- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Guerre des ports au Gabon des Bongo

Bolloré et Dupuydauby se disputent la logistique maritime du pays devant la Banque mondiale.

La passation de pouvoir entre Omar Bongo, président gabonais décédé en mars 2009, et son fils Ali, élu dans la foulée à l’issue d’un scrutin contesté, avait tout de la continuité chère à la Françafrique. Mais s’agissant de la guerre des ports entre Vincent Bolloré et Jacques Dupuydauby, il y a de la rupture dans l’air. Omar-Dupuydauby contre Ali-Bolloré ? Cet interminable conflit, que la Banque mondiale devrait prochainement trancher, a été récemment évoqué par la Lettre du continent. A la manœuvre : Pascal Clément, ex-garde des Sceaux, actuel avocat de Dupuydauby, et François Meyer, défenseur du groupe Bolloré et du Gabon.

Depuis un quart de siècle, Vincent Bolloré (homme d’affaires actif en Afrique sans trop y mettre les pieds) et Jacques Dupuydauby (ex-dirigeant de Bouygues ayant l’oreille de quelques dignitaires africains) se fâchent, se réconcilient puis se déclarent derechef la guerre selon les circonstances. En résumé, Dupuydauby a parfois servi de faux nez à Bolloré – l’un et l’autre étant amateurs de montages offshore. Le second, armateur, manutentionnaire, ne peut de surcroît prétendre à la gestion des ports. Le premier lui permet de contourner le conflit d’intérêt : Dupuydauby apparaît en première ligne, Bolloré finance derrière.

Couverture. Après le Togo (Libération du 3 juin 2009), le pataquès est à son comble au Gabon. En 2003, sous pression de la Banque mondiale, le gouvernement avait privatisé la gestion de ses deux principaux ports, Owendo et Libreville. La société Progosa, dirigée par Dupuydauby mais actionnée par Bolloré, emporte l’appel d’offres. En 2007, leur ultime fâcherie met le gouvernement gabonais en porte-à-faux : doigt d’honneur à Bolloré, Dupuydauby exfiltre une partie du capital vers des coquilles luxembourgeoises ; pour réclamer son dû, Bolloré doit admettre que Dupuydauby lui servait de couverture. Tempête sous les crânes à la cour d’appel de Libreville, appelée à trancher le litige : après intervention politique – Omar Bongo est toujours président -, elle donne gain de cause à Dupuydauby. Mais Ali Bongo, en plus d’être ministre de la Défense, dirige alors l’office des ports (Oprag) : trois jours après la décision judiciaire, il décide d’annuler la concession des ports gabonais et de lancer un nouvel appel d’offres. Le gagnant est le singapourien Portek, partenaire de Bolloré en Algérie. S’il n’est pas attributaire du nouveau marché, le groupe Bolloré obtient un lot de consolation avec la gestion d’un nouveau terminal à containeurs.

S’estimant lésé par ce deal, Dupuydauby demande en 2009 l’arbitrage de la Banque mondiale, via son Centre international de règlement des différents relatifs aux investissements (Cirdi). Omar Bongo, encore vivant mais plus pour longtemps, lui demande de suspendre sa procédure le temps de trouver un «règlement à l’amiable» – des proches de feu Omar confirment sa volonté conciliatrice. Mais Ali paraît toujours épouser la cause de Bolloré. Il menace Dupuydauby de poursuites pour «troubles à l’ordre public». Quand au fond du litige, il dit s’en remettre «aux avocats du groupe Bolloré, auxquels il appartiendra de tirer toutes les conséquences juridiques de cette incongruité».

Soupçon. Ali Bongo ne croit pas si bien dire. Après le décès de son père, la procédure devant le Cirdi est définitivement lancée. Elle oppose officiellement le groupe Dupuydauby à l’Etat gabonais. L’avocat du premier, Me Pascal Clément, s’émeut d’un conflit d’intérêt : l’avocat du second n’est autre que le défenseur du groupe Bolloré. Me François Meyer réfute le soupçon : «Bolloré n’est pas partie dans la procédure CIRDI» entre Dupuydauby et le Gabon, «pas plus que l’Etat gabonais n’est partie dans la procédure» entre Bolloré et Dupuydauby.

