Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Des ombres chinoises sur l’avenir de Plysorol

Auteur/Source: · Date: 27 Mai 2010
Catégorie(s): Economie,Société

Le tribunal de commerce de Lisieux a décidé au terme de l’audience du 26 mai de prolonger la période d’observation de l’ex-leader européen du contreplaqué, Plysorol, en restituant au repreneur chinois les droits de gestion. Ce délai doit permettre à la justice d’étudier le plan de continuation proposé mercredi par le repreneur chinois, alors que les employés réclament à cors et à cris son éviction pure et simple.

1,95 millions d’euros, c’est le montant du chèque que l’actionnaire chinois Guohua Zhang a posé le 29 mai sur la table du tribunal de Commerce de Lisieux pour appuyer son plan de continuation.

Résultat : «le tribunal décide la prolongation de l’activité jusqu’au 16 juin 2010 à 15H00 afin d’examiner le plan de continuation», a déclaré la présidente du tribunal Danièle Colomer, au terme de l’audience très attendue du 26 mai dernier.

Si l’ex leader européen du contreplaqué a échappé à la liquidation judiciaire, les craintes demeurent entières sur le possible maintien à la tête du groupe du repreneur chinois. «Qu’on ne nous demande pas de refaire confiance à quelqu’un contre qui une plainte pour banqueroute est instruite», commente à cet effet l’avocat du Comité central d’entreprise (CCE), maître Philippe Brun.

Pendant le délai instruit, le tribunal a également restreint la mission des administrateurs judiciaires qui n’ont plus qu’une mission d’assistance et non plus de gestion, comme cela avait été fixé lors du placement en redressement judicaire le 9 avril. Une décision qui a été prise «sans aucun débat contradictoire», fustige maître Brun.

La séance du 26 mai était surtout attendue pour l’examen des offres de reprise, notamment celle du candidat qui paraît le plus sérieux, le fabricant de contreplaqué ghanéen à capitaux libanais, John Bitar & Co.

S’il prévoit la suppression de 166 emplois, il propose également un investissement de 11,5 millions d’euros et se dirait même prêt à améliorer son offre, mais cela ne semble pas interpeler outre mesure le tribunal de Lisieux, qui semble plus intéressé à examiner le plan de continuation des chinois.

«C’est tout simplement surréaliste. Tout est fait pour éviter l’offre de Ghassan Bitar, comme s’il fallait la disqualifier. Nous sommes toujours dans la course, mais on s’interroge. Nous ne sommes plus du tout dans le domaine du droit», s’indigne l’avocat de Ghassan Bitar, maître Ludovic Doutreleau.

L’industriel libanais menace par ailleurs de retirer son offre si le repreneur chinois continue de lui refuser l’accès aux filiales gabonaises du groupe qui détiennent le sésame de Plysorol, à savoir 600 000 hectares de forêts riches en Okoumé.

Et pour maître Dourteleau «Il est évident qu’il y a ici des enjeux qui nous dépassent. Le message de ce matin était clair : on nous demande de décrocher». Le mois dernier, le directeur général de Plysorol Europe, François Wu, avait brandi l’argument diplomatique dans un courrier adressé aux administrateurs temporaires et aux journalistes.

«Notre dossier a été suivi en Chine à un très haut niveau. On demande au gouvernement français de faire une table ronde pour essayer de trouver une solution définitive avant que cela ne devienne une affaire diplomatique», écrivait-il notamment.

L’industriel chinois est accusé de n’avoir jamais concrétisé les lourds investissements promis à la reprise et d’avoir causé un trou de plus de 10 millions d’euros dans les caisses de la société. Par ailleurs, le CCE ne cesse de mettre en garde contre les tentatives de Guohua Zhang de transférer les droits d’exploitation des forêts gabonaises vers ses sociétés chinoises implantées au Gabon. Une telle opération viderait Plysorol de sa substance et promettrait l’ex leader européen du secteur à une mort certaine, et le millier d’emplois qu’il génère avec.

Le plan de continuation de Guohua Zhang prévoit notamment la suppression de 82 emplois à Lisieux, 18 à Fontenay-le-Comte, et la cession du site d’Epernay, avec la garanti d’investir 8 millions d’euros pour redresser le groupe.

