Socialisez

FacebookTwitterRSS

Et si les Africains payaient (enfin) leurs impôts ?

Auteur/Source: · Date: 7 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique

Pour financer son développement de façon autonome, le continent doit revoir ses politiques de prélèvements. Particuliers, entreprises et multinationales sont dans le collimateur pour remplir les caisses des États.

L’équation est simple. Et sa résolution pourrait tout changer sur le continent. L’Afrique a-t-elle les moyens de se passer à terme de l’aide internationale ? Sur quels leviers peut-elle agir pour accroître ses ressources fiscales afin de financer son développement ? Pendant plusieurs mois, la Banque africaine de développement (BAD) et l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) ont réuni leurs économistes pour passer au crible, dans une étude de plus de 50 pages, la politique fiscale de 50 pays du continent, juger de leur efficacité et tracer des pistes pour en améliorer les performances. Une première en Afrique, dont les grandes lignes ont été dévoilées à l’occasion des assemblées générales de la BAD, les 27 et 28 mai à Abidjan.

La BAD et l’OCDE n’y vont pas par quatre chemins. « Alors que nombre de nations africaines célèbrent le 50e anniversaire de leur accession à l’indépendance en 2010, l’heure est venue pour un continent qui dépend encore trop des flux financiers venus de l’étranger, capricieux et imprévisibles, de jeter un œil neuf sur les impôts, un gisement potentiel inexploité de milliards de dollars », soulignent les auteurs de l’étude. Une véritable révolution fiscale attend le continent. Demain, les Africains paieront plus d’impôts. C’est une évidence.

Une bataille pour l’indépendance fiscale qui n’est pas perdue d’avance. Au contraire. Les impôts perçus par les États sont passés de 113 milliards de dollars en 1996 à 479 milliards en 2008. « Les pays africains collectent des montants d’impôts comparables à ceux des pays de niveau de développement similaire sur les autres continents », observent les rapporteurs. Même si « cette hausse est principalement le fait de l’accroissement des revenus liés à l’extraction des ressources naturelles ». En 2008, la rente pétrolière a rapporté 275 milliards de dollars (224 milliards d’euros) aux dix premiers pays producteurs africains.

Quoi qu’il en soit, 441 dollars d’impôts sont collectés en moyenne par an et par habitant en Afrique contre 41 dollars pour l’aide. Mais les données brutes sont trompeuses. « Pour la moitié des pays africains, l’aide internationale représente au moins 50 % du volume de leurs recettes fiscales. Et au moins un quart des pays du continent s’écrouleraient si l’aide s’arrêtait du jour au lendemain », explique Jean-Philippe Stijns, économiste de l’OCDE.

D’énormes disparités

Un véritable monde sépare les pays. Le Mali en est encore à recenser ses contribuables, quand le Maroc récupère 60 % des recettes de la TVA par télépaiements. En fait, il faut distinguer trois catégories : les pays les plus riches (Afrique du Sud, Algérie, Gabon, Libye, Seychelles…), dont les recettes fiscales représentent environ 35 % du PIB, soit autant que la moyenne des pays de l’OCDE ; les pays à revenus intermédiaires (Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Maroc, Tunisie…), avec des revenus fiscaux compris entre 20 % et 25 % du PIB, ce qui les situe dans la moyenne des pays en développement ; et les pays à faibles revenus (Bénin, Burkina Faso, RD Congo, Mali, Niger, Rwanda, Sénégal, Tchad…), sous la barre des 15 % du PIB. « Pour qu’un État soit fiscalement viable, la règle veut que les impôts collectés représentent au moins 15 % du PIB », précise Henri-Bernard Solignac-Lecomte, responsable du centre de développement Europe, Moyen-Orient et Afrique de l’OCDE.

