Socialisez

FacebookTwitterRSS

Biens mal acquis : la Suisse aux avant-postes de la restitution

Auteur/Source: · Date: 9 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde

Un forum, organisé à Paris les 8 et 9 juin, est pour la première fois consacré à la question

L’argent de la corruption et des détournements, la Suisse veut les restituer aux populations qui en ont été privées par des dirigeants cupides sur le continent africain ou ailleurs. Le passage du secret bancaire à la chasse aux biens mal acquis, sa quinzaine d’années d’expérience de réussites ( comme l’affaire Sani Abacha au Nigeria) et d’échecs, la Suisse veut les partager au profit du développement et de la lutte contre la pauvreté.

mercredi 9 juin 2010 / par Falila Gbadamassi

« Ce n’est pas une question d’image, c’est une question de justice », dixit Micheline Calmy-Rey, chef du département fédéral des Affaires étrangères de la Confédération suisse. Depuis une quinzaine d’années, la Suisse réforme un système bancaire qui a permis aux dictateurs du monde entier d’amasser des sommes colossales dans ses banques au détriment de leurs populations. Entre 1993 et 1998, l’ancien président nigérian Sani Abacha détournera entre 2 et 5 milliards de dollars d’euros, soit 27% du PIB moyen de ce pays. L’Etat nigérian parviendra à récupérer plus d’un demi-million grâce à la coopération judiciaire de la Suisse. Cette success-story, et bien d’autres, la Confédération helvétique compte bien les multiplier. D’autant que des pays comme Haïti, après le terrible séisme survenu en janvier, aurait bien besoin des avoirs de l’ancien chef d’Etat Jean-Claude Duvalier bloqués en Suisse et qui ne peuvent être rendus à ce jour.

La Suisse se veut pionnière

Ce sont 20 à 40 milliards de dollars qui échappent ainsi aux pays en voie de développement, notamment africains, parce qu’ils sont détournés ou captés par d’autres formes de corruption. A l’origine du forum sur le recouvrement des biens mal acquis qui s’achève ce mercredi, la Suisse compte faire profiter de son « expérience » en la matière. Pour preuve de sa détermination et de sa volonté politique, les autorités suisses rappellent qu’1,7 milliard (sur 5 milliards au total, selon la Banque Mondiale) ont été rapatriés par la Confédération helvétique. Ce qui fait de la 7e place financière au monde un pionnière. Selon l’initiative pour la restitution des avoirs volés (Star), fruit de la collaboration entre la Banque Mondiale et l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (Onudc), chaque 100 millions de dollars d’avoirs rapatriés permettraient, par exemple, à 250 000 ménages d’être raccordés à l’eau.
Mme Calmy-Rey, Mme Ngozi Okonjo-Iweala et M. Radebe, ministre sud-africain de la Justice, lors d’une conférence de presse. Paris, le 8 juin 2010

« Les temps sont durs », a rappelé ce mardi Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de la Banque Mondiale, partenaire de la rencontre, au lancement du forum. Au moment où les pays riches serrent les cordons de la bourse pour faire face à la crise, dont celle de l’aide publique au développement, le recouvrement des fonds détournés constitue une source de financement « qui doit être prise au sérieux ». Cependant, c’est encore une fois les pays industrialisés qui doivent donner le ton en ratifiant les différentes conventions existantes, mais surtout en les appliquant. » Pour Mo Ibrahim, l’entrepreneur soudanais qui a fait de la bonne gouvernance son cheval de bataille à travers sa fondation qui distingue les leaders africains, la société civile « doit faire pression pour que les gouvernements agissent ». « Les gouvernements européens parlent mais ils ne font rien ».

La « lenteur » des procédures de recouvrement laisse perplexe, y compris la directrice de la Banque mondiale, quant à la volonté politique des nations industrialisées. Ngozi Okonjo-Iweala note que le sujet mobilise moins les pays développés que la question de l’évasion fiscale en ces temps de crise. Peut-être parce qu’il est perçu comme « un problème qui affecte seulement les pays en voie de développement ». Le cas grec apporte pourtant la preuve que non. La corruption est préjudiciable au développement partout dans le monde. Ngozi Okonjo-Iweala se fait volontiers écho du Premier ministre grec Georges Papadréou, reconnaissant que la corruption systémique est à l’origine de l’actuelle crise qui secoue son pays.

