Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gestion de la CAISTAB: un audit pour « donner la vérité des chiffres »

Auteur/Source: · Date: 21 Juin 2010
Catégorie(s): Economie

Le Directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB), Mathias Otounga Ossibadjouo, face à la parution de nombreux articles dans les journaux, après le siège du dernier Comité de gestion, après plus de 12 ans, a tenu à s’expliquer, dans un point de presse, samedi dernier, afin d’éclaircir l’opinion sur la gestion de cette entité, tout en affirmant qu’un audit viendra « donner la vérité des chiffres ».

A l’entame de ce point de presse, le directeur général de la CAISTAB a tenu à préciser que cette pratique conviviale, bilatérale, avec les médias avait été instaurée depuis sa prise de fonction, en 2007, en vue de résoudre les différents dans la sérénité.

« Depuis ma prise de fonction le 10 février 2007, la CAISTAB a pris la résolution d’entretenir, avev la presse, des relations confiantes, sereines et quasi amicales. C’est ainsi que, chaque fois qu’il y a eu malentendu entre vous et nous, celui –ci a toujours été résolu dans ce cadre amical, mais surtout bilatéral », expliqué monsieur Ossibajouo.

Pour cette sortie, deux centres d’intérêt essentiels ont meublé ce rendez-vous avec la presse, notamment la Saisie des comptes de la CAISTAB et le point sur le Comité de gestation de cette structure.

Concernant le premier point, au regard de l’actualité, le directeur général de la CAISTAB a déclaré que « nos comptes ont été effectivement saisis tout dernièrement, suite à une injonction de payer qu’un de nos anciens partenaires a obtenue du tribunal », avant d’expliquer que « l’injonction de payer est une procédure judicaire rapide, qui permet à un créancier de contraindre son débiteur à honorer ses engagements ».

Selon les explications du patron de la CAISATAB, cette situation est la résultante des actions menées depuis 2005, date à laquelle il n’avait pas encore la responsabilité de la gestion de cette administration.

Un ancien partenaire réclame, en effet, à la CAISTAB, un montant de plus de 300 millions de francs Cfa.

Même si les gestionnaires de la cette entité ne sont pas encore convaincus de la véracité des faits, monsieur Ossibadjouo reconnaît néanmoins la continuité de l’administration, après les hommes.

Dans ce contexte, a-t-il précisé, « nous avons donc voulu prendre le temps de vérifier l’effectivité d’une dette qui n’a pas été contractée par notre gestion. Et aujourd’hui encore, a-t-il affirmé, nous ne sommes pas convaincus de l’effectivité de cette dette ».

En définitive, pour lever toute équivoque concernant cette affaire, et se demandant par ailleurs pourquoi avoir attendu 2010 pour exiger le paiement d’une dette de 2005, M. Ossibadjouo a encore expliqué que « nos comptes n’ont donc pas été saisis parce que la CAISTAB ne pouvait pas payer la somme réclamée ».

Toutefois, il a indiqué que « la CAISTAB n’est pas en cessation de paiement ». Pour lui, il n’est simplement pas question de « prendre le budget de l’exercice en cours pour payer les arriérés des années antérieurs ».

Le directeur général de la CAISTAB a par ailleurs rassuré que lorsque l’effectivité de cette dette sera démontrée, ils signeront un moratoire pour son apurement.

Venant au deuxième point relatif au Comité de gestion qui est en fait un Conseil d’administration, Mathias Otounga Ossibadjouo a rappelé que cette institution, qui a siégé récemment, n’avait plus tenu ses conseils depuis 1998, à cause du quasi abandon de la filière Café-cacao dans le pays. Or, ce n’est qu’en 2006 que, sur les instructions de feu le président Omar Bongo Ondimba, que les activités ont été relancées.