Vraiment ? Dans les premiers temps de la privatisation des ports gabonais, la société Progosa avait proposé, comme de coutume en Afrique, de réserver un tiers du capital à des «partenaires économiques locaux», derrière lesquels prospèrent souvent des proches du pouvoir en place. En l’espèce, Jean-Pierre Oyiba, cousin d’Ali Bongo et numéro 2 de l’office des ports. Lequel avait ensuite imposé une autre gouvernance, une «substitution en accord avec mon cousin Ali» : au lieu de 33% sur place au Gabon, 49% au Maroc au nom de Shipomar, «société holding offshore en cours d’immatriculation ayant son siège à Tanger». Depuis, l’imbroglio est devenu tel que les deux cousins ont dû renoncer à cette bretelle de dérivation. Mais pas à prendre parti. 


SUR LE MÊME SUJET
Bolloré prêt à investir 70 milliards de FCFA pour le port d’Owendo
Vincent Bolloré, PDG du groupe éponyme, a présenté, mardi à Libreville, un plan d'investissement de 70 milliards de F CFA pour améliorer les performances du port d’Owendo situé au sud de Libreville. M. Bolloré a présenté le plan d’investissement au président Ali Bongo Ondimba, lors d’une audience que lui a accordée le chef de l’Etat gabonais. Le port d’Owendo, le plus grand du Gabon, dispose d’un quai de 445 m qui a besoin d’être rallongé de 300 m pour répondre aux normes internationales. Bolloré intervient dans les terminaux portuaires et port sec, les ports à bois, la manutention portuaire, les agences maritimes, ...
Lire l'article [1]
Le directeur général de la concurrence et de la consommation (DGCC), Pierre Guy Boudianguela, a commercé avec les opérateurs économiques, le 22 septembre dernier, de la rétention des stocks par certains importateurs et grossistes, entraînant par conséquent une pénurie artificielle des produits sur le marché et donc une hausse injustifiée des prix de détail. Les opérateurs économiques de la capitale gabonaise ont été sensibilisés, le 22 septembre au cours d’une séance de travail animée par Pierre Guy Boudianguela, directeur général de la concurrence et de la consommation (DGCC), sur les questions se rapportant à la pénurie artificielle et à ...
Lire l'article [2]
Les autorités gabonaises et Singapouriennes ont signé vendredi, un accord portuaire destiné à appuyer le Gabon dans la reforme du cadre juridique de ses deux ports maritimes d'Owendo, à Libreville, et de Port-Gentil, la capitale économique , a constaté l’envoyé spécial de l’AGP. L’accord devrait également favoriser l’entrée de nouveaux partenaires et rendre les ports gabonais plus compétitifs à l’instar de ceux d’autres pays, particulièrement Singapour qui est un modèle mondial dans le domaine portuaire. Le ministre gabonais de l’Economie, Magloire Ngambia, et le directeur général de l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG), Rigobert Ikambouayat Ndeka, ont ...
Lire l'article [3]
Le conflit qui oppose depuis plusieurs années la société PROGOSA, appartenant au groupe Dupuydauby, à l’Etat gabonais devrait connaître son dénouement tout prochainement au Centre international de règlement des différents relatifs aux investissements (CIRDI). A combien s’élèvera la facture ? Le conflit d’intérêts qui oppose depuis de nombreuses années Bolloré et Dupuydauby pour le contrôle des ports de Libreville et Owendo connaîtra-t-il de nouveaux rebondissements sous Ali Bongo ? C’est la question qui taraude les esprits à la veille du verdict du Centre international de règlement des différents relatifs aux investissements (CIRDI). On se souvient que malgré ...
Lire l'article [4]
Bongo Doit Partir
Lire l'article [5]