Rien de politique

Cependant, recouvrer les produits de la corruption suppose une action concertée qui a fait défaut dans les cas Duvalier (Haïti) et Mobutu (République Démocratique du Congo). Dans le second cas, la Suisse a dû clore le dossier après avoir gelé les fonds incriminés durant des années. Pour ce qui des avoirs Duvalier, l’implication récente des autorités haïtiennes pourrait permettre de rendre quelque 5,7 millions de dollars. Les difficultés rencontrées dans la restitution des fonds par les autorités suisses du fait « d’Etats défaillants », indique Micheline Calmy-Rey, devrait être surmontée dans un avenir proche grâce à un projet de loi à l’examen au Parlement. Elle permettra de passer outre la coopération judiciaire de ces Etats, indispensable dans la plupart des procédures judiciaires de recouvrement.

Larissa Gray de la Banque Mondiale en distingue quatre. La première consiste à obtenir une condamnation au pénal (dans le pays victime), qui permettra la confiscation des avoirs incriminés grâce à une entraide juridique entre le pays d’origine et le pays de destination. C’est celle qui a permis de récupérer les avoirs de Sani Abacha en 2005. La deuxième modalité consiste à une confiscation sans condamnation juridique. L’Afrique du Sud a mené les investigations nécessaires pour permettre, une fois encore au Nigeria, de récupérer les gains illicites accumulés dans ce pays par Diepreye Alamieyeseigha, le gouverneur de l’Etat pétrolifère de Bayelsa. Une action peut être également menée au civil. C’est un avocat privé qui recherche alors les fonds illicites. Une telle procédure a abouti au gel des avoirs du président zambien Frederik Chiluba en Grande-Bretagne en 2005. Le 4e cas de figure consiste à laisser le pays de destination lancer une procédure judiciaire. La Suisse ouvre fréquemment des enquêtes dans des affaires de blanchiment sur son territoire. Et une fois les avoirs rapatriés, elle espère ne plus les revoir en s’attachant les services d’ONG et de la Banque mondiale qui s’assureront que les fonds vont bien à ceux qui auraient dû en bénéficier. La Suisse s’est appuyée sur l’une des institutions de Bretton Woods dans le cas nigérian qui reste un exemple de coopération entre Etats. « Il y avait une forte volonté politique, affirme Ngozi Okonjo-Iweala, ministre des Finances du Nigeria à l’époque. Le président Obasanjo et ses prédécesseurs ont tout fait pour retrouver les traces de ces fonds (Abacha) et répondre à toutes les obligations juridiques dans le cadre de la coopération avec le Suisse ». A cela, il faut selon la responsable de la Banque Mondiale, ajouter une bonne dose de « courage ». « Les gens qualifieront votre démarche de politique. Ce n’est pas le cas. C’est une question de développement et de lutte contre la pauvreté ».

Et ces acteurs entendent se focaliser sur l’essentiel : « Les sommes recouvrées », insiste Adrian Fozzard, coordonnateur de Star qui aide actuellement 22 pays à se doter des outils juridiques nécessaires pour se lancer dans la bataille du recouvrement des biens mal acquis. Car les sommes englouties par la corruption et les avoirs illicites restent un mystère insondable dans le monde de la finance internationale. 


