Socialisez

FacebookTwitterRSS

Banque mondiale/Suisse/Afrique: “Pas de refuge pour les biens mal acquis”

Auteur/Source: · Date: 8 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique,Monde,Révélations

La Banque mondiale et la Suisse ont appelé mardi à une action concertée contre le pillage des pays en développement et les biens mal acquis qui trouvent souvent refuge dans les places financières internationales.

Cet appel a été lancé lors d’un forum organisé à Paris sur le thème “pas de refuge pour les biens mal acquis”, en présence d’adversaires de la corruption venus du monde entier, membres d’ONG ou représentants gouvernementaux.

“Des milliards sont volés chaque année aux pays en développement, qui se trouvent ainsi privés d’opportunités économiques”, a souligné Ngozi Okonjo-Iweala, la directrice générale du groupe de la Banque mondiale.

Selon ses estimations, de 16,2 à 32,4 milliards d’euros sont dérobés chaque année aux pays en développement du fait de détournements de fonds publics, ce qui permettrait de soigner pendant un an 120 millions de personnes atteintes du sida ou d’approvisionner en eau 50 millions de ménages.

“Lorsque les dirigeants mondiaux se retrouvent à l’occasion de réunions du G20 et d’autres instances pour discuter de la crise économique, des plans de relance et de la réglementation financière, la lutte contre la corruption et les vols d’avoirs devra figurer en tête de leurs préoccupations”, a dit Ngozi Okonjo-Iweala lors des travaux.

Micheline Calmy-Rey, ministre suisse des affaires étrangères, qui se veut exemplaire en la matière en dépit de sa réputation de paradis fiscal, a assuré que le forum de Paris n’était pas seulement un lieu d’échange et de bonnes intentions.

“Nous voulons aboutir à des propositions de mesures. C’est un immense enjeu de développement et nous voulons aboutir à des résultats”, a-t-elle dit lors d’une conférence de presse.

“LE PROBLEME DES ILES”

La plupart des participants ont souligné la lenteur des progrès accomplis pour la récupération des biens mal acquis et la complexité des problèmes juridiques.

La France est concernée au premier chef avec les avatars des procédures visant les biens détenus en France par trois chefs d’Etat ou anciens dirigeants africains : Ali Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzavile) et Teodoro Obiang (Guinée équatoriale).

La décision d’un juge d’instruction français ouvrant la voie à une enquête sur leurs logements de luxe et leurs avoirs bancaires en France a été en effet annulée en appel en octobre dernier, la plainte d’une ONG ayant été déclarée irrecevable.

Un représentant du Rwanda a dénoncé “l’hypocrisie” de certains Etats, estimant qu’il serait difficile d’avancer tant que ne serait pas réglé le “problème des îles”, expression lui évitant de parler de paradis fiscaux.

Gavin Hayman a cité au coeur même de l’Europe le cas de Monaco et de la principauté d’Andorre, ainsi que “les îles entre la France et le Royaume-Uni”.

Ngozi Okonjo-Iweala a souligné que la corruption existait aussi dans les pays développés, soulignant que le Premier ministre grec Georges Papandréou a lui-même parlé d’une corruption “systémique” dont il a chiffré le coût à quelque 20 milliards d’euros par an.

Les organisateurs ont estimé que la Convention des Nations unies contre la corruption (CNUCC) était au niveau mondial “un bon instrument permettant de prévenir et d’inverser les flux des biens mal acquis”.

Ngozi Okonjo-Iweala a cependant rappelé que quatre pays membres du G20 ne l’avaient pas signée, à savoir l’Allemagne, l’Inde, le Japon et l’Arabie saoudite.

“Et ceux qui l’ont signée, il faut qu’il la mettent en oeuvre. Il ne s’agit pas d’avoir de nouvelles conventions, nous avons assez de conventions”, a-t-elle dit.

Micheline Calmy-Rey a insisté sur le fait que la Suisse, septième place financière mondiale, avait depuis des décennies l’expérience du blocage des fonds d’origine frauduleuse et qu’elle jouait dans ce domaine “un rôle de premier plan”.

“A ce jour, nous avons rendu 6 milliards de dollars aux pays d’origine”, a-t-elle assuré, tout en insistant sur la nécessité de renforcer la coopération des Etats.

