- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Virus Ebola : résultat prometteur d’un traitement expérimental chez le singe

Un traitement expérimental a permis de protéger des singes exposés au virus Ebola, un des virus les plus redoutés du monde, selon une étude menée en collaboration avec des scientifiques du Pentagone, publiée vendredi par la revue médicale britannique The Lancet.

Depuis le premier cas recensé en 1976 au Zaïre, devenu République démocratique du Congo (RDC), la fièvre hémorragique Ebola foudroie épisodiquement humains et grands singes au Gabon, en République du Congo, en RDC, au Soudan et en Ouganda.

La souche la plus mortelle sur les cinq identifiées est celle du Zaïre, avec un taux de 80 à 90% de décès parmi les personnes infectées.

Sans vaccin ni traitement efficace, la seule solution est l’isolement des malades et la fourniture de protections (gants chirurgicaux, masques…) au personnel soignant.

Une équipe de chercheurs conduite par Thomas Geisbert (Ecole de médecine de l’université de Boston, Etats-Unis) a inoculé la souche Ebola-Zaïre à des singes pour tester l’efficacité d’un traitement expérimental utilisant de petites particules de matériel génétique (petits ARN interférents ou siRNAs) pour empêcher la réplication virale. La formule avait été testée auparavant sur des cochons d’Inde.

Dans une première expérience, les chercheurs ont administré à trois singes rhésus macaques une dose potentiellement mortelle du virus Ebola-Zaïre, puis quatre doses de traitement sur plusieurs jours. Un des singes est mort.

Dans la seconde expérience incluant quatre singes, ils ont administré sept doses de traitement. Tous ont survécu.

Dans les deux cas, un singe “contrôle”, infecté mais non traité, est mort.

Selon les chercheurs, ces résultats marquent un progrès important, même si un long chemin reste à parcourir jusqu’au développement d’un traitement pour l’homme, parfaitement sécurisé.

Leurs travaux ont été financés par une agence du Pentagone en charge des stratégies contre les armes de destruction massive. Le virus Ebola fait partie des agents pathogènes qui pourraient potentiellement être utilisés comme arme de bioterrorisme.

Des scientifiques travaillant au Pentagone étaient déjà parvenus à tester avec succès un vaccin chez des singes, en 2005 et 2006.

Environ 1.850 cas d’Ebola ont été documentés depuis 1976, dont plus de 1.200 décès, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 