SUR LE MÊME SUJET
L’affaire des “biens mal acquis” africains prend de l’ampleur
Par Thierry Lévêque L'enquête judiciaire sur le patrimoine en France de plusieurs dirigeants africains, qui suscite de fortes tensions diplomatiques, prend de l'ampleur avec de nouvelles révélations et un développement probable des investigations. Un livre des journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung sorti cette semaine, "Le scandale des biens mal acquis", apporte de nouveaux éléments, dont un témoignage faisant état, sans preuves matérielles, d'un financement frauduleux de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 par de l'argent gabonais. Malgré l'opposition constante du parquet de Paris, des découvertes policières récentes et de nouveaux éléments transmis aux deux juges d'instruction saisis fin 2010 grâce à ...
Lire l'article
L'eurodéputée Europe Ecologie Eva Joly tacle Nicolas Sarkozy dans une tribune publiée par Mediapart , estimant que le président a contribué à renforcer la Françafrique qu'il avait promis de démanteler. "Loin de mettre fin à la Françafrique et de faciliter la lutte contre les dictatures et contre l’accaparement des ressources des pays du sud, monsieur Sarkozy a contribué à les renforcer", écrit-elle. "Alors que le parquet de Paris aurait pu, sur la base du travail réalisé par la police et certaines ONG, ouvrir une véritable enquête sur l’origine de la richesse des familles Obiang, Bongo et Nguesso, il n’a eu ...
Lire l'article
La Cour de cassation a relancé mardi les poursuites judiciaires concernant les logements de luxe et les avoirs bancaires détenus en France par trois présidents africains, une décision à haut risque pour Paris. La plus haute juridiction française a annulé un arrêt de la cour d'appel de Paris de 2009 déclarant irrecevable la plainte de l'organisation Transparency International concernant les familles d'Ali Bongo (Gabon), de Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et de Teodoro Obiang (Guinée équatoriale). La Cour ordonne le renvoi du dossier à un juge d'instruction de Paris pour que soit instruite cette plainte de l'ONG, qui considère que les biens ...
Lire l'article
La Cour de cassation rendra mardi sa décision finale sur l'ouverture d'éventuelles poursuites en France concernant les logements de luxe et avoirs bancaires détenus par trois présidents africains. Ce dossier est à hauts risques diplomatiques pour Paris. Une éventuelle réponse favorable de la plus haute juridiction française mettrait en péril les relations avec certains pays-clés de son influence économique et politique en Afrique. "Au-delà des relations franco-africaines, c'est bien la capacité de la justice française à poser des limites au pillage des pays du Sud qui est en jeu", estime lundi dans un communiqué l'association CCFD-Terre solidaire. L'enquête menée en 2007 a mis ...
Lire l'article
Le Gabon et la Suisse ont signé deux conventions sur la formation professionnelle et le transfert des technologies, en marge du 11ème sommet de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), ouvert vendredi à Montreux (Suisse). Le ministre gabonais de la formation professionnelle, le Pr. Léon N'zouba, et le ministre de l'enseignement supérieur du canton de Berne, Bernhard Pulver, ont signé, jeudi à Berne, siège du gouvernement helvétique, les deux conventions, dont la première porte sur la formation des jeunes gabonais, des encadreurs et des enseignants dans les métiers du bois. Le projet devrait être appuyé par la Haute école bernoise spécialisée dans ...
Lire l'article
Entretien avec Valentin Zellwegger du Département des Affaires étrangères En matière de recouvrement de biens mal acquis, le Nigeria et les millions de Sani Abacha restent le fait d’arme de la Suisse dans ce domaine sur le continent africain. La 7e place financière du monde se targue d’un savoir-faire inédit qui lui a permis de restituer 1,7 milliards de dollars à des Etats spoliés par leurs dirigeants. Valentin Zellwegger, responsable de la direction du droit international public du département fédéral des Affaires étrangères, évoque sur le dispositif suisse. mercredi 9 juin 2010 / par Falila Gbadamassi La Suisse est l’instigatrice, en ...
Lire l'article
La Banque mondiale et la Suisse ont appelé mardi à une action concertée contre le pillage des pays en développement et les biens mal acquis qui trouvent souvent refuge dans les places financières internationales. Cet appel a été lancé lors d'un forum organisé à Paris sur le thème "pas de refuge pour les biens mal acquis", en présence d'adversaires de la corruption venus du monde entier, membres d'ONG ou représentants gouvernementaux. "Des milliards sont volés chaque année aux pays en développement, qui se trouvent ainsi privés d'opportunités économiques", a souligné Ngozi Okonjo-Iweala, la directrice générale du groupe de la Banque mondiale. Selon ses ...
Lire l'article
Les chiffres dans l'affaire des « biens mal acquis » (lire encadré) sont impressionnants. Entre 105 et 180 milliards de dollars (75 à 130 milliards d'euros) ont été détournés par une trentaine de dictateurs, selon le rapport du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) publié hier, intitulé « Biens mal acquis, à qui profite le crime ? ». Au « palmarès » des dirigeants ayant détourné le plus d'argent figurent l'Irakien Saddam Hussein (entre 7,2 et 28,8 milliards d'euros), le dernier chah d'Iran, Mohammed Reza Pahlavi (25,2 milliards), le dictateur indonésien Suharto (entre 12,6 et 25,2 milliards), ...
Lire l'article
Trois chefs d'Etat africains pourraient répondre devant la justice française d'accusation de prédation commis au détriment de leur peuple. Juridiquement incertaine, politiquement explosive, l'affaire des "biens mal acquis" a rebondi, mardi 5 mai, lorsque Françoise Desset, doyenne des juges d'instruction du pôle financier de Paris, a jugé recevable la plainte pour "recel de détournement de fonds publics" visant les présidents Omar Bongo du Gabon, Denis Sassou-Nguesso du Congo et Teodoro Obiang de Guinée équatoriale. Conséquence : une information judiciaire peut être ouverte. La procédure met en cause l'acquisition par ces chefs d'Etat en France d'un imposant patrimoine d'immeubles et de ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
L’affaire des “biens mal acquis” africains prend de l’ampleur
“Biens mal acquis”: Eva Joly tacle Sarkozy
Poursuites relancées sur les “biens mal acquis” africains
Décision sur les “biens mal acquis” des présidents africains
Signature de deux conventions entre le Gabon et la Suisse
La Suisse ne veut plus détenir de fonds illégaux
Banque mondiale/Suisse/Afrique: “Pas de refuge pour les biens mal acquis”
Le scandale des « biens mal acquis » perdure
L’affaire des “biens mal acquis” relancée à Paris
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*