Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon – Henri-Claude Oyima : “Nous voulons être présents dans quinze pays en 2015”

Auteur/Source: · Date: 26 Mai 2010
Catégorie(s): Economie

Alors que le groupe gabonais vient de coordonner un prêt bancaire historique accordé à l’État, son patron, 53 ans, négocie un nouveau virage stratégique, notamment à travers une augmentation de capital de 30 milliards de F CFA. Objectif : devenir l’une des deux premières banques de la zone franc.

Jeune Afrique : Le 5 mai, un consortium d’une quinzaine de banques, dont BGFI est le chef de file, a accordé un prêt de 175milliards de F CFA (267 millions d’euros) à l’État gabonais. Comment s’est conclue cette grande première ?

Henri-Claude Oyima : C’est en effet la première fois que des banques locales accordent un prêt bancaire de cette ampleur à l’État. Le sujet était en discussion depuis un mois environ. La décision a été prise lors du conseil des ministres qui s’est tenu en mars dernier à Port-Gentil. Ce jour-là, mandat a été donné à BGFI d’organiser le tour de table.

Comment avez-vous convaincu les autres banques ?

D’abord, le prêt a pour objet de rembourser partiellement la dette intérieure du pays. Donc les premiers bénéficiaires des fonds seront les entreprises locales, c’est-à-dire des clients de ces banques, qui pourront ainsi redynamiser leurs programmes d’investissement et renforcer leur trésorerie. Enfin, l’État rémunère très bien ce prêt à dix-huit mois, avec un taux de 6 %, alors que les emprunts obligataires d’État sont plutôt à 5 %.

Pour BGFI Bank, est-ce une forme de reconnaissance ?

En tant que chef de file, vous avez une obligation de convaincre. Vous mettez à l’épreuve votre capacité de mobilisation. C’est une marque de confiance de l’État gabonais dans le secteur bancaire qui n’existait pas il y a quelques années encore. Nous aurions alors eu du mal à monter une opération pareille et jamais l’État ne nous l’aurait demandé. Aujourd’hui, par ce succès, la confiance s’est installée entre les banques et les autorités. J’espère qu’elles nous permettront de monter des opérations futures plus importantes, plutôt que de les voir confiées à des banques ou des fonds d’autres pays.

En parallèle, vous réorganisez le groupe BGFI Bank. Dans quel but ?

Nous sommes à la recherche d’une plus grande efficience dans notre fonctionnement, afin de compter parmi les deux premiers groupes de la zone franc à l’horizon 2015 [selon le classement J.A. 2009 des 200 premières banques africaines, BGFI Bank est en quatrième position par le total de bilan, NDLR]. Nous étions une banque monopays et monométier, aujourd’hui nous sommes présents dans cinq pays et dans plusieurs métiers de la banque. Il nous fallait donc une société de tête qui supervise, oriente et conseille le groupe. BGFI Bank SA, jusque-là antenne gabonaise du groupe, devient le holding. Ses actifs et activités bancaires sont transférés à BGFI Bank Gabon, qui en sera une filiale. Comme elle, toutes nos autres banques doivent être des sociétés autonomes capables de se refinancer sur leur marché où elles visent le leadership. L’augmentation de capital lancée le 30 avril vise, elle aussi, à accompagner ce développement. Nous voulons être présents dans quinze pays en 2015. Les nouvelles réglementations imposent d’avoir un capital minimum de 10 milliards de F CFA [15 millions d’euros, NDLR] pour ouvrir une ­banque. Nous comptons donc sur ces 30 milliards de F CFA et sur notre cash-flow pour atteindre cet objectif.

Avec le relèvement du capital social des ­banques, on s’attend à un mouvement de concentration, notamment en Afrique de l’Ouest. Y voyez-vous des opportunités ?

Bien sûr ! Nous sommes des banquiers et des entrepreneurs, et nous allons où nous pouvons maximiser la rentabilité de nos actions. Aujourd’hui, nous sommes dans une stratégie de croissance organique, mais nous n’excluons pas les possibilités de rachat et de partenariat avec une banque ou un groupe bancaire sur des marchés à fort potentiel. Cela nous permettrait d’aller plus vite dans notre projet de développement. Nous restons donc ouverts à toutes les opportunités.

Les reculs en 2009 du produit net bancaire et du résultat net du groupe, respectivement de 17 % et 16 %, n’entravent-ils pas votre stratégie d’expansion ?

La banque couvre tous ses frais généraux avec les commissions qu’elle perçoit sur ses activités d’intermédiation classique, c’est-à-dire les crédits accordés aux clients. En 2009, ces commissions ont baissé parce que l’activité n’était pas au rendez-vous en raison de la crise internationale, et leur niveau n’a pas suffi à couvrir ces charges. C’est ce qui explique la baisse du produit net bancaire et du résultat net. Heureusement, il y a eu des signes de reprise en début d’année avec le nouveau gouvernement, qui a donné des signaux très forts. Il faut maintenant concrétiser ces annonces. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation où le discours très novateur est là, mais où l’on attend que tout se mette en place. C’est-à-dire le règlement de la dette intérieure, le lancement des projets d’investissements de près de 900 milliards de F CFA [1,4 milliard d’euros, NDLR], tels qu’ils sont prévus dans la loi de finance 2010. Quand toutes ces promesses se transformeront en actes, les choses se débloqueront rapidement.

