Socialisez

FacebookTwitterRSS

[INTERVIEW] “Une réinterprétation du pouvoir africain”

Auteur/Source: · Date: 31 Mai 2010
Catégorie(s): Afrique

Philippe Hugon, directeur de recherche à l’Iris, explique les causes de l’échec du processus démocratique dans la plupart des ex-colonies françaises en Afrique.
Pourquoi, après le bref élan démocratique consécutif au discours de La Baule de François Mitterrand en 1990, les ex-colonies françaises en Afrique replongent-elles dans l’instabilité ?
Il faut d’abord savoir ce que l’on entend par démocratie. Ce n’est pas seulement la tenue d’élections libres et le développement du multipartisme.
L’équilibre entre le monde politique, la justice et la presse est également essentiel.
Le grand déni de démocratie, c’est l’absence d’équilibre des pouvoirs, que prônait Montesquieu.
Depuis le discours de La Baule, la presse est plus libre, même s’ il y a encore des problèmes de déontologie. Dans les journaux, les affaires de mœurs sont traitées, mais il n’y a en revanche pas de débat public.
Le pouvoir de l’exécutif reste très important, tandis que les parlements sont faibles et la justice souvent corrompue. Par ailleurs, même si le multipartisme existe, chaque parti est souvent lié à une ethnie, ou à une seule personne, au lieu d’être fondé sur une base programmatique. Les chefs d’Etat ont taillé les Constitutions sur mesure pour rester au pouvoir. Et les militaires ont procédé à des coups d’Etat. On est donc en retrait par rapport au processus de La Baule. Au Tchad et au Cameroun, les présidents le restent à vie.
Au Togo et au Gabon, les régimes sont héréditaires. Le Bénin et le Mali sont, par contre, des Etats démocratiques.

Comment expliquer le culte du pouvoir personnel dans les Etats africains?

– Avoir du pouvoir, c’est accéder aux rentes minières, pétrolières … Le contrôle de ces rentes est assuré par le plus haut niveau de l’exécutif. C’est une réinterprétation du pouvoir africain qui appartient à une seule personne, un ancien, qui le garde jusqu’à sa disparition.
Toutefois, le parti unique n’est plus la base de la société. Les peuples ne sont plus apathiques lorsqu’ils n’ont pas un dictateur en face d’eux.
Mais le multipartisme n’est pas forcément un mieux démocratique quand il est basé sur des corporatismes.
Le problème majeur est l’absence de débats politiques. Faut-il une régulation économique ? Une plus grande intervention de l’Etat? Ces questions ne sont pas posées. Sur un échiquier politique, je serais incapable de vous dire quel parti politique africain est de droite ou de gauche.

Pourquoi violences et guerres civiles ont-elles émaillé les deux dernières décennies ?

– Il n’y a pas plus de guerres civiles qu’au moment de l’indépendance. Elles sont même moins violentes.
L’Afrique est très différenciée. Aucune guerre civile n’a frappé le Bénin, le Gabon, le Burkina Faso,… Les conflits s’expliquent par la non-légitimité du pouvoir en place, qui ne redistribue pas les rentes. L’habileté d’Omar Bongo, au Gabon, a été de redistribuer les rentes à ses opposants.
Les guerres civiles éclatent quand des groupes n’ont pas accès au foncier. Il y a un déni de droit pour ceux qui ne sont pas de la bonne ethnie, de la bonne religion… Au départ, le conflit est d’ordre social et économique. Il devient ensuite ethnique et religieux. Si l’on prend les guerres en Côte d’Ivoire, c’est une rivalité entre ceux qui ont les terres et ceux qui ne les possèdent pas. Au départ, la société n’a pas de problème de terre. Les ressources sont exploitées. Puis, le foncier se fait rare. La population autochtone considère alors les allogènes comme n’ayant pas de droit. Elle s’invente une ethnie et un passé qui lui donnent des prérogatives.

De quelle manière la communauté internationale peut-elle soutenir les efforts démocratiques ?