Une autre offre de reprise, celle de Jérôme Delanoë (fond d’investissement GCD) propose de reprendre le seul site d’Epernay (Marne) qui compte 60 salariés, ce qui entraînerait la fermeture des deux autres sites, Lisieux, le siège, et Fontenay-le-Comte (Vendée). Un ancien cadre de Plysorol, Germain Hanoy, a également présenté une offre en indiquant toutefois ne pas détenir encore les fonds.

Du côté des employés, un seul écho : «que ce soit à Magenta, à Lisieux ou à Fontenay, les salariés ne veulent plus de lui», rappelle Marie-Christine Malet, secrétaire du comité central d’entreprise.
 


SUR LE MÊME SUJET
Les salariés du site Plysorol de Lisieux occupaient samedi leur usine pour le 4e jour consécutif afin d'obtenir des indemnités de départ, a-t-on appris de source syndicale. Les salariés de l'ex-leader européen du contreplaqué, qui vient d'être racheté moyennant la suppression de 151 emplois, ont multiplié les actions ces dernières semaines pour leurs indemnités. "On n'a reçu aucune proposition pour les départs. On n'a rien obtenu. On est abandonnés par la direction et le nouveau repreneur et déconsidérés par les pouvoirs publics et les élus", a résumé Christophe Dubois, délégué du personnel CFDT, interrogé par l'AFP. Plysorol comptait 432 salariés sur trois sites ...
Lire l'article
Après l’exéquatur de la justice gabonaise de faire appliquer la récente décision du tribunal de commerce de Lisieux (ouest de la France), ayant choisi l'offre du groupe John Bitar du Franco-Libanais, Ghassan Bitar dans le feuilleton Plysorol dont Pogab et Leroy-Gabon sont les filiales au Gabon, ces deux entreprises sont désormais passées sous le contrôle du nouvel actionnaire qui entend améliorér l’activité pour répondre à la politique de transformation locale du bois imposée par les autorités gabonaises. Quatorze (14) jours après la décision du tribunal français octroyant Plysorol et ses filiales à l'industriel franco-Libanais, Ghassan Bitar au détriment ...
Lire l'article
Le repreneur chinois de Plysorol, Guohua Zhang, faisait en mai le forcing auprès des autorités gabonaises pour obtenir le transfert des droits d’exploitation des 600 000 hectares de forêts des filiales gabonaises de la société française à ses filiales chinoises au Gabon. Cette démarche a-t-elle abouti ? Une question d’autant importante que Plysorol vient d’être mis en liquidation judiciaire et que les personnels des filiales gabonaises ont été assurés par leur direction générale du maintien de leurs emplois La mise en liquidation judiciaire de l’ancien leader européen du contreplaqué, Plysorol, a suscité une question cruciale : les filiales ...
Lire l'article
Nouveau rebondissement judiciaire dans le dossier Plysorol. Selon l’AFP, «les administrateurs judiciaires viennent de déposer une requête pour convertir le redressement judiciaire en liquidation avec une poursuite d’activité de 4 semaines». Les administrateurs judiciaires de Plysorol ont annoncé ce jeudi 26 août qu’ils ont demandé au tribunal de commerce de Lisieux la liquidation de l’ex-leader européen du contreplaqué, Plysorol, en raison d’un financement insuffisant par son actionnaire chinois. «Nous ne voyons pas de perspective de redressement tant que l’actionnaire ne remettra pas de fonds importants», a déclaré un collaborateur du co-administrateur, Gilles Baronie, dans des propos rapportés par l’AFP. Les ...
Lire l'article
Le tribunal de Commerce de Lisieux a rejeté ce 3 juin les trois offres de reprise de l’ex-leader européen du contreplaqué, Plysorol, dont les 450 employés français restent donc en suspend jusqu’en septembre prochain, en espérant que l’été rendent les potentiels repreneurs plus généreux. «Socialement inacceptable» et «dérisoire», c’est le verdict du tribunal de Lisieux sur les trois offres déposées sur sa table par les potentiels repreneurs de l’ex-leader européen du contreplaqué, Plysorol, placé en redressement judiciaire depuis avril dernier. Le ghanéen John Bitar n’a pas été épargné, malgré le soutien dont il semble bénéficier auprès employés. ...
