Socialisez

FacebookTwitterRSS

La France quitte « symboliquement » le Sénégal

Auteur/Source: · Date: 9 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique

L’armée française a officiellement restitué les terres qu’elle occupait à Dakar aux autorités sénégalaises, a constaté mercredi, un journaliste d’AfriSCOOP.

Ambiance morose mercredi sur la place d’armes du camp Bel Air de la capitale sénégalaise. Une cérémonie « symbolique » de restitution prochaine de terres est organisée entre les armées française et sénégalaise. Remplacement du drapeau tricolore par celui de l’ancienne colonie. Exécution des hymnes nationaux sous les honneurs du vice-amiral français Philippe Combes et de son homologue sénégalais Abdoulaye Fall. Aucun discours. Et, à juste titre.

Avec cette cérémonie, la France met insidieusement fin à la présence de quelques 1.200 hommes pré positionnés au Sénégal. La décision conjointe de fermeture des bases militaires a été prise en février. Elle a été réitérée le 3 avril dernier par le président Abdoulaye Wade.

« Je déclare solennellement que le Sénégal reprend à partir de ce jour 4 avril à 00 h 00 (2 heures à Paris) toutes les bases (militaires) antérieurement détenues sur notre sol par la France et entend y exercer sa souveraineté qui repose sur la présente déclaration », avait-il déclaré.

Mais, la pilule ne semble pas passer du côté de l’ancienne métropole. En effet, Paris n’entend pas un départ définitif de ses hommes du Sénégal. Il propose de « conserver à Dakar un simple ‘’pôle opérationnel de coopération à vocation régionale’’, fort d’environ trois cents militaires ».

« La cérémonie de restitution symbolique des emprises occupées par les forces françaises au Sénégal est une étape officielle du processus en cours de négociation, pour voir prochainement un accord de coopération », soutient l’Elysée.

A noter que la présence militaire française en Afrique (Sénégal, Côté d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Tchad) est de plus en plus décriée, 50 ans après les indépendances. Installée officiellement dans le cadre d’« accords de défense », la France est perçue comme « un bouclier des dictateurs » de la nébuleuse « Françafrique ».

Le départ définitif des militaires français du Sénégal reste suspendu aux discussions politiques engagées entre Dakar et Paris. Aucun calendrier n’est, pour le moment avancé, selon une source proche de la présidence sénégalaise contactée par AfriSCOOP. 