La cartographie fiscale africaine laisse donc apparaître d’énormes disparités. En 2008, les impôts collectés par habitant s’élèvent à 11 dollars en RD Congo ou au Burundi, 3 600 dollars aux Seychelles et en Libye, 4 865 dollars en Guinée équatoriale. Mais les pays les plus riches sont aussi les plus vulnérables. L’Algérie, l’Angola, la Guinée équatoriale, la Libye et le Nigeria retirent 75 % au moins de leurs ressources fiscales des taxes sur les ressources naturelles. « Il est plus facile de collecter l’impôt au puits de pétrole que de courir après les contribuables qui, en plus, pourraient demander des comptes sur l’utilisation des deniers publics », lâche un fiscaliste.

À l’inverse, note l’étude BAD-OCDE, « les États modernes prélèvent généralement toute une gamme d’impôts diversifiés, sur les revenus, les sociétés, des taxes sur la consommation, des impôts indirects sur les biens ou les services, sur les salaires, l’immobilier ou la fortune ». Au jeu de la politique fiscale diversifiée, les bons élèves du continent sont l’Afrique du Sud, l’Égypte, le Maroc, la Tunisie et les Seychelles. Parmi les pays « méritants », l’étude relève le Burkina Faso, le Rwanda, l’Ouganda et l’Éthiopie. Tous ces pays tentent d’étendre leur assiette fiscale (le nombre de contribuables). Celle de la Tunisie progresse par exemple de 3,5 % par an. Un mouvement qui s’accompagne souvent d’une baisse des prélèvements. Le Maroc a ainsi réduit les impôts sur le revenu à deux reprises en moins de dix ans.

Montée en puissance de la TVA

Pour remplir les caisses des États, les gouvernements disposent de larges marges de manœuvre. « Dans les pays africains, il n’y a en général que quelques centaines de contribuables, disons 200 à 500, essentiellement des fonctionnaires et des employés de multinationales », soutient Jean-Philippe Sijns. Renforcer l’armée des contribuables, comme le suggère l’étude BAD/OCDE, ne sera pas si aisé. Difficile de faire rentrer dans le rang les élites politiques et économiques africaines « qui négocient des baisses d’impôts sur mesure », dénonce le rapport. Autres cibles, l’informel ainsi que les gros importateurs (riz, céréales, voitures…) et les gros commerçants qui réalisent des marges très importantes mais sont exonérés d’impôts dans la plupart des pays africains.

Concernant les nouvelles taxations, la TVA est l’impôt qui monte. Plus d’une dizaine de pays y recourent déjà de manière importante, comme le Sénégal, qui en tire plus de la moitié de ses recettes fiscales. Cette montée en puissance des taxes indirectes sur la consommation des biens et des services compense la chute inexorable des taxes commerciales (droits douaniers) précipitée par l’ouverture des marchés. « L’extension de la TVA est recommandée pour presque tous les pays africains, mais pour cela, il faut une classe moyenne qui consomme et soit prête à payer », met en garde Michel Aujean, avocat du cabinet Taj et ancien directeur des politiques fiscales de la Commission européenne.

Mais la mesure la plus radicale préconisée par le rapport consiste à s’attaquer à l’évasion fiscale. Et principalement celle fomentée par les multinationales. Selon les calculs de Raymond Baker, directeur du think-tank américain Global Financial Integrity (GFI), 600 à 800 milliards d’euros s’évaporent clandestinement des pays en développement, dont 65 % ont pour origine les entreprises internationales. Un consensus mondial (Europe, États-Unis, OCDE…) se dégage pour s’attaquer au « prix de transfert ». Cette pratique permet aux multinationales de déplacer artificiellement leurs bénéfices imposables vers leurs filiales situées dans des États, souvent des paradis fiscaux, où l’impôt sur les sociétés est le plus faible. Cette pratique utilisée abusivement par les multinationales aurait fait perdre près de 3,8 milliards de dollars par an entre 2002 et 2008 à l’Afrique. « Dans le monde, 60 % des échanges commerciaux se font au sein même des groupes. La masse des profits pouvant être délocalisée est colossale. ll faut mettre en place une coopération internationale pour lutter contre les déplacements des profits imposables des multinationales », lance Michel Aujean. À Washington, Paris ou Bruxelles, les experts s’y attellent pour que les profits soient imposés dans les pays où ils sont réalisés. Si des mesures sont attendues avant la fin de l’année, il n’est pas sûr que les multinationales rendent les armes sans combattre. « Les ressources en jeu dépassent largement celle de l’aide au développement », assure Jean Merckaert, chargé de mission au Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD). 


