Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sommet de Nice: Nicolas Sarkozy veut tourner la page de la Françafrique (Par Philippe Bernard)

Auteur/Source: · Date: 2 Juin 2010
Catégorie(s): Françafrique

La “photo de famille” ne ressemble pas à celle des précédentes grand-messes franco-africaines; pour clore son premier sommet du genre, devant la presse, mardi 1er juin à Nice, Nicolas Sarkozy a choisi de s’entourer de trois chefs d’Etat dont un seul, le Camerounais Paul Biya, est francophone, rapporte le Monde .fr.

Le message était clair: le président français, en s’affichant aux côtés de Jacob Zuma, président de l’Afrique du Sud, locomotive du continent, de Meles Zenawi, premier ministre d’Ethiopie (10 % de croissance par an) et de Bingu wa Mutharika, chef du petit Malawi mais surtout président de l’Union africaine, a voulu signifier que désormais “la France parle à toute l’Afrique” et pas seulement à ses anciennes colonies.

“Nous sommes tous des amis”, a martelé le président, multipliant flatteries et promesses. “Sur l’échec de l’Afrique se construira le désastre de l’Europe et sur le succès de l’Afrique se construira la croissance, la stabilité et le succès de l’Europe”, a-t-il lancé. En perte de vitesse sur le continent, la France souhaite reconquérir un rôle de leader diplomatique et pousser ses entreprises, notamment face à la concurrence chinoise.

“TOURNER LA PAGE D’UNE RELATION COMPLEXE ET COMPLEXÉE”

“Les raisons de travailler avec vous ne sont simplement liées à l’histoire, mais aussi à l’avenir”, a déclaré M. Sarkozy, soucieux de “tourner la page d’une relation complexe et complexée”. Se disant “très sensible” à la présence du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, et désireux de démentir l’existence d’un froid entre les deux pays, le chef de l’Etat a affirmé qu'”il faudrait du temps”, et un travail libre des historiens, pour apaiser la relation franco-algérienne.

M. Sarkozy a annoncé qu’il allait “se battre” pour remédier à l’absence de représentant du continent au Conseil de sécurité de l’ONU, absence qu’il a qualifiée d'”anomalie”. Mais son projet de créer une nouvelle catégorie de représentants des Etats désignés pour une période limitée et dépourvus du droit de veto est loin de faire l’unanimité parmi les responsables africains, qui ont néanmoins promis de l’étudier. La promesse d'”assurer une plus large représentation des Etats africains” à l’occasion de la prochaine présidence française du G20 a été faite.

A propos de la lutte contre le changement climatique, Nicolas Sarkozy a réaffirmé que les engagements – incertains – des pays industrialisés à verser 30 milliards de dollars d’ici à 2012 pour aider les pays africains à s’adapter seraient “scrupuleusement tenus”. Le sommet s’est accordé sur “la nécessité de créer un système de financement à long terme” permettant d’atteindre un financement de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020, indique la déclaration finale. “Nous voulons que le président Sarkozy soit notre avocat dans ce domaine”, a déclaré le premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, négociateur en chef du continent sur le climat, tandis que le président sud-africain, Jacob Zuma, qualifiait le sommet de “très utile”.

LE PATRONS CONVIÉS, LA SOCIÉTÉ CIVILE OUBLIÉE

Le dernier volet de l’opération de séduction française concerne les entreprises. Désireuses d’afficher leur différence et leur moralité, les organisations patronales françaises ont adopté une charte visant à affirmer leurs exigences sociales et environnementales et à bannir la corruption. Mais aucun mécanisme de contrôle de ces engagements ne semble prévu. “Les entreprises veulent s’inscrire au cœur d’une nouvelle relation avec l’Afrique”, a déclaré Laurence Parisot, présidente du Medef.

