Socialisez

FacebookTwitterRSS

« Le documentaire est le seul cinéma africain qui puisse rendre l’Afrique autonome », représentant d’Africadoc Cameroun

Auteur/Source: · Date: 15 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique

Quelque temps après sa participation aux deuxièmes rencontres internationales du documentaire Africain, Louma 2010, le représentant d’Africadoc Cameroun, par ailleurs promoteur du festival Images en live, Simon-Pierre Bell, a indiqué dans une interview accordée ce mardi à GABONEWS que « Le documentaire est le seul cinéma africain qui puisse rendre l’Afrique autonome ».

GABONEWS: – Simon-Pierre Bell, vous avez pris part aux rencontres internationales du documentaire Africain, Louma 2010, du 5 au 10 juin dernier à Saint-Louis au Sénégal. Quels ont été les temps forts de cet évènement?

SIMON-PIERRE BELL: – Les grandes lignes de ces rencontres ont été notamment les rencontres de coproduction, le pitch des projets, les rencontres du réseau Africa doc et celui des producteurs, réalisateurs et diffuseurs.

Pour ma part, j’ai participé à cet évènement avec plusieurs casquettes. J’y suis allé en tant que représentant d’Africadoc Cameroun, mais aussi en tant qu’auteur réalisateur. J’ai pu également présenter mon projet de long métrage documentaire. Car, je ferai partie du premier panel de jeunes africains qui réaliseront des longs métrages documentaires.

Cela m’a également permis de rencontrer les jeunes de la sous-région d’Afrique centrale pour voir ensemble comment, nous aussi, au niveau de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), on peut se mobiliser, et attirer les bailleurs de fonds, pour le soutien de la jeune génération et la promotion de leur émergence.

GABONEWS: – Cette rencontre a été soutenue par le réseau Africadoc, qui est relativement bien implanté dans les différentes zones géographiques du continent, et également l’un des acteurs principaux de la profession. Mais ses prérogatives restent néanmoins méconnues du grand public. Comment les activités d’Africadoc?

SIMON-PIERRE BELL: – Depuis que j’ai pris contact avec le réseau, en 2007, je trouve que cette année, il y a une amélioration. Je ne le dis pas parce que je suis à l’intérieur, car même si j’étais un observateur extérieur, je ne changerai pas de langage. Le nombre de jeunes documentaristes africains ne fait que croître. Il y a trois ans, je crois, le Nouma n’existait pas.

Depuis que le Nouma existe, je vois énormément de jeunes africains venir avec des projets, avec des regards différents sur le continent africain, car on était habitué à voir des documentaires réalisés par des auteurs qui n’avaient pas de grands liens avec le continent.

Maintenant que nous africains, développons des projets avec des regards endogènes, je pense que c’est salutaire, grâce au soutien d’Africadoc. Africadoc qui se soucie du développement, de la transmission des outils et des rudiments de l’écriture de projet de films documentaires et de l’accompagnement des auteurs dans la production audiovisuel, mais aussi dans la mise en réseau des producteurs du nord et du sud, voire les diffuseurs.

GABONEWS: – Nous observons néanmoins que le réseau, très actif en Afrique de l’ouest, est bien moins présent en Afrique centrale. Comment expliquer cette disparité?

SIMON-PIERRE BELL: – Il est moins représenté en Afrique centrale parce que tout simplement il n’y a peut être pas eu de réel volonté des personnes qui nous ont précédées, à œuvrer pour le développement du documentaire. Ou bien, ils n’ont pas compris les enjeux, comparativement aux confrères d’Afrique de l’ouest qui sont supers bien avancés, et bénéficient même du soutien de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

En Afrique centrale, on remarque que le réseau est quasi inexistant. Pourquoi ? Lorsque je fais une étude sérieuse du territoire, je me rends comte qu’il y a un réel problème au niveau de l’Afrique Centrale.

Nous avons les talents, mais les talents ne sont pas en Afrique Centrale. Ils sont à l’extérieur. Je me pose de manière récurrente, la question de savoir pourquoi ils acceptent de rester hors de leurs territoires? Parce que cela engendre un manque à gagner. Les jeunes qui ont la patience, qui n’ont pas eu la possibilité de faire de longues études n’ont pas l’opportunité de se rapprocher des professionnels.

Les rencontres telles que le Nouma, emportent les professionnels vers ces territoires et fais en sorte que ceux qui rêvent de faire carrière dans le documentaire croisent les professionnels et échanges. Et de fil en aiguille, celui qui était là, qui rêvait, en sort riche en expérience, et obtient la possibilité de développer, lui aussi, le réseau du documentaire.

GABONEWS: – Au terme des deuxième rencontres internationales du documentaire Africain, quels sont les perspectives d’Africadoc?

SIMON-PIERRE BELL: – Je parlerai plutôt des perspectives au niveau de l’Afrique centrale, parce que je les maîtrise. C’est une lutte que j’ai initié depuis 2009, date de mon retour au Cameroun. J’ai mis sur pied une association par le biais d’une jeunesse dynamique vaillante et ambitieuse.