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Le ministre français Alain Juppé, qui a souhaité un passage de générations à la tête du Sénégal, est sur la même longueur d'ondes que le président Abdoulaye Wade car ils évoquent tous les deux une alternance après la présidentielle de 2012, a affirmé jeudi la présidence sénégalaise. Contrairement à l'angle qu'on a voulu donner à ses déclarations mercredi devant les députés français, M. Juppé, chef de la diplomatie française, a voulu dire : +à partir de 2012, il faut que le président Wade pense à l'alternance générationnelle+, a déclaré le porte-parole de la présidence Serigne Mbacké Ndiaye à l'antenne de la ...
Lire l'article
Paris souhaite “un passage de générations” au Sénégal
La France a fait savoir au Sénégal qu'elle souhaitait qu'il y ait un renouvellement de générations à la tête de l'Etat sénégalais, lors de la présidentielle du 26 février, a déclaré mercredi 1er février le chef de la diplomatie française, assurant que "le message a été entendu à Dakar". Alain Juppé, devant les députés français, a précisé le contenu du message que Paris a adressé aux autorités sénégalaises dans la perspective de l'organisation de l'élection présidentielle du 26 février. "Nous avons regretté que certaines sensibilités ne soient pas représentées. Nous avons même souhaité que le passage de générations soit organisé. Je ...
Lire l'article
L’équipe des étudiants sénégalais a battu dimanche dernier celle du Gabon au parc des sports du Moulin de Perpignan par 4 buts à 1 lors de la finale de la première édition du Trophée de l’Amitié 66. Malgré les intempéries, notamment le vent et le froid, de nombreux férus du ballon rond ont honoré de leur présence à cette manifestation sportive qui a connu la participation de 9 équipes : Le Sénégal, le Gabon, le Maroc, la Mauritanie, l’Algérie, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée Equatoriale et la France. Au terme d’un beau mouvement à la 17è ...
Lire l'article
Par L.B. Jean-Christophe Rufin, ex-ambassadeur au Sénégal, dénonce un Quai d'Orsay devenu "sinistré" et "complètement marginalisé" par l'Elysée, notamment en matière de politique africaine. 541 commentaireArticle suivant dans France : Le petit Nicodème retrouvé mort Jean-Christophe Rufin © LCITous les "vieux travers" de la politique africaine de la France se sont reconstitués à cause du secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, déclare l'ancien ambassadeur de France au Sénégal Jean-Christophe Rufin. Nommé en août 2007, Jean-Christophe Rufin, écrivain et académicien, a quitté ses fonctions le 30 juin, après que le président sénégalais Abdoulaye Wade ait demandé son départ. Dans un entretien publié mardi par ...
Lire l'article
La France annonce la fermeture de sa base militaire au Sénégal et le retrait de 900 de ses 1.200 militaires stationnés dans le pays. "En accord avec le Sénégal, la France propose de conserver en effet à Dakar un simple 'pôle opérationnel de coopération à vocation régionale', fort d'environ trois cents militaires", indique l'état-major des forces françaises du Cap-Vert (FFCV) dans un communiqué publié par l'ambassade de France . La France conservera ses deux autres bases africaines, au Gabon et à Djibouti, ajoute le communiqué. "Une cérémonie de restitution symbolique des emprises occupées par les forces françaises au Sénégal, aura lieu au Camp ...
Lire l'article
La France annonce la fermeture de sa base militaire au Sénégal et le retrait de 900 de ses 1.200 militaires stationnés dans le pays. "En accord avec le Sénégal, la France propose de conserver en effet à Dakar un simple 'pôle opérationnel de coopération à vocation régionale', fort d'environ trois cents militaires", indique l'état-major des forces françaises du Cap-Vert (FFCV) dans un communiqué publié par l'ambassade de France . La France conservera ses deux autres bases africaines, au Gabon et à Djibouti, ajoute le communiqué. "Une cérémonie de restitution symbolique des emprises occupées par les forces françaises au Sénégal, aura lieu au Camp ...
Lire l'article
Peu de temps avant son départ pour le Benin, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, séjourne depuis samedi à Dakar, où il assiste aux festivités marquant, ce dimanche, les cinquante ans de l’indépendance du Sénégal, rapporte la première chaîne de télé vision nationale (RTG1). Samedi, à l’instar de dix-huit autres Chefs d’Etat Africains, Ali Bongo Ondimba prenait part, dans la capitale sénégalaise, à l'inauguration par le président Abdoulaye Wade, du monument de la Renaissance africaine. Dans les prochaines heures, le Chef de l’Etat mettra le cap sur le Bénin, où il devrait échanger avec son homologue Yayi Boni. Vendredi, Ali ...
Lire l'article
Sous la pression de Dakar, Paris a annoncé une réduction considérable de sa présence militaire au Sénégal. Une décision politique dont les conséquences économiques inquiètent au plus haut point le personnel sénégalais employé par l’administration française. C’est à Libreville que le président français l’a confirmé, le 24 février. La France ne conservera que 300 soldats au Sénégal, contre 1 200 actuellement. Une décision politique dont les modalités ne sont pas encore connues mais qui inquiète les 400 employés du « Personnel de recrutement local » (PRL) répartis sur les trois sites des Forces françaises du Cap-Vert (FFCV) à Dakar (23e Bataillon ...
Lire l'article
Quand ils ont appris que la France fermerait ses bases militaires à Dakar, certains Sénégalais ont dit: "il était temps", 50 ans après l'indépendance du pays. Mais l'anxiété a aussitôt gagné des milliers de familles dont les revenus dépendent de la présence des militaires français. "S'ils partent, comment ferons-nous pour vivre?" La question tourmente Coumba Ndiaye, mère de famille d'une cinquantaine d'années, depuis que Dakar a annoncé le 19 février que les bases françaises fermeraient, "en vertu d'un accord qui sera signé avant le 4 avril". La France n'a prévu de garder que 300 soldats au Sénégal, soit 900 de moins ...
Lire l'article
Les bases militaires françaises devraient quitter Dakar à la suite d'un accord qui doit être signé le 4 avril, mais devrait conserver une présence au avec un "pôle de coopération militaire". Cet accord pourrait signifier pérennisation de celle de Libreville. La France s'apprête à fermer ses bases militaires au Sénégal mais entend y conserver un "pôle de coopération militaire à vocation régionale", a-t-on appris vendredi soir auprès du ministère de la Défense. 1 200 soldats français concernés "Le concept de base a vécu et on va vers autre chose, la mise en place d'un pôle de coopération régionale", a-t-on déclaré dans l'entourage ...
Lire l'article
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Paris souhaite “un passage de générations” au Sénégal
France : Finale de la première édition du Trophée de l’Amitié 66, le Sénégal écrase le Gabon 4 à 1 à Perpignan
France- Afrique: L’ex-ambassadeur au Sénégal critique la politique africaine
La France va retirer l’essentiel de ses troupes du Sénégal
La France va retirer l’essentiel de ses troupes du Sénégal
Le Chef de l‘Etat, Ali Bongo Ondimba reçu au Sénégal et attendu au Bénin
Sénégal: Retrait militaire français : combien ça coûte ?
Sénégal: départ annoncé de 900 militaires français, rude coup pour l’économie
Sénégal: La France s’apprête à fermer ses bases militaires


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique,Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à La France quitte « symboliquement » le Sénégal

  1. rokhaya

    19 Juin 2010 a 22:01

    Il est temps de faire les relations avec les autres pays parce que nous sommes fatiguer des francais qui pillent les richesses de l’afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*