– La démocratie est un combat. Le Mali, par exemple, est plus démocratique car des organisations paysannes se sont développées. Le rôle des femmes est également important dans ce pays. Tout commence par un processus interne : syndicats, associations de citoyens…
Ce que peut faire l’extérieur, c’est appuyer ces groupes locaux, notamment par le biais des ONG. Les partis politiques français devraient quant à eux aider les partis politiques africains. L’aide peut aussi être conditionnée au respect des droits de l’Homme. L’Union européenne a ainsi sanctionné le Togo en raison du non-respect du processus démocratique.
La communauté internationale ne peut être indifférente.
La question que les pays de la communauté internationale doivent se poser est : soutient-on un contrat, un marché ou les droits de l’Homme? Certains font alors le choix de la realpolitik, tels les Chinois.
Interview de Philippe Hugon, directeur de recherche à l’Iris (Institut de relations internationales et stratégiques) par Bérénice Rocfort-Giovanni
 


SUR LE MÊME SUJET
Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) s’est taillé la part du lion aux dernières élections législatives du 17 décembre dernier en récoltant 113 députés sur les 120 sièges mis en jeu sur l’ensemble du territoire national. Le processus électoral en vue du renouvellement de l’Assemblée Nationale qui a dévoilé dans la nuit de mercredi à jeudi les noms des heureux vainqueurs a connu une participation de 255 570 votants sur 745 645 inscrits. Le taux de participation au scrutin est de 34,28%. Selon le Président de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), René Aboghé Ella, ce taux est ...
Lire l'article
Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) a conservé la mairie du 2ème arrondissement de Lambaréné, chef-lieu de province du Moyen-Ogooué, dans le centre du Gabon, avec le quasi plébiscite enregistré par son candidat Isidore Makomabane, candidat unique à l’élection municipale partielle organisée vendredi dernier. A l’issue du scrutin supervisé par le gouverneur de la province du Moyen-Ogooué, M. Pascal Yama Lendoye, M. Makomabane a obtenu 15 voix sur 16 votants, soit 93,75% des suffrages exprimés. Il succède à M. Michel Akoghé, élu maire de la commune de Lambaréné, le 13 juin dernier, en remplacement de M. Séraphin Davin Akouré qui ...
Lire l'article
Dans un communiqué de la présidence de la République gabonaise parvenu à la Rédaction de GABONEWS, le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a fermement condamné la tentative de coup d’Etat et d’assassinat visant le président démocratiquement élu du Niger, Mahamadou Issoufou. GABONEWS livre en intégralité le communiqué de la présidence de la République. « Une tentative de coup d’Etat s’est perpétrée le 26 juillet 2011 au Niger, visant à renverser les institutions démocratiques, et notamment le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Mahamadou ISSOUFOU Le Président de la République Gabonaise, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Ali ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Ali Bongo Ondimba s’est rendu mardi en milieu de matinée à Makokou, chef de la province de l’Ogooué-Ivindo (Nord-est) pour sa deuxième sortie pour le compte de la campagne électorale en vue de la présidentielle anticipée du 30 août prochain. Le candidat Ali Bongo Ondimba était entouré des membres influents du parti, notamment, le président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama, par ailleurs vice-président du PDG, du Premier ministre, Paul Biyoghé Mba, également vice-président du parti et de la responsable des femmes, Angélique Ngoma. Dimanche dernier, lors de son meeting ...
Lire l'article
Le Gabon a intégré le Centre africain du riz (WARDA), a annoncé, lundi, le directeur général de l’Association des pays membres de ce centre, M. Papa Abdoulaye Seck, précisant que cette adhésion porte désormais à 23 le nombre de pays membres de l’association. Le Gabon, qui a l’une des plus grandes consommations de riz par tête d’habitant en Afrique de l’Ouest et du Centre, est l’un des six pays, y compris la République centrafricaine, la République démocratique du Congo (RDC), l’Egypte, le Congo et l’Ouganda, à devenir membre depuis 2007. L’adhésion au centre couvre maintenant toutes les régions du continent. L’un des ...