Nous nous sommes mis d’accord sur un travail, où personne ne gagnerait quoi que ce soit, un travail de sacrifice. Nous avons mis sur pied un festival international du film, « Images en live », qui est annuel et se déroule tous les mois de décembre à Yaoundé. La première édition a été encouragée et saluée par les ambassades de France, d’Allemagne et d’Espagne, avec qui nous continuons de travailler.

Cette année, l’édition sera particulière, parce que j’ai devisé avec des professionnels ressortissants de l’Afrique Centrale, notamment des deux Congo, du Rwanda, du Burundi, et ici en France, avec un gabonais. Au niveau du Cameroun je cherche des liens avec la Guinée Equatoriale, avec la République centrafricaine, avec le Tchad, pour attirer l’attention des jeunes, de manière à ce que l’on soit regroupé en dynamique.

La chance qu’on a c’est que le directeur de la cinématographie du ministère de la culture du Cameroun, a compris le projet et compte inviter ces collègues de la sous-région et mettre la question sous la table en décembre prochain au festival. C’est une initiative que nous saluons, et restons derrière nos aînés qui sont à la base de la prise de décision sur le plan national, d’ouvrir encore le réseau au niveau de la jeunesse. Car le futur appartient à cette jeunesse. Si eux ne mettent pas d’énergie, on aura perdu beaucoup de choses.

GABONEWS: – Depuis quelques années, les observateurs se font l’écho de l’essor du documentaire africain. Comment expliquer ce regain d’intérêt du continent pour ce genre cinématographique, et quel pourrait être son apport dans le développement du secteur sur le plan local ?

SIMON-PIERRE BELL: – Ce que je dirai, c’est que nous africains, sommes conscients que sur le plan technique, nous ne sommes pas productifs. Nous prenons les outils qui viennent des autres continents. En fiction, les occidentaux ont tout exploré. Nous, ne faisons que copier. La force que nous avons avec le documentaire, c’est que c’est le réel. Et ce réel nous l’avons dans les tripes ? Eux ne peuvent pas venir faire des films d’immersion avec un regard endogène. Il y aura toujours quelque chose en moins dans les films faits par les occidentaux en Afrique.

C’est là où la question se pose. Est-ce que eux qui viennent de l’extérieur peuvent faire les mêmes films que les africains? Je dis non. L’Africain apportera toujours quelque chose susceptible de faire rêver les occidentaux. C’est le seul moyen pour nous d’imposer nos images, car il y a toujours quelque chose à découvrir. Le documentaire est le seul cinéma africain qui puisse rendre l’Afrique autonome.

GABONEWS: – Je vous remercie.