Le sommet de Nice a permis à Nicolas Sarkozy de sortir du débat empoisonné sur le soutien de la France à des régimes corrompus ou mal élus, et sur la persistance de filières parallèles d’influence dans les anciennes colonies. Mais les dossiers de la présence africaine dans les enceintes internationales et du climat, s’ils constituent des importants leviers d’influence, n’ont guère de conséquence immédiate sur les populations africaines souvent réduites à la survie. Alors que le patronat africain avait été convié à Nice, la société civile, principal vecteur de lutte pour l’amélioration des conditions de vie et la défense des libertés, elle, y brillait par son absence. 


SUR LE MÊME SUJET
Par Philippe Perdrix, envoyé spécial Dans son discours officiel, Nicolas Sarkozy a profité du XIIIe sommet de l’Organisation internationale de la francophonie à Montreux (Suisse), du 22 au 24 octobre, pour préparer la présidence française du G20 et du G8. L'occasion également de rencontrer certains homologues africains. Officiellement la journée de samedi était consacrée à la place de la Francophonie dans la gouvernance mondiale et au défi du développement durable, sous la forme de deux séances plénières. Mais en réalité, sur la quarantaine de chefs d'Etat et de gouvernement réunis à Montreux pour le XIII sommet de la Francophonie, quelques-uns ont privilégié ...
Lire l'article
Le 25ème sommet France-Afrique s’ouvre lundi à Nice dans le sud de la France, en présence de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement africains et du président français, Nicolas Sarkozy, hôte du sommet, a constaté surplace l'envoyé spécial de l’AGP. La ville de Nice, dont le maire est Christian Estrosi, par ailleurs, ministre chargé de l’Industrie dans le gouvernement français, abrite le 25ème Sommet Afrique- France qui s’achève mardi. 52 Etats africains, dont le Gabon, sont conviés à ce rendez-vous qui verra, ce lundi après-midi à la cérémonie d’ouverture à l’Acropolis, la participation de plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement, des ...
Lire l'article
Gabon - Mercredi 24 février, Nicolas Sarkozy s'est rendu au Gabon où il a visité une usine du groupe forestier français Rougier. Pour l'association écologiste Greenpeace, en effectuant cette visite, le président a agi comme un représentant de commerce "de l'exploitation des forêts tropicales". "Cette visite trahit la vision qu’a Nicolas Sarkozy des forêts tropicales et la manière dont il entend les protéger, affichant le soutien unilatéral de la France aux industriels du bois. Le président français semble encore considérer les forêts comme une simple matière première" a déploré Grégoire Lejonc, chargé de campagne forêts pour Greenpeace France. En novembre dernier, le ...
Lire l'article
Libreville Envoyé spécial. Rien ne manquait, mercredi 24 février, à l'accueil réservé par le président Ali Bongo à Nicolas Sarkozy. Ni les bordures de trottoir repeintes de frais, ni les portraits des deux chefs d'Etat barrés du mot "amitié", ni les distributions de tee-shirts et de drapeaux aux femmes disposées sur le parcours. Ni, surtout, aux murs de la salle où furent prononcés les discours, les photos sépia géantes représentant les présidents Bongo, père et fils, aux côtés de tous leurs homologues de la Ve République. Nulle part ailleurs en Afrique un président français n'aurait pu se sentir à ce point ...
Lire l'article
