Socialisez

FacebookTwitterRSS

La France va retirer l’essentiel de ses troupes du Sénégal

Auteur/Source: · Date: 8 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde

La France annonce la fermeture de sa base militaire au Sénégal et le retrait de 900 de ses 1.200 militaires stationnés dans le pays.

“En accord avec le Sénégal, la France propose de conserver en effet à Dakar un simple ‘pôle opérationnel de coopération à vocation régionale’, fort d’environ trois cents militaires”, indique l’état-major des forces françaises du Cap-Vert (FFCV) dans un communiqué publié par l’ambassade de France .

La France conservera ses deux autres bases africaines, au Gabon et à Djibouti, ajoute le communiqué.

“Une cérémonie de restitution symbolique des emprises occupées par les forces françaises au Sénégal, aura lieu au Camp Bel Air le 9 juin, à Dakar. Elle est organisée conjointement par le Sénégal et la France, qui sera représentée par le vice-amiral d’escadre Philippe Combes”, indique le communiqué.

“Cette cérémonie marque le point de départ de l’évolution du dispositif français au Sénégal où la France ne conservera plus de base militaire”, ajoute-t-on.

Dans un discours prononcé au Cap en février 2008, le chef de l’Etat Nicolas Sarkozy avait émis le souhait de renégocier l’ensemble des accords de défense qui unissent la France, ancienne puissance coloniale, et ses partenaires africains.

Lors d’une visite à Dakar du ministre de la Défense Hervé Morin le 19 février dernier, les deux pays étaient convenus de la fermeture prochaine des bases de Dakar.

La décision de fermer Dakar signifie par contraste le maintien de Libreville, au Gabon, le Livre blanc de la Défense adopté en 2008 prônant le maintien d’une seule base française sur le littoral d’Afrique de l’Ouest.

Un millier de militaires français sont actuellement en mission à Libreville et environ 900 autres sont basés en Côte d’Ivoire dans le cadre du bataillon Licorne (Batlic).

LIVRE BLANC

“Comme l’a rappelé le président (Nicolas Sarkozy) lors du sommet (franco-africain) de Nice, l’objectif principal de notre coopération de défense est d’aider l’Afrique à mettre sur pied son propre système de sécurité collective, à côté de notre action traditionnelle de formation des cadres des armées nationales”, indique le communiqué.

“En application des choix arrêtés dans le Livre Blanc sur la défense et la sécurité, le dispositif français pré-positionné comprendra une base sur la façade occidentale de l’Afrique, au Gabon, une base sur sa façade orientale, à Djibouti, ainsi qu’un pôle opérationnel de coopération à vocation régionale, au Sénégal”.

“Avec les forces stationnées à la Réunion, ils ont pour vocation d’appuyer la montée en puissance des brigades en attente des quatre organisations régionales africaines (CEDEAO, CEEAC, SADC et EASBRICOM)”, souligne le communiqué.

L’année 2010 est importante pour les relations franco-africaines notamment en raison du 50e anniversaire de l’accession à l’indépendance du Sénégal et d’autres anciennes colonies.

Quatorze pays africains seront d’ailleurs invités aux cérémonies du 14-Juillet à Paris.

Le gouvernement du président Abdoulaye Wade avait espéré un temps que la décision soit prise avant le 50e anniversaire de l’accession à l’indépendance du Sénégal célébré le 4 avril dernier.

“Ca a été un long processus qui vient d’aboutir et tout est bien qui finit bien. La France est un pays ami, c’est également un partenaire stratégique du Sénégal, nous gardons toujours notre coopération et c’est cela le plus important,” a déclaré Mamadou Bamba Ndiaye, porte-parole du président Wade.

Membre de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Sénégal cherche à préserver son influence dans la région.

A l’instar d’autres pays comme l’Afrique du Sud, Dakar veut aussi faire entendre sa voix sur le continent et au-delà, notamment dans la perspective d’un élargissement futur du Conseil de sécurité de l’Onu.