Lire l'article
Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession, a annoncé mercredi le Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir. Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession. Ministre de la Défense, il a été désigné candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir pour l'élection présidentielle. Ali Ben Bongo, fils du défunt président gabonais Omar Bongo, briguera sa succession. Ministre de la Défense, il a été désigné candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) au pouvoir pour l'élection présidentielle. Ministre de la Défense, Ali Ben Bongo est donné favori pour succéder à ...
Lire l'article
Le Dr. Bruno Ella, Porte-Parole du mouvement d'opposition en exil "Bongo Doit Partir" s'est exprimé ce mercredi 20 mai sur les ondes de la BBC Afrique (francophone) au cours d'une interview dans laquelle il a déploré l'irresponsabilité du régime au pouvoir au Gabon, qui semble naviguer à vue et se refuse à appliquer l'article 13 de la Constitution gabonaise qui commande que la vacance temporaire ou définitive de pouvoir soit constatée pour quelque cause que ce soit. Cliquez sur la photo pour écouter le Dr. Ella.
Lire l'article
Le Dialogue républicain devant regrouper pouvoir, opposition et société civile du Congo avant l'élection présidentielle de juillet a commencé mardi dans des conditions particulières: sans la présence de l'opposition et après des tirs de mortier dans la nuit sur Brazzaville. Seuls des membres du gouvernement, des représentants de l'Eglise ainsi que du corps diplomatique, et des élus de la majorité étaient présents au lieu de rencontre, le Parlement. La séance a d'ailleurs débuté à 17h00 locale (16h0O GMT) avec deux heures de retard sur l'horaire prévu et a duré moins d'une heure avant d'être suspendue jusqu'à mercredi. L'opposition avait fait part à ...
Lire l'article
ADDIS ABEBA - L'Union africaine a suspendu Madagascar de ses instances après la prise du pouvoir par l'opposant Andry Rajoelina, considérant que celle-ci correspondait à "un changement de gouvernement non constitutionnel". "Le conseil estime que ce qui s'est produit à Madagascar entre dans la définition d'un changement de gouvernement non constitutionnel", a déclaré l'ambassadeur du Burkina Faso, Bruno Nongoma Zidouemba, président du conseil de sécurité de l'Union africaine. "Le conseil a donc décidé de suspendre la participation de Madagascar aux instances et organes de l'UA." La Communauté pour le développement de l'Afrique australe avait déjà refusé jeudi de reconnaître le nouvel homme ...
Lire l'article
L'opposant malgache Andry Rajoelina, qui a reçu le soutien de l'armée, a exigé, en début d'après-midi samedi 14 mars, la démission du président Marc Ravalomanana : "Il n'y a qu'une seule exigence, c'est le départ de Ravalomanana (...) Nous attendrons quatre heures. Moi, Andry Rajoelina, suis prêt à assurer la transition démocratique", a-t-il lancé devant près de 15 000 personnes réunies sur la place du 13-Mai, dans le centre de la capitale, Antananarivo. Dans la matinée, un cabinet de l'opposition, nommé pour remplacer l'actuel gouvernement, s'est emparé des bureaux, désertés, du premier ministre. "Le président de la République, l'Assemblée nationale, le ...
Lire l'article
Elections législatives / Le parti au pouvoir décroche 113 des 120 sièges
Le parti au pouvoir conserve la mairie du 2ème arrondissement de Lambaréné
Coopération /Tentative de coup d’Etat au Niger : le président Ali Bongo « condamne fermement ce moyen d’accession au pouvoir »
abon: Le candidat du parti au pouvoir à Makokou pour son 2ème meeting électoral
Le Gabon devient membre du centre africain du riz
Ali Ben Bongo, candidat du parti au pouvoir au Gabon
Où est donc passé Omar Bongo? Interview du Dr. Bruno Ella du BDP sur la BBC
Congo: courte séance de concertation entre pouvoir et opposition
L’Union africaine a suspendu Madagascar de ses instances après la prise du pouvoir par l’opposant Andry Rajoelina
Situation tendue à Madagascar où l’opposition revendique le pouvoir


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Mai 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*