Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Combien coûtera l’affaire Progosa à l’Etat ?

Auteur/Source: · Date: 26 Juin 2010
Catégorie(s): Politique,Révélations

Le conflit qui oppose depuis plusieurs années la société PROGOSA, appartenant au groupe Dupuydauby, à l’Etat gabonais devrait connaître son dénouement tout prochainement au Centre international de règlement des différents relatifs aux investissements (CIRDI). A combien s’élèvera la facture ?

Le conflit d’intérêts qui oppose depuis de nombreuses années Bolloré et Dupuydauby pour le contrôle des ports de Libreville et Owendo connaîtra-t-il de nouveaux rebondissements sous Ali Bongo ? C’est la question qui taraude les esprits à la veille du verdict du Centre international de règlement des différents relatifs aux investissements (CIRDI).

On se souvient que malgré l’acquisition en 2003 du marché par PROGOSA (groupe de Dupuydauby), le nouveau président gabonais avait déjà clairement affiché sa préférence pour Bolloré à l’époque où il occupait la tête de l’Office des ports et rades du Gabon (OPRAG) en même temps que le portefeuille de la Défense nationale. En lançant un nouvel appel d’offres, Ali Bongo avait court-circuité la décision du tribunal et mis sur la touche Dupuydauby.

Mais depuis le décès du défunt président Omar Bongo qui maintenait l’affaire au stade des négociations amiables, Jacques Dupuydauby a requis l’arbitrage de la Banque mondiale via le CIRDI, dont le verdict est imminent et devrait solder définitivement le litige qui oppose désormais PROGOSA à l’Etat gabonais.

Mais si le CIRDI donnait raison à Dupuydauby en estimant que la récupération de la concession par Bolloré était illégale, la note pourrait être salée pour l’Etat gabonais, en centaines de milliards de francs CFA. Un facture dont pourrait se passer Libreville, qui, nonobstant les gargantuesques emprunts contractés ses derniers temps, avait reçu il y a peu une autre facture du CIRDI, celle concernant l’affaire du Transgabonais : 120 milliards de francs CFA.