Pour le cas d’Haïti, voir

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 


SUR LE MÊME SUJET
La chaîne publique France 24 a retiré une vidéo potentiellement embarrassante de son site internet, à la demande d'une ambassade africaine, et sans en informer ses internautes. S'agissait-il d'une parodie, comme le suggère l'explication officielle donnée en interne, ou d'un cas classique de pression diplomatique sur la « voix de la France » ? Les internautes auraient mérité une explication… Cette vidéo est liée à l'affaire dite des « biens mal acquis », c'est-à-dire l'utilisation de l'argent de la corruption par des chefs d'Etat africains pour acheter des biens immobiliers en France. L'affaire, lancée par des associations (Sherpa, Transparence international (TI) ...
Lire l'article
Le dossier sensible des « biens mal acquis » a été confié à deux juges d’instruction français. Leur mission est d’enquêter sur le patrimoine en France de trois présidents africains : le Gabonais feu Omar Bongo Ondimba, l’Équato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema et le Congolais Denis Sassou N’Guesso. Les juges d’instruction Roger Le Loire (doyen des juges d’instruction parisiens) et René Grouman ont été choisis pour prendre en main l’enquête sur les conditions dans lesquelles des biens ont été acquis en France par plusieurs familles de chefs d’État africains, a-t-on appris vendredi 3 décembre. La Cour de cassation de Paris a autorisé le ...
Lire l'article
La décision devrait faire grand bruit, notamment dans quelques palais africains : la Cour de cassation a donné son feu vert, mardi 9 novembre, à une enquête judiciaire visant le mode d'acquisition, en France, par trois chefs d'Etat africains d'un imposant patrimoine composé notamment d'immeubles et de voitures de luxe. La plus haute juridiction française a cassé un arrêt de la cour d'appel de Paris qui, le 29 octobre 2009, avait déclaré irrecevable la plainte de l'organisation Transparency International-France pour "recel de détournement de fonds publics" et empêchait de ce fait l'ouverture d'une instruction. La Cour ordonne le renvoi du ...
Lire l'article
Biens mal acquis: “Une grande victoire pour les peuples spoliés”
En jugeant recevable ce mardi la constitution de partie civile de l'association Transparence International France dans l'affaire dite des biens mal acquis, la cour de cassation a ouvert la voie à une enquête sur le patrimoine dans l'Hexagone de trois présidents africains. C'est une nouveauté. Pour la première fois en France, une enquête sur l'origine du patrimoine d'un chef d'Etat étranger va être ouverte à la demande d'une association, Transparence International. Cette décision va permettre la désignation d'un juge d'instruction et l'ouverture d'une information judiciaire pouvant mettre en cause plusieurs présidents africains. Tout commence en 2007, lorsque le rapport "Biens mal acquis" ...
Lire l'article
Un forum, organisé à Paris les 8 et 9 juin, est pour la première fois consacré à la question L’argent de la corruption et des détournements, la Suisse veut les restituer aux populations qui en ont été privées par des dirigeants cupides sur le continent africain ou ailleurs. Le passage du secret bancaire à la chasse aux biens mal acquis, sa quinzaine d’années d’expérience de réussites ( comme l’affaire Sani Abacha au Nigeria) et d’échecs, la Suisse veut les partager au profit du développement et de la lutte contre la pauvreté. mercredi 9 juin 2010 / par Falila Gbadamassi « Ce ...
Lire l'article
Les chiffres dans l'affaire des « biens mal acquis » (lire encadré) sont impressionnants. Entre 105 et 180 milliards de dollars (75 à 130 milliards d'euros) ont été détournés par une trentaine de dictateurs, selon le rapport du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) publié hier, intitulé « Biens mal acquis, à qui profite le crime ? ». Au « palmarès » des dirigeants ayant détourné le plus d'argent figurent l'Irakien Saddam Hussein (entre 7,2 et 28,8 milliards d'euros), le dernier chah d'Iran, Mohammed Reza Pahlavi (25,2 milliards), le dictateur indonésien Suharto (entre 12,6 et 25,2 milliards), ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
Le parquet de Paris s'est opposé à l'ouverture d'une information judiciaire sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains, Omar Bongo, Denis Sassous Nguesso et Théodore Obiang, estimant que la plainte déposée par deux associations et un ressortissant gabonais, notamment pour "blanchiment", était irrecevable, a-t-on appris lundi de sources judiciaires. En décembre, les associations Transparence International France et Sherpa, ainsi qu'un ressortissant gabonais, Grégory Ngbwa Mintsa, ont déposé une plainte contre X pour "recel de détournement de fonds publics", "blanchiment", "abus de biens sociaux" et "abus de confiance". Elle vise les présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso ...
Lire l'article
AP | 01.04.2009 | 16:13 Le parquet de Paris s'oppose à l'ouverture d'une information judiciaire à la suite d'une plainte visant trois chefs d'Etat africains par des associations qui les accusent d'avoir acquis en France des biens immobiliers grâce à des fonds publics détournés de leur pays, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Le 2 décembre, deux associations, Transparence International France et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais ont déposé une plainte contre X pour "recel de détournement de fonds publics", "blanchiment", "abus de biens sociaux" et "abus de confiance". Elle vise les présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Théodore ...
Lire l'article
Les biens, ils sont en France, des dizaines de comptes bancaires, des collections de voitures de luxe et des propriétés de rêve… Ils appartiennent à trois dirigeants africains : le Congolais Denis Sassou N'Guesso, le Gabonais Omar Bongo et le président de Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang. Il y en a pour des millions d’euros. Au départ un rapport sorti en mars 2007 du CCFD, le Comité catholique contre la Faim et pour le Développement. Son titre : "Biens mal acquis... profitent trop souvent". On y apprend qu'en quelques décennies, des dirigeants, des dictateurs, du monde entier, ont détourné au bas ...
Lire l'article
« Biens mal acquis » : France 24 trappe une vidéo « off »
Biens mal acquis : deux juges d’instruction pour trois présidents
L’arrêt sur les biens mal acquis ouvre des perspectives pour les ONG anticorruption
Biens mal acquis: “Une grande victoire pour les peuples spoliés”
Biens mal acquis : la Suisse aux avant-postes de la restitution
Le scandale des « biens mal acquis » perdure
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains
France – Afrique: “Biens mal acquis”: le parquet s’oppose à l’ouverture d’une information judiciaire
France – Afrique: “Biens mal acquis”: le parquet de Paris opposé à l’ouverture d’une information judiciaire
Les biens mal acquis de 3 dirigeants africains en France


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique,Monde,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*