SUR LE MÊME SUJET
Se référant à l’enthousiasme du public qui a participé samedi dernier à l’esplanade de l'immeuble Arambo du ministère de l’Economie, à la deuxième (2ème) « Journée portes ouvertes » de la Direction Générale des Impôts (DGI), le patron de cette administration, Joël Ogouma a estimé que « comparativement à l’année dernière, l’engouement est nettement supérieur ». Pour le Directeur Général des impôts, il n’y a pas que les agents des impôts à cette journée. La preuve est qu’il y a des étudiants, des fonctionnaires des autres administrations publiques ainsi que des petits opérateurs qui sont intéressés par les missions de ...
Lire l'article
Débat: Le Dr. Daniel Mengara au vice-président du Front National français: Les Africains veulent « un désengagement de la France qui  permettra aux Africains de se débarrasser tranquillement de leurs dictatures »
Au cours d’un débat (émission débat « Le Dr Mouketou Reçoit ») présenté et organisé mardi sur INRA RADIO, une radio de la Diaspora africaine émettant depuis Washington DC par le Dr Jean Aimé MOUKETOU entre Maître Wallerand Saint Just, vice-président et membre du Bureau exécutif du Front national français et des universitaires africains vivant en Amérique du Nord et en Europe occidentale, le Dr Daniel MENGARA, Président du Mouvement Politique « BONGO DOIT PARTIR » a dit admirer depuis très longtemps comme beaucoup d’Africains d’ailleurs le discours de franchise du Front national français qui « ne mâche pas ses mots sur la question de ...
Lire l'article
Le Directeur Général des Impôts (DGI), Joël Ogouma dont l’administration organise samedi prochain, à Libreville, sa deuxième Journée portes ouvertes sous le thème l’ « Impôt au cœur du développement », a lancé ce jeudi une invite aux citoyens à venir se renseigner sur leurs droits et obligations fiscales. Selon le Directeur Général de la DGI, les Journées portes ouvertes constituent un moment privilégié de rencontre et d’échanges entre l’administration fiscale et les contribuables. « C’est un moment de découvrir les services et le fonctionnement des différentes entités de la DGI », a déclaré M. Joël Ogouma qui ...
Lire l'article
Les recettes hors pétrole du Gabon ont atteint 486 milliards de francs CFA (environ 1 milliard de dollars), soit une hausse de 8% par rapport aux prévisions budgétaires, a annoncé ce week-end le directeur général des Impôts, Joël Ogouma. Selon le directeur général des Impôts, en 2010 les recettes des impôts du secteur hors pétrole se sont élevées à 486 milliards de francs CFA. Les prévisions de la loi des finances tablaient sur 448 milliards de francs CFA (922 millions de dollars). Ces bons résultats sont cependant en recule par rapport à 2009, année où les impôts ont collecté 553 milliards de ...
Lire l'article
Le directeur général des Impôts au Gabon, Joël Ogouma a, dans une conférence de presse mardi à Libreville, expliqué l’organisation et les missions dévolues à cette direction générale placée sous la tutelle du ministère de l’Economie, du commerce, de l’Industrie et du tourisme. M. Ogouma s’exprimait dans la perspective des journées portes ouvertes que sa direction organisera samedi prochain dans la capitale gabonaise. Au cours de cette rencontre, le patron des Impôts en a profité pour entretenir l’assistance sur le décret n ° 1139/PR/MEFBP du 18 décembre 2002, portant création, attributions et organisation de la direction générale des impôts. La direction générale ...
Lire l'article
Pour clarifier, justifier et «normaliser» le paiement de l’impôt par le plus grand nombre, la Direction générale des impôts (DGI) organise le 3 avril à Libreville une journée portes ouvertes. Une conférence de presse a été donnée à cet effet par Joël Ogouma, Directeur Général des Impôts, qui a annoncé les contours de cette manifestation et décliné les nouveaux objectifs assignés à sa division. En vue de créer une culture fiscale auprès de la population, la Direction générale des impôts (DGI) lance une campagne de sensibilisation à l’endroit du contribuable. A cet effet, une journée portes ouvertes sera organisée le ...