SUR LE MÊME SUJET
Combien gagnent les chefs d’Etat africains?
Jacob Zuma, le chef de l’Etat sud-africain, a bénéficié en septembre d'une augmentation de 5%, comme en 2010. Son salaire mensuel est ainsi passé à 18.900 euros net. Presque autant que Nicolas Sarkozy, le président français (19.500 euros) et mieux que David Cameron, le Premier ministre britannique (13.850 euros) ou encore la chancelière allemande, Angela Merkel (15.830 euros). Mais beaucoup moins que le président des Etats-Unis, Barack Obama (23.000 euros). A l’échelle sud-africaine, le salaire de Jacob Zuma s’avère 14 fois plus élevé que les 1.280 euros de revenus mensuels moyens des foyers citadins en Afrique du Sud, où les inégalités restent ...
Lire l'article
Les débats de haut niveau qui se poursuivent au siège de l’Organisation des Nations Unies (ONU) à New York (Etats-Unis d’Amérique –USA-) depuis l’ouverture de la session de l’Assemblée générale de cette Institution le 19 septembre denier, ont permis au chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba de former le vœu de voir bientôt un Etat palestinien. La question palestinienne s’est invitée aux assises de l’Assemblée générale des Nations Unies avec la demande d’une place de membre que faites par les responsables de ce territoire à l’ONU. En effet, avec d’autres chefs d’Etat à l’instar de Barack Obama des USA, Jakaya Kikwété ...
Lire l'article
Par Cheikh Yérim Seck Pour les pays en développement, participer à une session ordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU représente une dépense non négligeable. Chaque délégation comprend en effet, outre le chef de l’État (ou celui de la diplomatie), l’ambassadeur du pays à New York, le directeur de cabinet, le secrétaire général, ainsi que le chef de la division des organisations internationales au ministère des Affaires étrangères. Plus tous les ministres concernés par les débats en cours. Et, bien sûr, la suite du chef d’État : famille, garde rapprochée, conseillers, etc. Il faut transporter, pourvoir en per diem et loger tout ce joli ...
Lire l'article
La route reliant les villages Yeno et Bilengui en piteux état
L’axe routier Yeno -Bilengui distant de prés de 100km environ est en mauvais état suite au manque d’entretien faisant craindre le pire lors du retour de la saison des pluies en octobre prochain. En dépit de l’absence des pluies, cette route est difficile à franchir à cause des arbustes et autres obstacles qui obstruent la voie. Pour y parvenir les camionneurs et les populations riveraines sont obligés d’ensoleiller la route. Une situation qui s’accentue avec la grève des agents des travaux publics qui perdure. Cette voie n’est fréquentée par des véhicules de types 4X4. Les routes reliant les départements de l’Ogoulou, la Boumi-Louetsi ...
Lire l'article
Bolloré et Dupuydauby se disputent la logistique maritime du pays devant la Banque mondiale. La passation de pouvoir entre Omar Bongo, président gabonais décédé en mars 2009, et son fils Ali, élu dans la foulée à l’issue d’un scrutin contesté, avait tout de la continuité chère à la Françafrique. Mais s’agissant de la guerre des ports entre Vincent Bolloré et Jacques Dupuydauby, il y a de la rupture dans l’air. Omar-Dupuydauby contre Ali-Bolloré ? Cet interminable conflit, que la Banque mondiale devrait prochainement trancher, a été récemment évoqué par la Lettre du continent. A la manœuvre : Pascal Clément, ex-garde des ...
Lire l'article
4 jours après l’annonce de sa prétendue démission du Parti démocratique gabonais (PDG), Jacques Adiahénot, a réitéré sa fidélité au parti au pouvoir, à l’occasion de la célébration en différé du 42e anniversaire du parti le 27 mars au 4e arrondissement de Libreville. Si cette sortie a rassuré les partisans du hiérarque du PDG, elle ne lui assure pas pour autant un avenir politique doré au sein de cette formation bien décidée à faire peau neuve. Le suspense n’aura duré que 4 jours, Jacques Adiahénot a levé l’équivoque sur son destin politique. Annoncé démissionnaire le 23 mars, l’ancien secrétaire général ...
Lire l'article
Sous la pression de Dakar, Paris a annoncé une réduction considérable de sa présence militaire au Sénégal. Une décision politique dont les conséquences économiques inquiètent au plus haut point le personnel sénégalais employé par l’administration française. C’est à Libreville que le président français l’a confirmé, le 24 février. La France ne conservera que 300 soldats au Sénégal, contre 1 200 actuellement. Une décision politique dont les modalités ne sont pas encore connues mais qui inquiète les 400 employés du « Personnel de recrutement local » (PRL) répartis sur les trois sites des Forces françaises du Cap-Vert (FFCV) à Dakar (23e Bataillon ...
Lire l'article
"Je peux seulement vous dire qu'il (M. Bongo) est en Espagne où il reçoit un traitement médical dans une clinique de Barcelone", a déclaré à la presse M. Moratinos. Auparavant, des sources concordantes avaient indiqué à l'AFP que le président Bongo était soigné à la clinique privée Quiron de Barcelone dans un état préoccupant. Il a été hospitalisé il y a une dizaine de jours pour un cancer intestinal, a indiqué à Madrid une source bien informée ayant requis l'anonymat. Le journal catalan La Vanguardia a assuré dans son édition en ligne que M. Bongo souffrait d'une "grave tumeur", citant M. Moratinos qui ...
Lire l'article
L’homme d’affaires français Vincent Bolloré a été inculpé le 14 octobre pour comparaître personnellement devant le Tribunal de première instance de Douala pour «favoritisme et de corruption» au sujet de la concession du terminal à conteneurs du Port autonome de Douala (PAD). Une autre convocation avait été adressée en septembre à cinq cadres du groupe Bolloré, parmi lesquels le vice-président et ancien ministre français de la Coopération, Michel Roussin.L'homme d'affaires français Vincent Bolloré a reçu une convocation le 14 octobre dernier de la justice du Cameroun pour être entendu comme témoin à la suite d'une plainte contre X pour «favoritisme ...
Lire l'article
Le canal de Batavéa qui passe pour être le plus grand canal de la ville de Libreville situé dans le 3ème arrondissement, vient de subir une nouvelle cure de jouvence, puisqu‘étant devenu depuis quelques années le dépotoir des populations environnantes et le réservoir des eaux stagnantes, entraînant des inondations dans les cités environnantes. Le canal d’évacuation des eaux usées de Batavéa, était véritablement devenu un réservoir de microbes vecteurs de maladies telles que le paludisme et le chikungunia dans la, mesure où de hautes herbes y poussaient et les ordures ménagères et autres débris y avaient été déposés à tel enseigne ...
Lire l'article
Combien gagnent les chefs d’Etat africains?
Ali Bongo Ondimba pour un Etat palestinien
ONU: Combien ça coûte ?
La route reliant les villages Yeno et Bilengui en piteux état
Guerre des ports au Gabon des Bongo
Gabon : Jacques Adiahénot reste au PDG mais pour combien de temps ?
Sénégal: Retrait militaire français : combien ça coûte ?
Le président gabonais Bongo hospitalisé à Barcelone dans un état jugé sérieux
Cameroun : Bolloré inculpé pour «corruption et favoritisme»
Gabon: Le canal de Batavéa subit une nouvelle cure de jouvence, mais pour combien de temps’

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Juin 2010
Catégorie(s): Politique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*