Socialisez

FacebookTwitterRSS

Ouverture à Nice du 25ème sommet France-Afrique (Par Lin-Joël NDEMBET)

Auteur/Source: · Date: 31 Mai 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde

Le 25ème sommet France-Afrique s’ouvre lundi à Nice dans le sud de la France, en présence de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement africains et du président français, Nicolas Sarkozy, hôte du sommet, a constaté surplace l’envoyé spécial de l’AGP.

La ville de Nice, dont le maire est Christian Estrosi, par ailleurs, ministre chargé de l’Industrie dans le gouvernement français, abrite le 25ème Sommet Afrique- France qui s’achève mardi. 52 Etats africains, dont le Gabon, sont conviés à ce rendez-vous qui verra, ce lundi après-midi à la cérémonie d’ouverture à l’Acropolis, la participation de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement, des représentants de l’Union européenne, de l’Organisation mondiale de la francophonie, de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, de la Commission de l’Union africaine, de la Banque mondiale et autres partenaires multilatéraux des pays africains.

Ce 25ème sommet France-Afrique, est le premier auquel le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba prend part depuis son avènement à la tête du Gabon. Il se tient plus de deux mois après que le président français, Nicolas Sarkozy a scellé, lors de sa visite à Libreville, du 24 et 25 février dernier, la mort de la « Françafrique », du pré-carré et sa nébuleuse de réseaux et autres affaires. Et aussi, après sa vision pour l’Afrique déclinée en février 2008 au Cap en Afrique du Sud.

Selon les autorités françaises, Nice consacrera bien un tournant dans cette vieille relation liant la France et l’Afrique souvent critiquée. Celle-ci confinait les Africains au paternalisme, de même, qu’elle était assimilée à des réseaux et leurs corollaires dérapages et autres dérives que les opinions africaines, voire françaises, n’ont eu de cesse de dénoncer au cours de ces dernières années. Effectivement, si le président français Nicolas Sarkozy, a souhaité marqué la rupture par rapport à ses prédécesseurs à l’Elysée, puis décidé d’engager la relation franco-africaine sur une nouvelle voie et une dimension liées aux évolutions et exigences du moment, son discours prononcé au Gabon, a reçu un écho favorable de la part d’une opinion publique africaine démocratique, puisque à leurs attentes et aspirations. Le contexte y était favorable.

Aussi bien en France, qu’au Gabon, où dans d’autres Etats, une nouvelle génération aux idées novatrices favorables à la démocratisation des relations franco-africaines arrivait aux affaires. On a hâte de voir les choses réellement bougées. Les premiers éléments de cette rupture concrète devant, espère-t-on, être perceptibles d’ici-là.

Au demeurant, le Sommet de Nice revêt donc une importance. Les discussions à huis clos que le président français et ses homologues africains auront, après la cérémonie d’ouverture officielle marquée de Nicolas Sarkozy et Hosni Moubarak, président d’Egypte, doivent favoriser des avancées dans plusieurs domaines. Les thématiques permettent de l’affirmer. Face aux enjeux politiques majeurs du 21ème siècle, notamment, la place de l’Afrique dans la gouvernance mondiale, les indicateurs fixent la donne réelle exigeant une prise de conscience effective. Nul n’ignore qu’avec 18% de la population mondiale, 27% des Etats membres des Nations Unies, mais seulement, 4% du PIB mondial, l’Afrique reste un acteur marginal dans les grandes instances multilatérales.

C’est ainsi que l’ouverture d’un débat, entre autres, sur la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies dans l’intérêt de l’Afrique et une meilleure association de l’Afrique aux travaux du G8 et du G20, pourrait entrevoir une avancée sur la question de la réforme de l’ONU. Une réforme, faut-il le rappeler, qui divise encore les Africains d’autant qu’ils n’arrivent pas à s’accorder définitivement sur le nombre exact de sièges pour le continent noir au sein de l’organe dirigeant de l’ONU. Une autre question de fond à l’ordre du jour des huis clos aura trait au renforcement de la paix et la sécurité. Paris ayant été régulièrement critiquée pour son interventionnisme dans les pays africains, et cela souvent au gré de ses intérêts, la France n’est plus le gendarme de l’Afrique, comme l’a souligné Nicolas Sarkozy, dans son discours du Cap, en Afrique du Sud.

Le retrait annoncé des bases militaires françaises ou l’allègement du dispositif français dans certains pays procède de cette volonté. Ainsi, l’évocation de ces questions par le biais des enjeux que constitue le soutien qui peut être apporté au système africain de sécurité collective, devrait naturellement être d’une importance majeure. Il en est de même de l’intérêt commun de la France, de l’Europe et de l’Afrique à lutter contre les menaces transnationales (terrorisme, trafic de drogues, piraterie, etc.

