Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sommet Afrique-France : la toute première fois pour Sarkozy

Auteur/Source: · Date: 31 Mai 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde

Par Elise Colette, envoyée spéciale à Nice.

Le premier sommet Afrique-France de Nicolas Sarkozy s’ouvre à 14 heures, ce lundi 31 mai, à Nice. Le président français y accueille 38 chefs d’Etat et de gouvernement.

« Trente-huit chefs d’Etat et de gouvernement seront présents. C’est exactement le même nombre que lors du dernier sommet de Cannes, en 2007 », tient-on à préciser à l’Élysée. Sous-entendu : Nicolas Sarkozy ne fait pas moins bien que son prédécesseur, Jacques Chirac, que l’on disait pourtant plus proche des Africains.

Alors que, depuis plusieurs années, la perte d’influence de la France en Afrique est constatée et commentée, Paris peut donc se targuer d’attirer sur son territoire quasiment autant de dirigeants africains que Pékin, lors de ses sommets Chine-Afrique. Et pas des moindres.

Les poids lourds du continent ont fait le déplacement pour cette 25è édition du Sommet Afrique-France : le Sud-Africain Jacob Zuma, le Nigérian Goodluck Jonathan, l’Egyptien Hosni Moubarak, l’Ethiopien Mélès Zenawi. Et – cerise sur le gâteau, étant données les mauvaises relations entre les deux pays – l’Algérien Abdelaziz Bouteflika est également attendu sur la rive nord de la Méditerranée. Les amis fidèles de l’ancien pré carré sont évidemment de la partie : le Burkinabè Blaise Compaoré, le Gabonais Ali Bongo Ondimba, le Congolais Denis Sassou Nguesso, le Centrafricain François Bozizé, le Djiboutien Ismaël Omar Guelleh, le Camerounais Paul Biya, entre autres.

En revanche, l’événement se passera des dirigeants zimbabwéen et malgache. Robert Mugabe fait l’objet de sanctions de la part de l’Union européenne et ne peut pas se déplacer en Europe, tandis qu’Andry Rajoelina, lui, est sous sanctions de l’Union africaine (UA). Il était prudent de la part de Paris – souvent soupçonné d’indulgence envers le jeune président – de ne pas l’inscrire sur la liste des invités. Troisième persona non grata, le Soudanais Omar el-Béchir, visé par la Cour pénale internationale (CPI).

« Ce qui est important, c’est que personne n’a pris le prétexte de la non-invitation de Béchir et Mugabe pour ne pas venir », se réjouit-on à l’Elysée. Ce qui représentait des casus belli il y a quelques années (d’où le long report du sommet UE-Afrique) semble dorénavant plus facile à gérer. Aucun blocus continental n’a forcé la France à des circonvolutions diplomatiques, une fois que, en décembre dernier, la tenue du sommet à Nice plutôt qu’au Caire a été actée. Les temps changeraient-ils ? C’est en tous cas ce que veut croire Paris, qui insiste sur le changement de format de sa grand-messe traditionnelle.

Un format différent, pour un conclave similaire

Suite au rapport sur les changements à apporter aux sommets franco-africains, rédigé en 2009 par l’ambassadeur Louise Avon, quelques retouches ont en effet apportées.

Exit, d’abord, le « dîner des amis », qui rassemblait les anciens pays colonisés autour d’une bonne table et du président français, en général, à la veille de l’ouverture du sommet. Pour le cinquantenaire des indépendances, finies les préférences ! En apparence, tout au moins. « Nous n’avons que des amis, donc nous organisons un seul dîner, avec tout le monde », prétend l’Élysée. Il aura lieu le 31 mai, au Palais des rois sardes.

C’est aussi la régularité des sommets qui est allongée, pour passer de deux à trois ans. Le prochain sommet se tiendra donc en 2013. Pas avant.

L’ouverture à la société civile est la troisième innovation. Et pour représenter la société civile, cette année, c’est le patronat et l’entreprise qui ont été choisis. En marge des travaux à huis clos des chefs d’Etat se tiendront donc, lundi après-midi et mardi matin, des séances de travail entre patrons. Environ 80 entreprises françaises (dont 40 très grandes et 40 PME) et 150 africaines sont présentes à Nice pour parler de la compétitivité des entreprises africaines, de la responsabilité sociale et environnementale ou encore de l’énergie de demain.

Voilà pour le programme officiel. Evidemment, au sein de l’Acropolis – l’imposant Palais des Congrès – des salons privés ont été aménagés. Dix-huit en tout. A l’abri des regards, ils accueilleront des rencontres bilatérales entre les chefs d’Etat. Comme celle de Nicolas Sarkozy avec Goodluck Jonathan, par exemple.

