- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

France-Afrique: Les nouveaux réseaux

Alors que vient de se tenir le 25e sommet Afrique-France à Nice, “Jeune Afrique” a enquêté sur les nouveaux visages d’une réalité souvent fantasmée : la Françafrique. Petit guide pratique pour ceux qui veulent s’aventurer dans ses maquis.

Alors que le 25e sommet Afrique-France, qui est aussi celui du cinquantenaire des indépendances, s’est tenu à Nice les 31 mai et 1er juin, l’affaire est assez emblématique des mutations de cet étrange serpent de mer qu’est la Françafrique. Chacun sait, depuis le 15 mai, que la libération de l’universitaire Clotilde Reiss est en partie due à une médiation sénégalaise, au sein de laquelle l’avocat Robert Bourgi, aussi talentueux que multicarte et seul héritier du savoir-faire foccartien, a joué un rôle déterminant.

Seuls trois hommes étaient au courant du voyage secret en Iran de Me Bourgi et de Karim Wade, à la fin du mois de mars : le père de ce dernier, Abdoulaye Wade et, à Paris, Nicolas Sarkozy et son secrétaire général, Claude Guéant, à qui les deux émissaires ont régulièrement rendu compte au téléphone, depuis Téhéran, des progrès de leur mission. Ni Bernard Kouchner, ni Jean-David Levitte, ni même le patron de la DGSE, Erard Corbin de Mangoux, ne savaient quoi que ce soit de ce déplacement feutré. Culte du secret, court-circuitage des filières institutionnelles, casquettes africaines et contacts parallèles activés par un personnage à la réputation (forcément) sulfureuse et qui en joue avec habileté : la méthode Foccart transposée dans l’Orient compliqué a donc, si l’on peut dire, porté ses fruits.

Foccart, le grand marionnettiste

Si la Françafrique incestueuse et patrimoniale est morte, celle des réseaux est, elle, toujours bien vivante. À une différence – de taille – près : elle est acéphale. Là où Jacques Foccart, qui consacrait l’essentiel de son temps aux affaires du « pré carré », tirait tous les fils à la manière d’un grand marionnettiste, Claude Guéant, pour qui l’Afrique n’est qu’une préoccupation parmi d’autres, n’intervient directement ou par intermédiaire interposé que sur certains dossiers sensibles. D’où l’éclatement et la multiplication de réseaux souvent complémentaires (Élysée-business par exemple), reliés entre eux par des passerelles (avocats, juges, médecins), ouvertement rivaux (ONG), transcourants (francs-maçons), etc., mais qui tous fonctionnent en interne avec de vraies solidarités corporatistes et une opacité commune.

Autre évolution : les réseaux sont désormais autant afro-français que franco-africains et leur interpénétration réciproque est fréquente. Un Laurent Gbagbo, un Paul Biya, un Denis Sassou Nguesso, un Ali Bongo Ondimba, pour ne citer qu’eux, ont tous leur réseau d’influence qui emprunte à chacun (ou presque) des réseaux français. Conséquence de cette alchimie complexe, qui tient parfois de la raffinerie : l’apparition de missi dominici dont on distingue mal a priori l’allégeance principale. Il faut ainsi de bons yeux pour hiérarchiser les fidélités dont se réclame aujourd’hui l’incontournable Robert Bourgi : Sarkozy et Guéant en premier lieu, puis Wade, Ali Bongo Ondimba, Ould Abdelaziz, Gbagbo et quelques autres. Il est vrai que, en ce domaine, chacun avance masqué.

Le petit « Who’s Who » que nous publions (voir ci-dessous) – et d’où sont exclus les ministres pour qui l’Afrique fait en quelque sorte partie du job, tels Bernard Kouchner et Alain Joyandet – a pour ambition de guider les pas du profane dans le maquis de la néo-Françafrique. Nous avons volontairement omis dans ce vade-mecum les pays du Maghreb, qui relèvent, eux, de réseaux bilatéraux à la fois différents et étanches, sur lesquels nous reviendrons prochainement. 