« Nous venons de renouer avec cette tradition en 2010, parce que les actions de relance que nous avons entreprises ont redonné vie à l’activité », a expliqué le directeur général de la CAISTAB qui a également précisé que « sur le plan comptable, il faut procéder à l’arrêté des comptes pour clore chaque exercice », ce dans la mesure où, a-t-il soutenu, « les règles de comptabilité des sociétés obligent en effet ces dernières à clôturer leurs comptes une fois par an. A cette occasion, l’entreprise fige ses bilans et ses comptes de résultats, pour dégager un résultats net ».

Cette situation a donc induit l’audit voulu par les dirigeants de la CAISTAB, structure qui administre la gestion des caisses café-cacao et ceux des hydrocarbures au Gabon, pour donner la vérité des chiffres.

« Laisser les auditeurs passer au peigne fin les comptes. Il faut être prudent avec les chiffres », a indiqué Mathias Ossibadjouo qui a en outre soutenu que « l’audit nous donnera la vérité des chiffres ».

Ce contrôle, qui débutera au plus tard le 15 juillet prochain, permettra d’arrêter les comptes selon les normes comptables et dissociera la gestion actuelle de l’ancienne ». 


SUR LE MÊME SUJET
La Caisse de Stabilisation et de Péréquation (CAISTAB) est préoccupée par le problème du transport, de distribution et de vente du gaz butane dans les zones rurales et les localités de l'intérieur du pays, souvent confrontées à des ruptures de stocks et à un renchérissement des prix. Alors que le gouvernement a fixé le prix de la bouteille de gaz butane de 12,5kg à 5450 FCFA, dans l’arrière pays certains revendeurs dépassent largement cette barre. Une délégation de la CAISTAB a séjourné la semaine dernière à Tchibanga, chef-lieu de la province de la Nyanga, dans le sud du Gabon, pour une ...
Lire l'article
La Caisse de Stabilisation et de péréquation (CAISTAB), a mobilisé plus de 1700 jeunes dans le nord du pays pour la réhabilitation des plantations de café-cacao dans la province du Woleu-Ntem (nord), en vue de relancer la culture de rente dans cette partie du pays, a-t-on appris auprès d’une source concordante. Le projet est initié par le gouvernement de la République et mis en branle sur le terrain par la direction générale de la Caisse de Stabilisation et de péréquation du Woleu-Ntem. Cette opération de réhabilitation des plantations de café-cacao dans les villages du septentrion concerne plus de 1700 jeunes qui seront ...
Lire l'article
Une vingtaine d’agents de la main d’oeuvre non permanente de la délégation de l’Ogooué-Ivindo (nord-est) de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) a entamé une grève, lundi dernier, pour exiger le paiement de quatre mois d’arriérées de salaires, a appris l'AGP. Brandissant des pancartes sur lesquelles on peut lire "Pas d’argent, pas de travail jusqu’à nouvel ordre", "quatre mois d’arriérés de salaires, c’est trop"..., les grévistes ont barricadé le bureau de l’agent comptable et celui du responsable provincial de la CAISTAB, Raphaël Onguiti, qui n’a plus été aperçu depuis lors. "C’est une situation déjà connue du ...
Lire l'article
L’audit commandité par les membres du Comité de gestion de la Caisse de Stabilisation et de Péréquation (Caistab), qui se sont réunis lundi dernier à Libreville, a « refusé la certification des comptes » de l’institution suite à la non « tenue d’un comité de gestion depuis plus de dix ans ». Selon le secrétaire du comité de privatisation et président du comité de gestion de la caisse café-cacao, Félix Onkéya, cette situation explique le « déséquilibre dans les comptes » de l’entreprise. Cet audit a été commandité en vue de faire le bilan couvrant la période de 2007 au premier trimestre 2010 dans le fonctionnement de cette ...
Lire l'article
Après une première réunion en avril où l’aspect financier n’a pu être abordé, le comité de gestion de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) s’est une nouvelle fois réuni le 1er juin à Libreville pour examiner son bilan financier de 2007 au premier trimestre 2010, qui fait ressortir plusieurs irrégularités. Le comité de gestion de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) a tenu une nouvelle assemblée générale le 1er juin à Libreville après sa réunion d’avril dernier. Il s’agissait pour le comité de faire le bilan financier des activités de la CAISTAB allant de la période ...