Changement de format ou pas, c’est toujours pour ces petites choses qui se disent en tête à tête qu’il est important de faire le voyage.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le 25ème Sommet Afrique-France s’est achevé mardi à Nice sur une déclaration finale soulignant la nécessité de renforcer les relations entre la France et l’Afrique par la création d'un partenariat fondé sur les intérêts partagés et une confiance mutuelle. Après deux jours de discussion à huis clos entre les 36 chefs d’Etat et des entretiens thématiques auxquels ont été conviées les forces vives du monde économique, ils ont pris un certain nombre d’engagements et appelé notamment à œuvrer de part et d’autre pour l’intégration de l’Afrique dans le jeu planétaire. C’est ainsi que sur l’importance de la participation du continent dans le ...
Lire l'article
par Xavier Monnier. Les sommets valent aussi par leurs mets. Et leurs valets… Les 24 heures officielles de la rencontre Afrique-France à Nice peuvent aussi se résumer à ses déjeuners et dîners. Fidèle à la tradition culinaire tricolore, les hôtes français ont voulu régaler leurs convives africains, 38 chefs d’Etat et 5 chefs de gouvernement. Premier à dégainer, juste avant l’ouverture officielle des débats, Bernard Kouchner, plus ministre des factures que des Affaires étrangères. Un dîner pour achever les houleux débats du dimanche 30 mai 2010 avec ses homologues africains. Le seul instant du sommet où les saillies ont pullulé et ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo s’est envolé le 30 mai pour Nice, en France, où il prend part du 31 mai au 1er juin au 25e sommet France-Afrique, son premier depuis son investiture le 16 octobre 2009. La place de l'Afrique dans la gouvernance mondiale, la paix et la sécurité du continent mais aussi les grands dossiers internationaux comme le réchauffement climatique sont au cœur de ce Le 25e sommet France-Afrique tient ses assises du 31 mai au 1er juin à Nice, en France. C’est dans cette optique que le chef de l’Etat gabonais a quitté Libreville le 30 mai ...
Lire l'article
Le 25ème sommet Afrique- France s’est ouvert hier à Nice, au Sud de la France, en présence de trente-huit chefs d’Etat, dont le président gabonais Ali Bongo Ondimba, sous le signe du renouveau de la relation franco-africaine. A l’ouverture de ces assises marquées également, pour la première fois dans l’histoire de ces rencontres qui ont débuté en 1973, par l’implication des forces vives françaises et africaines du monde économique et social venues des différentes régions du continent noir. Le président Nicolas Sarkozy a souhaité que la nouvelle relation Afrique- France soit une «relation décomplexée», «une relation partenariale et tournée vers le futur», ...
Lire l'article
Le 25ème sommet France-Afrique s’ouvre lundi à Nice dans le sud de la France, en présence de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement africains et du président français, Nicolas Sarkozy, hôte du sommet, a constaté surplace l'envoyé spécial de l’AGP. La ville de Nice, dont le maire est Christian Estrosi, par ailleurs, ministre chargé de l’Industrie dans le gouvernement français, abrite le 25ème Sommet Afrique- France qui s’achève mardi. 52 Etats africains, dont le Gabon, sont conviés à ce rendez-vous qui verra, ce lundi après-midi à la cérémonie d’ouverture à l’Acropolis, la participation de plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement, des ...
Lire l'article
Le XXVe Sommet Afrique - France a lieu cette année à Nice du 31 mai au 1er juin 2010. 52 Etats africains sont invités à participer aux discussions, ainsi que les représentants de l’Union européenne, de l’Organisation Internationale de la Francophonie, de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, de la Commission de l’Union africaine et de la Banque mondiale. Le Président de la République française, Nicolas Sarkozy, tiendra trois réunions à huis clos avec l’ensemble des chefs d’Etat et de gouvernement sur les enjeux politiques majeurs du 21ème siècle : la place de l’Afrique dans la gouvernance mondiale ; ...
Lire l'article
Un sommet réunissant les chefs d'Etats africains et français se tiendra à Nice du 24 au 31 mai, a indiqué lundi à l'AFP Christian Estrosi, maire de la ville et ministre de l'Industrie. Nice déjà organisateur des Jeux de la Francophonie Le sommet devait initialement se dérouler en février à Charm El Cheikh, en Egypte, avant qu'il ne soit décidé de le tenir en France. "Je m'en réjouis car cela signifie que nous sommes de plus en plus identifiés comme un lieu de grandes rencontres internationales", a dit M. Estrosi, évoquant la capacité hôtelière de sa ville, sa dimension culturelle, son aéroport international, ...
Lire l'article
Le vice-président gabonais, Didjob Divungi Di Dinge prend part lundi à Cotonou (Bénin) au sommet africain sur les maladies tropicales négligées, a-t-on appris de bonne source. M. Divungi Di Dinge devrait prononcer une allocution au cours de ce sommet prévu pour s’achever ce lundi soir. Un sommet axé sur plusieurs thèmes notamment concernant l’ulcère de Buruli. Ces travaux seront sanctionnés par une conférence de presse dans la soirée, indique la source et un dîner de gala offert par le président béninois, le docteur Thomas Boni Yayi.
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
La politique africaine de la France a été oubliée par Nicolas Sarkozy lors de son intervention télévisée du 24 avril dernier. Par manque de temps (j'ose le croire), le journaliste Vincent Hervouët de LCI n'a pas pu placer une question qui aurait amené le Président à reconnaître ses erreurs sur ce plan. Lui qui avait durant la campagne électorale promis "la rupture" avec les anciennes pratiques des relations franco-africaines, déclarant: "Il faut débarrasser nos relations des réseaux d'un autre temps […] Il faut tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguïtés." Comme sur d'autres points, un an après, le bilan de ...
Lire l'article
Sommet France Afrique : Une déclaration forte
France Afrique, mets et valets du sommet
Gabon : Ali Bongo participe à son premier sommet France-Afrique
Sommet Afrique France : Sous le signe du renouveau
Ouverture à Nice du 25ème sommet France-Afrique (Par Lin-Joël NDEMBET)
Sommet Afrique – France : liberté de la presse, l’Afrique à deux vitesses
Le sommet France-Afrique du mois de mai aura lieu à Nice
Santé/Afrique: Le VPR à Cotonou pour le sommet africain sur les maladies tropicales négligées
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
Sarkozy an I: quel bilan pour les relations France-Afrique?


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Mai 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*