Au cours de ce Sommet de Nice, la question climatique ne pouvait ne pas être abordée, tant les incidences sur le développement sont réelles. Il faut dire qu’après le sommet mondial de Copenhague au Danemark, où la France et l’Afrique avaient œuvré ensemble pour les avancées enregistrés dans la lutte contre le réchauffement climatique, la conclusion il y a quelques jours d’un partenariat mondial sur la déforestation issue des discussions de Paris, marque l’engagement commun pour le climat. La France et l’Afrique engagées sur la route de Mexico, où se tiendra le prochain round mondial des débats sur le climat, devront définir ensemble une méthode destinée à concilier les exigences de lutte contre le changement climatique et celles du développement, la pauvreté et la sécurité alimentaire.

Il reste qu’en dehors de ces sujets de grande portée pour les Etats africains, la dimension économique et sociale de la Conférence franco-africaine de Nice, sera bien mise en exergue. En effet, on croit savoir que pour bien marquer que la spécificité des relations entre la France et l’Afrique ne tient pas uniquement aux relations d’Etat à Etat, mais s’étendent aux mondes économique, culturel et associatif. La grande évolution de ce Sommet est la présence de nombreux hommes d’affaires et patrons français et africains venant de toutes les régions, de même que des organisations syndicales invitées.

Ils devront, au sein des ateliers où interviendront des ministres, dont le ministre gabonais de l’Economie, Commerce, Magloire Ngambia, entre autres, échanger sur les voies et moyens d’aider les Etats africains à renforcer leurs dispositifs juridiques pour favoriser les investissements. Mais aussi sur les mesures à prendre pour rendre le système financiers plus fluide et accessible aux PME, partant, pour susciter les investissements.

Le rôle de la formation professionnelle pour avoir des entités performantes et compétitives nécessitera que les partenaires privées français publics et privés discutent pour améliorer et renforcer l’offre professionnelle au profit de la jeunesse africaine en quête d’expertise. Sur la question de la responsabilité sociale et environnementale impliquant plusieurs acteurs, l’impérieuse nécessité de prendre de dispositions en vue du renforcement de cette démarche sur l’ensemble du continent devrait également susciter de sérieux échanges. Idem, pour la promotion des énergies renouvelables et la mobilisation des migrants pour la création des entreprises et l’investissement en Afrique.  