SUR LE MÊME SUJET
Après la découverte du réservoir des virus Ebola et Marbourg en 2009 par le Centre international de recherches médicales de Franceville, au Gabon, ce sont les américains qui ont réalisé un pas sérieux vers un traitement efficace de l’un des virus les plus redoutés au monde. Des scientifiques de Boston et du Pentagone ont publié le 28 mai par la revue médicale britannique The Lancet que des singes exposés au virus Ebola ont pu être protégés grâce à un traitement. Cette expérience est une première en matière de traitement du virus Ebola. Une équipe de chercheurs conduite par un chercheur américain ...
Lire l'article [1]
Une part étonnamment élevée de la population gabonaise serait immunisée contre le virus Ebola, probablement après avoir consommé des fruits contaminés par de la salive de chauves-souris, selon des chercheurs de l'Institut de recherche pour le développement (IRD). Leur étude sur plus de 4.000 prélèvements sanguins, publiée mardi dans la revue américaine PLoS ONE, apporte un éclairage nouveau sur la circulation d'Ebola dans la nature et sur sa dangerosité pour l'homme, qui pourrait s'avérer moindre que prévu. 15,3% des habitants testés possèdent en effet des anticorps contre ce virus, sans apparemment jamais avoir eu de fièvre hémorragique ou d'autres symptômes (diarrhées sévères, ...
Lire l'article [2]
De nombreux gabonais sont immunisés contre le virus Ebola. Leurs anticorps viendraient de fruits contaminés par de la salive de chauve-souris. Une part étonnamment élevée de la population gabonaise serait immunisée contre le virus Ebola, probablement après avoir consommé des fruits contaminés par de la salive de chauves-souris, selon des chercheurs de l'Institut de recherche pour le développement (IRD). Leur étude sur plus de 4. 000 prélèvements sanguins, publiée mardi dans la revue américaine PLoS ONE, apporte un éclairage nouveau sur la circulation d'Ebola dans la nature et sur sa dangerosité pour l'homme, qui pourrait s'avérer moindre que prévu. 15,3% des habitants testés ...
Lire l'article [3]
Une part étrangement élevée de la population gabonaise serait immunisée du virus Ebola. Ils auraient probablement consommé des fruits contaminés par la salive de chauves-souris, apprend-on dans TV5. L’étude des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) s’est effectuée sur plus de 4000 prélèvements sanguins et a été publiée mardi dans la revue américaine PLoS ONE. 15,3% des habitants testés possèdent en effet des anticorps contre le virus. Ils n’ont jamais eu de fièvre hémorragique ni d’autres symptômes (diarrhées, vomissements). Depuis le premier cas recensé en 1976, la fièvre Ebola foudroie humains et grands singes dans de nombreux ...
Lire l'article [4]
Les chercheurs de l'IRD et du MnHn décrochent des chauves-souris à Lambaréné au Gabon, avant de les placer dans des sacs individuels et d'effectuer des analyses virologiques. Des fruits avec des traces de salive de chauves-souris ; ces fruits consommés ensuite par des habitants des régions forestières du Gabon : résultat, ces Gabonais seraient immunisés contre le redoutable virus Ebola, selon la toute dernière étude concernant ce virus, étude qui vient d'être publiée dans la revue scientifique américaine PLoS ONE. Une part étonnamment élevée de la population gabonaise serait immunisée contre le virus Ebola, probablement après avoir consommé des fruits sur ...
Lire l'article [5]
Le Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), dans le Haut-Ogooué, vient d’annoncer l’opérationnalité de ses capacités d’analyse épidémique, pour lesquelles trois jours suffiront désormais à confirmer un foyer épidémique, contre les deux semaines nécessaires pour attendre les résultats des laboratoires américains. Il y a un an, l’équipe de recherche du CIRMF avait annoncé lors d’un congrès mondial à Libreville la découverte du réservoir des virus Ebola et Marbourg, la chauve-souris, qui avait permis de débloquer les moyens de développer les capacités de recherches du centre. Depuis l’annonce il y a un an de la découverte du réservoir des ...
Lire l'article [6]
L'organisation Médecins sans frontières (MSF) a annoncé, lundi 29 décembre, que 11 personnes étaient mortes en République démocratique du Congo (RDC) après avoir été infectées par le virus Ebola. Selon Auguste Mupipi Mukulumany, ministre congolais de la santé, cette épidémie de fièvre hémorragique aurait commencé fin novembre à Kaluamba, au Kasaï-Occidental, dans le centre du pays. Une quarantaine de cas suspects auraient été recensés et des analyses ont permis d'identifier la présence du virus. Les autorités sanitaires congolaises ont appelé à l'aide l'Organisation mondiale de la santé (OMS). MSF a annoncé avoir pu installer une petite unité d'isolement de six ...
Lire l'article [7]
Le virus Ebola, identifié pour la première fois en 1976 en République Démocratique du Congo (ex-Zaïre), est à l’origine de plusieurs épidémies mortelles en Afrique Centrale. Depuis quelques années, plusieurs de ces épidémies foudroyantes se sont produites simultanément en République du Congo et au Gabon, plaçant ainsi le contrôle de l’infection par le virus Ebola au rang de priorité sanitaire majeure pour ces pays. L’infection se manifeste chez l’homme par une fièvre hémorragique qui entraîne la mort en quelques jours dans 80 % des cas. Le virus, qui se transmet par contact direct, provoque ainsi une mortalité aux conséquences sociales ...
Lire l'article [8]
Les autorités sanitaires de la République démocratique du Congo annoncent un retour du virus Ebola, qui a fait neuf morts dans la province du Kasaï, dans le sud de la RDC. Ce virus a fait son apparition le 27 novembre dans le Kasaï occidental et des échantillons de sang et de selles ont été envoyés à des laboratoires situés au Gabon et en Afrique du Sud à des fins d'analyse. "A la suite des analyses d'échantillons prélevés à Kalwamba, il est maintenant reconnu que nous faisons face à une épidémie de la fièvre virale hémorragique Ebola", a déclaré le ministre congolais ...
Lire l'article [9]
L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a annoncé le 4 novembre que les scientifiques canadiens avaient fait une découverte qui devrait permettre de mieux comprendre les éléments déclencheurs dans la transmission du virus Ebola d'un animal à l'humain et pourrait éviter des épidémies. Cette découverte a été rendue possible grâce aux tests réalisés sur des chauve souris, identifiées comme le réservoir naturel du virus 4e Congrès International sur les virus Ebola et Marburg qui s’était tenu du 26 au 28 mars dernier à Libreville, au Gabon. La maîtrise épidémiologique du virus Ebola pourrait avoir fait un pas de ...
Lire l'article [10]
Santé : Des progrès dans le traitement de la fièvre Ebola
Gabon: un nombre étonnant d’habitants immunisés contre le virus Ebola
Gabon: Immunisés contre le virus Ebola grâce aux chauve-souris
Des Gabonais immunisés contre le virus Ebola
Une partie de la population gabonaise immunisée contre le virus Ebola
Gabon : Franceville à la pointe de la recherche sur le virus Ebola
Le virus Ebola frappe à nouveau au Congo-Kinshasa
Le virus Ebola au rang des priorités sanitaires majeures au Gabon…et au Congo
Le virus Ebola refait surface en RDC, neuf morts
Santé : Une découverte pour lutter contre la propagation du virus Ebola

1 Comment (Open | Close)

1 Comment To "Virus Ebola : résultat prometteur d’un traitement expérimental chez le singe"

#1 Comment By Tshinyama Etienne On 24 Juin 2010 @ 09:10

je suis étudiant en première année en santé communautaire, option: épidémiologie.
A cet effet, j’ai travail de recenser tous les cas d’ebola depuis 1950 à 2010 en république démocratique du Congo. c-à-d, nombres de cas par année. Cependant je cherche à faire l’évolution de ladite maladie.