Par Catherine Gouëset. Candidat à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy promettait de rompre avec les archaïsmes de ses prédécesseurs dans les relations qu'entretient la France avec l'ancien pré carré africain. Sa troisième visite au Gabon depuis son élection montre que la rupture est toute relative. Rappel des étapes de la politique africaine du chef de l'Etat. AVANT A l'occasion de discours prononcé lors de voyages à Bamako (Mali) et à Cotonou (Bénin) en mai 2006, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur prêche pour un "nouvel état d'esprit dans les relations entre l'Afrique et la France". Il faut "chasser les vieux démons ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé mercredi au Gabon pour apporter son soutien au nouveau chef de l'Etat du pays, Ali Bongo Ondimba, et réaffirmer sa volonté d'en finir avec les relations troubles de la "Françafrique". C'est la deuxième visite de M. Sarkozy au Gabon, après celle qu'il avait faite en juillet 2007 au père de l'actuel chef de l'Etat, Omar Bongo, allié historique de la France qui a tenu le pays d'une main de fer pendant plus de 40 ans, jusqu'à sa mort en juin 2009 à l'âge de 73 ans. Le président français a été l'un des premiers ...
Lire l'article
Aucun autre pays d'Afrique n'a eu le privilège d'accueillir le président de la République française trois fois en moins de trois ans. C'est au Gabon d'Omar Bongo que Nicolas Sarkozy, tout juste élu en 2007, avait choisi de faire étape, pour son premier voyage sur le continent noir. C'est au Gabon en deuil que le chef de l'Etat français s'est rendu, en juin dernier, pour les obsèques du potentat qui a régné quarante-deux ans durant sur ce petit émirat pétrolier et profrançais du golfe de Guinée. C'est à nouveau au Gabon, celui d'Ali Bongo, fils du précédent, élu en août dans ...
Lire l'article
Des promesses de rupture aussi ambitieuses qu’illusoires...Pendant la campagne présidentielle 2007, Nicolas Sarkozy n’a pas ménagé ses critiques à l’égard du bilan africain de Jacques Chirac. À plusieurs reprises, il a publiquement dénoncé le « clientélisme », les « émissaires officieux », les « secrets », le « paternalisme », les « détournements de l’aide au développement », le « domaine réservé de l’Elysée » en matière de politique africaine [1]. Le leader UMP promettait alors une nouvelle politique démocratique et humaniste, soucieuse d’un capitalisme éthique et moralisé. Ces principes étaient inscrits noir sur blanc dans le programme présidentiel : « ...
Lire l'article
Un sommet réunissant les chefs d'Etats africains et français se tiendra à Nice du 24 au 31 mai, a indiqué lundi à l'AFP Christian Estrosi, maire de la ville et ministre de l'Industrie. Nice déjà organisateur des Jeux de la Francophonie Le sommet devait initialement se dérouler en février à Charm El Cheikh, en Egypte, avant qu'il ne soit décidé de le tenir en France. "Je m'en réjouis car cela signifie que nous sommes de plus en plus identifiés comme un lieu de grandes rencontres internationales", a dit M. Estrosi, évoquant la capacité hôtelière de sa ville, sa dimension culturelle, son aéroport international, ...
Lire l'article
Il avait suffi d'un discours, à Dakar, en juillet 2007, pour que Nicolas Sarkozy s'aliène une grande partie des élites africaines. Il a suffi d'un autre discours, à Barack Obama, le 11 juillet à Accra, pour conquérir les coeurs du continent noir. A première vue pourtant, les messages des deux présidents de puissances concurrentes en Afrique paraissent inspirés par la même rhétorique de la responsabilité : "L'Afrique a sa part de responsabilité dans son propre malheur, avait déclaré M. Sarkozy : la colonisation n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux, (...), du fanatisme, de ...
Lire l'article
Sommet de l’OIF : les rendez-vous de Sarkozy
Ouverture à Nice du 25ème sommet France-Afrique (Par Lin-Joël NDEMBET)
Greenpeace décrit Nicolas Sarkozy comme un “VRP de l’exploitation des forêts”
Au Gabon, Nicolas Sarkozy et Ali Bongo s’engagent à enterrer la “Françafrique”
Promesses et realpolitik: La Françafrique de Nicolas Sarkozy, changement… et continuité
Sarkozy au Gabon pour tourner la page de la “Françafrique”
Le choix gabonais de Nicolas Sarkozy, par Philippe Bernard
Nicolas Sarkozy et la Françafrique
Le sommet France-Afrique du mois de mai aura lieu à Nice
L’Afrique de Barack Obama face à celle de Nicolas Sarkozy, par Philippe Bernard


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Juin 2010
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*