités de l'enseignement supérieur et de la recherche. Le 26 juin dernier, le chef de l’Eglise catholique avait annoncé ses ambitions de sceller des accords avec le gouvernement gabonais pour le soutien et le renforcement du secteur de l’enseignement. Dans la lignée de l'accord cadre conclu le 12 décembre 1997 portant définition et délimitation des relations et de la collaboration entre le Gabon et ...
Lire l'article
Les agents de la Société Gabonaise de Transport (SOGATRA), l’unique société de transport en commun, sont entrés en grève depuis le 3 janvier dernier. Ils protestent contre le non paiement d’arriérés de salaire, les allocations familiales, les primes exceptionnelles et les primes de congés. Selon le président de leur syndicat, Aloïse Mbou Mbine, la grève est motivée par le silence observé par la direction générale de la Sogatra depuis le dépôt du préavis de grève le 26 décembre 2007. Les agents de Sogatra, la seule société de transport urbain qui dessert les principaux quartiers de Libreville et la commune ...
Lire l'article
Economie / Grève des employés du pétrole: le gouvernement appelle au sens patriotique et demande la reprise immédiate des activités
Gabon: Reprise en main étatique sur les secteurs clés de l’économie
Gabon – PDG : Le secrétaire général salue la reprise en main du parti par les militants de l’Ogooué Maritme
Gabon : «Il faut laisser le temps au temps, et à la machine de se mettre en place» (Didier Lespinas)
Reprise en main effective du PDG
Afrique : La CEA et Microsoft main dans la main pour développer les TIC
Gabon : L’économie en panne de main-d’œuvre qualifiée
Gabon : La main verte de la CAISTAB pour le cacao et le café
Gabon : Enseignement supérieur et Eglise catholique main dans la main
Gabon : La Sogatra tire le frein à main


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Mai 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*