Socialisez

FacebookTwitterRSS

Des ONG demandent une enquête sur l’achat par le Gabon d’un immeuble à Paris

Auteur/Source: · Date: 31 Mai 2010
Catégorie(s): Société

La France a le statut de “paradis fiscal” pour des dirigeants “qui sévissent contre leurs peuples en Afrique francophone”, accuse la coalition anti-corruption “Publiez ce que vous payez”.
Des ONG gabonaises, membres de la coalition anti-corruption “Publiez ce que vous payez” (PCQVP) “exigent” une enquête parlementaire sur l’achat par le Gabon d’un immeuble à Paris, apprend-on par communiqué, lundi 31 mai.
Selon deux journaux, cet immeuble parisien a coûté 100 millions d’euros. L’achat de cet immeuble, situé dans le 7e arrondissement, avait été annoncé par la présidence gabonaise dans un communiqué publié le 19 mai, sans précisions de montant.
Biens mal acquis
PCQVP-Gabon, qui regroupe 27 organisations et associations militant pour une gestion transparente des revenus pétroliers, cite des extraits d’un article publié le 26 mai par l’hebdomadaire français Le Canard enchaîné selon lequel l’Etat gabonais a payé “100 millions d’euros” (près de 65,6 milliards de FCFA) cette propriété qui appartenait à la famille Pozzo di Borgo et “nécessite de sérieux travaux de remise en état”.
Lundi, le quotidien français Le Parisien a rapporté la même information, en mentionnant un “prix de vente affiché de 100 millions d’euros”.
“Face à la gravité des informations publiées par Le Canard enchaîné”, PCQVP-Gabon “exige une enquête parlementaire sur ce que nous considérons comme un scandale”, déclare-t-elle dans son communiqué signé par son coordinateur national, Marc Ona Essangui.
Une plainte non recevable
“Ces informations graves (…) relancent le débat sur les biens mal acquis dont le régime en place s’est rendu coupable au cours des 42 dernières années”, estime-t-elle, évoquant un “inquiétant statut désormais avéré de la France comme paradis fiscal” pour des dirigeants “qui sévissent contre leurs peuples en Afrique francophone”.
Les ONG Transparency International-France et Sherpa avaient déposé à Paris en 2008 une plainte visant plusieurs présidents africains dont le Gabonais Omar Bongo, décédé en 2009, et portant sur “les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France”. L’affaire a été surnommée “les biens mal acquis” par la presse.
Une juge avait donné son feu vert en mai 2009 à l’ouverture d’une information judiciaire mais le Parquet avait saisi la Cour d’appel de Paris qui avait jugé la plainte non recevable en octobre 2009.

(Nouvelobs.com avec AFP)
 