Lire l'article
Le SMIG à 150 000 FCFA, l’une des promesses phares du président Ali Bongo lors de la campagne présidentielle et qui a suscité un immense espoir se fait toujours attendre. Sauf pour la Caisse de stabilité et de péréquation (CAISTAB) qui a décidé de matérialiser cette promesse électorale pour son personnel, sans que l’on sache si cette administration a compétence en la matière. Promis par le nouveau président Ali Bongo lors de la campagne présidentielle, le projet du relèvement du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) à 150 000 F CFA verra-t-il jour dans les mois à venir ? Si ni le ...
Lire l'article
Les ingénieurs de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) ont récemment pris part à Oyem, chef-lieu du Woleu-Ntem, à un atelier de formation aux techniques de greffage et de bouturage des plants de cacao et de café. Cette formation doit permettre aux experts de la CAISTAB de se familiariser avec des techniques susceptibles d’améliorer le rendement des cultures de cacao et de café sur l’étendue du territoire national, dans le cadre du développement du secteur et de la diversification de l’économie nationale. La capitale provinciale du Woleu-Ntem, Oyem, au nord du pays, a récemment abrité un atelier de ...
Lire l'article
Une délégation de la Caisse nationale de stabilité et de la péréquation (CAISTAB) séjourne à partir de ce lundi dans certaines localités de la province de la Ngounié (Centre sud), en vue de l'achat du Café et du Cacao dans cette province du pays. En effet, selon cette source, environ un tiers de la population dans ces localités vit directement ou indirectement du cacao et du café. Ainsi, au Gabon, le café et le cacao représentent 20% des recettes d'exportation, et les responsables de la CAISTAB dont le directeur, Mathias Ossibadjouo, récemment primé pour les efforts fournis entendent véritablement redynamiser ce secteur ...
Lire l'article
La Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) a été récompensée par le Réseau des professionnels de la communication pour l’intégration (REPCIAF) grâce aux réformes qui ont été menées par la nouvelle direction de cette structure dirigée par Mathias otounga Ossibadjouo, a rapporté le Quotidien l’Union. Crée comme observatoire de l’évolution des structures économiques du continent, le REPCIAF a récompensé la CAISTAB dont le directeur a été qualifié d’« archétype de bosseur intègre et modèle » pour le traitement administré à cette structure dès son arrivée se traduisant par le « retour de la confiance, aussi bien parmi les usagers ...
Lire l'article
La Caisse nationale de stabilisation et de péréquation (Caistab) a initié du 4 au 7 avril derniers à Franceville, dans la province du Haut-Ogooué, avec la collaboration de l'Institut Français du Pétrole (IFP), un séminaire national sur l'économie pétrolière destiné à améliorer la gestion et la redistribution des produits pétroliers. Le séminaire national sur l'économie pétrolière organisé par la Caisse nationale de stabilisation et de péréquation (Caistab) en collaboration avec l'Institut Français du Pétrole (IFP) s'est achevé après quatre jours de travaux le 7 avril dernier à Franceville, dans la province du Haut Ogooué. Ce séminaire à permis aux agents des ...
Lire l'article
La CAISTAB préoccupée par la distribution du gaz butane à l’intérieur du pays
CAISTAB: Plus de 1700 jeunes mobilisés pour la réhabilitation des plantations de cacao et café dans le nord du Gabon
Grève d’une catégorie d’agents de la CAISTAB à Makokou
Bonne gouvernance: un audit en vue d’une meilleure gestion de la CAISTAB
Gabon : La CAISTAB planche sur ses états financiers
Gabon : Le SMIG à 150 000 FCA à la CAISTAB
Gabon : La main verte de la CAISTAB pour le cacao et le café
Gabon: La CAISTAB dans la Ngounié pour l’achat du cacao et du café
Gabon: Café/Cacao: la CAISTAB récompensée pour ses réformes
Gabon : La Caistab se lance dans la vulgarisation de la gestion des hydrocarbures


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Juin 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*