Lire l'article
Le géant français du contreplaqué a finalement été placé en redressement judiciaire ce 9 avril par le tribunal de commerce de Lisieux, ce qui devrait permettre d’assurer les salaires des employés qui n’ont pas été versés depuis mars dernier. Cette décision qui ouvre la porte aux repreneurs devrait également soulager les filiales gabonaises du groupe, POGAB et LEROY Gabon, qui accusent le coup à Libreville avec les démêlés judiciaire du repreneur chinois Guohua Zhang avec la justice locale. Les 450 employés de Plysorol en France peuvent souffler. Le placement en redressement judiciaire a été prononcé ce 9 avril à 13H00 ...
Lire l'article
Aux abois depuis la reprise de la société par l’actionnaire chinois Guohua Zhang, les employés français de Plysorol affirment avoir découvert les plans de «pillage» de la société qu’avait préparé le repreneur chinois. Rien de va plus à Plysorol ! Le piquet de grève sur les trois sites de productions s’est redirigé vers le tribunal de Lisieux où doit être décidé du placement ou non de la société en redressement judiciaire. La meilleure option pour les 450 salariés de la société qui cumulent semaines de chômage partiel et arriérés de salaires depuis la reprise par l’actionnaire chinois en avril dernier. ...
Lire l'article
Le repreneur chinois derrière les barreaux à Libreville, plus de 10 millions d’euros de dettes, les employés de Plysorol en France sont toujours aux abois alors que le tribunal de commerce a reporté le délibéré à la fin du mois d’avril. Le miroir aux alouettes chinois s’est brisé pour les 450 employés de Plysorol en France, qui sont désormais sur la sellette alors que l’entreprise risque la liquidation en raison des promesses non tenues du repreneur chinois Guohua Zhang. «Espoir, déception, trahison», «M. Zhang, menteur», «M. Wu rend nous nos sous», lis-t-on sur les pancartes brandies par les employés à chaque manifestation. Tout ...
Lire l'article
Le repreneur chinois du géant français du contreplaqué, Plysorol, a été contraint le 17 mars par le tribunal de grande instance de Lisieux de publier les comptes de l’entreprise. Depuis la reprise du groupe il y a un an, les investissements promis tardent à arriver et les semaines de chômage partiel s’enchaînent sur les trois sites de production français. Les masques tombent à Plysorol, le repreneur du géant français du contreplaqué, le chinois François Wu, a été contraint de publier les chiffres sous sept jours afin de faire la lumière sur la situation de l’entreprise. Le tribunal de grande ...
Lire l'article
Les employés de Plysorol ont encore manifesté ce matin sur le site français de Lisieux, alors que se tenait au tribunal de grande instance une séance en déféré suite à la requête d’accès aux comptes déposé par l’avocat du Comité central d’entreprise (CCE). De leur côté, les cadres et les responsables syndicaux font monter la pression sur la justice en dénonçant une manœuvre du repreneur chinois pour faire main basse sur les concessions forestières gabonaises du groupe. Le convoi des responsables syndicaux et des cadres de la direction au tribunal de grande instance a eu droit à ...
Lire l'article
Plysorol : des salariés occupent l’usine
Economie / Feuilleton Plysorol: Leroy-Gabon et Pogab sous contrôle du franco-libanais Ghassan Bitar
Gabon : Pogab et Leroy Gabon toujours aux mains de Plysorol ?
Gabon : Les administrateurs demandent la liquidation de Plysorol
Gabon : Plysorol en stand-by jusqu’en septembre
Gabon : Plysorol placé en redressement judiciaire
Gabon : Les employés de Plysorol dévoilent le pot aux roses
Gabon : Qui sauvera Plysorol de la faillite ?
Gabon : Wu tangue à Plysorol
Gabon : Les ombres chinoises de Plysorol


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Mai 2010
Catégorie(s): Economie,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*