En 2009, des concurrents, et pas des moindres (Ecobank et UBA), ont investi le Gabon, votre principal marché. Votre leadership est-il menacé ?

La concurrence ne nous inquiète pas, d’autant moins que nous l’affrontons déjà à l’extérieur du Gabon. C’est tant mieux pour la clientèle gabonaise si des banques de renom, qui ont fait leurs preuves ailleurs, viennent sur notre marché. Outre les banques que vous venez de citer, le groupe Attijariwafa Bank est déjà présent au Gabon via le Crédit agricole, qu’il a racheté. Il occupe la troisième place du marché. C’est important pour nos collaborateurs de savoir que les clients restent chez nous pour la qualité de nos services et pas uniquement pour notre nom. Et nous disposons d’importants moyens pour faire face à cette concurrence. Nous avons un capital de 113 milliards de F CFA [172 millions d’euros, NDLR] et des fonds propres les plus élevés de la zone, à 140 milliards de F CFA [213 millions d’euros, NDLR]. Cela nous procure une très grande capacité d’intervention par rapport aux autres banques. Ceci étant, les statistiques montrent qu’il y a de la place pour tout le monde. Le taux de bancarisation est en dessous de 5 %.

Le potentiel du marché bancaire dans les pays de la zone franc est-il aussi grand que le disent les acteurs du secteur ?

Absolument ! Le potentiel est énorme. Je parlais du taux de bancarisation, celui-ci est de plus de 95 % en Europe ! C’est le métier des banques de la zone de faire en sorte que ce taux soit le plus élevé possible. Par ailleurs, alors que nos gouvernements vont généralement s’endetter auprès de bailleurs de fonds étrangers, nous venons de démontrer qu’il y a une possibilité pour les banques de la zone d’intervenir sur ce créneau, pour financer soit des investissements courants, soit des investissements structurants…

Tous les grands pays émergents ont, d’une manière générale, de grandes institutions financières pour accompagner leur développement. Nous ne pouvons pas bâtir le nôtre uniquement avec des institutions étrangères. Nous devons créer des banques fortes pour soutenir nos États dans leurs efforts.
 