SUR LE MÊME SUJET
Robert Bourgi à Jeune Afrique : “Je n’ai pas révélé le dixième de ce que je sais”
Une semaine après ses révélations fracassantes, accusant Jacques Chirac et Dominique de Villepin d’avoir reçu des millions d’euros en liquide de la part de dirigeants africains, Robert Bourgi explique sa démarche à Jeune Afrique. Le 11 septembre, l’affaire a remué le landerneau politique français et africain. Robert Bourgi, vieil intermédiaire de l’ombre et porteur de valises, a « balancé » ses vieux amis, l’ancien président Jacques Chirac et l’ex-secrétaire général de l’Élysée, Dominique de Villepin. Aucune preuve matérielle, mais sa parole (contre la leur). Robert Bourgi prétend avoir, pour le compte des deux hommes, fait transiter plusieurs millions d’euros en petites coupures, ...
Lire l'article [1]
France-Afrique: Il y aurait eu plus de vingt millions de dollars dans les « mallettes »
Les accusations fracassantes de l’avocat Robert Bourgi sur des fonds occultes africains qui auraient inondé la présidence Chirac continuent de susciter beaucoup de questions, tout en donnant du grain à moudre aux acteurs et aux observateurs politiques. Ce système de valises n’est-il apparu qu’en 1997 ? A-t-il disparu en 2005 ? Après être sorti de l’ombre avec un long entretien au Journal du Dimanche, l’avocat franco-libanais Robert Bourgi s’est démené, hier, sur les radios (Europe 1, RFI, RMC), pour multiplier les divulgations de détails croustillants sur ce qu’il appelle le « côté obscur de la Françafrique ». Cette face cachée, il admet ...
Lire l'article [2]
Le Gouvernement gabonais a lancé , ce vendredi, un « appel à candidature pour l’établissement et l’exploitation de réseaux publics de téléphonie cellulaire mobile de troisième génération, 3G, conforme aux normes IMT 2000, en vue de la fourniture de service de télécommunication au Gabon », annonce un communiqué du Ministère de la Communication, de la Poste et de l’Economie Numérique. « Dans le cadre de la poursuite de la mise en œuvre des orientations générales de libération du secteur des télécommunications », qui implique la 3G, le Gouvernement informe que sont admis à concourir pour la fourniture de service de ...
Lire l'article [3]
Par L.B. Jean-Christophe Rufin, ex-ambassadeur au Sénégal, dénonce un Quai d'Orsay devenu "sinistré" et "complètement marginalisé" par l'Elysée, notamment en matière de politique africaine. 541 commentaireArticle suivant dans France : Le petit Nicodème retrouvé mort Jean-Christophe Rufin © LCITous les "vieux travers" de la politique africaine de la France se sont reconstitués à cause du secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, déclare l'ancien ambassadeur de France au Sénégal Jean-Christophe Rufin. Nommé en août 2007, Jean-Christophe Rufin, écrivain et académicien, a quitté ses fonctions le 30 juin, après que le président sénégalais Abdoulaye Wade ait demandé son départ. Dans un entretien publié mardi par ...
Lire l'article [4]
Il y eut Guy Penne, « Monsieur Afrique » de François Mitterrand, ou encore le sénateur Pierre Biarnès, éminence de la Françafrique et de la franc-maçonnerie. La relève se fait aujourd’hui plus discrète. Pas question, à la Grande Loge nationale française (GLNF), de révéler qui est le « Monsieur Afrique ». Si certaines obédiences africaines se disent proches d’Alain Bauer, ancien grand maître du Grand Orient et conseiller pour la sécurité de Nicolas Sarkozy, lui se fait discret. Tout comme Patricia Balme, gourou en communication de Paul Biya. La « franc-maçonnafrique » est loin d’être enterrée. Le conseiller régional Philippe Guglielmi, ...
Lire l'article [5]