Le ministre des Eaux et Forêts, de l’Environnement et du Développement Durable, Martin Mabala, a accordé ce lundi, aux exploitants forestiers un délai de trois mois pour évacuer les stocks de grumes entassés dans les parcs à bois et ports du Gabon, a constaté GABONEWS. Le gouvernement a pris à titre exceptionnel, les mesures dérogatoires autorisant la sortie des bois présents dans les parcs et ports disposant de bons à embarquer délivrés par les services douaniers. Concernant les stocks actuels de grumes accumulés dans les parcs, le long du chemin de fer et dans les chantiers forestiers, la Société ...
Lire l'article [6]
Le gouvernement gabonais a pris une mesure interdisant toutes les activités de pêche le long du chenal d'accès et aux d'Owendo et au port Môle, en application des dispositions du code communautaire de la Marine marchande, rapporte samedi le quotidien l'Union. Cette mesure, précise le journal, a été prise pour faire face à toute surprise désagréable non seulement pour les navires et autres bateaux qui viennent accoster dans les ports, mais aussi pour prévenir toute attaque de groupes de bandits qui utilisent des mini-embarcations rapides pour monter des coups dans les villes côtières.
Lire l'article [7]
L’homme d’affaires français Vincent Bolloré a été inculpé le 14 octobre pour comparaître personnellement devant le Tribunal de première instance de Douala pour «favoritisme et de corruption» au sujet de la concession du terminal à conteneurs du Port autonome de Douala (PAD). Une autre convocation avait été adressée en septembre à cinq cadres du groupe Bolloré, parmi lesquels le vice-président et ancien ministre français de la Coopération, Michel Roussin.L'homme d'affaires français Vincent Bolloré a reçu une convocation le 14 octobre dernier de la justice du Cameroun pour être entendu comme témoin à la suite d'une plainte contre X pour «favoritisme ...
Lire l'article [8]
Le chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba, a procédé ce mercredi à Libreville, à la pose de la première pierre de l’immeuble devant abriter le siège de Gabon Mining Logistics, une filiale du Groupe Bolloré au Gabon, en présence du gouvernement de la République, de la Présidente du Conseil d’Administration (PCA) du groupe et du Vice-président de Bolloré pour l’Afrique, Michel Roussin. Le nouvel immeuble, opérationnel dans 10 mois, dont la symbolique pose de la première pierre a été exécutée ce mercredi par le président de la République, servira de siège à l’entreprise Gabon Mining Logistics, chargée de gérer les ...
Lire l'article [9]
Le Gabon vit en grande partie des ressources miniers et de grumes et 90% du commerce extérieur du pays s’opère par voie maritime, selon des sources portuaires du port de Libreville. Selon une source bien renseignée du port de Libreville, l’Etat de santé économique du Gabon se mesure principalement dans trois ports. A Libreville: la zone portuaire d’Owendo comprend un grand port à bois, un port de marchandises (destinées à recevoir des conteneurs), et un port minéralier par lequel transite la totalité de la production de manganèse de Moanda (Haut – Ogooué). A Port – Gentil, à l’ouest du Gabon, ...
Lire l'article [10]
Bolloré prêt à investir 70 milliards de FCFA pour le port d’Owendo
Gabon : La DGCC en guerre contre la hausse spéculative des prix
Signature d’un accord portuaire entre le Gabon et Singapour
Gabon : Combien coûtera l’affaire Progosa à l’Etat ?
Bongo Doit Partir
Le gouvernement somme les exploitants forestiers d’évacuer les stocks de grumes présents dans les ports et parcs à bois du Gabon
Gabon-Pêche : Interdiction de pêcher le long du chenal d’accès aux ports d’Owendo et Môle
Cameroun : Bolloré inculpé pour «corruption et favoritisme»
Gabon: Omar Bongo Ondimba pose la première pierre de Gabon Mining Logis tics
Gabon: Economie: les ports gabonais, des ports d’exportation