SUR LE MÊME SUJET
Tous les hauts responsables de l'Organisation des nations unies (ONU) opérant en Afrique centrale se retrouvent à Libreville du 10 au 11 octobre pour une concertation sur la paix en Afrique centrale, a annoncé dimanche un bureau onusien dans un communiqué. La rencontre de Libreville regroupera notamment les représentants spéciaux du secrétaire général de l'ONU, les directeurs régionaux et les résidents coordonnateurs du système des Nations Unies en Afrique centrale ainsi que le département des affaires politiques de l`ONU, précise le communiqué du Bureau Régional des Nations Unies pour l'Afrique centrale (UNOCA), à l' origine de cette initiative. L'enjeu de la ...
Lire l'article
Réuni le 28 octobre à Tunis, en Tunisie, un groupe des promoteurs ont annoncé la mise en place d’un Fonds africain pour le cinéma et l'audiovisuel. Une initiative qui vise à «financer la production d'images de l'Afrique par l'Afrique» dès 2012. Des promoteurs africains ont indiqué le 28 octobre dans la capitale tunisienne qu’un Fonds africain pour le cinéma et l'audiovisuel se met en place et devrait commencer à financer la production d'images de l'Afrique par l'Afrique en 2012. «C'est un projet africain à 100% pour que l'Afrique parle de l'Afrique», a déclaré Frédéric Bouilleux, expert de l'Organisation ...
Lire l'article
L'Union européenne (UE) a débloqué une enveloppe de 20 milliards de FCFA pour financer un programme de gestion des ressources renouvelables en Afrique centrale, a appris dimanche l'AGP. Dans le cadre de ce programme, la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) organise à Libreville un atelier sur le programme indicatif régional (10ème FED) de gestion des ressources naturelle renouvelables en Afrique centrale. C'est l'un «des trois volets principaux du programme indicatif régional doté de 30 millions d euros (20 milliards de FCFA) sous forme de dons qui font suite à des actions qui ont déjà été entreprises depuis une douzaine ...
Lire l'article
Par Olivier Fourt Avec la réorganisation des bases militaires françaises, et notamment les fortes réductions d'effectifs à Dakar au Sénégal, il y a aura bientôt moins de 5 000 millitaires français en Afrique contre 30 000 en 1960. Toutefois, l'armée française reste bien présente, dans le domaine du conseil et de la formation avec un objectif affiché: renforcer les capacités africaines de maintien de la paix....
Lire l'article
Le vice-président gabonais, Didjob Divungi Di Dinge prend part lundi à Cotonou (Bénin) au sommet africain sur les maladies tropicales négligées, a-t-on appris de bonne source. M. Divungi Di Dinge devrait prononcer une allocution au cours de ce sommet prévu pour s’achever ce lundi soir. Un sommet axé sur plusieurs thèmes notamment concernant l’ulcère de Buruli. Ces travaux seront sanctionnés par une conférence de presse dans la soirée, indique la source et un dîner de gala offert par le président béninois, le docteur Thomas Boni Yayi.
Lire l'article
Pour ses 40 années d’existence, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), s’étant déroulée du 28 février au 07 mars dernier, a vu la participation de nombreux pays africains parmi lesquels le Gabon dont deux productions sur trois ont été récompensées. «Confession Finale» d’André Côme Ottong et le scénario «Un Amour à Libreville» d’Imunga Ivanga et de l’Américaine Dawn Winkler. La 21e édition du Festival panafricain de télévision et de cinéma de Ouagadougou (Fespaco) ayant démarré comme prévu le 28 février dernier, s'est achevée le samedi 07 mars sur une nouvelle « consécration » du Gabon ...
Lire l'article
Le Festival international de l’humour africain (FIHA) s’est déroulé deux jours durant à Libreville, avec deux grands concerts l’un, VIP au cinéma le Komo vendredi dernier, et l’autre grand public au gymnase Oloumi, samedi, avec pour thème: « partager le rire pour la paix en Afrique ». Ce festival s’est ouvert officiellement le 1er août dernier dans la salle du cinéma le Komo avec un spectacle VIP. Ce dernier a vu défiler les comédiens de tout bord. En effet, le public a été gratifié des sketchs, des comédies musicales présentées par les nouvelles étoiles de comédie nationale (Serrez les côtes, Souleymane, ...
Lire l'article
Le président Thabo Mbeki a demandé aux Sud-Africains de respecter la dignité des étrangers alors que les appels à l'intervention de l'armée se sont multipliés mardi pour contenir la montée des attaques xénophobes dans les quartiers pauvres de Johannesburg, a rapporté l’AFP. L'explosion de violence, qui a fait une vingtaine de morts et des milliers de déplacés, a mis à mal les ressources de la police dans une ville qui détient l'un des taux de criminalité les plus élevés du monde. La situation semblait se calmer mardi, mais la tension restait palpable dans de nombreux bidonvilles où rodaient encore des foules ...
Lire l'article
L'Economie française dépend de ses possessions dans les ex-colonies. Mettre fin aux relations françafricaine c'est plonger la France dans la recession économique. De Air France à Areva , en passant par Total, Bolloré... l'économie française est pour plus de la moitié dépendante de l'Afrique francophone. Le gabon en est un exemple frappant où les hommes politiques français au pouvoir sont obligés d'aller pour faire allégeance et permettre une continuation du pillage des matiers premieres gabonaise (Petrole, bois...). Toute autorité française remettant en cause ce rapport inégalitaire entre la France et le gabon, est tout bonnement ecarté. Jean-Marie Bockel vient d'en ...
Lire l'article
Le Bureau régional d’Afrique centrale de l’Organisation internationale de la Francophonie (BRAC) a remis le 4 avril dernier au ministre gabonais de la Culture, Paul Mba Abessole, un important lot de matériel pédagogique d’une valeur de 30 millions de F CFA destinés au renouvellement du fond documentaire des Centres de Lecture et d’Animation Culturelle du Gabon. Plus de 4 000 ouvrages, des lecteurs DVD, des CD de musique ainsi que des kits de films pour une valeur totale de 30 millions de francs CFA ont été remis le 4 avril dernier au ministre gabonais de la Culture, ...
Lire l'article
Gabon : l’ONU organise à Libreville une concertation sur la paix en Afrique centrale
Afrique : Bientôt un Fonds pour le cinéma et l’audiovisuel
Financement de l’UE pour la gestion des ressources renouvelables en Afrique centrale
« Gabon, Cameroun, Centrafrique : l’armée française au cœur de l’ Afrique »
Santé/Afrique: Le VPR à Cotonou pour le sommet africain sur les maladies tropicales négligées
Gabon/Cinéma : Le cinéma gabonais récompensé au FESPACO 2009 !
Gabon: Festival international de l’humour africain à Libreville pour « partager le rire pour la paix en Afrique »
Afrique du Sud: Le président sud-africain appelle au calme après les attaques xénophobes
Claude Guéant et Alain Joyandet à Libreville pour que le système de pillage puisse continuer sans heurts
Gabon : Le BRAC renouvelle le fond documentaire des centres de lecture et d’animation culturelle

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Juin 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*