Lire l'article
Libreville, 17 septembre (GAONEWS) - Le nouveau directeur général des impôts, Joël Ogouma, a pris, ce jeudi, ses fonctions à la tête de ce service au ministère des finances en souhaitant plus de rendement pour 2010 et le respect de la déontologie dans cette direction, a constaté GABONEWS. Actualité du :17/09/2009 Le nouveau promu a présenté les points forts des perspectives d’avenir qu’il souhaite mettre à exécution au sein de la direction général des impôts. A ce sujet, il estime qu’il s’agit d’œuvre efficacement pour l’intérêt supérieur de la nation avec probité et ...
Lire l'article
L'Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) a adressé le 11 mai dernier au premier ministre, Jean Eyeghé Ndong, une lettre de doléances relative aux dispositions du nouveau Code général des impôts qui doit entrer en vigueur à la fin du mois de mai et qui serait contradictoire aux résolutions issues des dernières négociations avec les autorités de tutelle. L'ONEP dénonce de nouvelles dispositions fiscales contraignantes pour les employés du secteur pétrolier, et exhorte le gouvernement à explorer d'autres pistes plus équitables pour surmonter la crise économique actuelle. Le secteur pétrolier est de nouveau sur le pied de guerre depuis l'adoption ...
Lire l'article
Les opérateurs économiques ont sollicité lundi auprès du ministre des PME et PMI, Vincent Essono Mengué, l'allégement des impôts et autres taxes similaires pour optimiser l’accroissement des entreprises. Cette suggestion des opérateurs économiques a été présentée au ministre en charge de ce secteur lors de sa visite sur certains sites. Ces derniers ont également formulé le vœu de réadapter l'ensemble des textes officiels codifiant le fonctionnement de leurs entreprises. Pour le ministre, cet appel (au bénéfice des PME et PMI gabonaises) à l'aide doit être inscrit dans le registre des urgences du gouvernement. Cette tournée de Vincent Essono Mengué a pour objectif de ...
Lire l'article
La nouvelle promotion de contrôleurs des impôts a prêté serment le 9 septembre au Tribunal de première instance de Libreville au cours d’une cérémonie marquant leur entrée officielle en fonction à la Direction générale des impôts (DGI). Les 22 nouvelles recrues formées à l’Ecole nationale des régies financières de Ouagadougou, au Burkina Faso, devraient permettre à la DGI de relever ses nouvelles missions de modernisation de l’administration fiscale et de la mobilisation des ressources propres de l’Etat. L’investiture protocolaire de la nouvelle promotion d’inspecteurs des impôts s’est déroulée le 9 septembre dernier dans la salle des audiences correctionnelles du Tribunal de ...
Lire l'article
Journée portes ouvertes des impôts: « Comparativement à l’année dernière, l’engouement est nettement supérieur », Joël Ogouma (DG des impôts)
Débat: Le Dr. Daniel Mengara au vice-président du Front National français: Les Africains veulent « un désengagement de la France qui permettra aux Africains
2ème Journée portes ouvertes de la DGI : les citoyens invités à venir se renseigner sur leurs droits et obligations
Gabon : 486 milliards de francs CFA de recettes hors pétrole en 2010
Le DG des Impôts explique l’organisation et les missions et dévoulues à sa structure
Gabon : Les impôts jouent la transparence pour convaincre les usagers
Gabon: Le nouveau directeur général des impôts prend ses fonctions à Libreville
Gabon : L’ONEP conteste le nouveau Code des Impôts
Gabon: PME – PMI: les opérateurs économiques sollicitent l’allégement des impôts
Gabon : 22 nouveaux contrôleurs des impôts sur le terrain


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*