SUR LE MÊME SUJET
Deux communicateurs gabonais présents au 27ème stage des pays Africains Francophones d’Egypte
Deux confrères, journalistes de la chaîne de Radio publique (Radio-Gabon), sur une dizaine de pays africains ayant en partage le français, participent actuellement au 27ème stage de renforcement de capacités des communicateurs organisé au Caire par le ministère égyptien de l’information, rapporte l’un d’eux. Ce stage est organisé par le ministère égyptien de l'information via l'Institut d'Entrainement des Communicateurs Africains (IECA). Selon notre source, plus d'une dizaine de pays prennent part à cette rencontre qui s'achève en fin février 2012. Parmi ces pays il y a le Gabon représenté par deux de nos confrères de la RTG1 (Radiodiffusion Télévision Gabonaise première chaine), dont ...
Lire l'article
Interrogé sur l’enjeu des élections législatives du 17 décembre prochain auquel le Bloc Démocratique Chrétien a présenté 11 candidats dans six provinces, son secrétaire général, Guy Christian Mavioga a déclaré que « Nous ne voulons plus des députés bénis oui-oui, c'est-à-dire des bras cassés ». « Au niveau de l’Assemblée Nationale nous pensons que ne voulons plus des députés bénis oui-oui, c'est-à-dire des bras cassés d’où la présence des élus BDC pour remonter le niveau et apporter une majorité confortable et efficace au président de la majorité républicaine pour l’émergence car le Chef a besoin des députés BDC pour lui apporter ...
Lire l'article
Le président du CLR, Jean Boniface Assélé a animé une conférence de presse en milieu de semaine afin d’expliquer la position de son parti à l’orée des élections législatives de décembre prochain. Confiant de ce que son parti politique le CLR (Centre des Libéraux réformateurs), membre de la Majorité Républicaine, fera bonne figure lors des législatives, le président Jean boniface Assélé a fait le point de la situation politique actuelle avant de réaffirmer l’engagement de sa formation politique à soutenir l’action du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. Trois questions essentielles ont constitué la trame de cette conférence de presse à ...
Lire l'article
Sur la Chaîne de télévision internationale, Africa 24, le ministre de la Communication et de l’Economie numérique du Gabon, Laure Olga Gondjout, face au Journaliste Samantha Ramsamy, mardi, a passé en revue l’année un du président Ali Bongo Ondimba à la magistrature suprême, avec un regard sur les actes posés, les résultats, mais aussi, sur l’évolution de la classe politique, Majorité/Opposition et les prochains scrutins législatifs, ainsi que sur les réformes entreprises au sein de son département ministériel. Abordant la question des réformes et des ambitions dans le secteur de l’information, de la communication et de l’économie numérique au Gabon, ...
Lire l'article
Un vaccin efficace pour la première fois contre le paludisme pourrait être disponible en Afrique à partir de 2015, a annoncé un de ses inventeurs, Joe Cohen, lors d'une conférence à Washington La phase 3 des essais cliniques du vaccin RTS,S contre le Plasmodium falciparum, le plus meurtrier des parasites à l'origine du paludisme, est en cours dans sept pays d'Afrique et se passe "très bien", a indiqué mardi Joe Cohen, chercheur des laboratoires britanniques GlaxoSmithKline (GSK), qui se consacre depuis vingt ans à l'élaboration d'un vaccin et qui participe à Washington à une conférence sur le sujet. "Nous pensons que nous ...
Lire l'article
Alors que le groupe gabonais vient de coordonner un prêt bancaire historique accordé à l’État, son patron, 53 ans, négocie un nouveau virage stratégique, notamment à travers une augmentation de capital de 30 milliards de F CFA. Objectif : devenir l’une des deux premières banques de la zone franc. Jeune Afrique : Le 5 mai, un consortium d’une quinzaine de banques, dont BGFI est le chef de file, a accordé un prêt de 175milliards de F CFA (267 millions d’euros) à l’État gabonais. Comment s’est conclue cette grande première ? Henri-Claude Oyima : C’est en effet la première fois que des banques locales accordent un ...
Lire l'article
La Présidente de la Commission Communication du Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations, COCAN 2012, Monique Ondo Mve, a soutenu dans un entretien exclusif accordé à GABONEWS au sortir de la formation des responsables des comités de ladite institution que l’entité veut que « la CAN réussisse », mais surtout qu’« elle soit une belle fête populaire ». L’objectif poursuivi par les membres du COCAN à travers ces différentes sorties et formations rentre en droite ligne de la capitalisation des énergies en vue de la réussite de cet évènement qu’est la CAN 2012. « Un travail de cette ...
Lire l'article
En réponse au Secrétaire d’Etat américain, Hilary Clinton dans son propos énoncé lors du point de presse, le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, aux Etats-Unis d’Amérique (USA) pour le lancement officiel de la présidence gabonaise du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU), a soutenu sa politique de l’émergence en expliquant que « Nous souhaitons devenir un pays émergent, et nous allons emprunter toutes les démarches pour y arriver », a-t-on appris de source officielle, ce mardi. « Merci Mesdames et Messieurs. Je saisis cette occasion pour remercier le Président Obama et Mme Clinton de l'accueil qui nous a été ...
Lire l'article
MOUILA (AGP) - ’’Si nous nous voulons d’un changement, optons alors pour un Gabon d’union nationale, de prospérité, de progrès pour tous, d’équité, de stabilité et de paix sociale’’, a déclaré, lundi à Mouila, le leader de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD, opposition), Zacharie Myboto au cours d’un meeting de campagne pour l’élection anticipée du 30 août prochain. En compagnie de quelques hiérarques des partis amis de l’opposition tels que le Parti gabonais du progrès (PGP), le Forum africain pour la reconstruction (FAR) et de l’Union pour la République démocratique et le progrès (URDP), Zacharie Myboto a ...
Lire l'article
Gabonais, Gabonaises, Tous les yeux sont tournés vers le Gabon suite à ce décès, car la plupart des gens pensaient à une prise de pouvoir par la force, les Gabonais ont prouvé le contraire, c’est bien l’application de la constitution qui est en marche, j’en suis vraiment fier de cette première étape. La prochaine étape sera l’organisation des élections présidentielles sous 45 jours selon la constitution, cela soulève également de nombreuses inquiétudes quand à la façon dont le pouvoir avait l’habitude de faire : les listes électorales ne sont jamais à jour, il n’y a jamais égale répartition du temps de parole ...
Lire l'article
Deux communicateurs gabonais présents au 27ème stage des pays Africains Francophones d’Egypte
Législatives 2011 / « Nous ne voulons plus des députés bénis oui-oui, c’est-à-dire des bras cassés », Guy Christian Mavioga (SG du BDC)
« Il n’y a pas que le PDG, dans la Majorité Républicaine, nous allons nous battre afin d’exister du mieux que nous pouvons », Assélé
Politique / Laure Olga Gondjout sur Africa 24: « Nous voulons conforter notre position au Parlement de façon à mettre en œuvre notre programme de
Paludisme en Afrique: un vaccin pourrait être disponible à partir de 2015
Henri-Claude Oyima : “Nous voulons être présents dans quinze pays en 2015”
« Nous voulons que la CAN réussisse, qu’elle soit une belle fête populaire », Monique Ondo Mve, présidente de la Commission Communication COCAN
« Nous souhaitons devenir un pays émergent, et nous allons emprunter toutes les démarches pour y arriver », Ali Bongo Ondimba
Ngounié : ’’Si nous voulons d’un changement, optons alors pour un Gabon d’union nationale…’’ [Zacharie Myboto]
Nous voulons un Gabon en paix, une élection transparente, une révision du fichier électoral sans embuche et une cohésion sociale exemplaire sans effusion de sang


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Mai 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*