SUR LE MÊME SUJET
Le bureau fédéral de la fédération du parti démocratique gabonais (PDG au pouvoir) effectue sa rentrée politique 2011-2012 le samedi 22 octobre prochain dans le 8è arrondissement de Paris, indique un communiqué de la fédération PDG de France dont une copie est parvenue au bureau de Gabonews à Paris. Les membres du bureau fédéral du parti crée par feu président Omar Bongo Ondimba en 1967, aborderont le planning des activités de la fédération et la restructuration des représentations décentralisées à Paris, ainsi que dans les principales villes de France à très forte concentration de ressortissants gabonais, précise le ...
Lire l'article
Robert Bourgi, qui distille depuis trois jours ses accusations sur l’argent noir de la Françafrique, va être entendu par la brigade financière à la demande du parquet de Paris. Quel crédit porter aux allégations de l’avocat ? Par Steven JAMBOT (texte) Le parquet de Paris a demandé, mardi, à la brigade financière d’interroger l’avocat Robert Bourgi sur ses déclarations distillées depuis trois jours dans les médias français. L’avocat franco-libanais de 66 ans accuse notamment l’ancien président Jacques Chirac et celui qui fut son chef de cabinet puis Premier ministre, Dominique de Villepin, d’avoir reçu des millions de dollars en espèces ...
Lire l'article
Des militants d'un "Collectif pour la libération du Gabon", soutenus par Jeudi Noir, ont pénétré lundi en début d'après-midi dans la cour d'un hôtel particulier à Paris, appartenant selon eux à l'Etat gabonais, pour dénoncer les "biens mal acquis" par le président Ali Bongo. Munis d'une échelle, trois militants gabonais ont escaladé un peu après 13h00 le mur d'enceinte tandis qu'une vingtaine de militants de Jeudi Noir et du collectif déployaient une banderole devant l'entrée du bâtiment, situé 51 rue de l'Université (VIIe), a constaté une journaliste de l'AFP. Les mots "Biens mal acquis, pouvoir mal acquis! Ali ben Bongo dégage!" étaient ...
Lire l'article
Le Béninois Francis Kpatindé a baissé le son de sa télévision, mercredi, quand les soldats de 13 pays africains défilaient à Paris, pour la fête nationale française. "De qui se moque-t-on?", s'est-il demandé, choqué que Paris célèbre ainsi l'indépendance de ses ex-colonies. "Est-ce qu'on imaginerait que le Royaume-Uni demande au président américain de venir commémorer à Londres l'indépendance des Etats-Unis" (obtenue en 1776)?, interroge M. Kpatindé, ancien rédacteur en chef de l'hebdomadaire Jeune Afrique, né il y a 54 ans au Dahomey, actuel Bénin. Ce porte-parole d'un organisme international à Dakar, s'exprimant à titre strictement personnel, n'a pas non plus apprécié de ...
Lire l'article
Le Béninois Francis Kpatindé a baissé le son de sa télévision, mercredi, quand les soldats de 13 pays africains défilaient à Paris, pour la fête nationale française. "De qui se moque-t-on?", s'est-il demandé, choqué que Paris célèbre ainsi l'indépendance de ses ex-colonies. "Est-ce qu'on imaginerait que le Royaume-Uni demande au président américain de venir commémorer à Londres l'indépendance des Etats-Unis" (obtenue en 1776)?, interroge M. Kpatindé, ancien rédacteur en chef de l'hebdomadaire Jeune Afrique, né il y a 54 ans au Dahomey, actuel Bénin. Ce porte-parole d'un organisme international à Dakar, s'exprimant à titre strictement personnel, n'a pas non plus apprécié de ...
Lire l'article
COMMUNIQUE DE PRESSE Dans un communiqué rendu public le 19 mai 2010, la Présidence de la République gabonaise annonçait l’acquisition « en toute transparence » d’un bien immobilier à Paris en France, un « bien » révélé par la suite dans les médias privés français comme un hôtel particulier de grand standing que la Présidence gabonaise s’est maladroitement évertuée à présenter comme une acquisition pour le compte de l’Etat, et au profit de l’Ambassade du Gabon à Paris. Cette information serait évidemment passée inaperçue si le Canard Enchaîné, dans son édition du 26 mai 2010 n’avait signalé le caractère troublant de ...
Lire l'article
L'Etat Gabonais a annoncé dans un communiqué officiel daté de mercredi, l'acquisition "en toute transparence" d'un immeuble situé rue de l'Université, dans le 7ème arrondissement de Paris, au profit de l'ambassade du Gabon en France. "Cette décision du chef de l'Etat contribue à offrir à notre pays, aux résidents gabonais en France et en Europe, un espace d’échanges, de travail et d’hébergement de délégations gabonaises afin de réduire notablement les frais d’hôtel lors des missions officielles," explique le communiqué de presse. Le document justifie cet achat, réalisé dans le cadre du projet de société « l’Avenir en confiance » du Président de ...
Lire l'article
L'ONG Transparence internationale avait porté plainte en 2008 concernant les biens acquis en France par Omar Bongo du Gabon, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang de Guinée Equatoriale. Clos avant d’être ouverte ? La Cour d'appel de Paris a refusé jeudi qu'un juge d'instruction lance une enquête sur l'affaire dite des «biens mal acquis» présumés par les présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage, a-t-on appris de source judiciaire et auprès de l'un des avocats. La chambre de l'instruction de la cour d'appel a jugé irrecevable la plainte de l'ONG Transparence International, spécialisée dans la ...
Lire l'article
Une enquête judicaire pourrait être ouverte à Paris concernant des biens acquis en France par le Gabonais Omar Bongo, le Congolais Denis Sassou Nguesso et l'Equato-Guinéen Théodoro Obiang Nguema. Mardi, la juge d'instruction Françoise Desset a déclaré recevable la plainte déposée par deux associations. Le 20 avril dernier le Parquet de Paris s'était prononcé contre l'ouverture d'une enquête. Il dispose désormais de cinq jours pour faire appel. Le 20 avril dernier le procureur, c'est-à-dire le représentant de l'Etat français, s'était prononcé contre l'ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire dite des « biens mal acquis ». Le procureur estimait que les plaignants, les associations ...
Lire l'article
Sur cette page, vous trouverez des liens vers les divers meetings de la Coalition. Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009, "Etats-Généraux de la Réforme au Gabon" portant Modification et révision de la Constitution Gabonaise Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 portant naissance de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National Vous pouvez aussi suivre les activités et news de la Coalition.
Lire l'article
Rentrée politique de la fédération PDG de France samedi prochain à Paris
Le parquet de Paris ouvre une enquête après les déclarations de Bourgi
Un immeuble de l’Etat gabonais à Paris occupé par des opposants
14 juillet à Paris: “de qui se moque-t-on?”, demandent des Africains
14 juillet à Paris: “de qui se moque-t-on?”, demandent des Africains
La coalition Publiez Ce Que Vous Payez exige une enquête parlementaire sur l’immeuble acquis à Paris par Ali Bongo
Le Gabon acquiert un immeuble à Paris “en toute transparence”
Biens mal acquis : la justice refuse l’ouverture d’une enquête
Gabon: Enquête judiciaire contre 3 chefs d’Etat africains
Meetings de la Coalition


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Mai 2010
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*