Mark John et Diadie Ba; Pascal Liétout et Marine Pennetier pour le service français 


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal : meetings de l’opposition et du parti au pouvoir au premier jour de la campagne présidentielle
Par RFI La campagne électorale pour la présidentielle a débuté ce dimanche 5 février 2012 au Sénégal. Les principaux candidats de l'opposition se sont retrouvés Place de l'Obélisque à Dakar, avec toujours le même objectif affiché : obtenir le retrait de la candidature d'Abdoulaye Wade. Le président qui était, lui, dans son fief de Mbacké, près de Touba, la ville sainte des Mourides. Au Sénégal, les principaux candidats d'opposition à l’élection présidentielle, membres du M23, le Mouvement du 23 juin, ont décidé de battre campagne ensemble pour pousser le président Abdoulaye Wade à renoncer à sa candidature. Parmi les militants réunis en ...
Lire l'article
Sénégal: Youssou Ndour lance un appel
Le chanteur sénégalais Youssou Ndour a appelé ce matin la communauté internationale à exprimer son désaccord après la confirmation, dans la nuit, par le Conseil constitutionnel du Sénégal de la liste des candidats à la présidentielle de février qu'il avait publiée vendredi. "Le Sénégal a honte. Le Sénégal est meurtri. Le processus de coup d'Etat constitutionnel est consommé. 52 ans de construction démocratique viennent d'être balayés", a déclaré Youssou Ndour interrogé par la radio française RFI. "Le Sénégal et son peuple ont mal. Nous avons été trahis par cette décision honteuse. J'ai dit bien honteuse...", a-t-il poursuivi sur les ondes de Radio ...
Lire l'article
L’équipe des étudiants sénégalais a battu dimanche dernier celle du Gabon au parc des sports du Moulin de Perpignan par 4 buts à 1 lors de la finale de la première édition du Trophée de l’Amitié 66. Malgré les intempéries, notamment le vent et le froid, de nombreux férus du ballon rond ont honoré de leur présence à cette manifestation sportive qui a connu la participation de 9 équipes : Le Sénégal, le Gabon, le Maroc, la Mauritanie, l’Algérie, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée Equatoriale et la France. Au terme d’un beau mouvement à la 17è ...
Lire l'article
Par L.B. Jean-Christophe Rufin, ex-ambassadeur au Sénégal, dénonce un Quai d'Orsay devenu "sinistré" et "complètement marginalisé" par l'Elysée, notamment en matière de politique africaine. 541 commentaireArticle suivant dans France : Le petit Nicodème retrouvé mort Jean-Christophe Rufin © LCITous les "vieux travers" de la politique africaine de la France se sont reconstitués à cause du secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, déclare l'ancien ambassadeur de France au Sénégal Jean-Christophe Rufin. Nommé en août 2007, Jean-Christophe Rufin, écrivain et académicien, a quitté ses fonctions le 30 juin, après que le président sénégalais Abdoulaye Wade ait demandé son départ. Dans un entretien publié mardi par ...
Lire l'article
L’armée française a officiellement restitué les terres qu’elle occupait à Dakar aux autorités sénégalaises, a constaté mercredi, un journaliste d’AfriSCOOP. Ambiance morose mercredi sur la place d’armes du camp Bel Air de la capitale sénégalaise. Une cérémonie « symbolique » de restitution prochaine de terres est organisée entre les armées française et sénégalaise. Remplacement du drapeau tricolore par celui de l’ancienne colonie. Exécution des hymnes nationaux sous les honneurs du vice-amiral français Philippe Combes et de son homologue sénégalais Abdoulaye Fall. Aucun discours. Et, à juste titre. Avec cette cérémonie, la France met insidieusement fin à la présence de quelques 1.200 hommes ...
Lire l'article