SUR LE MÊME SUJET
Le 25ème Sommet Afrique-France s’est achevé mardi à Nice sur une déclaration finale soulignant la nécessité de renforcer les relations entre la France et l’Afrique par la création d'un partenariat fondé sur les intérêts partagés et une confiance mutuelle. Après deux jours de discussion à huis clos entre les 36 chefs d’Etat et des entretiens thématiques auxquels ont été conviées les forces vives du monde économique, ils ont pris un certain nombre d’engagements et appelé notamment à œuvrer de part et d’autre pour l’intégration de l’Afrique dans le jeu planétaire. C’est ainsi que sur l’importance de la participation du continent dans le ...
Lire l'article
La "photo de famille" ne ressemble pas à celle des précédentes grand-messes franco-africaines; pour clore son premier sommet du genre, devant la presse, mardi 1er juin à Nice, Nicolas Sarkozy a choisi de s'entourer de trois chefs d'Etat dont un seul, le Camerounais Paul Biya, est francophone, rapporte le Monde .fr. Le message était clair: le président français, en s'affichant aux côtés de Jacob Zuma, président de l'Afrique du Sud, locomotive du continent, de Meles Zenawi, premier ministre d'Ethiopie (10 % de croissance par an) et de Bingu wa Mutharika, chef du petit Malawi mais surtout président de l'Union africaine, a ...
Lire l'article
par Xavier Monnier. Les sommets valent aussi par leurs mets. Et leurs valets… Les 24 heures officielles de la rencontre Afrique-France à Nice peuvent aussi se résumer à ses déjeuners et dîners. Fidèle à la tradition culinaire tricolore, les hôtes français ont voulu régaler leurs convives africains, 38 chefs d’Etat et 5 chefs de gouvernement. Premier à dégainer, juste avant l’ouverture officielle des débats, Bernard Kouchner, plus ministre des factures que des Affaires étrangères. Un dîner pour achever les houleux débats du dimanche 30 mai 2010 avec ses homologues africains. Le seul instant du sommet où les saillies ont pullulé et ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo s’est envolé le 30 mai pour Nice, en France, où il prend part du 31 mai au 1er juin au 25e sommet France-Afrique, son premier depuis son investiture le 16 octobre 2009. La place de l'Afrique dans la gouvernance mondiale, la paix et la sécurité du continent mais aussi les grands dossiers internationaux comme le réchauffement climatique sont au cœur de ce Le 25e sommet France-Afrique tient ses assises du 31 mai au 1er juin à Nice, en France. C’est dans cette optique que le chef de l’Etat gabonais a quitté Libreville le 30 mai ...
Lire l'article
Le 25ème sommet Afrique- France s’est ouvert hier à Nice, au Sud de la France, en présence de trente-huit chefs d’Etat, dont le président gabonais Ali Bongo Ondimba, sous le signe du renouveau de la relation franco-africaine. A l’ouverture de ces assises marquées également, pour la première fois dans l’histoire de ces rencontres qui ont débuté en 1973, par l’implication des forces vives françaises et africaines du monde économique et social venues des différentes régions du continent noir. Le président Nicolas Sarkozy a souhaité que la nouvelle relation Afrique- France soit une «relation décomplexée», «une relation partenariale et tournée vers le futur», ...
Lire l'article
Par Elise Colette, envoyée spéciale à Nice. Le premier sommet Afrique-France de Nicolas Sarkozy s'ouvre à 14 heures, ce lundi 31 mai, à Nice. Le président français y accueille 38 chefs d'Etat et de gouvernement. « Trente-huit chefs d'Etat et de gouvernement seront présents. C'est exactement le même nombre que lors du dernier sommet de Cannes, en 2007 », tient-on à préciser à l'Élysée. Sous-entendu : Nicolas Sarkozy ne fait pas moins bien que son prédécesseur, Jacques Chirac, que l'on disait pourtant plus proche des Africains. Alors que, depuis plusieurs années, la perte d'influence de la France en Afrique est constatée et commentée, ...
Lire l'article
Le XXVe Sommet Afrique - France a lieu cette année à Nice du 31 mai au 1er juin 2010. 52 Etats africains sont invités à participer aux discussions, ainsi que les représentants de l’Union européenne, de l’Organisation Internationale de la Francophonie, de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, de la Commission de l’Union africaine et de la Banque mondiale. Le Président de la République française, Nicolas Sarkozy, tiendra trois réunions à huis clos avec l’ensemble des chefs d’Etat et de gouvernement sur les enjeux politiques majeurs du 21ème siècle : la place de l’Afrique dans la gouvernance mondiale ; ...
Lire l'article
l’épouse du président gabonais, SYLVIA Bongo Ondimba a été très active au cours de la visite qu’elle a effectuée aux côtés du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba à Addis-Abeba, où s’est tenu le Sommet de l’Union Africaine. L’épouse du président gabonais a pris une part active au Sommet de l’Opdas qui a débouché sur la nécessité de relancer les activités de leur organisation, d’élargir le champ d’action à la lutte contre le trafic humain, la mortalité infantile, l’excision… En marge de ces importantes assises, la première Dame du Gabon a pris une part active au sommet de l’Organisation des Premières ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a été au cœur d’importantes rencontres bilatérales, en marge du 14ème Sommet de l’Union africaine (UA) qui s’est achevé mardi dernier à Addis Abeba, capitale de l’Ethiopie, rapporte jeudi l'envoyé spécial de l'AGP au siège de l'UA. Les entretiens que le président gabonais a eus avec plusieurs chefs d’Etat, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, le secrétaire d’Etat adjoint américain pour les Affaires africaines, Johnnie Caster, les ministres des Affaires étrangères d’Iran, Manochev Mottuki, et du Portugal, Luis Amado, ont confirmé la place majeure qu’occupe le Gabon sur la scène diplomatique régionale. Durant son ...
Lire l'article
Un sommet réunissant les chefs d'Etats africains et français se tiendra à Nice du 24 au 31 mai, a indiqué lundi à l'AFP Christian Estrosi, maire de la ville et ministre de l'Industrie. Nice déjà organisateur des Jeux de la Francophonie Le sommet devait initialement se dérouler en février à Charm El Cheikh, en Egypte, avant qu'il ne soit décidé de le tenir en France. "Je m'en réjouis car cela signifie que nous sommes de plus en plus identifiés comme un lieu de grandes rencontres internationales", a dit M. Estrosi, évoquant la capacité hôtelière de sa ville, sa dimension culturelle, son aéroport international, ...
Lire l'article
Sommet France Afrique : Une déclaration forte
Sommet de Nice: Nicolas Sarkozy veut tourner la page de la Françafrique (Par Philippe Bernard)
France Afrique, mets et valets du sommet
Gabon : Ali Bongo participe à son premier sommet France-Afrique
Sommet Afrique France : Sous le signe du renouveau
Sommet Afrique-France : la toute première fois pour Sarkozy
Sommet Afrique – France : liberté de la presse, l’Afrique à deux vitesses
Politique : Sylvia Bongo Ondimba très active dans la capitale éthiopienne Lin-Joël NDEMBET envoyé spécial AGP à Addis-Abeba
Coopération : Ali Bongo Ondimba au cœur d’importantes rencontres bilatérales (Lin-Joël NDEMBET)
Le sommet France-Afrique du mois de mai aura lieu à Nice


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Mai 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*