Je n’avais rien compris à ce que l’écrivain Slimane Zeghidour appelle « le secret de famille de la République ». Lorsque j’ai pris en charge l’instruction de l’affaire Elf, j’avais en face de moi les puissants du pétrole français, je n’aimais pas leur arrogance, la façon qu’ils avaient de se servir dans les caisses, mais lorsqu’ils invoquaient les intérêts supérieurs du pays, j’étais prête à les croire. Je sortais de plusieurs années en détachement au ministère des Finances, entourée de hauts fonctionnaires intègres, d ‘une compétence absolue. J’avais confiance dans les institutions de mon pays d’adoption. Je n’imaginais pas que la ...
Lire l'article [6]
Le "sacre", vendredi 16 septembre à Libreville, du fils du plus ancien et du plus trouble des alliés de la France en Afrique, Omar Bongo, est tout un symbole. L'investiture d'Ali Bongo coïncide avec la discrète réorientation de la politique de Paris vis-à-vis du continent africain. Cette fois-ci, aucun discours de Nicolas Sarkozy n'aura annoncé le vent nouveau. Ni celui de la rupture avec la Françafrique chiraquienne, comme à Cotonou en mai 2006, ni celui de la sincérité provocante, comme à Dakar en juillet 2007. Une inflexion de la politique africaine de la France vient de se négocier dans le ...
Lire l'article [7]
C’était la faillite des régimes des partis uniques qui avait conduit, dans les années 90, de nombreux pays africains à prendre l’engagement de réécrire leurs constitutions pour s’ouvrir à l’alternance par des élections démocratiques. L’objectif était de créer un environnement favorable à l’exercice de la diversité, au triomphe du consensus et à un véritable décollage économique, avec et pour les peuples. Vingt ans après, le bilan n’est guère brillant. C’est le désastre. L’euphorie s’est faite dribbler par la désillusion, et l’espérance par l’incertitude. Dans la quasi totalité de nos pays, particulièrement ceux ayant eu la malchance d’avoir été colonisés par la ...
Lire l'article [8]
La politique africaine de la France a été oubliée par Nicolas Sarkozy lors de son intervention télévisée du 24 avril dernier. Par manque de temps (j'ose le croire), le journaliste Vincent Hervouët de LCI n'a pas pu placer une question qui aurait amené le Président à reconnaître ses erreurs sur ce plan. Lui qui avait durant la campagne électorale promis "la rupture" avec les anciennes pratiques des relations franco-africaines, déclarant: "Il faut débarrasser nos relations des réseaux d'un autre temps […] Il faut tourner la page des complaisances, des secrets et des ambiguïtés." Comme sur d'autres points, un an après, le bilan de ...
Lire l'article [9]
Mise en œuvre par de Gaulle après les indépendances africaines, la Françafrique a été un instrument d’une politique hégémonique de la France vis-à-vis de ses anciennes colonies, hégémonie qui se développera quelque temps après dans d’autres pays non francophones. Mais cette Françafrique, que Nicolas Sarkozy ne voulait plus à cause des relations opaques entre ses prédécesseurs et certains dirigeants africains, a résisté à la tempête de la rupture et continue sa mission dominatrice sur la politique et l’économie du continent. De De Gaulle à Sarkozy, la politique française en Afrique, s’est caractérisée par un impérialisme politique et économique par le biais ...
Lire l'article [10]
Robert Bourgi à Jeune Afrique : “Je n’ai pas révélé le dixième de ce que je sais”
France-Afrique: Il y aurait eu plus de vingt millions de dollars dans les « mallettes »
Mobile 3G : Appel à candidatures pour l’établissement et l’exploitation de ces nouveaux réseaux de téléphonie cellulaire
France- Afrique: L’ex-ambassadeur au Sénégal critique la politique africaine
France-Afrique: Des maçons bien discrets
France – Afrique : Comment la France pille l’Afrique
France-Afrique : Paris renoue avec ses vieilles habitudes
Elections en Afrique : la France, neutre le jour, marraine du désordre la nuit
Sarkozy an I: quel bilan pour les relations France-Afrique?
France – Afrique : la rupture… dans la continuité