La France annonce la fermeture de sa base militaire au Sénégal et le retrait de 900 de ses 1.200 militaires stationnés dans le pays. "En accord avec le Sénégal, la France propose de conserver en effet à Dakar un simple 'pôle opérationnel de coopération à vocation régionale', fort d'environ trois cents militaires", indique l'état-major des forces françaises du Cap-Vert (FFCV) dans un communiqué publié par l'ambassade de France . La France conservera ses deux autres bases africaines, au Gabon et à Djibouti, ajoute le communiqué. "Une cérémonie de restitution symbolique des emprises occupées par les forces françaises au Sénégal, aura lieu au Camp ...
Lire l'article
Sous la pression de Dakar, Paris a annoncé une réduction considérable de sa présence militaire au Sénégal. Une décision politique dont les conséquences économiques inquiètent au plus haut point le personnel sénégalais employé par l’administration française. C’est à Libreville que le président français l’a confirmé, le 24 février. La France ne conservera que 300 soldats au Sénégal, contre 1 200 actuellement. Une décision politique dont les modalités ne sont pas encore connues mais qui inquiète les 400 employés du « Personnel de recrutement local » (PRL) répartis sur les trois sites des Forces françaises du Cap-Vert (FFCV) à Dakar (23e Bataillon ...
Lire l'article
Quand ils ont appris que la France fermerait ses bases militaires à Dakar, certains Sénégalais ont dit: "il était temps", 50 ans après l'indépendance du pays. Mais l'anxiété a aussitôt gagné des milliers de familles dont les revenus dépendent de la présence des militaires français. "S'ils partent, comment ferons-nous pour vivre?" La question tourmente Coumba Ndiaye, mère de famille d'une cinquantaine d'années, depuis que Dakar a annoncé le 19 février que les bases françaises fermeraient, "en vertu d'un accord qui sera signé avant le 4 avril". La France n'a prévu de garder que 300 soldats au Sénégal, soit 900 de moins ...
Lire l'article
Les bases militaires françaises devraient quitter Dakar à la suite d'un accord qui doit être signé le 4 avril, mais devrait conserver une présence au avec un "pôle de coopération militaire". Cet accord pourrait signifier pérennisation de celle de Libreville. La France s'apprête à fermer ses bases militaires au Sénégal mais entend y conserver un "pôle de coopération militaire à vocation régionale", a-t-on appris vendredi soir auprès du ministère de la Défense. 1 200 soldats français concernés "Le concept de base a vécu et on va vers autre chose, la mise en place d'un pôle de coopération régionale", a-t-on déclaré dans l'entourage ...
Lire l'article
Le ministre français de la Défense Hervé Morin a annoncé mercredi que la France allait maintenir ses deux bases militaires permanentes de Libreville et Dakar, sur la façade atlantique de l'Afrique. "L'idée est que nous maintenions Libreville et Dakar", a déclaré M. Morin devant la presse, indiquant que "dans l'état actuel des choses, nos forces restent au Gabon". Selon le Livre blanc sur la Défense, signé du président Nicolas Sarkozy et publié au printemps 2008, la France devait réduire les implantations permanentes françaises en Afrique à "deux pôles (...), un pour chaque façade, atlantique et orientale". Un choix devait ainsi être opéré entre ...
Lire l'article
Sénégal : meetings de l’opposition et du parti au pouvoir au premier jour de la campagne présidentielle
Sénégal: Youssou Ndour lance un appel
France : Finale de la première édition du Trophée de l’Amitié 66, le Sénégal écrase le Gabon 4 à 1 à Perpignan
France- Afrique: L’ex-ambassadeur au Sénégal critique la politique africaine
La France quitte « symboliquement » le Sénégal
La France va retirer l’essentiel de ses troupes du Sénégal
Sénégal: Retrait militaire français : combien ça coûte ?
Sénégal: départ annoncé de 900 militaires français, rude coup pour l’économie
Sénégal: La France s’apprête à fermer ses bases militaires
La France maintient ses bases militaires permanentes à Libreville et Dakar


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*